Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (2)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» (Государь император Николай II Alexandrovitch) publié par les Éditions précitées (Всеславянское издательство) en 1968. La traduction du premier extrait de ce texte a été proposée ici. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur le texte de N. Obroutchev, qui en a annoncé l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler Son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Éducation et Formation.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père), ses parents, frères et soeurs

Le Tsar-Pacificateur éduqua ses enfants de façon austère, dans une simplicité spartiate. Ils dormirent dans des lits de bois simples, dotés de matelas et oreillers durs. La nourriture, sans excès, était constituée des plats les plus simples : pain noir, kachas diverses, et œufs bouillis formaient le menu de leurs petits-déjeuners. Au déjeuner, pris en commun avec leurs Augustes Parents, les enfants recevaient leur part après que le dernier des hôtes eût été servi. Et dès l’instant où le père se levait de table, les enfants se levaient eux aussi. On exigeait d’eux l’accomplissement strict de leurs obligations et l’observation précise de l’ordre du jour et des occupations prescrites. Chaque matin, ils se levaient à sept heures et prenaient une douche d’eau froide. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (1)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» (Всеславянское издательство) à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» publié par ces Éditions en 1968. Il a par la suite été repris dans plusieurs autres recueils publiés en Russie, comme par exemple «Nicolas II à travers souvenirs et témoignages» (Николай II в воспоминаниях и свидетельствах) des Éditions Vétché, en 2008, et «Tsar et Russie», (Царь и Россия, Размышления о Государе Императоре Николае II) des Éditions Otchyi Dom, en 2017. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur l'essai précité, dont l'auteur annonce l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»
Cet essai est également précédé de l'envoi suivant, paroles du Saint Tsar Nicolas II: «Je possède la foi inébranlable de ce que le destin de la Russie, mon propre destin et le destin de ma Famille, sont entre les mains du Seigneur, Qui m'a placé à l'endroit où je me trouve. Quoiqu'il arrive, je m'incline devant Sa volonté, convaincu de ne jamais avoir d'autre pensée que servir ce pays qu'Il m'a confié».

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Le Souverain Empereur en ses années d’enfance.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père Alexandre Alexandrovitch), ses parents, frères et sœurs

Le 28 octobre 1866, le Tsarévitch Héritier et Grand Duc Alexandre Alexandrovitch épousa la Princesse Sophie Frédérique Dagmar, fille de Christian IX, Roi du Danemark et de la Reine Louise. Avant cela, la Princesse Dagmar s’était convertie à l’Orthodoxie, recevant comme prénom Maria; elle fut dès lors nommée Grande Duchesse Maria Feodorovna. Leur premier fils, (…) le Grand Duc Nicolas Alexandrovitch, le futur Empereur de toutes les Russie, Nicolas II, naquit le 6/18 mai 1868 (…). Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II. Lettres de la Sainte Impératrice Alexandra Feodorovna.

Le Saint Tsar Nicolas II
Les extraits ci-dessous de cinq lettres de la Sainte Impératrice Strastoterptsa Alexandra Feodorovna à son époux le Saint Tsar Nicolas II, sont empruntés directement au livre «Lettres de l'Impératrice Alexandra Feodorovna à l'Empereur Nicolas II» Payot, Paris, 1924, 560 pages. Le nom de celui ou celle qui a réalisé la traduction vers le français n'y est pas mentionné. On ne sait si cette traduction française a été effectuée à partir de la correspondance originale, rédigée par la Sainte Impératrice en Anglais, ou à partir de la version russe. Les extraits sont empruntés aux pages 43-44, 121-122, 430-431, 433, 450-451 de l'ouvrage précité. Cette correspondance n'a malheureusement fait l'objet d'aucune nouvelle édition en français.

