Anne de Kachine, Princesse deux fois sainte

Le texte ci-dessous a été composé et traduit à partir de trois articles originaux publiés en russe : «La Princesse Anne de Kachine : Drame personnel sur fond du joug de La Horde» (Княгиня Анна Кашинская: личная драма на фоне Ордынского ига. 10 juillet 2018), «La Princesse deux fois sainte» (Дважды святая княгиня. 3 août 2012) et «Vie d’Anne de Kachine» (Житие Анны Кашинской. Sans date, sur le site ‘Kachine Orthodoxe’).
Au cours de sa vie, la Princesse de la Principauté de Tver la Grande, Anna de Kachine, perdit quasiment tous ses parents proches. Ces temps étaient caractérisés par le joug de la Horde et les guerres intestines entre les principautés russes. Et son destin ne fut pas plus simple après sa mort. Pour commencer, on la considéra comme sainte et elle fut glorifiée. Ensuite la reconnaissance officielle de sa sainteté fut infirmée et on interdit ses offices et les prières qui lui étaient adressées. Et enfin, elle fut glorifiée à nouveau.

Court bonheur d’épouse et mère

Anna Dmitrievna naquit en 1280, dans la Maison Princière de Rostov. Le Prince Dmitri Borissovitch ayant, par son impétuosité, perdu ses terres, le pouvoir et la richesse, s’efforça de donner ses filles en mariage à une famille influente de la Rus’. L’aînée fut donnée à Ivan Dmitrievitch, neveu d’Alexandre Nevski, la puînée et la cadette furent données en mariage en même temps, la double noce fut célébrée en 1294.

