En mémoire de l’Archimandrite Alipi (1)

L’Archimandrite Alipi (Voronov) devint à quarante cinq ans le Supérieur de la Laure des Grottes de Pskov, le 28 juillet 1959. Il fut un grand supérieur. Autre coïncidence de dates: il décida de quitter le monde et d’entrer au monastère 25 ans, jour pour jour, avant que Dieu ne l’appelle dans Sa demeure éternelle. Son Éminence le Métropolite Tikhon de Pskov et Porkhov, moine de la Laure, et plusieurs hiérarques et clercs qui y séjournèrent se souviennent du Père Alipi. Le texte original a été rédigé par Madame Olga Orlova et publié les 28 et 29 juillet 2020 sur le site Pravoslavie.ru, avec le titre : «Sans le Père Alipi, il n’y aurait plus eu de monastère ici, ni de startsy», et le sous-titre : En mémoire de l’Archimandrite Alipi (Voronov; 28 07 1914 – 12 03 1975).
Le seul capable de résister à la terrible pression du pouvoir des sans-Dieu (Métropolite Tikhon de Pskov et Porkhov)
Des gens sont venus spécialement chez nous au monastère, car il conservent dans leur mémoire des trésors sans prix au sujet de celui sans qui notre monastère n’existerait plus aujourd’hui. De ceci, nous sommes très conscients. Cet homme, c’est l’Archimandrite Alipi (Voronov). L’an dernier, nous avons fêté le soixantième anniversaire du jour du début de son higouménat. Celui-ci dura à peine plus de quinze années. Mais quelles années furent-elles… Et que ne signifièrent-elles pour le monastère et pour l’Église Orthodoxe Russe! Lire la Suite

L’Archiprêtre Serge Orlov (1890-1975) Portrait d’un juste.

Le texte ci-dessous est la traduction d’un portait, peu spectaculaire sans doute, mais édifiant, de la vie d’un authentique starets pendant les années soviétiques. C’est également un humble tableau de la vie, parfois joyeuse, toujours intense, de l’Église en Russie à l’époque pendant laquelle elle endura les pires persécutions. Ces éléments permettent de comprendre que l’Église ne s’éteignit jamais en Russie et qu’elle put se redresser avec l’élan et la force merveilleuse que nous lui connaissons.

Le Père Valerian Kretchetov

Le Hiéromoine Seraphim (Père Serge Orlov) a été enterré derrière le mur du sanctuaire de son église, où il servit pendant vingt-neuf ans. Il fut le père spirituel du Père Valerian. Celui-ci se souvient avoir trouvé ici des paroissiens se rappelant les bienfaits du père Serge, qui distribua céréales et farines aux familles pauvres pendant les années de famine ou de disette.
L’Archiprêtre Serge (Serguei Vassilievitch Orlov) nauit le 29 juin 1890 au village d’Akoulovo, dans le Gouvernorat de Moscou. Son père et son grand-père (l’Archiprêtre Piotr et l’Archiprêtre Vassili) desservaient l’église du Pokrov, la Protection de la Très Sainte Mère de Dieu, du village d’Akoulovo. Le futur archiprêtre reçut une éducation profane et religieuse avancée. Après l’école paroissiale de son village natal, il termina à Moscou, le cycle d’études du Séminaire, ensuite, l’Université de Varsovie et même l’Institut Polytechnique de Kiev, dont il sortit avec le titre d’agronome. Serguei Vassilievitch ne tarda pas à se marier, mais un an plus tard, il devint veuf. Il travailla en qualité d’agronome dans des entreprises collectives, en Crimée, en Ukraine, en Sibérie, où il occupa des postes à responsabilités, chargé d’activités organisationnelles.
L’Archiprêtre Valerian, recteur de l’église du Pokrov de la Très Sainte Mère de Dieu à Akoulovo entama son service pastoral lorsque le Père Serge était recteur. Jusqu’au jour de son décès, celui-ci fut le père spirituel du jeune Batiouchka Valerian.