Tsarskoïe-Selo, 20 novembre 1914.
Mon cher, mon adoré Nicky,

La Sainte Impératrice Alexandra,Infirmière- Sœur de la Charité

Un moucheron attardé vole autour de ma tête pendant que je t’écris. Donc, je suis allée au Grand Palais assister au pansement de ce pauvre garçon, et il me semble que les bords de la grande blessure sont plus fermes. La Princesse trouve que l’épiderme n’a pas l’air mort. Elle a examiné aussi sa jambe,et a dit qu’il fallait l’amputer tout de suite avant qu’il ne soit trop tard. (…) au grand hôpital, à 5 heures un quart, il y a eu une amputation (au lieu du cours). Ce matin, nous avons assisté (moi, j’aide toujours, je passe les instruments et Olga enfile les aiguilles) à notre première grande opération: on a amputé un bras. Ensuite on a fait des pansements dans notre petit hôpital, et d’autres pansements très sérieux dans le grand. J’ai vu des malheureux qui avaient des blessures épouvantables(…). C’est horrible à voir! J’ai lavé, nettoyé badigeonné d’iode et de vaseline. Je les ai pansés tous. Ça allait très bien et je me sens beaucoup mieux quand je travaille tranquillement, seule, sous la direction du docteur. J’en ai pansés trois dans le même état. (…) Le cœur saigne pour eux. Je ne t’écrirai pas d’autres détails; c’est si triste! Moi, comme épouse et comme mère, je souffre particulièrement pour eux (…) nous voudrions donner tout ce que nous pouvons à ces pauvres hommes, grands ou petits blessés, avec la même affection. Mon nez est plein des odeurs horribles de toutes ces blessures pourries.(…) Je t’embrasse tendrement et reste pour toujours ta vieille petite femme qui t’aime.

Tsarskoïe-Selo, 12 juin 1915.

Mon bien-aimé,
(…) Mais Dieu tout puissant nous aidera, et des jours meilleurs viendront, j’en suis sûre. Quelles épreuves il te faut supporter, mon soleil! Je voudrais tant être près de toi, savoir comment tu te sens moralement, – courageux, comme toujours, cachant tes souffrances comme toujours. Que Dieu t’aide, mon cher martyr, et te donne la force, la foi et le courage! Ton règne a été plein de terribles épreuves, mais la récompense viendra un jour; Dieu est juste. Les oiseaux chantent joyeusement; un vent doux entre par la fenêtre. Quand j’aurai terminé ma lettre, je me lèverai; ces jours de repos ont été salutaires pour mon cœur. Je te bénis sans fin, mon amour et couvre de baisers ton cher visage.

Tsarskoïe-Selo, 4 août 1916.

Mon cher ange,

Oratoire de la Sainte Impératrice Alexandra Feodorovna

(…) Dans mes veilles je vis avec tout ce que tu fais dans la journée, mon cher petit oiseau. Hier encore nous étions ensemble et maintenant il me semble qu’il y a si longtemps. N’as-tu pas oublié de donner l’ordre d’ajourner l’appel de la jeune classe jusqu’au 15 septembre si possible pour qu’ils puissent partout terminer les travaux des champs?
Je te remercie tendrement pour ta chère lettre. Oui, la joie d’être ensemble est immense et je vis maintenant de souvenirs. Pour toi c’est encore plus triste, pauvre cher ange. Mon chéri, pendant ces jours de jeûne, je désire communier, probablement lundi matin, car ce soir il y aura un service et également demain matin, demain soir et dimanche matin; ensuite je commanderai encore deux services; ce sera une grande consolation. Au revoir, mon soleil, ma joie; je te serre tendrement sur mon cœur (…)

Tsarskoïe-Selo, 6 août 1916.

Mon chéri,
(…) J’espère recevoir lundi la sainte Communion. De cœur et d’âme je te prie de me pardonner, mon unique, mon tout, pour chaque mot ou acte par lesquels, involontairement, j’aurais pu t’attrister. Je suis si heureuse de communier. J’ai hâte d’avoir ce réconfort moral. On vit tant et on dépense tant de forces. Confession dimanche soir à 10 heures.(…)

Tsarskoïe-Selo, 11 septembre 1916.