Mikhaïl de Tver et Anne de Kachine

Anne, âgée de quatorze ans fut donnée au jeune Prince Mikhaïl de Tver et Vassilissa, à un veuf, le Grand Prince de Vladimir Andreï Alexandrovitch de Gorodets, troisième fils d’Alexandre Nevski. Seule Anne, parmi les filles de Dmitri de Rostov, fut destinée à une longue vie. Ses sœurs moururent jeunes, l’une après l’autre. Mais le temps du bonheur fut bref pour Anne. Sa vie d’épouse de Mikhaïl Iaroslavovitch, se déroula sous d’excellents auspices. Elle donna à son mari quatre fils et une fille. Dmitri aux Yeux Terribles (né le 15 septembre 1298), Théodora (née le 11 octobre 1299), Alexandre (né le 7 octobre 1300), Constantin (né en 1307) et Vassili (né entre 1307 et 1318). Mais le quatorzième siècle avait débuté, et ce fut un temps au cours duquel les princes ne pouvaient même rêver d’une vie tranquille.
Ambitions moscovites
Le Prince Mikhaïl de Tver avait reçu de droit la Grande Principauté de Vladimir, mais toute sa vie, il dût lutter contre Youri Danilovitch de Moscou qui ne voulait pas se résoudre à renoncer définitivement au pouvoir suprême sur les terres de la Rus’ parce qu’il n’avait pu accéder au trône de la Principauté de Vladimir suite à la mort de son père Daniel Alexandrovitch. Suite à ce décès, les enfants de Daniel perdirent à jamais le droit de devenir Grand Prince de la Rus’ de Vladimir. Youri Danilovitch combattit, intrigua, tricha.
Les escarmouches se multiplièrent entre les principautés. Youri finit par prendre femme au sein de La Horde d’Or, et pas une simple femme, mais Agathe, sœur du Khan Ouzbek Kontchaka. Au cours d’une des escarmouches, lors de la bataille de Bortenev, Agathe fut abandonnée aux gens de Tver et empoisonnée, pour provoquer la colère d’Ouzbek contre Mikhaïl de Tver. Youri, qui avait tout manigancé, se frotta les mains. Maintenant, Ouzbek lui donnerait la Grande Principauté!
Les pertes encourues par la Princesse Anne
A l’été 1318, Mikhaïl de Tver fut convoqué par le Khan Ouzbek pour être jugé. Il fut exécuté le 22 novembre 1318. Le 6 septembre 1319, son corps fut ramené à Tver, et plus tard, il fut accueilli dans le chœur des saints. Anne était veuve. En 1325, son fils aîné, Dmitri aux Yeux Terribles qui séjournait temporairement à La Horde, ne put supporter le sourire insolent de celui qui avait manigancé le meurtre de son père, et il occit Youri Danilovitch de Moscou. Parce qu’il s’était fait justice, Dmitri aux Yeux Terribles fut à son tour condamné par le Khan Ouzbek à être exécuté.
Alexandre Mikhaïlovitch, second fils d’Anne et du Saint Prince Mikhaïl devint Prince régnant. En 1327, il apporta son soutien au soulèvement des habitants de Tver contre les émissaires de La Horde dirigés par Tcholkan . La réaction fut écrasante. Tver fut ravagé par les troupes de La Horde soutenues par celles d’une alliance de princes russes, dirigée par Ivan Kalita. Et le Prince Alexandre s’exila de longues années à Pskov. Pardonné par Ouzbek en 1338, il put rentrer à Tver. Mais Moscou, rivale de Tver, était puissante. Cette fois, ce fut Ivan Danilovitch Kalita qui intrigua et corrompit les dignitaires de La Horde. Et en 1339, Alexandre Mikhaïlovitch de Tver et son fils aîné Fiodor furent traîtreusement mis en pièces à La Horde.
Constantin Mikhaïlovitch devint Prince régnant. Par mesure d’humiliation, Tver fut obligée d’envoyer ses plus lourdes cloches à Moscou. Les habitants de Tver qui les transportèrent pleuraient, et pleura la Princesse Anne, qui avait perdu son mari, deux fils et un petit-fils. Son fils Constantin était marié à Sophie Yourievna, fille de celui qui avait manigancé la mort de son mari . Anne survécut à son fils Constantin. Et elle survécut également aux luttes de son fils cadet Vassili contre les neveux de celui-ci, les enfants du défunt Alexandre. Et elle souffrit quand moururent de la peste quasiment tous ses petits enfants.
Seul Mikhaïl Alexandrovitch Mikouline, le plus jeune de ses petit-fils , fut pour elle source de joie ; il avait hérité du nom de son grand-père, de la lutte contre Moscou et de l’amour du peuple de Tver.
Monachisme et péripéties post-mortem
Anne reçut, la tonsure monastique, et le nom de Sophia au cours des dernières années de sa vie. La date exacte de la tonsure est inconnue, mais dès 1358, elle est mentionnée sous ce nom de Sophia dans des documents du Monastère Saint Athanase à Tver, monastère pour femmes. Au cours de l’été 1367, le Prince Vassili Mikhaïlovitch, fils d’Anna, voulut s’emparer de Tver, mais les troupes lituaniennes qui accoururent le forcèrent à quitter la ville. Anna quitta Tver en compagnie de son fils. Le lieu de ses exploits spirituels fut dès lors la ville de Kachine. Après avoir vécut 88 ans, elle mourut en 1368, recevant le grand schème avant sa mort, retrouvant Anne pour nom.
L’invention de ses reliques incorrompues eut lieu en 1611. Le lieu de sépulture d’Anne de Kachine fut en effet découvert en 1611. C’est ce que raconte le récit du «Miracle du Sacristain Gérassime». Dans l’ancienne église de l’Assomption en bois, très délabrée, le plancher de l’église s’était effondré, de sorte qu’un ancien cercueil avait fait surface. Ne sachant pas de qui il s’agissait, les habitants de la ville de Kachine le traitèrent sans la crainte appropriée. Une nuit, Anne de Kachine apparut au sacristain Gérassime de l’église de l’Assomption et lui dit: «Pourquoi ne protégez-vous pas mon cercueil ne m’accordez-vous aucune attention? Combien de temps allez-vous encore me piétiner?». Elle ordonna également à Gérassime de mentionner l’apparition au recteur de l’église.
De nombreux miracles et guérisons ont alors commencé à se produire près du cercueil d’Anne de Kachine. Au total, 41 miracles furent enregistrés avant la glorification de Sainte Anne. Des malades de diverses villes russes furent amenés à Kachine. En 1645, le boyard V. I. Strechnev, un parent du Tsar Mikhail Fiodorovich, séjourna à Kachine. Il transmit ensuite au Tsar une supplique sollicitant la glorification de Sainte Anne. En 1647, le Tsar Mikhaïl Fiodorovitch mourut sans avoir eu le temps de donner des dispositions à cet effet. La Princesse Anne de Kachine fut glorifiée en 1649, pendant le règne du Tsar Alexis Mikhaïlovitch, et le patriarcat de Nikon. Le 12 juin 1650 eut lieu la translation solennelle de ses reliques, de l’ancienne église, en bois, de la Dormition à Kachine, vers la nouvelle église, en pierre, de la Résurrection.
Mais bientôt survint… les réformes nikoniennes, et le signe de croix à deux doigts fut proscrit. Dès lors, en 1677, il fut décidé de «déglorifier» Anne, créant de la sorte un précédent dans l’histoire de l’Église Orthodoxe russe. Ses icônes furent détruites, les ‘vies’ d’Anne de Kachine et les prières qui lui étaient adressées furent anathématisées, et il fut interdit de célébré des molieben en la commémorant.
Cette interdiction fut largement provoquée par la politique. Les Vieux-Croyants soulignèrent que les doigts de la main droite étaient pliés dans un signe à deux doigts chez la Sainte qui venait d’être glorifiée. Par la suite, la Commission ecclésiastique réfuta cette affirmation. Cependant, les Vieux-Croyants firent appel de cette réfutation, essayant de prouver que, la Sainte princesse adhérant aux anciens rites, on ne pouvait changer ceux-ci. Le Synode, agissant également dans l’arène politique voulait s’opposer au raskol, et il empêcha la vénération de la Saint Princesse Anne par l’Église.
Bien sûr, même à des fins politiques, pareils actes ne peuvent pas être commis, car une personne glorifiée dans le chœur des saints est déjà un homme de Dieu. On touche dès lors ici, à des domaines complètement différents de la relation de l’homme avec Dieu.