Akoulovo. église du Pokrov

Le Père Valerian se souvient : «Au cours de mes trente années de sacerdoce, le Seigneur m’accorda de servir et célébrer pendant vingt-huit ans à l’église du Pokrov de la Très Sainte Mère de Dieu, dans le village d’Akoulovo, mieux connu sous l’appellation de ‘derrière la gare d’Otradnoe’, dans le faubourg d’Odintsovo. En outre, les quatre première années, par la grâce de Dieu, j’ai pu servir avec l’Archiprêtre Serge Orlov, l’un des exemples de l’idéal du service pastoral de notre époque. Peu de temps avant sa mort, je me rappelle qu’il dit : «Encore un an et notre lignée aura servi pendant un siècle».
Le destin du Père Serge ne fut pas simple. Par sa vie, il montra que le chemin de tout homme n’est pas toujours rectiligne. Le Père Valerian aime raconter qu’au début du XXe siècle, le Père Serge fut tenté par les idées socialistes : «Peut-être à cause de sa jeunesse ou du bouillonnement généralisé de cette époque, il fut attiré par les idées révolutionnaires. Une fois, il me dit : «J’ai étudié en secret le Capital de Marx». Je lui répondis : «Batiouchka, alors, ils devraient ériger un monument à votre mémoire. Maintenant, plus personne n’est capable d’un tel exploit… Vous l’avez lu, quelle fut votre impression?» «Ouiiii, tout est décrit, en filigrane. Seulement, dans la vie, c’est tout le contraire».
«Ayant lu le Capital, le Père Serge décida de repousser les limites de la science… Il termina le cycle d’études académiques de l’Université de Varsovie. Mais cela ne lui suffit pas. Il entra à l’Institut Polytechnique de Kiev… En un mot, il décrocha deux diplômes d’études supérieures. Dans la période prérévolutionnaire. Ensuite, après la guerre, il termina le cycle d’études de l’Académie de Théologie de Moscou, ayant défendu une thèse portant sur l’influence de l’Orthodoxie sur notre culture. Il m’est arrivé d’entendre parler ceux qui connurent le Père Serge, des gens ayant bénéficié d’une éducation avancée. Et ils disaient que jamais ils n’avaient rencontré quelqu’un d’aussi érudit que le Père Serge. Il connaissait n’importe quelle question en profondeur. Et toujours, il restait très simple. Beaucoup me e rappelèrent».

