Saint Jean de Kronstadt. Homélie pour la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu

St Jean de Kronstadt

Le texte ci-dessous est la traduction d’une homélie prononcée par Saint Jean de Kronstadt à l’occasion de la fête de la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu, célébrée le 8/21 septembre. L’original russe a été publié le 19 septembre 2003 sur le site Pravoslavie.ru et était intitulé : Скорбь и радость Слово в день Рождества Пресвятой Богородицы (Affliction et Joie. Homélie pour le jour de la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu).
Par Ta Nativité, Mère de Dieu et Vierge, la joie fut révélée à tout l’univers: car de Toi s’est levé le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu. (Tropaire de la fête).

Nous fêtons solennellement, chers frères et sœurs, la Nativité de la Toute Sainte Vierge Marie, née de parents stériles, les pieux et justes Joachim et Anne. La Saint Église a instauré cette fête dès les premiers siècles de la foi chrétienne. L’événement célébré, la naissance de la Jeune Vierge choisie par Dieu, a apporté la joie au monde entier, car l’Homme-Dieu, le Christ Jésus sortit d’Elle et détruisit la malédiction de Dieu qui pesait sur le genre humain pervers et déchu. Il fit descendre sur lui la bénédiction divine, et foulant aux pieds la mort universelle, Il donna la vie éternel aux hommes. Voilà comment la Sainte Église explique la raison de la joie présente.
Pendant longtemps, les justes futurs parents de la Vierge Toute Pure s’affligèrent de leur stérilité, longtemps ils prièrent le Seigneur de lever cette infertilité. Celle-ci était considérée comme une punition de Dieu pour leurs péchés; ils faisaient beaucoup d’aumônes afin d’incliner à la miséricorde le Très-Miséricordieux. Et ils enduraient insultes et humiliations de la part des membres de leur communauté. A travers pareilles afflictions, dans leur prières incessantes et par leur charité, ils purifièrent progressivement leur esprit. Leur attachement et leur amour pour Dieu se firent de plus en plus ardents. C’est ainsi que la Divine Providence les prépara à donner une naissance bénie à la Vierge Toute-Bénie, choisie parmi toutes les lignées du genre humain pour être Mère du Verbe fait chair.
C’est par le chemin étroit de la souffrance que le Seigneur conduit Ses élus à la gloire et à la béatitude. En effet, à la Mère de Dieu selon la chair Elle-même, il fut annoncé par le Juste Siméon qu’un glaive transpercerait Son âme et qu’Elle vivrait en Son âme de pénibles afflictions pendant la vie souffrante de Son Fils et ainsi seraient «révélées les pensées cachées dans le cœur d’un grand nombre» (Lc.2;35). Ainsi, elle est étroite et douloureuse la voie de tous les élus de Dieu, car le monde et les puissances de ce monde, c’est-à-dire l’ennemi de Dieu et des hommes, opprime jusqu’à l’extrême les hommes de Dieu; et le Seigneur Lui-même permet qu’ils endurent le cheminement sur la voie étroite, dans la mesure où celle-ci leur permet de monter vers Dieu et de placer en Lui seul leur espérance.
Mais faisons passer notre regard du chagrin à la joie. Quelle joie nous apporte la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu? Examinons plus en détail l’hymne de l’église, qui explique les raisons de la joie de la fête.
C’est à travers la Nativité de la Vierge Toute Pure, et à travers Son Fils unique, que l’humanité maudite par Dieu et réprouvée, se réconcilie avec Dieu, immensément offensé par ses péchés. Car le Christ fut le Porteur de la réconciliation (Rom.5;11). Cette Nativité leva la malédiction, libéra de la mort éternelle et rendit l’humanité digne de la bénédiction du Père Céleste. L’humanité s’unit et se mêla mystiquement à la nature divine; elle fut rendue à sa dignité première à travers ce mélange mystique, comme le chante l’Église [Proverbes 9;2,5. Troisième lecture des grandes vêpres de la fête. N.d.T.]. L’homme qui avait été reprouvé retrouva la dignité de Fils du Père Céleste, recevant la promesse de la glorieuse résurrection et de la vie éternelle dans les cieux avec le anges.
Tout cela s’est réalisé et fut accompli par l’incarnation du Fils de Dieu, de la Très Pure Vierge et du Saint-Esprit, et par l’intercession de Sa Toute-Pure Mère. Comme l’humanité fut honorée et magnifiée à travers la Sainte Vierge et Mère de Dieu. C’est Elle permit de retrouver la dignité du renouvellement en Dieu et de l’adoption par Dieu; et Elle-même fut trouvée digne par Son humilité immense, par Sa pureté, grande entre toutes et par sa Sainteté, d’être la Mère de l’Homme-Dieu! Elle demeure à jamais la plus puissante Avocate et Médiatrice de tous les chrétiens devant Son Fils et Dieu! Elle est notre Espérance qui jamais ne nous décevra. Elle détourne de nous les nuages de la juste colère de Dieu, Elle nous ouvre les portes du paradis par Sa puissante intercession. Elle soutient le trône des rois et les gardes inébranlables à jamais. Mille fois, Elle a sauvé la Russie, de ses débuts jusqu’à nos jours, Elle l’a magnifiée, glorifiée, elle l’a affermie, et Elle l’affermira. Elle est commise au salut des pécheurs. Les Chrétiens Lui adressent des prières sans nombre, des demandes, des louanges, des actions de grâce et Lui rendent gloire. Elle a accomplit et accomplira dans l’Église d’innombrables miracles, des bienfaits dans tous les coins du monde. Célébrons donc de façon lumineuse et solennelle la Nativité de la Toute Sainte Vierge Marie ornée de toutes les vertus chrétiennes. Amen.
Traduit du russe
Source 

Saint Jean de Kronstadt. Prier la Très Sainte Mère de Dieu.

