Archimandrite Raphaël (Kareline). La Staritsa «Anastasia assise» (2/2)

Le texte qui suit est la traduction d’un extrait (pages 106 à 109) du livre «Le Secret du Salut. Entretien au sujet de la vie spirituelle» («Тайна спасения. Беседы о духовной жизни» Московское Подворье Свято-Троицкой Сергиевой Лавры, 2001) L’Archimandrite Raphaël évoque ses souvenirs de la Staritsa Anastasia (Nikicheva), que l’on appelait ‘Anastasia assise’. L’Archimandrite Raphaël Kareline, défenseur ardent de la Tradition de l’Église, a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Quelques éléments de biographie de l’Archimandrite Raphaël sont accessibles ici. Voici la seconde partie de la traduction du texte original.

On raconte que beaucoup de gens vinrent voir Anastasia pendant la guerre, afin de connaître le sort de leurs proches. Quand elle donnait un peu de terre, cela signifiait que le parent avait été tué. Il advint que pendant le Grand Carême, elle donna de la viande à un visiteur. Certains en furent troublés. Mais ce faisant, elle indiqua de façon imagée comment nous observions notre carême intérieur, dans quel état se trouvait notre cœur.
Après avoir franchi le seuil de la maison devant laquelle Anastasia était assise, on semblait sortir du monde habituel et passer dans un autre, inconnu. On dit que quand sa sœur est tombée malade, Anastasia commanda qu’on la sorte de sous l’auvent pour la placer à ciel ouvert et elle pria pendant quatre mois, en disant: «Nous devons lui préparer le chemin». Lire la Suite

Archimandrite Raphaël (Kareline). La Staritsa «Anastasia assise» (1/2)

Le texte qui suit est la traduction d’un extrait (pages 106 à 109) du livre «Le Secret du Salut. Entretien au sujet de la vie spirituelle» («Тайна спасения. Беседы о духовной жизни» Московское Подворье Свято-Троицкой Сергиевой Лавры, 2001) L’Archimandrite Raphaël évoque ses souvenirs de la Staritsa Anastasia (Nikicheva), que l’on appelait ‘Anastasia assise’. L’Archimandrite Raphaël Kareline, défenseur ardent de la Tradition de l’Église, a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Quelques éléments de biographie de l’Archimandrite Raphaël sont accessibles ici.

Dans ma vie, j’ai dû rencontrer des gens qui vivaient en permanence dans une sorte d’atmosphère miraculeuse, comme si les lois physiques, les infirmités du corps humain, la passion, les vacillements de l’âme n’existaient pas, comme si, pour le dire au sens figuré, les lois de l’attraction terrestre n’étaient pas pour eux. Anastasia faisait partie de ces gens. On l’appelait «Anastasia assise». Elle parlait aux gens en paraboles et en énigmes, mais ce qu’elle disait était toujours vrai. Son podvig dépassait les forces humaines, comme l’exploit des anciens stylites. Lire la Suite

Sainte Nina, la vierge-apôtre. (2/2)

Texte de l’Archimandrite Raphaël Kareline, défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Le texte ci-dessous est la deuxième partie du texte russe paru le 27 janvier 2011 sur le site Pravoslavie.ru, où il était repris du site de l’auteur. Le 14/23 janvier, l’Église célèbre la mémoire de Saint Nina de Géorgie, Égale-aux-Apôtres. Quelques éléments de biographie de l’Archimandrite Raphaël sont accessibles ici.

Par la volonté du Sauveur et la bénédiction de la Très Sainte Mère de Dieu, elle vint de Palestine jusqu’à la capitale géorgienne, Mtskheta, qui devint la deuxième Jérusalem. Le jour de son arrivée, le 6 août, c’était la nouvelle-année et la fête de la divinité zoroastrienne ormuzd, la principale célébration des adorateurs du feu. Sainte Nina, engagea un duel contre ormuzd, et le vainquit, comme Saint George vainquit le dragon. Par la force de la prière, le dragon fut défait et l’idole d’ormuzd tomba et se fracassa dans la poussière. Lire la Suite

Sainte Nina, la vierge-apôtre. (1/2)

Texte de l’Archimandrite Raphaël Kareline, défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Le texte ci-dessous a été publié le 27 janvier 2011 sur le site Pravoslavie.ru, où il était repris du site de l’auteur. Le 14/23 janvier, l’Église célèbre la mémoire de Saint Nina de Géorgie, Égale-aux-Apôtres. Quelques éléments de biographie de l’Archimandrite Raphaël sont accessibles ici.