Les Pères Serge et Valerian

Le Père Serge enseigna dans différentes écoles de Moscou et de l’oblast de Moscou. Il devint directeur d’un établissement. A cinquante-six ans, Serguei Vassilievitch entra au service de l’Église. Le 28 juillet 1946, l’Évêque Macaire (Daev) l’ordonna diacre, en l’église de la Déposition de la Sainte Tunique du Seigneur, à Moscou, et le 02 août il fut ordonné prêtre de l’église du Pokrov d’Akoulovo. Quelques temps auparavant, il était allé se confesser, à la Laure de la Trinité Saint Serge. Et il y avait confessé le fait qu’il n’avait pas accédé à la demande de son propre père, et il en ressentait le péché. Son père voulait qu’il lui succède dans le sacerdoce. Le hiéromoine qui le confessait lui donna alors sa bénédiction pour le sacerdoce pastoral.
Entre 1965 et 1970, le Père Serge fut collaborateur bénévole du magazine du Patriarcat de Moscou, et participa aux travaux d’édition du calendrier orthodoxe. Il fut aussi membre de la commission chargée de composer le recueil annuel d’«Instructions liturgiques pour l’année en cours».
Avec la bénédiction du Patriarche Alexis, l’Archiprêtre Serge Orlov reçut la tonsure monastique, et le nom de Seraphim, en l’honneur de Saint Seraphim de Sarov. Espérant la réouverture future, en vertu des paroles de Saint Seraphim, du Monastère de Divéyevo, le Père Serge et sa soeur, Elena Vassilievna, ayant reçu elle aussi la tonsure monastique, rassemblèrent activement des icônes, et particulièrement celles de la Très Sainte Mère de Dieu, destinées à être remises à Divéyevo. Lorsqu’un jeune prêtre émit des doutes quant à la possibilité de réouverture du Monastère de Divéyevo dans un avenir prévisible, Elena Vassilievna lui répondit : «Tu dois y croire! Mais tout comme Moïse n’entra pas en terre promise, tu n’iras pas à Divéyevo». Environ quarante icônes, sauvées par des fidèles de la destruction par les athées furent remises en 1993 à la communauté de Divéyevo. Le Père Serge les avait conservées dans la maison de la moniale du grand schème Agnès (Tchijikova). Il appelait cette maison le ‘podvorié’ de Divéyevo.
Tel Saint Auxence, Batiouchka se distinguait par une incroyable modestie, son abnégation, sa bonté d’âme et son amour pour les gens ; jamais il ne considérait que ce qui était le meilleur lui revint. Et toujours à l’image de Saint Auxence, le Père Serge manifestait un infatigable soin pastoral à ses paroissiens. Ses homélies appelaient à l’amour, à la bienveillance et au pardon chrétien.

L’Evêque Arsène Jadanovski

Dans les années trente, quand il vivait au village de Doubka, près de la gare Pionierskaia du chemin de fer de Biélorussie, il cacha l’Higoumène du grand schème Thamar (Mardjanova), la supérieure de la Skite Saint Seraphim-Mère de Dieu du Signe, avec treize des sœurs. Cette petite maison était devenue une cénobie, et l’Évêque Arsène (Jadanovski) y trouva un paisible refuge à l’époque des persécutions. Le Père Serge rentrait tard, vers trois heures du matin. Il célébrait la liturgie et donnait aux matouchkas la Communion aux Saints Dons du Christ.
Dans les années soixante, à Akoulovo, l’Évêque Stéphane (Nikitine) faisait partie des invités. Il furent nombreux à profiter de l’inoubliable et joyeuse atmosphère créée par la présence des deux startsy, l’Évêque Stéphane et l’Archiprêtre Serge.
Le Père Serge accordait une signification particulière au carême, comme l’une des voies de l’acquisition de l’humilité, car là où il n’y a pas d’humilité, l’Esprit Saint ne peut habiter. Ainsi, il dit dans l’une de ses homélies : «Sans l’Esprit Saint, il n’existe pas de vie véritable en l’homme, pas de paix dans l’âme, pas de lumière divine. Sans l’Esprit Saint, il ne peut y avoir en nous de foi véritable, d’espérance, d’amour, de sainte simplicité, de pureté du cœur, et pas de salut…» Chaque semaine, le vendredi, à l’église du Pokrov on lisait l’acathiste aux Souffrances du Christ. A travers cette instante vénération de la croix sur laquelle souffrit le Seigneur, le Père Serge éveillait la conscience des Chrétiens à accueillir l’éternel Sacrifice Rédempteur. Ce héros de l’ascèse de la foi et de la piété nourrissait également chez ses paroissiens une relation de révérence envers la prière. «Le Christ Se transfigurait au moment de la prière, prêchait Batiouchka lors de la Fête de la Transfiguration, et Il resplendissait de la gloire de Dieu. L’essence de notre vie ne consiste-t-elle pas à aller progressivement de gloire en gloire, de force en force, progressivement, par notre volonté et par l’aide de la grâce de Dieu, et de la sorte, nous nous transfigurons intérieurement, spirituellement, renonçant en esprit à ce qui est terrestre en faveur de ce qui est céleste, renonçant dans notre cœur à ce qui est sensible au profit de ce qui vient d’en haut, renonçant par notre volonté aux péchés et aux passions au bénéfice de l’accomplissement des commandements de Dieu, de la volonté divine?»

