Geronda Porphyrios. «Ta maman est en bonne santé!»

Le texte ci-dessous a été publié dans sa version russe sur le site du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou, le 29 août 2019. Dans son livre «Voyages en ville», la moniale Porphyria, dans le monde, chauffeur de taxi, raconte les surprenantes histoires de ses rencontres. L’une d’entre elles concerne une apparition de Saint Porphyrios et la guérison miraculeuse d’une jeune femme. Ce récit confirme que la vie se prolonge après la mort, et nous ne devrions jamais perdre espoir, car notre Seigneur est le Tout-Puissant.

Il était deux heures du matin. Je me trouvais Place des Saints Anargyres, à Athènes, au milieu d’un océan de lumière artificielle. Un homme avança vers moi.
Vous pouvez me conduire à Menidi?
– Non. Répondis-je.
Je ne pouvais le faire car à trois heures, je devais aller au Pirée. L’homme se tenait e l’autre côté de la rue et attendait qu’apparaisse un autre taxi. Quelque chose me disait que je devais l’aider. J’agitai la main pour qu’il vienne. Lorsqu’il s’assit dans la voiture, l’homme cria :
– Ce n’est pas possible!
Il prit la photo de Saint Porphyrios qui était dans ma voiture et l’embrassa. A ce moment, l’éclairage changea, la voiture avançait en direction de Menidi. Je voulus reprendre la photo, mais voyant avec quel amour il la regardait, je me ravisai. Lire la Suite

Geronda Gabriel de Karyès s’adresse au Patriarche Bartholomée.

Le 10 août 2019, un appel à la prière en faveur du saint Geronda Gabriel de Karyès avait été lancé sur le présent blog, répercutant la demande émise sur le blog Orthodoxologie. Aujourd’hui, dimanche 10 novembre 2019, un texte vient d’être publié, également sur le blog  Orthodoxologie, qui mérite toute notre attention. Il s’avère que ce serviteur de Dieu qui prie nuit et jour pour le monde, ce père spirituel de milliers d’hommes et de femmes, ce grand disciple de Saint Païssios l’Athonite, a adressé une lettre ouverte au Patriarche Œcuménique, invitant celui-ci à revenir sur la voie droite de l’Orthodoxie.

Lire la Suite

«Les Propos foudroyants» du Père Jean de Kronstadt

Le texte ci-après est un extrait de la deuxième section du livre «’Surmonter les troubles’, Adresse au peuple russe» (“Одоление смуты”. Слово к русскому народу), du Saint Métropolite Ioann (Snytchev) de Saint-Pétersbourg et Ladoga, publié en 1995 par les Éditions Tsarskoe Delo. Le livre regroupe des articles, homélies et interventions de Vladika Ioann datant de la dernière période de sa vie, entre 1992 et 1994. Tant les propos foudroyants du Saint Pasteur de Kronstadt que les commentaires du saint Métropolite Ioann résonnent d’une tonalité qui semble sortie de ce début de XXIe siècle.

Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit!

Peinture de P. Moskvitine (fragment)

Très vénérés pères, frères et sœurs! Mes enfants bien-aimés!
Aujourd’hui, la Sainte Église Orthodoxe célèbre une date remarquable qui propose pour notre édification la sainte vie et les miracles du grand pasteur de Kronstadt. En vérité, il est grand devant Dieu, l’inoubliable Père Jean, pendant sa vie priant et s’affligeant pour toute la Russie, et maintenant, notre céleste intercesseur, intervenant avec audace devant Dieu, et aussi, protecteur de Saint-Pétersbourg. Glorifiés dans le monde entier par ses miracles, ayant atteint gloire et vénération même dans les peuple non-orthodoxes et même non-chrétiens, par sa vie merveilleuse et ses écrits inspirants, le Saint et Juste Père Jean nous guide maintenant, nous les pécheurs qui avons besoins de nous débarrasser de la paresse et d’œuvrer activement au salut de notre âme. Lire la Suite

La sainteté de Vladika Ioann (Snytchev)

En Russie, beaucoup de croyants considèrent que le Métropolite Ioann (Snytchev) de Saint-Pétersbourg et Ladoga fut un saint. Le Patriarcat de Russie n’a toutefois pas encore procédé à la glorification de Vladika Ioann. Souvent dans l’introduction des traductions concernant celui-ci, un rappel de sa sainteté est mentionné. Le texte ci-dessous est composé de la traduction de quelques extraits du livre «Il y eut un homme envoyé de Dieu… Description de la vie du Métropolite de Saint-Pétersbourg et ladoga IOANN (SNYTCHEV), transmise par des témoins visuels et par lui-même» (Был человек от Бога. Жизнеописание митрополита Санкт-Петербургского и Ладожского ИОАННА (СНЫЧЕВА), переданное очевидцами и им самим ) , hélas non traduit en français, édité par les Éditions Tsarskoe Selo en 2005. La Version utilisée ici est la seconde édition, de 2015. Ce livre est constitué d’extraits du journal que tenait Vladika Ioann, d’extrait du livre de souvenirs de sa fille spirituelle la Moniale du Grand Schème Barbara, et des souvenirs d’autres proches de Vladika, qui furent imprimés dans la presse périodique en Russie. La sainteté d’un homme ne se résume évidemment pas à quelques événements de sa vie, fussent-ils exceptionnels, mais il est impossible de traduire ici les 750 pages de l’ouvrage précité. Ces événements peuvent toutefois être lus comme quelques signes.
pp.152.- 153. V. M.
[En 1967, au moment des faits, Vladika Ioann était âgé de 40 ans. N.d.T.] Ma première rencontre avec Vladika se déroula en novembre 1967, sur l’insistance de ma mère, la servante de Dieu Anna, qui voulait que son fils reçoive, avant de partir à l’armée, la bénédiction de l’évêque. Dans la maison de Vladika, mon âme ressentit une paix inhabituelle. Je ne voulais plus en sortir, rester là et vivre avec lui. Lire la Suite