Sainte Anne de Kachine

La restauration de la vénération ecclésiastique de Sainte Anne de Kachine eut lieu en 1908 [à l’initiative du Saint Tsar Martyr Nicolas. Il convient de noter que la vénération populaire de la Sainte Princesse n’a jamais cessé, même en dépit de l’interdiction officielle.
Toutefois, la justice fut restaurée [ à l’initiative de l’Archevêque Dmitri de Tver et à l’instigation du Saint Tsar Martyr Nicolas. N.d.T.] en 1909. Anne fut glorifiée à nouveau, on construisit des églises qui lui furent dédicacées, et les pèlerins en quête de guérison recommencèrent à affluer vers ses saintes reliques.
La mémoire de Sainte Anne de Kachine est vénérée trois fois l’an: le 2/15 octobre, jour de sa natalice, le 12/25 juin, le jour de sa seconde glorification en 1909, et le 21 juillet/3 août, le jour de l’invention de ses saintes reliques.
Sainte Mère Anne, prie Dieu pour nous !
Traduit du russe
Sources : 1, 2, 3.

Saint Jean de Kronstadt. Un témoignage remarquable provenant de l’Oblast du Don.

Le texte ci-dessous est traduit des pages 371 et 372 du livre «Le Père Jean de Kronstadt» de I.K. Sourskii (pseudonyme composé à partir du nom du village natal de Saint Jean: Soura), au chapitre 18 du tome II, intitulé «la clairvoyance du Père Jean». La version du livre utilisée est celle qui fut publiée en 2008 à Moscou par les Éditions «Otchii Dom», et qui regroupe en un seul volume les deux tomes du livre écrits l’un à Paris, l’autre à Belgrade, par l’auteur. Il s’agit vraisemblablement de la plus ancienne biographie de Saint Jean de Kronstadt, que l’auteur, un haut fonctionnaire de l’Empire de Russie, a connu personnellement, et qui a largement servit de base à la première (courte) biographie de Saint Jean de Kronstadt publiée en langue française (épuisée à ce jour) et traduite d’un original allemand écrit par Alla Selawry. D’autre extraits de cette excellente biographie, exceptionnelle source d’informations, seront traduits au cours de l’année 2019 sur le présent blog.

Ceci se passa en l’an 1902. Dans l’Oblast du Don, au village de Cheptoukhovo vivait le propriétaire terrien Nikolaï Alexandrovitch Poliakov. Son domaine était immense. On ne sait s’il lui était échu en récompense pour ses services dans l’armée , ou par héritage, de son père. C’était un homme dur et sévère, et que Dieu ne le permette, si du bétail appartenant à autrui venait à paître sur ses terres, il entrait en grande colère et punissait le propriétaire des bêtes. Ils étaient nombreux à ne plus oser le regarder en face après avoir subi pareil coup de semonce. Il ne croyait pas en Dieu, ni en ce qu’on écrivait à l’époque au sujet du Père Jean. Il ne croyait en rien dont il n’ait fait lui-même l’expérience. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt: Anniversaire de la naissance du Tsarévitch Alexandre.

