L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (3)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. S’agissant d’un long texte, il sera proposé en plusieurs parties dont voici la troisième. Les précédentes se trouvent ici.

L’Evêque Arsène Jadanovski

Cette lettre, reçue trois mois avant le décès de Batiouchka, fut pour moi une sorte de testament. Son souhait «d’abondance du don de la parole» me donna le courage de donner plus souvent des enseignements dans l’église, ainsi que de tenir, selon son exemple, un journal d’inspiration spirituelle. Pour ce qui concerne le hiérodiacre Méléti, accueilli dans mon monastère, il ne causa effectivement aucun trouble dans la communauté, car au bout de quelques mois, il retourna dans son coin de terre natal et il y mourut. Je remercie le Seigneur qui m’a permis de voir et de connaître le Père Jean de Kronstadt alors que j’étais encore jeune et avais besoin de soutien spirituel, d’un exemple vivant. Je me suis imprégné, à la vue du Père Jean, de la manière dont se tient le célébrant à l’autel, proche de Dieu, et de combien peut être irrésistible son influence sur le peuple. J’admets franchement que l’inspiration de la prière de Batiouchka Jean agit puissamment sur moi, et sur bien d’autres, je pense, particulièrement en ce qui concerne la célébration de la Divine Liturgie. Lire la Suite

Le Métropolite Onuphre de Kiev et de toute l’Ukraine. Dieu m’a appelé et je suis venu. 2/2

L’entretien ci-dessous fut accordé le 17 septembre 2014 aux rédacteurs de différentes publications orthodoxes ukrainiennes, dont le portail d’informations «l’Orthodoxie en Ukraine» (Православие в Украине). Il a été traduit en russe pour le site Pravmir le même jour, et repris le 19 septembre 2014 sur le portail Pravoslavie.ru. Ce premier grand entretien était accordé par Vladika Onuphre à l’issue du premier mois écoulé après son intronisation en qualité de Métropolite de l’Église Orthodoxe d’Ukraine. Ce long entretien, présenté ici en deux parties permet de découvrir la personnalité de Vladika à travers le récit des moments et éléments importants de sa vie tels qu’il les a vécus et les rapporte lui-même. Voici la seconde partie de cet entretien, la première se trouve ici

Toujours, tant que je le pouvais, je me suis adressé à chacun avec respect.
Il y eut ensuite Tchernovitsy… Pouvez-vous raconter à quoi ressemble la Bucovine orthodoxe?
Je pense que chaque région a sa spécificité. Il en va de même de la Bucovine. Il s’agit d’un oblast multiethnique. Y vivent des Ukrainiens, des Russes, des Roumains, des Moldaves, des Juifs, des Polonais, des Géorgiens. Traditionnellement, tous y ont toujours vécu en paix. Chacun préservait ses caractéristiques, mais dans la vie commune n’apparaissait aucune rivalité, mais bien de l’entraide. Ils vivaient en toute amitié. Mais voilà, lorsque qu’apparut la perestroïka, l’éclatement de l’Union, l’oblast fut ébranlé par la vague du nationalisme: les Ukrainiens étaient les bons, les autres, n’étaient rien… Il fallut alors déployer beaucoup d’efforts pour montrer que tous étaient bons devant Dieu. Devant Dieu, il n’y a pas d’Ukrainien, de Russe, d’Américain, de Juif, de Biélorusse. Il y a des enfants. Il y a la créature de Dieu et il y a le Créateur. Le fait que nous soyons devenus des nations, ce n’est ni grâce aux vertus, ni aux péchés. La tour de Babylone fut le fruit de l’orgueil humain, et pour faire cesser cette folie, Dieu a mélangé les langues des hommes. Avant cela, tous parlaient une seule langue et se comprenaient. Un jour, je me trouvais à la Sainte Montagne, auprès d’un ermite, le Starets Joseph, pas loin de la Grande Laure. Nous discutions ensemble, lui en grec et moi en russe, avec un interprète. Nous nous entretenions encore quand il hocha la tête et dit:«Ahhh, qu’est-ce que le péché a fait de nous!Maintenant, nous avons besoin d’un interprète…». Chacun se vante de ce que sa nation est meilleure que celle des autres. Dieu n’accorde pas sa préférence à des nations, mais à des hommes! Si une nation est unanime dans son amour de Dieu, évidemment, ce sera agréable. Mais Dieu ne m’attribue pas de la valeur parce que je suis Ukrainien, ou Russe, ou autre chose, mais bien parce que j’éprouve de la crainte envers Dieu. Si j’obéis à Dieu, si je veux faire Sa volonté, je suis agréable à Dieu. Sinon, quelle que soit ma nation, je serai le dernier des derniers. Quand les mouvements nationalistes se développèrent dans l’oblast de Tchernovitsy, j’essayais autant que je le pouvais de ne pas y participer et, là où c’était possible, je tentais d’expliquer qu’il n’y avait pas de nations, pour Dieu. Pour Dieu, il y a Sa création. Il aime de la même façon le nègre, le blanc et le jaune. C’est celui qui se fera le plus humble devant Dieu, qui essaiera de vivre le plus conformément à Ses commandements, qui sera le meilleur aux yeux de Dieu. Petit à petit, tout se calma. Il demeurait quelques petits bastions, mais les gens vivent en paix et dans la concorde depuis lors. Lire la Suite