Hiéromoine Euphrosyn

Le Père Valerian se souvient encore : «Chez le Père Serge, on peut dire que l’orientation était monastique». Comme il avait été tonsuré secrètement, seuls ses proches étaient au courant. Ce n’est sans doute pas un hasard, si le Père Seraphim attirait vers lui, avant tout, des hommes et femmes aux dispositions ascétiques, comme par exemple l’Archimandrite Dorothée, du Monastère des Danilov à Moscou, et le Hiéromoine Euphrosyn du Désert Saint Zosime. Et l’Évêque Stéphane (Nikitine) se confessait auprès du Père Serge. Et parmi les enfants spirituels de celui-ci, on comptait le Métropolite Antoine (Melnikov), et les vladikas Pitirim, Théodose et Hermogène.
Le Père Serge fut toujours sévère en ce qui concernait les offices. On le considérait quasiment comme le deuxième meilleur spécialiste de l’oustav liturgique, après l’Évêque Athanase (Sakharov).
De façon générale, un de ses traits les plus caractéristiques était la mesure, la retenue. «Parfois, je me levais en retard, se souvient le Père Valerian. Le matin, il y avait la liturgie, et ensuite des offices du trebnik. Je m’étais allongé pour me reposer un peu, mais je m’étais endormi. Je m’éveillai en sursaut. Mon Batiouchka! Déjà cinq heures du matin. C’était l’heure où on lisait déjà la sixième heure! Je me précipitai, mais Batiouchka était assis dans le sanctuaire. «Ne cours pas, ne cours pas… Ils ne commenceront pas sans nous. Ce n’est pas grave…» Il était calme comme ça. Il se maîtrisait toujours, en toutes choses. Ces gestes étaient mesurés quand il célébrait. Il exigeait que le moins possible d’attitudes et de gestes théâtraux». Il soulignait en permanence, en toute humilité, la conscience de son indignité.Je me souviens lui avoir demandé : «Batiouchka, les gens vont chez ce prêtre, il les attire à lui. Quant à celui-là, il est sévère, on se détourne de lui». «Oui et non, répondit-il. Ce n’est pas pour cela. Tout simplement, c’est donné à l’un et pas à l’autre». Le Père Serge rappelait toujours que la grâce du sacerdoce pastoral, c’est un don Dieu;c’est le Seigneur qui accomplit tout. En un mot, Dieu s’oppose aux orgueilleux et donne sa grâce aux humbles. Et pour ne pas perdre cette grâce, il faut sans cesse s’humilier. (…)
Dans la paroisse, le Père Serge respectait strictement le jeûne du carême. Le Père Valerian se souvient que lorsqu’il était enfant, il n’avait jamais abandonné l’huile végétale pendant le carême. Mais chez le Père Serge, il en allait autrement : «Si on dit sans matière grasse, cela veut dire jeûner sans matière grasse». Quand le conversation touchait à l’oustav, au typikon, il soulignait toujours que le prêtre devait non seulement expliquer, mais en premier lieu, accomplir. Le Père Serge était très attentif aux besoins de la paroisse. En famille, les paroissiens vivaient comme ils pouvaient. Ceux qui pouvaient respecter le jeûne carémique prescrit, il leur accordait sa bénédiction pour le faire. Il bénissait également un jeûne strict d’un jour avant la communion aux Saints Dons. Tenir trois jours, c’était dur, les tentations affluaient. «Vous savez, Batiouchka, vous pouvez m’en donner un peu plus, j’ai recommencé à manger gras». «Non, tu ne dois pas manger gras» «Mais cela ne change plus rien». «Si, cela change. Tu l’as fait remarquer, alors cesse». Voilà les principes pastoraux du Père Serge. Et aujourd’hui encore, cette tradition qu’il a lui-même instaurée, est encore observée à l’église d’Akoulovo. Les jours de semaine, en principe, on célèbre le matin. C’est devenu difficile pour les gens de venir à l’église deux fois chaque jour. Le Père était sévère avec lui-même, il s’efforçait de célébrer selon les règles de l’oustav, mais en même temps, il était indulgent envers les autres. Sa Sainteté le Patriarche Alexis octroya la mitre au Père Serge en 1970, car il servit avec zèle pour le bien de l’Église, et manifestait un soin paternel à ses ouailles. En 1974, il fut pensionné pour raisons de santé. Il s’affaiblissait de jour en jour. Mais en qualité de recteur émérite de l’église, il essayait de ne manquer aucune liturgie, disant «Il est possible que ce soit la dernière fois que je célèbre».