L’événement le plus significatif de l’histoire de la Géorgie fut la conversion du pays au Christianisme suite à la prédication de Sainte Nina, l’ Égale-aux-Apôtres. La lumière de l’Évangile, apportée en Géorgie par la vierge Nina, et telle un luminaire tiré du feu de l’église à Jérusalem, prit corps dans de merveilleuses œuvres littéraires chrétiennes, dans les arts pratiqués dans les églises, dans de grandioses basiliques pareilles à des statues sculptées dans de gigantesques blocs de granit, et dans les églises, fleurs de pierre qui ornent tous le pays, jardin de la Très Sainte Mère de Dieu, dans les chapelles qui couronnent les sommets montagneux, si bien que rocs et falaises semblent être leurs marches-pieds. Lire la Suite

Archimandrite Raphaël (Kareline). Le Saint Métropolite et ascète Zénobe

Texte de l’Archimandrite Raphaël Kareline, défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Le texte ci-dessous est paru initialement sur le site «Православие и современность» (Orthodoxie et Actualité), de la Métropole de Saratov, et fut repris le 9 mars 2010 sur le site Pravoslavie.ru. Quelques éléments de biographie de l’Archimandrite Raphaël sont accessibles ici.

Dans les années ’20, après que le Désert de Glinsk eût été détruit pour la première fois, la Divine Providence voulut que l’un des moines de Glinsk vint en Géorgie: le moine Zénobe (Majouga). Il fut ordonné hiéromoine au monastère de Dranda, qui n’était pas encore fermé à l’époque, puis il vécu dans un lieu désert à l’arrière de la ville de Soukhoumi, près du village grec de Georgievka, et il attira sur lui beaucoup d’amour et de vénération de la part des habitants locaux. Je vais ici faire une incise afin d’évoquer un épisode.
Lire la Suite

Mon frère Gabriel serait-il saint?

Texte publié en russe le 14 juin 2021 sur le site Pravoslavie.ru, sous le titre «Saint Gabriel (Ourguebadzé) tel que s’en souvient sa sœur Juliette», et rédigé par Constantin Tertsevadzé, qui précise «J’ai rencontré Juliette Mikhaïlovna Varyan, la demi-soeur du Starets Gabriel, en 2014, alors que je travaillais à mon premier documentaire sur Saint Gabriel. Ses souvenirs ont été publiés dans divers articles, et inclus dans les films «Le Diadème du Starets» et «Je vous attends à Samtavro».

A quel âge remontent vos souvenirs du bien-aimé Starets Gabriel ?
Mes souvenirs remontent à mon plus jeune âge, je devais avoir deux ans, mais je me souviens clairement de Gabriel depuis que le vis voler dans la cour. C’est depuis cet événement que je me souviens de lui.
Voler dans la cour?
Oui, il est arrivé en volant, bras et jambes en extension, comme des ailes. J’avais environs cinq ans à ce moment-là, et lui, douze ans. Devant cette scène, mon père se mit à pleurer amèrement, pensant que Vassiko (Gabriel) avait un problème. Personne ne le comprenait. Je me rappelle ma réaction : j’étais stupéfaite devant ce que je voyais. Deux dame très pieuses, Nina et Maro, habitaient à côté de chez nous. Elles disaient, émerveillées, et pleines de la crainte de Dieu : «Vassiko est une serviteur de Dieu, un serviteur de Dieu…».
Juliette, le Starets Gabriel avait-il des copains d’enfance? Dans la cour, parmi les voisins?
Tout le monde se rassemblait dans la cour, mais lui, il ne jouait avec personne. Il construisait des églises avec des cailloux. Il prenait un bâton, y fixait une loque et se promenait comme en procession avec un croix. Les autres enfants racontaient que lorsque Vassiko prenait un bâton et courrait, les oiseaux volaient à sa suite, alors qu’eux, s’ils faisaient de même, les oiseaux ne venaient pas. Les farces et jeux d’enfants ne l’intéressaient pas. Dire qu’il avait des copains d’enfance ne serait pas correct, mais il était parmi eux, et aimable avec eux. Il avait seulement le Seigneur en tête, et il essayait de donner de l’amour à chacun. Il aimait tout le monde. Lire la Suite