Le Père hiérodiacre Héliodore et sa grand-mère (1)

Le texte ci-dessous est la traduction en plusieurs parties de l’original rédigé en mémoire du Père Hiérodiacre Héliodore (Gaïriants)par Madame Olga Rojniova et publié sur le portail Pravoslavie.ru le 10 novembre 2020. Le texte propose cette introduction : Mes amis, notre cher Père Héliodore s’en est allé. Il est parti le 26 octobre, fête de la Très Sainte Mère de Dieu d’Iviron, alors que retentissent devant le trône de Dieu les paroles d’action de grâce à Celle Qu’il aima et vénéra tant au cours de toute sa vie monastique :  Réjouis-Toi, bonne Gardienne de la Porte, Qui ouvre la porte du paradis aux fidèles !
Le neuvième jour est déjà là et tous nous avons l’impression, en arrivant à Optino, que le Père Héliodore est là, qu’il lit l’acathiste, proclame les louanges à la Très Sainte Mère de Dieu, entouré, comme d’habitude par les pèlerins, par ses enfants spirituels… Souvenons-nous de lui.

Ma Grand-Mère Maria a sauvé toute notre lignée par sa prière !
Le Père Héliodore, dans le monde Youri Gaïriants, naquit à Bakou le 23 juin 1947. A cette époque, sa maman Evguenia était officier, Lieutenant-chef ; elle servait à l’État-major, au département politique. En 1947, en Union soviétique, le congé de maternité était de 35 jours avant l’accouchement et 28 jours après l’accouchement. C’est-à-dire que lorsque l’enfant avait 28 jours, la mère devait reprendre le travail. En cas d’absentéisme, de retard (plus de 20 minutes de retard, c’était déjà considéré comme de l’absentéisme) ou de départ non autorisé du travail, entre 1940 à 1951, on était passible d’une sanction au pénal. La démission non autorisée et le changement de lieu de travail sans la permission du chef ou du commandant étaient également interdits: les temps étaient rudes après la guerre. Lire la Suite

Comment Saint Nicolas répara la voiture du Père Héliodore

Le texte ci-dessous propose la traduction de l’histoire racontée par le Père Dyonisi Kouvaev et préparée par Madame Olga Rojniova. Le Père Dyonisi est le recteur de l’église de la Théophanie de Kozelsk (à proximité d’Optino), et il se souvient d’un épisode de la vie du Père Hiérodiacre Héliodore (Gaïrianits)d’Optino, grandement vénéré parmi le peuple russe. L’article est paru sur le site Pravoslavie.ru le 13 septembre 2021.

Abba Héliodore et l’acathiste à Saint Nicolas

Le Hiérodiacre du Désert d’Optino, notre Abba Héliodore (Gaïrianits 1947-2020) de bienheureuse mémoire, éprouvait une grande vénération envers Saint Nicolas le Thaumaturge. Il me téléphona un jour de semaine, au cours duquel aucun office n’était prévu. L’église où j’officie était fermée. Il me téléphona pour me demander d’ouvrir l’église : il devait venir d’urgence chercher l’un ou l’autre livre liturgique qu’il m’avait confié. Je me rendis à l’église et j’ouvris.
Batiouchka Héliodore arriva, sortit de sa voiture et me demanda soudain :
– Ainsi, Père Dyonisi, tu connais Saint Nicolas ?
– Évidemment !, répondis-je, tout en essayant de comprendre ce qu’il voulait, me disant qu’il me posait la question non sans raison… Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. Tous les pères sont saints (6)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition). Voici la sixième partie du texte.

Le 17 février 1979 … Pendant la nuit dernière Batiouchka a parlé au sujet de lui-même : «Le Seigneur a livré mon corps aux tourments. Souviens-toi ici des prophètes, comme ils ont souffert et hérité de la vie éternelle». Le Père Supérieur propose à Batiouchka de prendre le schème, mais il a refusé, disant : «Si vous attendez une petite année et demi, ce serait bien, et si c’est la volonté de Dieu, que ce soit, sinon il y aura des obstacles. Après tout, je ne parviens plus à aller jusqu’à l’église, je ne peux même pas m’asseoir là-bas».
Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. La Très Sainte Mère de Dieu est venue (5)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la cinquième partie du texte.