Les Pères Serge et Valerian à l’autel

Tous les prêtres font l’objet de sollicitations. Quand on venait chez le Père Serge pour lui demander «Batiouchka, mais que dois-je faire?». «Vous ne savez pas? Mais je le sais encore moins que vous!», répondait-il. «Mais il faut prier. Le Seigneur arrangera les affaires». Et effectivement, en réalité, le Seigneur arrangeait les affaires. «J’ai rarement entendu, se rappelle le Père Valerian, que Batiouchka ait répondu de façon ferme, déterminée. C’était plutôt :’Oui, qui sait, comment dire,… Évidemment,… Eh bien…’, ou il racontait un épisode tiré de sa pratique pastorale. Tout, ses gestes, ses manières, sa façon de s’adresser aux gens, communiquait un certain esprit, l’esprit d’apaisement, de discernement, de calme en toutes choses, et bien-sûr, d’abandon à la volonté de Dieu». Il avait une attitude particulière quand on lui offrait quoi que se soit. Le Père Valerian explique : «C’était un homme solitaire, désintéressé, c’est sûr. Et voilà que quelqu’un voulait lui donner quelque chose. Parfois il acceptait : «Oui, oui, oui…» Parfois, il se mettait doucement debout et partait. Parfois, des enfants lui offraient quelque chose. Il demandait : «C’est pour moi ?» «C’est pour vous, Batiouchka». «Alors, si c’est à moi, je le donne à qui je veux. A toi, voici, c’est pour toi».
Le Père Valerian se rappelle que pendant les années de service du Père Serge à Akoulovo, il y eut des cas de guérison. «On amena une petite fille, couverte de croûtes. Les démangeaisons étaient terribles et elle se grattait sans arrêt. Les gens dirent : «Il y a une icône miraculeuse chez vous». Batiouchka répondit : «Ici, chez nous, toutes les icônes sont miraculeuses. Vénérez-les toutes». La petite fille parcourut toues les icônes, les vénérant l’une après l’autre. Le Père Serge lui donna de l’eau consacrée. Elle s’en lava, et sa peau s’assainit. C’est-à-dire qu’elle reçu l’aide par les prières du Père Serge». Il y eut également des guérisons après la mort de Batiouchka ; le fils d’une paroissienne fut sauvé.
Dans les derniers temps, le Père Serge disait lors des confessions : «Il faudrait reconstruire votre âme selon les dispositions de l’Évangile». Aujourd’hui, c’est le Père Valerian qui répète ce conseil à ses ouailles. Peu de temps avant son départ pour l’autre monde, le Père Serge se rendait systématiquement à l’église pour communier. Il avait des problèmes au système digestif, visiblement, un cancer. Quand on lui demandait : «Batiouchka, comment vous sentez-vous?», il répondait : «C’est à peine si j’arrive à me traîner à l’église. mais c’est de là que je m’en irai». Un jour, il se sentit très mal. Il communia lui-même, et s’allongea, disant : «Comme c’est difficile de mourir, pourtant tous nous devons passer par là». Il demeura couché. Près de sa tête, il y avait une icône de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu. Il dit : «D’où vient ce chant? Quel beau chant. Qui donc chante?» «Mais où-ça, Batiouchka?» «Juste ici, montrant l’icône, c’est d’ici que vient ce chant ». Et il s’apaisa progressivement. Les enfants spirituels de ce pasteurs affluèrent près de son lit de mort, souhaitant recevoir une dernière bénédiction, ses instructions. Ensuite, le Père Serge bénit en pensée tous ceux d’entre eux qui n’avaient pu venir auprès de lui en ses derniers instants. Embrassant l’icône de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu, il rendit son âme au Seigneur;c’était le sept février 1975. Les funérailles eurent lieu pendant la trente-sixième semaine après la Pentecôte, le jour de la translation des reliques de Saint Jean Chrysostome. Le cercueil contenant le corps du nouveau défunt fut, au chant des irmos du Grand Canon « le Seigneur est mon Aide et mon Protecteur…», transporté autour de l’église et enterré en face du sanctuaire, à côté des tombes de son père et de son grand-père.
Le Père Serge nourrit spirituellement son troupeau non seulement par ses enseignements, mais surtout par son propre exemple. Chaque jour de sa vie, il s’efforçait de vivre en Dieu, et il avait une foi illimitée en Sa miséricorde.
                                                                         Mémoire éternelle !
Traduit du russe
Source

