Le Saint Père Jean de Kronstadt ressuscita des morts.

Le texte ci-dessous est la traduction du récit d’Evguenii Vadimov, publié originellement dans le journal «Le Temps Nouveau» (Новое Время), n°2555, en 1929. Il a été repris dans le livre «Le Père Jean de Kronstadt» de I.K. Sourskii, aux pages 220-222 du chapitre 65 du tome I. La version du livre utilisée ici est celle qui fut publiée en 2008 à Moscou par les Éditions «Otchii Dom», et qui regroupe en un seul volume les deux tomes du livre écrits l’un à Paris, l’autre à Belgrade, par l’auteur. Ce récit indique qu’à travers la prière du Père Jean, le Seigneur a trouvé bon de ressusciter un mort. Un autre chapitre du même livre conte la résurrection d’un autre mort à travers le Père Jean.

Le Père Jean lui-même, dans ses écrits rappelle humblement qu’il ressuscita un mort. Il écrit qu’il avait été invité à prié pour la guérison d’un enfant malade. Quand il arriva, le petit était déjà décédé, mais après sa prière, l’enfant se remit à vivre.
Madame O-va, une femme en vue, éclatante de santé, déjà mère de trois ou quatre enfants fut de nouveau enceinte et se préparait à être mère d’un enfant supplémentaire. Soudain, quelque chose se passa. La femme se sentit mal. Sa température s’éleva jusque 40°, une immense faiblesse et des douleurs qui lui étaient jusqu’alors inconnues la torturèrent pendant plusieurs jours. On appela évidemment de Moscou les meilleurs médecins et des sages-femmes de renom, dont on sait qu’il n’y a jamais pénurie, dans la ville de la Clinique Pigorov.
«A Dieu ne plaise ce qui se passe chez mon oncle! Me dit le matin Sacha T. Lors de notre habituelle rencontre quotidienne au manège du régiment lorsque montent les officiers. Liza est à la mort. Hier, des professeurs ont tenu conseil… Si on ne pratique pas aujourd’hui une césarienne afin d’extraire le cadavre du bébé, elle ne survivra pas. Mon oncle est au désespoir. Maman est à leurs côtés en permanence. Chez eux, c’est l’horreur et la confusion…»
Dès que prirent fins nos obligations quotidiennes au régiment, Sacha et moi hélâmes le premier cocher casse-cou qui passait et lui demandâmes de foncer jusque chez O. Dès que nous aperçûmes le majordome dans le couloir inférieur, visiblement, le désespoir et la frayeur régnaient ensemble dans la maison en ces moments.
«Pour l’instant, rien ne change, nous chuchota le serviteur âgé. La barine souffre de température élevée et d’étourdissement… Mais seulement elle n’a pas permis qu’on lui fasse une césarienne aujourd’hui… Elle n’arrête pas de réclamer le batiouchka de Kronstadt. Un télégramme a été envoyé».
Le soir même arriva une courte dépêche de Kronstadt:«J’arrive avec le courrier express. Je prie le Seigneur. Ioann Sergueev».
Le Père Jean de Kronstadt connaissait déjà la famille O. depuis longtemps et demeurait chez eux lors de ses séjours à Moscou. Appelé par télégramme, il arriva le lendemain au milieu de la journée dans l’appartement de O., rue Miasnitskaia, dans laquelle à ce moment était assemblée une foule composée de membres de la famille et de connaissances, qui attendait avec résignation et piété, dans le salon adjacent à la chambre où gisait la malade.
«Où est Liza?», demanda le Père Jean, entrant de son habituel pas pressé dans le salon. «Conduisez-moi près d’elle, et vous tous, restez ici et ne faites pas de bruit».
Le Père Jean entra dans la chambre de la mourante et ferma soigneusement derrière lui la lourde porte. Plusieurs minutes s’écoulèrent, longues, lourdes, jusqu’à compter une demi-heure. Dans le salon, la foule des proches gardait le silence, comme dans une crypte funéraire. Soudain, la porte donnant sur la chambre s’ouvrit largement avec bruit. Dans l’embrasure se tenait le vieillard aux cheveux gris, vêtu d’une tunique de prêtre dont l’avant était couvert d’un épitrachilion élimé. Il portait une barbe grise clairsemée. Son visage était inhabituellement rouge, suite à la tension des ardentes prières qui venait d’être vécue. On apercevait d’énormes gouttes de sueur. Soudain retentirent des paroles qui nous semblaient terribles, menaçantes, sorties d’un autre monde. «Il a été agréable au Seigneur Dieu d’accomplir un miracle! Prononça le Père Jean. Il Lui a été agréable d’accomplir un miracle et de ressusciter un fruit mort! Liza a mis au monde un petit garçon…»
«C’est à n’y rien comprendre du tout!… Dit d’une voix troublée l’un des professeurs, venu auprès de la malade pour pratiquer l’opération, quasiment deux heures après que le Père Jean fut reparti vers Kronstadt. L’enfant vit. Ce petit remue, la température est tombée à 36,8°. Je n’y comprends rien… J’étais convaincu, et je le suis encore à cet instant, que le bébé était mort et que l’infection s’était propagée dans le sang». Les autres étoiles de la science, dont les calèches s’étaient mises en route pour les emmener, n’y comprenaient rien, elles non plus.
Cette nuit-la, Madame O. avait rapidement et heureusement mis au monde un garçon en parfaite santé, qu’il me fut donné de rencontrer à maintes reprises chez T., rue Karetno-Sadovoï, alors qu’il était pensionnaire du Lycée Katkov.

