Métropolite Athanasios de Limassol. La Force que nous donne le Christ.

Athanasios 5Le site Pravoslavie.ru a publié la version russe du texte ci-dessous le 17 novembre 2016. Son Éminence le Métropolite Athanasios de Limassol y aborde, avec la puissance  et la beauté du verbe qui lui sont si coutumières,  le thème de l’homme contemporain dans l’épreuve.

Souvent, quand nous nous sentons épuisés, nous comprenons ce que signifient les paroles du Christ : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos» (Mat.11,28). Les jeunes ne peuvent ressentir cela pleinement : ils ne portent pas de fardeau. Mais pour le vieil homme qui a dû traverser de nombreux dangers, les afflictions, les labeurs, les échecs, l’asthénie, chaque année ajoute son poids au fardeau, à la fatigue, aux peines, et il a besoin de souffler, de poser ce fardeau quelque part, de s’en libérer. Et le seul qui puisse soulager, c’est le Christ. Personne d’autre. Tout ce que nous puissions entreprendre d’autre, cela reste humain ; cela ne peut nous aider que dans une mesure limitée. Nous pouvons par exemple voyager, rentrer au village pour revoir un vieil ami, ou encore aller dans l’un ou l’autre bel endroit. Cela peut nous aider et nous apaiser, mais pas en profondeur. Seul le Christ est en mesure d’apporter véritablement la paix à l’âme de l’homme car Il est Lui-même la Paix de nos âmes. Lire la Suite

Métropolite Athanasios. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.

Le Métropolite Athanasios de Limassol a retenu les paroles de l’Apôtre Paul , 2Cor. 6,2, pour donner un titre à son homélie concernant le Grand Carême, que le Portail informatique Pravoslavie.ru publie dans ses pages russes du 13 mars 2017. En voici l’adaptation française.

Le Saint et Grand Carême est l’arène lumineuse et propice aux vertus, que l’Église propose à une certaine époque de l’année, nous ouvrant ses portes afin que nous y entrions dans la joie et habités par de bonnes dispositions, et y menions notre combat, offrant du temps de notre propre vie à Dieu. Lire la Suite

Métropolite Athanasios de Limassol : La Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ.

COE Métropolite AthanasiosLe Métropolite Athanasios de Limassol partage avec nous, dans son livre «Le Cœur Ouvert de l’Église», publié en 2016 par les Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou, l’immense trésor de l’expérience spirituelle qu’il a accumulée au cours des six décennies de sa vie, dans sa prière, au contact de ses frères et sœurs en Christ, et surtout au contact des saints de notre Église qu’il a eu la grâce de rencontrer. Les  textes précédents évoquaient différents saints et anciens de notre Église. Le présent chapitre est traduit des pages 143 à 148 du livre précité.

Ces jours-ci, nous célébrons la Fête des fêtes : la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ. La Nativité est l’une des plus grandes fêtes de notre Église dans la mesure où nous célébrons cet événement incommensurable : Dieu Lui-même S’est fait homme pour déifier l’homme, pour nous amener à Lui. Lire la Suite

Métropolite Athanasios de Limassol. Invoquer le Nom du Seigneur.

Athanasios 5Dans l’éparchie d’Ekaterinbourg s’est déroulée du 27 au 29 mai 2016 une conférence monastique internationale «L’héritage patristique à la lumière de la tradition athonite : la guidance spirituelle», à laquelle ont pris part des archimandrites et higoumènes de Russie, de Grèce, de Chypre, de France, d’Allemagne et d’Ukraine. Le 28 mai, son Éminence le Métropolite Athanasios de Limassol, arrivé en Russie pour participer à la conférence, a également rencontré le clergé, les moines et des laïcs de l’éparchie. Cette rencontre fut consacrée à l’importance pour le Chrétien, particulièrement en ces temps de crise, de s’en remettre à la Providence Divine et de se sentir proche du Christ. Voici la traduction de son intervention, publiée sur le site Pravoslavie.ru le 06 juin 2016.
Notre époque connaît de nombreuses difficultés et de nombreux problèmes. Il y en eut beaucoup aussi en d’autres époques. De nombreux nuages s’amoncellent à l’horizon et les cœurs des hommes sont habités par de grandes inquiétudes. Dans le monde se produisent beaucoup d’événements difficiles, des «crises», mais nous, Chrétiens, nous devons nous occuper d’une seule crise, la crise du jugement de Dieu (En grec, jugement et crise peuvent se traduire par le même terme κρίση). Toute société reçoit une récompense en fonction de la vie qu’elle mène. Il en va de même en ce qui concerne chaque homme. Et dans toutes ces difficultés, nous entendons une voix, la voix de l’Évangile, la voix de notre Seigneur le Christ, Qui nous dit «Vous aurez à souffrir dans le monde, mais prenez courage: moi, j’ai vaincu le monde» (Jean 16:33). Lire la Suite