Paroles de Batiouchka (2)

Qui est ce «batiouchka», qui est le Père Kretchetov? Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Il naquit dans une famille orthodoxe très pratiquante. Dès son jeune âge, il vécut dans l’Église, et même dans l’église. Il apprit le slavon dès l’âge de cinq ans, en même temps que le russe. Son père, Mikhaïl Valerianovitch, devint prêtre à cinquante ans, après avoir été interné aux Solovki et ensuite enrôlé au front lors de la Grande Guerre Patriotique, et un des frères de Batiouchka Valerian devint également prêtre. Marié, ingénieur forestier de formation, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au hiéromoine Seraphim (Sergueï Orlov), dont il fut fils spirituel, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou
Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités en Russie, reprenant ses prédications, les entretiens multiples qu’il a accordés, ses homélies et ses interventions devant des groupes très divers. Dans la série «Paroles de Batiouchka» seront proposés des passages, parfois très courts, parfois plus longs, traduits des livres précités. L’une ou l’autre traduction d’articles plus conséquents, parus sur des sites russes viendra sans doute compléter le tableau.

Extrait des «Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 34 et 35 .

Le livre dont l’extrait est tiré

Les saints ont enduré tant de maladies pour nous, pécheurs. Ils priaient pour nous. Quand un homme prie pour un autre, c’est comme s’il prenait sur lui une partie de sa croix. Pourquoi, par exemple, le Père Kyrill [Pavlov N.d.T.] fut-il malade, alité, pendant tant d’années ? Il a ramené tellement de gens à la foi, il en a tant sauvés par ses prières. Nous n’accomplissons plus aucune épitimie. C’est comme si nos épitimies étaient reportées sur eux. Plus exactement, ils les ont prises sur eux. Lire la Suite

