Le Métropolite Athanasios de Limassol. La Maman de tout le monde.

Le texte ci-dessous est la traduction d’un extrait d’un très long article paru sur le site Pravoslavie.ru, le 28 août 2018 et sous-titré «Témoignages contemporains de l’aide miraculeuse de la Mère de Dieu», préparé par Madame Olga Orlova. Il s’agit d’entretiens accordés par différents hiérarques. L’article est précédé du préambule suivant : Depuis la Croix du Christ, le genre humain tout entier devint, à travers la personne de Saint Jean le Théologien, fils de la Très Sainte Mère de Dieu. Tous nous sommes appelés à devenir saints. Et la Mère de Dieu ne nous abandonna pas, même après Sa Dormition, en voici quelques témoignages. Nous avons retenus l’entretien accordé par Son Éminence le Métropolite Athanasios de Limassol, déjà largement publié sur le présent site.

Gloire et grâce soient rendues à Dieu car la Toute Sainte Panagia ne nous abandonne pas !

Ma rencontre avec Geronda Païssios fut la préface de mon chemin monastique. J’étais déjà étudiant à la Faculté de Théologie à l’Université de Thessalonique. Cela se produisit lors d’une de nos premières rencontres, précisément pendant la soirée que je passai pour la première fois avec lui dans sa kaliva. A cette époque, il ne menait pas encore son podvig à la Panagouda, mais dans la kelia de l’Exaltation de la Sainte Croix, que lui avait laissée le starets russe Papa Tikhon, appartenant au Monastère de Stavronikita. L’événement se déroula précisément la veille de la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, en 1977. C’était donc la fête de la dédicace. Mais malgré cela, rien n’annonçait ce qui se produisit… Lire la Suite

Métropolite Nikolaos: L’Athos, un Laboratoire de Sainteté

Texte mis en ligne sur le site du journal russe «Pokrov», sour le titre Лаборатория святости . le 13 juillet 2017. Il reprend des enseignements spirituels dispensés par le Métropolite Nikolaos de Mésogée et Lauréotique, sous la forme d’aphorismes et de courts récits, que celui-ci affectionne particulièrement, méthode qu’il a apprise lors de son séjour à la Sainte Montagne auprès de son père spirituel, le Saint Geronda Païssios l’Athonite.

Mon diplôme de novice
Je suis né à Thessalonique, j’ai grandi à la maison, qu’on pourrait appeler notre «petite église». Maman était physicienne, ma sœur, physicienne, et mon frère, physicien. Donc, pendant trente ans, j’ai eu pour but de devenir un savant célèbre. Et le Seigneur me le permit de la meilleure des façons. J’ai étudié la physique à l’Université de Thessalonique, et j’ai ensuite poursuivi mes études au MIT, à Harvard, aux États-Unis. A trente ans, j’avais engrangé de sérieux succès, mais dans mon cœur, c’était comme une sorte de désert. Je suis redevenu étudiant, en me rendant chaque année au Mont Athos.
Je me souviens d’une de ces visites. Lire la Suite

Métropolite Athanasios. La Grâce descend dans le cœur qui rend grâce. (1/3)

Les éditions du Monastère de la Présentation au Temple viennent de publier un nouveau livre de son Éminence le Métropolite Athanasios de Limassol, intitulé «Сохраним душу живой» (Gardons notre âme vivante), développant un enseignement de la pratique de l’essence de l’Orthodoxie dans la vie quotidienne et surtout dans la famille. Comme de coutume, le site Pravoslavie.ru, lié au Monastère a mis en ligne le 23 mai 2018 quelques extraits de ce nouveau livre. Voici la traduction de la première partie de l’un des chapitres de l’ouvrage.

Le Prêtre clame : « Rendons grâce à Dieu ! »
L’Assemblée répond : « Cela est digne et juste ! »

Imaginez un homme épuisé, malheureux, désorienté, que l’on découvre soudainement et que l’on conduit à un palais en lui disant : Regarde, ce palais appartient à ton père. Il est à toi, c’est ton héritage. Jusqu’à cet instant, était épuisé, affamé, vêtu de hardes, un pauvre homme. Maintenant, le voilà soudain héritier d’une immense richesse et il se réjouit de ce confortable palais. Son cœur déborde littéralement de gratitude et de reconnaissance envers celui qui lui a transmis cet héritage.
La même chose se produit avec nous. Quand nous voyons Dieu, quand nous nous tenons devant Lui, la première réaction de notre cœur, c’est la gratitude: «Rendons grâce à Dieu». Nous répondons: «Cela est digne et juste!...», c’est-à-dire qu’il est digne et juste de Le remercier. Souvent nous avons parlé d’eucharistie, (dont la racine signifie en grec ‘remercier’), mais nous devrions passer à l’acte, encore et encore, car la gratitude envers Dieu est chose très importante. Nous constatons que la Divine Liturgie est aussi nommée ‘Sainte Eucharistie’ (c’est-à-dire, sainte gratitude, saint remerciement), cela signifie que l’homme doit en permanence exprimer ses remerciements à Dieu. Au moment où commence la partie principale de la Divine Liturgie, l’Église nous invite à exprimer intérieurement notre gratitude; elle ne nous demande pas d’éprouver de la crainte ni de tressaillir:’Maintenant commence la Divine Liturgie et malheur à vous! Malheur à vous, car vous êtes des pécheurs! Pensez à l’enfer, aux tourments, à la colère de Dieu, pensez que vous irez tous en enfer!’ Rien de tout cela. Pareilles pensées, semblables sentiments n’ont pas leur place dans la vie spirituelle, ils ne nous orientent pas vers une juste relation à Dieu. Quelle devrait être notre relation à Dieu? Nous sommes les enfants de Dieu et nous devons remercier notre Père Céleste. Évidemment, nous savons cela, nous savons aussi que nous sommes des pécheurs et non de bons enfants de Dieu. Celui qui pense être bon ne cultive pas intérieurement une disposition à rendre grâce à Dieu. Et en même temps, celui qui pense être un homme mauvais, remercie Dieu beaucoup plus sincèrement. Le tropaire qui nous prépare à la Nativité du Christ annonce que nous nous trouvons dans les ténèbres spirituelles, et que la Lumière descend sur nous, et nous devons dès lors Le remercier plus encore. Si seulement nous étions justes et bons, nous dirions : «Nous sommes bons, et il est naturel que Dieu soit à nos côtés!» Lire la Suite