Métropolite Athanasios : A propos de Saint Porphyrios (3/3)

COE Métropolite AthanasiosLe Métropolite Athanasios de Limassol partage avec nous, dans son livre «Le Cœur Ouvert de l’Église», publié en 2016 par les Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou, l’immense trésor de l’expérience spirituelle qu’il a accumulée au cours des six décennies de sa vie, dans sa prière, au contact de ses frères et sœurs en Christ, et surtout au contact des saints de notre Église qu’il a eu la grâce de rencontrer. Les deux textes précédents évoquaient Saint Porphyrios le Kavsokalivite et concernaient le début du chapitre original en russe, le texte ci-dessous, en propose la suite et la fin. Nous avons traduit ce chapitre des pages 89 à 122 du livre précité.

Voici deux autres cas, qui se sont déroulés sur le Mont Athos. Un soir, un de mes amis, hiéromoine, priait. Soudain il entendit des pas dans le corridor de l’hésychastère (N’ayez pas peur de ce que je vais vous raconter!). La porte s’ouvrit, et Satan entra dans la cellule. Et alors, cela a commencé. Il saisit l’ascète à la gorge et le jeta sur le sol. Une lutte s’en suivit. Vers la fin de cette tentation, le hiéromoine reçut un coup sur la poitrine. Le lendemain matin, il ne raconta rien à personne. Et, comme dans l’histoire précédente, le téléphone sonna. C’était Geronda Porphyrios qui l’appelait. Mais ils ne se connaissaient pas. Geronda lui dit «Tu t’en es bien sorti hier soir! Le dernier coup que tu as reçu aurait dû régler ton compte.» Le hiéromoine demanda «Mais qui êtes-vous?» «Le Père Porphyrios». «Comment cela aurait-il pu régler mon compte, Geronda?» «Tu vas devoir avaler un paquet de médicaments!» Et effectivement, après quelques temps, le hiéromoine commença à cracher du sang. Il avait contracté la tuberculose. Et vous savez quelle quantité de médicaments il faut prendre quand on est affecté par cette maladie… Lire la Suite

Métropolite Athanasios : A propos de Saint Porphyrios (2/3)

COE Métropolite AthanasiosLe Métropolite Athanasios de Limassol partage avec nous, dans son livre «Le Cœur Ouvert de l’Église», publié en 2016 par les Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou, l’immense trésor de l’expérience spirituelle qu’il a accumulée au cours des six décennies de sa vie, dans sa prière, au contact de ses frères et sœurs en Christ, et surtout au contact des saints de notre Église qu’il a eu la grâce de rencontrer. Le texte précédent évoquait Saint Porphyrios le Kavsokalivite et concernait la première partie du chapitre original en russe, le texte ci-dessous, en propose la suite. Nous avons traduit ce chapitre des pages 89 à 122 du livre précité.

Passons maintenant à un récit différent. J’en fus informé par le héros de cette histoire, l’an dernier, alors que j’étais à Athènes. Une dame fortunée, fille spirituelle de Geronda Porphyrios avait un fils, amoureux d’une jeune fille d’Athènes. Il n’était pas pratiquant ni ne faisait confiance aux prêtres et à tout ce qui était lié à l’Église. Le jeune homme était donc amoureux de la jeune fille, mais celle-ci ne plaisait pas à la mère. Je ne sais pourquoi, mais c’était ainsi. Finalement, la mère s’adressa à Geronda Porphyrios : «Finalement, Geronda, cette fille convient-elle à mon fils?» Et il répondit «Non, ma chère, elle ne lui convient pas». «Mais comment vais-je faire pour le convaincre?» «Dis-lui de venir me voir afin que nous parlions ensemble». La mère formula donc cette proposition à son fils, mais il réagit en disant «Non, je n’irai pas je ne sais trop où, voir je ne sais quel geronda qui me racontera je ne sais quoi». Et il n’alla nulle part. Lire la Suite