Monseigneur Gédéon, victime des persécutions infligées par le pouvoir et les schismatiques ukrainiens à l’Église canonique.

Le 15 février 2019, l’excellent blog Orthodoxologie publiait un article annonçant la déportation de Monseigneur Gédéon (Kharon), Évêque et Supérieur du Monastère de la Dîme à Kiev. Le texte ci-dessous est la traduction d’un article du site de l’Union des Journalistes Orthodoxes publié le 26 mars 2019, et reprenant les termes de la lettre que Monseigneur Gédéon, illégalement privé de la nationalité ukrainienne, vient d’adresser aux autorités des États-Unis d’Amérique. Le cas de ce hiérarque est emblématique des persécutions endurées par les fidèles et les membres de l’Église Orthodoxe d’Ukraine  sous l’omophore de Vladika Onuphre, et de la situation insupportable créée dans ce pays par l’intervention néfaste du Patriarcat de Constantinople, y créant une organisation schismatique et la prenant sous son omophore dans le but de nuire au Patriarcat de Moscou.Dans une lettre adressée aux autorités des États-Unis, l’évêque Gédéon (Kharon) révèle la situation autour de son expulsion illégale et appelle à la protection des droits et libertés des ukrainiens.

Icône de la Très Sainte Mère de Dieu de Vladimir et de la Dîme

L’Évêque Gédéon de Makarovsk a envoyé deux lettres aux autorités des États-Unis d’Amérique, rapporte le site du Monastère de la Dîme et de la Naissance de la Mère de Dieu, à Kiev. Les lettres sont adressées au Président américain Donald Trump et au secrétaire d’État américain Michael Pompeo, rapporte le site du monastère.
Le hiérarque de l’Église Orthodoxe d’Ukraine [la seule canonique, sous l’omophore de Vladika Onuphre. N.d.T.] affirme que les autorités ukrainiennes l’ont privé sa nationalité illégalement et il établit un lien entre son expulsion et le discours qu’il a adressé au Congrès des États-Unis en raison d’une violation des droits des membres et des fidèles de l’Église Orthodoxe d’Ukraine. Dans sa lettre Mgr Gédéon rappelle que le 13 février 2019, lors de son retour des États-Unis, il lui a été refusé d’entrer en Ukraine. Il vit maintenant comme «un étranger ou une personne apatride», alors qu’il avait en mains un passeport valide de citoyen de l’Ukraine, au moyen duquel il avait quitté le pays une semaine plus tôt, le passeport n’ayant alors soulevé aucun problème auprès des services gouvernementaux de surveillance des frontières. Lire la Suite

Le métropolite Nicéphore de Kykkos et de Tyllérie : un schisme risque d’apparaître.