Geronda Arsenios l’Hésychaste, l’initié de la Panagia.

Le site Pravoslavie.ru a publié la version russe du texte ci-dessous, consacré à la spiritualité de Geronda Arsenios le Spiléote et Hésychaste, le 15 septembre 2015. Cette version a été préparée par Madame Olga Rojniova.

Le 15 septembre, nous célébrerons la mémoire du geronda athonite Arsenios le Spiléote et Hésychaste. Geronda Arsenios fut un héros de l’ascèse qui acquit les dons du discernement spirituel, de l’humilité et de la douceur, de la clairvoyance, et de la prière continuelle. Pendant quarante années, le Père Arsenios fut l’inséparable frère de Geronda Joseph l’Hésychaste (1897-1959) dans l’exploit ascétique et l’initiation aux Mystères. Après la fin bienheureuse de Geronda Joseph l’Hésychaste, le Père Arsenios fut le trait d’union de toute la fraternité monastique des enfants spirituels de Geronda Joseph. Lire la Suite

Saint Cosme d’Étolie. Les Temps sont mûrs. (1)

Athanasios Zoïtakis, professeur à la Faculté d’Histoire de l’Université d’État de Moscou (MGU), et auteur d’une monographie consacrée à Saint Cosme d’Étolie (Le texte original russe de la monographie précitée, qui compte plus de 200 pages, est accessible librement ici.), a commenté pour le site Pravoslavie.ru les prophéties de Saint Cosme se rapportant à notre époque parmi les deux cents prophéties que ce Saint nous a léguées.  Plusieurs textes du Professeur Zoïtakis au sujet de Saint Cosme d’Étolie ont déjà été traduits sur le présent blog. Voici la première partie de la traduction française du commentaire accordé au site Pravoslavie.ru.

La vénération populaire sans précédent dont fit l’objet Saint Cosme d’Étolie permit au monde de découvrir les prophéties de celui-ci. Saint Cosme vécut au XVIIIe siècle, mais il fut glorifié par l’Église seulement vers la moitié du XXe siècle. Le peuple, lui, ne douta jamais de la sainteté de cet homme. C’est ce qui permit la préservation de tout ce qui avait trait à la mémoire du saint. De très anciennes icônes le représentent. Chacune de ses paroles a été précieusement consignée. Et tout cela fut transmis de génération en génération. C’est ainsi que l’on conserve encore de nombreux objets liés à Saint Cosme: par exemple des vêtements, et des croix de bois et de métal, qu’il laissa sur les lieux où il allait prêcher. Lire la Suite

Métropolite Athanasios : Saint Païssios et Saint Serge de Radonège. (2/2)

Entretien réalisé par le correspondant du site Agionoros.ru, au Monastère de la Présentation au Temple à Moscou, à l’occasion de la publication du livre en russe du Métropolite Athanasios de Limassol «Le Cœur ouvert de l’Église», dont la traduction de plusieurs extrait est proposée ici. Le texte russe est sous-titré: L’Église donne réponse aux questions les plus importantes de la vie de l’homme. Voici la seconde partie de l’entretien; la première se trouve ici.

Dans votre livre «Le Cœur Ouvert de l’Église», au chapitre concernant Saint Porphyrios, vous rapportez qu’un moine catholique romain séjourna avec vous à la Sainte Montagne. Or, quelques années plus tard, vous vous êtes prononcé contre la visite à Chypre du Pape de Rome, et lorsqu’il vint toutefois, vous avez refusé de le rencontrer. Où se situe la limite des relations avec les chrétiens de diverses confessions? Sur quel critère pouvons-nous nous orienter?
En qualité de Chrétien, nous devons aimer et respecter tout homme et toute femme. Mais nous ne sommes pas obligés d’avoir pour autant les mêmes croyances qu’eux. Nous avons notre foi propre, nos dogmes, et nous n’y apporterons aucune modification. J’aimerai tout homme, car il est l’image de Dieu. Je n’ai rien contre les papes. Mais quand l’un d’eux vient à Chypre, il ne vient pas en tant qu’homme. Lire la Suite