Ce dimanche 26 février/10 mars est le jour anniversaire de la naissance du Tsar Alexandre III, né en 1845. Voici plus d’un siècle, à l’occasion de ce même jour anniversaire, Saint Jean de Kronstadt proclama l’homélie ci-dessous, extraite des pages 138-140 du recueil «Paroles de l”Archiprêtre Ioann Ilitch Sergueev prononcées à la Cathédrale Saint André à diverses occasions lors de grandes solennités» (Слова на Высокоторжественные дни Протоіерея Iоанна Ильича Сергіева, произнесенныя въ разное время въ Кронштадтскомъ Андреевскомъ Соборѣ), publié à Kronstadt en 1888, par l’Organisation Paroissiale de la Cathédrale de Kronstadt.

Propos lors du jour anniversaire de la naissance de l’Héritier du Trône de toutes les Russies, le Croyant fidèle, Souverain et Tsarévitch, le Grand Duc Alexandre Alexandrovitch.

La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue;
mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance,
à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. (Jean 16, 21).

La naissance en ce monde d’un homme, créature raisonnable de Dieu, image de Dieu, est œuvre divine de la toute-puissance, de la bonté et de la sagesse de Dieu. L’être nouveau vient au monde, de la non-existence à l’existence, un être qui, certainement, n’est ni insignifiant ni impuissant dès le départ, et qui par la suite exerce souvent une influence importante sur la destinée de son entourage, sur le destin de tout un peuple, et parfois même sur le destin du monde entier. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II et Le Saint et Juste Job (2/2)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est traduit du livre «Le Tsar et la Russie (Réflexions à propos du Souverain Empereur Nicolas II)», publié par les Éditions Otchii Dom à Moscou en 2017. Ce livre est un recueil d'articles dont les auteurs se sont fixé pour objectif de commenter, sur base de faits et de témoignages personnels, le règne du dernier Empereur de Russie, ainsi que la signification spirituelle que prend cette période tragique de l'histoire de leur patrie pour le destin futur de la Russie et du monde entier. Un des buts poursuivis par l'édition de ce livre est de dénoncer mensonges et calomnies, et de témoigner de la vérité. L'extrait ci-dessous est un chapitre de la seconde partie du livre, pp 632 à 642, qui intègre des travaux, homélies et réflexions de clercs du Patriarcat de Moscou et de l’Église russe hors Frontières et qui tente de répondre aux questions: A quelle fin le Seigneur permit-il la révolution, quel est le sens du chemin de croix et de la mort des Martyrs impériaux, quelle doit être l'essence de notre repentir et quelle signification spirituelle devons-nous tirer pour nous-mêmes de la catastrophe russe ? Ce chapitre fut rédigé par l'Archiprêtre Alexandre Chargounov, ancien maître de conférences à l'Académie de Théologie de Moscou, dirigeant du «Comité pour la Renaissance morale de la Patrie», recteur de l'église moscovite Saint Nicolas en Pyji, Malaya Ordynka.Il s'agit de la seconde partie du chapitre, la première se trouve ici.