Traduit du russe.

Saint Jean de Kronstadt. Les Royaumes terrestres vacillent faute de foi et de respect de loi.

Le texte ci-dessous est la traduction d’une homélie prononcée le 06/19 mai 1907 par Saint Jean de Kronstadt. C’est ce jour de l’année que naquit, en 1868, le Saint Tsar-Martyr Nicolas II. Le saint pasteur de Kronstadt ne manquait jamais à cette occasion de prononcer à l’intention des fidèles des paroles rappelant l’importance essentielle que revêtait à ses yeux le pouvoir du Tsar, et le fondement spirituel de cette importance. Évidemment, les paroles des saints transcendent le temps, et celles que l’on peut lire ci-après peuvent certainement s’appliquer aux «royaumes terrestres» de notre époque. L’homélie ci-dessous est extraite du livre «De l’Église et du Jugement Dernier», Moscou, Sébastopol, 2018, éditions de la «Société ecclésisastico-historique», pp. 368 à 372. («О Церкви и Страшном Суде»).

La Russie et l’Église fêtent solennellement en ce jour l’anniversaire de la naissance du Tsar de toutes les Russie, couronné par Dieu pour régner. La Russie et l’Église prient le Tsar des tsars, le Roi des rois, pour le succès et les victoires de notre Tsar terrestre, pour sa longévité, sa santé, et son salut, et pour que le Seigneur se hâte à lui venir en aide et l’assiste en toutes choses, et qu’Il soumette à ses pieds tous ses ennemis et perfides rivaux. J’adresse à vous tous, en tant que membres de la famille humaine, cette question: que signifient ces deux paroles: la parole et le commandement du Créateur au premier homme, et la parole mensongère et tentatrice du meurtrier de l’homme, le diable? Notez les conséquences pour l’homme de l’une et l’autre de ces paroles. De quoi s’agit-il essentiellement? L’une est parole de vie, de joie de vivre, créatrice. L’autre est mensonge, rêverie, assombrissement délétère. Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (6)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la sixième et dernière partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

Le Père Jean jouissait du don des larmes. On pouvait souvent le constater lorsqu’il célébrait la Divine Liturgie, pendant sa prière intérieure de repentir et lors de ses contemplations spirituelles. Ces larmes, disait-il n’endommageaient pas sa vue. «Toi, Seigneur, Tu as voulu que je ne craigne pas de verser devant Toi des larmes de repentir et de tendresse, car elles n’affaiblissent pas, mais purifient et renforcent ma vue. Les larmes de ce monde, larmes de tristesse terrestre affaiblissent et finissent par aveugler complètement l’homme qui pleure abondamment, mais les larmes de grâce produisent l’effet contraire. Pour cela et pour tout ce qui est bon, gloire à Dieu». Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (5)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la cinquième partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