Le 14 juillet 1977, il enseigna : «Vis plus simplement, comme un petit enfant. Le Seigneur est tellement aimant que nous ne pouvons l’imaginer. Bien que nous soyons pécheurs, va toujours vers le Seigneur et demande pardon. Ne sois pas découragée, sois comme un enfant. Celui-ci, quand il a brisé le vase le plus cher, il va toujours en pleurs vers son père, et le père, voyant son enfant pleurer, oublie ce vase coûteux. Il prend son enfant dans ses bras, l’embrasse, le serre contre lui et persuade son enfant de ne pas pleurer. Ainsi le Seigneur, même s’il arrive que nous commettions des péchés mortels, nous attend quand nous venons à Lui en nous repentant».
Le 29 juillet. La fête onomastique de Batiouchka s’est bien déroulée. Batiouchka lui-même présida la liturgie et le moleben. Mais il était complètement épuisé. Dans la soirée, l’Évêque Théodore (Tekouchev) est venu. Batiouchka était très content; j’ai cuit des tartes au poisson, Batiouchka en a mangé.

L’Archimandrite Ioann (Krestiankine)

Le Père Ioann (Krestiankine) est venu et il a dit: «Tu as entendu ce que le père a dit pendant le repas?» J’ai répondu: «Non». Voilà comment les choses s’étaient passées. Un bref mot a été dit par le Père responsable de discipline, puis Batiouchka a répondu. S’adressant à toute la communauté, il a dit: «Que le Seigneur vous remercie et vous sauve». Et avec les larmes aux yeux, il a prononcé les mots suivants: «je vous aime tous. Je prie pour tout le monde. Et je vous souhaite à tous d’être sauvés. Amen…». Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. Thaumaturge (4)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la quatrième partie du texte.

De façon générale, il a toujours ressenti qu’il percevait d’une manière particulièrement vive (en sa toute grande humilité) l’indissolubilité naturelle de son lien avec Dieu. Je me souviens qu’un jour, Batiouchka, assis à la table, dit soudainement : «le Seigneur m’a dit: Toi et Moi… Je suis avec toi…». J’ai immédiatement pensé: «C’est quoi cela, Batiouchka, ne serais-tu dans l’illusion spirituelle?». Habituellement, les gens ne parlent pas en effet d’eux-mêmes de cette façon. Et les moines pareils à lui s’humilient, parfois même trop. Mais cette pensée n’eut pas même le temps de se déployer en mon esprit, qu’il poursuivit immédiatement (plus tard, j’ai été convaincue à plusieurs reprises qu’il savait souvent à quoi je pensais): «Ils disent: ‘le Père Athénogène est un starets. Mais de quelle sorte? Il est juste dans l’illusion spirituelle…’» …Il était très humble et ne tolérait pas qu’on fasse ses louanges. Un jour, quand je suis venue au monastère lors des vacances d’été, il m’a même empêchée de passer le seuil de sa cellule parce qu’il avait appris que j’avais chanté ses louanges un peu plus tôt à Saint-Pétersbourg; et j’ai dû me contenter de sa bénédiction dans la cour du monastère… Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. Avec un archange déchu. (3)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la troisième partie du texte.

Saint Siméon de Pskov, icône

Depuis 1960, la lourde obédience de confesseur de la communauté reposa sur les épaules du Père Athénogène. En outre, il dut commencer à exorciser les possédés. Avant lui, ce podvig était porté par un autre grand Starets, l’Archimandrite du Grand Schème Siméon (Jelnine). Peu de temps avant la mort du Père Siméon, le Père Alipi, supérieur du monastère, lui demanda qui pourrait prendre en charge les exorcismes, et sans hésiter, il répondit : le Père Athénogène. Celui-ci alla rendre visite au Starets malade, qui lui remit soudainement plusieurs livres à l’aide desquels il lisait les prières pour les possédés, et il le bénit pour qu’il en exorcise plusieurs. Après avoir accompli la bénédiction du Starets, le Père Athénogène voulut rendre les livres, disant: «Eh bien, je les ai tous exorcisés, maintenant je sais comment cela se pratique». Mais le Père Siméon répondit: «Non, je te les ai donnés pour toujours». Batiouchka, par humilité, ne dérangeait presque jamais le Starets, se rendant très rarement dans la cellule de celui-ci et ne communiquant pas particulièrement avec lui; il fut donc extrêmement surpris par cette obédience lourde de responsabilité, mais il commença à exorciser les possédés trois fois par semaine, et par la force de sa prière, beaucoup recevaient la guérison et le réconfort spirituel. À partir de ce moment-là, de nombreux malades des coins les plus reculés de la Russie commencèrent à venir à lui et, par ses prières, beaucoup furent guéris. Lire la Suite