Comme Job voyait et observait l’essence de ce qui se trouvait derrière ces événements, il ne détourna pas son regard de la Source première. Il vénérait Dieu dans la prospérité et dans les privations. Une fois la tempête passée, il s’inclinait, face à terre, se prosternant devant Dieu.Les afflictions ne doivent pas nous éloigner de la vraie vie, mais nous rapprocher d’elle. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II et Le Saint et Juste Job (1/2)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est traduit du livre «Le Tsar et la Russie (Réflexions à propos du Souverain Empereur Nicolas II)», publié par les Éditions Otchii Dom à Moscou en 2017. Ce livre est un recueil d'articles dont les auteurs se sont fixé pour objectif de commenter, sur base de faits et de témoignages personnels, le règne du dernier Empereur de Russie, ainsi que la signification spirituelle que prend cette période tragique de l'histoire de leur patrie pour le destin futur de la Russie et du monde entier. Un des buts poursuivis par l'édition de ce livre est de dénoncer mensonges et calomnies, et de témoigner de la vérité. L'extrait ci-dessous est un chapitre de la seconde partie du livre, qui intègre des travaux, homélies et réflexions de clercs du Patriarcat de Moscou et de l’Église russe hors Frontières et qui tente de répondre aux questions: A quelle fin le Seigneur permit-il la révolution, quel est le sens du chemin de croix et de la mort des Martyrs impériaux, quelle doit être l'essence de notre repentir et quelle signification spirituelle devons-nous tirer pour nous-mêmes de la catastrophe russe ? Ce chapitre fut rédigé par l'Archiprêtre Alexandre Chargounov, ancien maître de conférences à l'Académie de Théologie de Moscou, dirigeant du «Comité pour la Renaissance morale de la Patrie», recteur de l'église moscovite Saint Nicolas en Pyji, Malaya Ordynka..

Pour tous, c’est évidemment un miracle, une révélation de la Divine Providence, que la coïncidence du jour de naissance du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch avec celui où l’on célèbre la mémoire de Saint Job (le 6/19 mai). Le Souverain lui-même voyait dans ce fait une préfiguration de son destin, lorsqu’il dit «J’ai non pas le pressentiment mais la pleine conviction d’être prédestiné à de terribles épreuves, et je n’en recevrai pas la récompense ici, sur terre. Combien de fois me suis-je appliqué à moi-même les paroles de Job : «Ce que je crains, c’est ce qui m’arrive; Ce que je redoute, c’est ce qui m’atteint. Je n’ai ni tranquillité, ni paix, ni repos. Et le trouble s’est emparé de moi» (Job 3,25-26)1 , et encore «Je nourris la conviction ferme et absolue que le destin de la Russie, mon propre destin et le destin de ma famille se trouvent entre les mains de Dieu, Qui m’a placé à l’endroit où je me trouve. Quoi qu’il arrive, je m’incline devant Sa volonté, avec la conscience de n’avoir jamais eu d’autre pensée que celle de servir le pays qu’Il m’a confié».2
Le Livre de Job, comme toute la Parole de Dieu, éclaire l’histoire de l’humanité du rayon de la lumière divine et nous aide à comprendre la profondeur des événements récents et de ce qui se produisit avec notre dernier Tsar. Nous savons, par la grâce du Saint Esprit, que notre Tsar est un saint. C’est pourquoi nous pouvons le comparer à un autre saint, le Juste Job. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas. La signification du Tsar pour le peuple russe, par le Starets Anatoli d’Optina.

Le Saint Tsar Nicolas II
Traduction du texte publié par le journal «La Croix Orthodoxe» (Православный Крест) et mis en ligne le 28 juillet 2011. A la veille de ces jours au cours desquels nous commémorons le Tsar, me revient à l’esprit l’exceptionnelle rencontre entre le Prince Nicolas Davidovitch Jevakhov et l’un des grands startsy d’Optina Poustin’, aujourd’hui glorifié parmi le chœur des saints, Saint Anatoli (Potapov) [N.d.T. dit aussi «le jeune, pour le distinguer de Saint Anatoli (Zertsalov) d’Optina, «l’ancien»]. L’entretien fut tenu avant la nomination du Prince, sur ordre du Tsar, au rang de Camarade Haut-Procureur du Saint Synode, en 1916. Les mémoires de Nicolas D. Jevakhov furent publiées en exil à Munich, en 1923, et ensuite à Novi Sad, en Serbie, en 1928. En voici un extrait qui témoigne de la réelle relation orthodoxe entretenue par les Saints de Russie avec l’Autocratie, nous indiquant la voie du repentir et du discernement après quasiment un siècle d’hébétude spirituelle, et permettant au peuple de Russie de se purifier par la souffrance et le martyr. Voici cette remarquable conversation .

Batiouchka, Père Anatoli, je n’y comprends rien, commençai-je, depuis mes années d’enfance, je suis inconsciemment tourné vers le monastère et ce n’est pas la première fois que je viens frapper à votre porte et dans votre communauté, mais malgré cela, je ne parviens pas à me détacher du monde. Et il me semble que je m’empêtre de plus en plus dans les rets sataniques… Je crains pour mon âme… Lire la Suite