La Cathédrale Saint André à Kronstadt

Quand il était jeune, le Père Jean ne pouvait étudier qu’au prix de grandes difficultés, mais ses prières d’enfant en larmes adressées au Seigneur lui ouvrirent l’esprit, et lui permirent de terminer en tête le cycle des études du Séminaire et d’entrer à l’Académie de Théologie de Saint-Pétersbourg en qualité de boursier. A la même époque, Batiouchka vit en songe une église dans laquelle quelqu’un le guidait. Lorsqu’il fut affecté à Kronstadt en qualité de prêtre, et qu’il entra pour la première fois dans la Cathédrale Saint André, il fut extrêmement surpris de ce que c’était précisément ce lieu qu’il avait vu dans son rêve. Le début de la vie à Kronstadt ne fut guère favorable aux labeurs pastoraux du Père Jean. Il s’installa entouré d’une famille nombreuse, dans un appartement exigu. Ces conditions devaient manifestement gêner la concentration spirituelle, mais Batiouchka parvint à développer en lui la pensée de Dieu dans pareilles conditions : lorsque prier y devenait difficile, il sortait et marchait jusqu’aux confins de la ville afin de contempler le Seigneur, isolé en pleine nature. Parmi les premières mesures pastorales qu’il adopta, le Père Jean se fixa la tâche de célébrer la Liturgie quotidiennement. Mais dans la mesure où le clergé local comptait plusieurs prêtres, la mise en œuvre de ce souhait s’avéra malaisée. Il dût demander la permission de célébrer, et certains de ses confrères la lui refusèrent. Batiouchka se sentit plus libre en devenant remplaçant. L’humeur de Batiouchka l’inclinait toujours vers la contemplation spirituelle. Lorsqu’il était encore jeune, quand il entrait dans l’église et qu’il en sortait, il tournait le regard vers les cieux et élevait les mains comme pour prier. Surprise par ce comportement, la foule était prête à considérer ce prêtre comme anormal. Mais cela ne se confirma pas, même parmi les autres prêtres qui concélébraient en la cathédrale. Au début de son activité pastorale, son dynamisme parut si inhabituel que sa hiérarchie le fit appeler à plusieurs reprises afin de recevoir des explications, et était prête à limiter cette activité, mais le Seigneur Dieu Lui-même protégeait Son élu des injustices et de la répression inutile, amenant progressivement tous les opposants à prendre conscience de la justesse du luminaire de Kronstadt. Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (4)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la quatrième partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

La ferveur pastorale du Père Jean1

St Jean de Kronstadt

Maintenant, nous devons aborder la ferveur pastorale du Père Jean. Qui ignore encore comment il descendait dans les sous-sols et les repaires afin d’y dénicher des gens pauvres et malheureux? Qui n’a rien lu au sujet de ses innombrables, lointains et malaisés voyages à travers la Russie, auprès des malades et de ceux qui aspiraient à recevoir une consolation spirituelle? Qui n’a pas été ébahi par sa création de monastères et de nombreuses institutions de bienfaisance? Il est malaisé de décrire les multiples formes à travers lesquelles se manifestait l’activité du Père Jean. Vivre et œuvrer pour le prochain, conduire ceux-ci à Dieu, à leur salut ; c’était cela le but de toute sa vie. Pour l’atteindre, il ne tenait compte ni de son repos, ni de sa famille, ni de quelque circonstance que ce soit. Batiouchka considérait que son œuvre de pasteur lui avait été confiée par le Seigneur Dieu Lui-même; il n’avait donc pas le droit d’y renoncer ou de s’en détourner. Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (3)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. S’agissant d’un long texte, il sera proposé en plusieurs parties dont voici la troisième. Les précédentes se trouvent ici.

L’Evêque Arsène Jadanovski

Cette lettre, reçue trois mois avant le décès de Batiouchka, fut pour moi une sorte de testament. Son souhait «d’abondance du don de la parole» me donna le courage de donner plus souvent des enseignements dans l’église, ainsi que de tenir, selon son exemple, un journal d’inspiration spirituelle. Pour ce qui concerne le hiérodiacre Méléti, accueilli dans mon monastère, il ne causa effectivement aucun trouble dans la communauté, car au bout de quelques mois, il retourna dans son coin de terre natal et il y mourut. Je remercie le Seigneur qui m’a permis de voir et de connaître le Père Jean de Kronstadt alors que j’étais encore jeune et avais besoin de soutien spirituel, d’un exemple vivant. Je me suis imprégné, à la vue du Père Jean, de la manière dont se tient le célébrant à l’autel, proche de Dieu, et de combien peut être irrésistible son influence sur le peuple. J’admets franchement que l’inspiration de la prière de Batiouchka Jean agit puissamment sur moi, et sur bien d’autres, je pense, particulièrement en ce qui concerne la célébration de la Divine Liturgie. Lire la Suite