Mon ange adoré,
Il pleut, il fait gris, je te remercie tendrement de ta chère lettre, mon petit oiseau, et de ton télégramme. C’est bien, je prendrai les mesures pour que mon septième train-dépôt soit envoyé au Caucase dès qu’il sera prêt. Le train sanitaire de ta sœur Olga a été fortement bombardé; le wagon des officiers est complètement démoli et la pharmacie est toute détériorée; mais grâce à Dieu, il n’y a pas eu de victimes. Je ne suis pas allée à l’église, parce que j’étais trop fatiguée. Ensuite, Loman m’a priée de dire à notre pauvre prêtre que son fils aîné (le préféré) a été tué et qu’on a été forcé d’abandonner son corps. Je n’avais encore jamais accompli une pareille mission. Il a accepté cette nouvelle en chrétien courageux: de grosses larmes coulaient sur son visage. Je suis allée ensuite à l’hôpital où j’ai fait quatre pansements, puis j’ai tricoté et causé longtemps avec Taube.
Maintenant au revoir, mon tout, mon unique, mon trésor. Je te bénis. Que Dieu soit avec toi! Mille tendres baisers (…)

Le Saint Tsar Nicolas II et les deux Starets reclus

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est traduit du recueil intitulé «Miracles des Martyrs Impériaux» («Чудеса Царственных Мучеников»), de l'Archiprêtre A.I. Chargounov, (photo ci-contre) maître de conférences à l'Académie de Théologie de Moscou. Ce recueil, dont l'envoi fut rédigé par Sa Sainteté Alexis II, Patriarche de Moscou et de toute la Russie, fut publié en 1995.Le court récit ci-dessous est rapporté parle Comte Dimitri Sergueevitch Cheremetiev, officier d'ordonnance auprès du Tsar Nicolas II. Les interruptions, notées par (...) dans le texte, existent dans l'original russe du recueil de l'Archiprêtre Chargounov, qui a composé son document à partir des «Mémoires du Comte S.D. Cheremetieff» ("Мемуары графа С.Д.Шереметева")

Cette histoire se déroula à l’époque de la Grande Guerre, en l’année 1915. L’Empereur Souverain, accompagné de l’Impératrice Alexandra Feodorovna et de leurs Augustes enfants, séjournait alors à Sébastopol (…)
Le Souverain aimait, lorsqu’il avait terminé de prendre son petit-déjeuner, effectuer de longues randonnées en automobile dans les environs de Sébastopol (…). Un jour, sans l’avoir annoncé, il se rendit en compagnie de l’Impératrice au Monastère Saint Georges. Auparavant, année après année, il lui était arrivé d’y rendre de fréquentes visites, mais cette fois, personne au monastère n’escomptait sa venue. L’higoumène et les frères furent à la fois ébahis et enchantés de la visite des leurs Altesses (…) Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II et les boules de foudre

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait des pages 34 et 35 du livre de Pëtr Multatuli «L'Empereur Nicolas II, l'Homme et le Monarque» («Император Николай II. Человек и монарх», Éditions Veche, Moscou, 2016) premier des deux tomes de l'imposante biographie que cet auteur a consacrée au Saint Tsar Nicolas II. Pëtr Multatuli est historien spécialiste du Saint Tsar Nicolas II et de son époque, et directeur du département d’analyse et d’évaluation de l’Institut des Études Stratégiques de Russie (Российского института стратегических исследований). La similitude des événements rapportés dans le texte ci-dessous devient plus étonnante encore, lorsqu'elle est couplée à la similitude de la fin tragique des Empereurs Alexandre II et Nicolas II, tous deux assassinés par des «révolutionnaires».
Le Saint Tsar Nicolas II et la Grande Duchesse Olga, sa sœur