Un hiérarque de l’Église de Chypre : les Églises orthodoxes locales doivent résoudre au plus vite la question ukrainienne pour éviter un schismeLe site du Département des Affaires extérieures de l’Église Orthodoxe russe a publié dans ses pages francophones le 20 mars 2019, une déclaration d’un hiérarque de L’Église de Chypre, le Métropolite Nicéphore, que nous relayons ici dans la mesure où notre attention est attirée non pas sur l’historique de la situation épouvantable créée en Ukraine par fondation d’une organisation schismatique (à laquelle nous ne voyons pas de raison d’accorder le nom “d’Église”) par le Patriarche de Constantinople, ni encore sur les souffrances quotidiennes des prêtres et des fidèles de la Métropole de Vladika Onuphre, seule Église canonique en Ukraine, mais sur la catastrophe qui se profile à l’horizon. Les portes de l’enfer ne prévaudront pas… mais l’ennemi est à l’œuvre, au sein même de l’Église. Nous disons notre admiration devant le courage et la longanimité de nos frères, les fidèles ukrainiens et leur clergé, sous l’omophore de Vladika Onuphre, mais nous adressons notre prière instante à notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, pour que se lèvent sans tarder des hiérarques courageux et longanimes au sein même du Patriarcat de Constantinople, dans les Églises autocéphales et dans les autres Patriarcats, et qu’ils passent des paroles évoquant la charité aux actes garantissant la pérennité, avant qu’il ne soit trop tard.

Le 17 mars 2019, le métropolite Nicéphore de Kykkos et de Tyllérie (Église orthodoxe de Chypre) a déclaré dans une homélie, prononcée après l’office du Triomphe de l’Orthodoxie, au métochion du monastère de Kykkos, à Nicosie, qu’à cause de la question de l’octroi de l’autocéphalie à l’« EOd’U », l’unité de l’Orthodoxie au niveau mondial était menacée. C’est ce qu’expose le Département d’information de l’Église orthodoxe ukrainienne, se référant au site du DREE de l’EOU. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt: Anniversaire de la naissance du Tsarévitch Alexandre.

Ce dimanche 26 février/10 mars est le jour anniversaire de la naissance du Tsar Alexandre III, né en 1845. Voici plus d’un siècle, à l’occasion de ce même jour anniversaire, Saint Jean de Kronstadt proclama l’homélie ci-dessous, extraite des pages 138-140 du recueil «Paroles de l”Archiprêtre Ioann Ilitch Sergueev prononcées à la Cathédrale Saint André à diverses occasions lors de grandes solennités» (Слова на Высокоторжественные дни Протоіерея Iоанна Ильича Сергіева, произнесенныя въ разное время въ Кронштадтскомъ Андреевскомъ Соборѣ), publié à Kronstadt en 1888, par l’Organisation Paroissiale de la Cathédrale de Kronstadt.

Propos lors du jour anniversaire de la naissance de l’Héritier du Trône de toutes les Russies, le Croyant fidèle, Souverain et Tsarévitch, le Grand Duc Alexandre Alexandrovitch.

La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue;
mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance,
à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. (Jean 16, 21).

La naissance en ce monde d’un homme, créature raisonnable de Dieu, image de Dieu, est œuvre divine de la toute-puissance, de la bonté et de la sagesse de Dieu. L’être nouveau vient au monde, de la non-existence à l’existence, un être qui, certainement, n’est ni insignifiant ni impuissant dès le départ, et qui par la suite exerce souvent une influence importante sur la destinée de son entourage, sur le destin de tout un peuple, et parfois même sur le destin du monde entier. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt. De l’importance de la Proscomidie.

L’ensemble de textes ci-dessous est la traduction d’un choix d’extraits du livre Живой Колос (Le Colosse Vivant), Ed. Otchii Dom, Moscou, 2018. Il s’agit d’extraits du chapitre I de ce livre, pages 30, 32 et 33, intitulé «La Foi et l’Église Orthodoxe». Le livre tout entier est constitué lui-même d’une sélection opérée par l’éditeur en collaboration avec le Monastère Saint Jean à Saint-Pétersbourg, parmi les notes de Journal rédigées en 1907 et 1908 par notre Saint Père Jean de Kronstadt.

Souviens-toi de l’union divine, sainte, spirituelle, céleste, dont tu fais partie (je veux dire, l’Église céleste et terrestre), dans cette union vivante des plus intime (la communion aux Saints Dons) avec Dieu Lui-même, avec la Mère de Dieu, avec les saints anges, avec tous les saints hommes et femmes de l’Église terrestre, avec toute la hiérarchie, et les fidèles chrétiens. Comme en témoigne la constitution de la proscomidie, de la liturgie des catéchumènes et des fidèles. Atteins cette union, et alors, tu raisonneras et te sentiras à son image. «Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ»(Phil.2,5).

Lire la Suite