Vladika Ioann, le Chrysostome russe. Mémoire éternelle!

Le soir du 20 octobre/02 novembre 1995, vers 20h 30 le Métropolite Ioann de Saint-Pétersbourg et Ladoga décédait subitement d’un infarctus, à l’âge de 68 ans, dans un des vestibules de l’Hôtel Septentrional, sur l’Île Petrogradski, à Saint-Pétersbourg, s’y étant rendu par obligation, afin y rencontrer, pour défendre les intérêts de l’Église, le maire de la ville, qui avait refusé de le recevoir pendant deux ans. Nous célébrons donc le vingt-quatrième anniversaire de la natalice du saint Vladika Ioann dont de nombreux Russes attendent la glorification officielle. Le texte ci-dessous a été publié le premier novembre 2017 sur le site Russkaia Narodnaia Linia. Il s’agit de souvenirs de l’Archimandrite Pacôme (Tregoulov), ‘assistant’ de Vladika Ioann et Supérieur du Monastère de la Sainte-Trinité de Zelenets, situé à une centaine de kilomètres à l’Est de Saint-Pétersbourg.

Vladika reçut de Dieu le don de simplicité. Celle-ci se manifestait en tout, dans son mode de vie, dans sa nourriture, dans ses relations, qui jamais ne firent place à la familiarité, avec qui que ce fût. Il était en effet archevêque. Sa résidence de Métropolite ressemblait à un musée, mais Vladika ne s’en rendait pas compte du tout, se sentant à l’aise dans tous les environnements. Il y avait emmené son ancien lit métallique. Il vivait modestement. Ni son transfert dans l’ancienne capitale, ni son ordination épiscopale ne se reflétaient en son comportement. Il avait toujours été un homme simple et il le demeurait, tout en répondant aux exigences élevées du rang de métropolite, en ayant la main ferme que requiert la direction d’une éparchie. Il ne craignait rien ni personne. Il prenait ses décisions en fonction des canons et de la pieuse Tradition de l’Église. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt. A la Mémoire de Saint Alexandre Nevski.

Homélie prononcée par Saint Jean de Kronstadt en août 1907, vraisemblablement le 30 (ancien style), jour où l’on célébra la translation en 1724 des saintes reliques du Grand Prince Alexandre Nevski, par ordre de l’Empereur Pierre Premier, de Vladimir à Saint-Pétersbourg. (Saint Alexandre Nevski, qui prit reçut tonsure et schème avant de mourir, est fêté le 23 novembre/6 décembre)Le texte de cette homélie est repris aux pages 449 à 453 du recueil d’homélies et autres écrits de Saint Jean de Kronstadt intitulé «A propos de l’Église et du Jugement Dernier», et dont l’édition utilisée ici est celle publiée en 2018 à Moscou et Sébastopol. Cette homélie expose brièvement ce que Saint Jean de Kronstadt voyait comme étant les traits essentiels de la vie du grand Saint russe Alexandre Nevski. Les hauts-faits du Saint sont utilisés par le Saint Batiouchka pour commenter l’actualité militaire de l’époque.

Réjouis-toi en ce jour, peuple de Russie, jubilez d’allégresse, dirigeants et puissants :
Car la chair de votre chair, le pouvoir de votre pouvoir,
le pieux Prince Alexandre Nevski jubile avec les Anges dans les Cieux,
Et tous ses proches au pouvoir ou assujettis au pouvoir, sont appelés au spirituel triomphe, et à prier le Seigneur pour tous. (Gloire, après les stichères de la Litie)

Dans quelles circonstances, chers frères et sœurs, les reliques du saint et pieux Grand Prince Alexandre Nevski furent-elles transférées de Vladimir à Peterbourg?
Lorsque le Souverain Pierre le Grand conclut en en 1721 une paix à laquelle on aspirait depuis des années, et établit sa nouvelle capitale à Peterbourg, pour embellir celle-ci de manière sainte et grandiose, et pour glorifier les podvigs du saint prince, il voulut que soient transférées de Vladimir les reliques miraculeuses et incorrompues de celui-ci. Ce fut accompli avec la vénération qui convenait à cette occasion. Lire la Suite