La Grande Duchesse Olga Alexandrovna1 se souvenait d’un événement étrange qui survint lorsqu’elle était en compagnie de son frère Nicolas: «A cette époque, j’étais âgée de dix ou onze ans. Je me souviens d’une chaude journée d’été, au cours de laquelle mon frère me proposa de l’accompagner à l’église de la Cour au Grand Palais de Peterhof. Lire la Suite

La Lettre de Saint Seraphim de Sarov adressée au Saint Tsar Nicolas II

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est traduit de la page 88 du livre «Chronique de la Vie et des Activités de la Bienheureuse Grande Duchesse Élisabeth Feodorovna» («Летопись жизни и деятельности Благоверной Великой Княгини Елисабеты Феодоровны»), rédigé et édité par Madame Ludmila Vladimirovna Koulikova, à Moscou, en 2011. Le fait rapporté se produisit au cours de la visite impériale, effectuée en juillet 1903, à Sarov et Divieyevo à l'occasion des cérémonies en l'honneur de l'accueil officiel du Père Seraphim de Sarov dans le Chœur des Saints. Plus précisément, ce fut le 20 juillet 1903 dans l'enceinte du Monastère de Divieyevo que le Saint Tsar Nicolas II eut la révélation de ce qu'allait être son destin et celui de la Russie. Ce fait fut déjà mentionné, entre autres, par Sergueï Fomine dans son livre «La Russie avant la Seconde Parousie» («Россия перед вторым пришествием», Moscou, 2001), ainsi que, par exemple, sur ce blog ou celui-ci.

A leur arrivée à Divieyevo, l’Empereur Souverain et l’Impératrice Souveraine demandèrent à examiner la chapelle Nord de l’église principale du monastère, préparée en vue de sa dédicace au Saint Père Seraphim. De là, les hôtes impériaux passèrent dans l’appartement de la supérieure, l’Higoumène Maria, et ils demandèrent que la Liturgie soit alors célébrée dans la chapelle privée de cette dernière. Pendant ce temps, dans l’appartement, on prépara un petit déjeuner accompagné de thé. Au début du petit déjeuner, l’Empereur Souverain et l’Impératrice Souveraine se rendirent auprès de Praskovia Ivanovna, la bienheureuse. Quand le petit déjeuner fut terminé, ce fut le tour de l’Impératrice Maria Feodorovna et des Grandes Duchesses de rendre pareille visite.
Lorsqu’ils eurent quitté Praskovia Ivanovna, les Souverains Impériaux allèrent auprès d’Elena Ivanovna Motovilov. L’Empereur Souverain savait en effet que celle-ci avait conservé une lettre que lui avait remise son défunt époux N.A. Motovilov, lettre rédigée par Saint Seraphim en 1829 et portant l’adresse: «à l’Empereur Souverain Nicolas Alexandrovitch». Saint Seraphim avait rédigé cette lettre et l’avait cachetée avec de la mie de pain… Il l’avait remise ensuite à N.A. Motovilov en lui disant «Tu ne vivras pas jusqu’alors, mais ton épouse vivra le moment où viendront à Divieyevo la Famille Impériale et le Tsar. Celui-ci viendra voir ton épouse; qu’elle lui remette alors cette lettre».
Quand le Souverain Nicolas II reçut la lettre, il la glissa, avec un pieux respect, dans sa poche de poitrine en disant qu’il la lirait plus tard.
Lorsqu’il fut revenu dans l’appartement de l’Higoumène, le Souverain lut la lettre. Alors, il pleura amèrement. Les membres de la Cour le consolèrent, disant que malgré que Batiouchka Seraphim fut un saint, il avait pu se tromper. Mais le Tsar, demeurant inconsolable, continuait à verser des larmes…

Traduit du russe

PS : Cette page du site de la Société Impériale Orthodoxe de Palestine propose une série de photos de la visite impériale à Divieyevo à l’occasion des cérémonies en question.