Le Starets Siméon. De Glinsk à Sotchi

Le texte ci-après est la traduction de l’original russe d’Alexandre Vladimirovich Bogatyriov, mis en ligne le cinq janvier 2011 sur le site Pravoslavie.ru. Alexandre Vladimirovich est un réalisateur, scénariste, documentaliste et écrivain russe orthodoxe, collaborateur depuis de nombreuses années de Pravoslavie.ru. Les Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou ont publié plusieurs de ses ouvrages. Le texte-ci-dessous propose des éléments biographiques illustrant la vie du saint starets Siméon de Sotchi, dont il a été question dans une traduction publiée récemment ici.
Le 25 décembre, fête de Saint Spyridon de Trymithonte, après la liturgie, on célébra dans les églises de Sotchi une pannychide à la mémoire de l’Archimandrite du grand schème Siméon (Nesterenko; 1920-2010). Et à la Cathédrale du Saint Archistratège Mikhaïl et à l’église du Saint Mégalomartyr Georges, les sœurs de la communauté fondée par le Père Siméon organisèrent un repas commémoratif. Un des prêtres invités
– Pourquoi célébrez-vous le quarantième jour par anticipation?
– Il ne s’agit pas du quarantième jour, mais du vingtième, la moitié des quarante. Répondit une des matouchkas.
– Qu’est-ce qui vous a mis cela dans la tête?
– L’amour. Sourit la matouchka. Lire la Suite

Il ne restera que quatre secondes

Le Starets Simeon

Le texte ci-dessous a été publié en russe le 18 octobre 2019 sur le site Pravoslavie.ru. Il est dû à Alexandre Bogatyrev. (Toutes les photos ci-dessous proviennent du site Pravoslavie.ru)
L’histoire des quatre secondes , je l’ai entendue voilà longtemps déjà. Elle a finit par faire partir du folklore qu’on entretient autour de l’Église. Il existe plusieurs version du récit, avec de sérieuses différences, c’est pourquoi j’ai décidé de trouver l’homme qui est concerné par ce récit. Appelons-le Alexandre Adlerski. La malchance voulut que la première fois que je me rendis à Sotchi, il ne s’y trouvât pas. Mais après, notre rencontre put avoir lui. Voici ce qu’il raconta.

Je vivais à Karaganda, mais depuis longtemps, je rêvais de déménager à Sotchi. Finalement, j’y parvins. J’étais sans travail, j’ai dû renoncer à mon logement. J’étais fortement dépressif. C’est à ce moment que je lus le livre de Nilus «Grand en peu de choses», au sujet des startsy d’Optina et de Saint Seraphim de Sarov. Je me mis à aimer beaucoup Saint Seraphim. Je commençai à penser au sens de la vie, à aller à l’église, parfois, je disais la prière de Jésus. C’est alors que l’ennemi m’a attrapé. Lire la Suite

La Bienheureuse Natalia de Vyritsa. (2)

Lorsqu’on entend ou lit le nom du bourg de Vyritsa, on pense évidemment à Saint Seraphim, qui y vécut et mena son podvig de nombreuses années. Ce qu’on sait moins, c’est que Saint Seraphim avait annoncé qu’il y aurait toujours des “startsy”, hommes et femmes, à Vyritsa, et que Mère Natalia en ferait partie. L’une d’entre elles y vit encore actuellement; le Seigneur nous a accordé la grâce de la rencontrer un soir d’octobre 2018. Mais celle dont il va être question ci-dessous naquit en 1890 et décéda le 16 janvier 1976. Il s’agit de la Bienheureuse Natalia de Vyritsa. L’invention officielle de ses reliques incorrompues eut lieu le 4 octobre 2012. Elles reposent, en compagnie de celles d’autres saints hommes et femmes, tout à côté de la chapelle où sont vénérées les reliques de Saint Seraphim et de celle qui fut son épouse dans le monde, Matouchka Seraphima. Le texte ci-dessous n’a pas pour objet de proposer une biographie de la Bienheureuse Natalia. Cela fera l’objet d’une traduction et d’une publication ultérieure. Il s’agit plutôt de présenter cette sainte folle-en-Christ à travers une série de courts récits. En voici la deuxième partie.

J’avais un neveu qui empruntait sans cesse de l’argent sans jamais le restituer. Je cachai de l’argent, car il était capable d’en prendre sans même le demander. Un jour, il vint et Mère Natalia lui dit: «Volodia, tu veux que je te dise où se trouve l’argent de Katia?» Et une autre fois «J’ai donné ton argent à Volodia, mais seulement un peu».

*** Lire la Suite