St Jean de Kronstadt

Le texte ci-dessous est la traduction du chapitre huit (paragraphes 86 à 94) du livre «Le Saint et Juste Jean de Kronstadt. Dans le monde de la prière. Extraits de ses écrits». (святой праведный Иоанн Кронштадтский. В мире молитвы. Выборки из его писаний), publié en 1988 par le Comité de la Jeunesse Orthodoxe Russe hors Frontières, en tant que contribution au millénaire du Saint-Baptême du Peuple Russe. Ce livre est constitué de 221 paragraphes relatifs à la prière, extraits des œuvres écrites de Saint Jean de Kronstadt, d’une notice biographique et d’une homélie inédite au moment de la publication du livre. Le Saint et Juste Jean de Kronstadt, propose en ces paragraphes de merveilleux enseignements, authentiques guides dans notre cheminement vers le salut.

§86. Quand vous voulez commencez à prier la Très Sainte Reine et Mère de Dieu, avant la prière, vous devez être fermement convaincu que vous ne prendrez pas congé d’Elle Sans avoir reçu Sa grâce. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt, le Métropolite Ioann (Snytchev) et le Tsar Pacificateur

Éléments biographiques

L’original russe du texte ci-dessous, rédigé par Sergeï Igorievitch Astakhov, Directeur Général des Éditions Tsarskoe Delo à Saint-Pétersbourg, a été publié pour la première fois dans le livre «Il y eut un homme, envoyé par Dieu», (Был человек от Бога…) (Vie du Métropolite Ioann (Snytchev)de Saint-Pétersbourg et Ladoga), édité pour la première fois 2005 et réédité en 2015. Dans cette deuxième édition, le texte se trouve aux pages 694 et 695.

La Providence Divine jugea bon, pour des raisons qui nous sont cachées et resteront jusqu’à la fin inexplicables à nos yeux, que Vladika Ioann quittât le monde terrestre le jour anniversaire du décès du Souverain Empereur Alexandre III.
C’est précisément le 20 octobre (2 novembre selon le ‘nouveau calendrier’) 1894, que décéda à Livadi le Tsar Pacificateur, dans la cinquantième année de sa vie, après avoir reçu de Saint Jean de Kronstadt, le Bon Pasteur de Toute la Russie, la bénédiction qui l’accompagna sur son dernier chemin .
Le Métropolite Ioann vénérait profondément la mémoire du défunt Souverain, et exactement un an avant sa mort, le 2 novembre 1994, il célébra solennellement une pannychide pour l’Empereur Alexandre III qui reposait en Dieu, devant sa tombe, à l’intérieur de la Cathédrale des Saints Apôtres Pierre et Paul à Saint-Pétersbourg. Ce jour-là, c’était la première fois depuis 1917 qu’un hiérarque priait sous les voûtes de la Cathédrale des Saints Pierre et Paul pour le repos de l’âme de tous les membres de la lignée régnante de la Maison Romanov. Vladika prit en outre les dispositions nécessaires afin que soit arrêtée la liste des noms des personnes à commémorer et pour que celles-ci le soient dans toutes les églises de Saint-Pétersbourg le jour anniversaire de leur décès.
Précisément un an plus tard, la Providence Divine voulut que le 2 novembre devienne aussi le jour de commémoration et de prières pour un autre grand homme de notre Patrie et ardent défenseur de l’Orthodoxie, le Métropolite Ioann de Saint-Pétersbourg et Ladoga.
On constate avec étonnement que le Batiouchka de Toute le Russie, le Saint et Juste Jean de Kronstadt se trouvait, par l’intermédiaire de ses saintes reliques, à proximité du lieu où décéda le Métropolite Ioann ; l’hôtel Couronne du Nord [Hôtel Severnaia Korona, dont la construction ne fut en réalité jamais terminée, et qui a été très récemment rasé. N.d.T.] se trouvait tout à côté du Monastère Saint Jean, quai de la Karpovka [Ce monastère abrite la chapelle où reposent les saintes reliques de Saint Jean de Kronstadt. N.d.T.].
En outre, la veille, le 1er novembre, l’Église célébrait la fête onomastique du Pasteur de Kronstadt. Celui-ci fut donc le dernier membre du chœur de tous les saints que vénéra Vladika Ioann, lors des offices du soir. Et quand on ramena le corps de Vladika Ioann à la Résidence métropolitaine, on n’avait pas encore enlevé l’icône de Saint Jean de Kronstadt et elle se trouvait toujours sur l’analoï de l’église de la résidence. Elle demeura devant son cercueil, et le Batiouchka de Toute la Russie accompagna ce grand Saint Hiérarque de Toute la Russie dans son dernier voyage…
Traduit du russe

Saint Jean de Kronstadt. Fin du Journal.

Le texte ci-dessous est la traduction des dernières pages du Journal que Saint Jean de Kronstadt tint pendant un demi-siècle, entre 1856 et 1908. Il s’agit des notes qu’il écrivit les 28 octobre et 11 novembre (ancien calendrier) 1908. La dernière partie de son journal, concernant le second semestre 1908. Cet extrait est intégré dans le Journal complet, au vingt sixième et dernier (pour l’instant) volume, pages 316 à 320, publié en 2019 à Moscou par le «Fond social régional à la Mémoire des martyrs et confesseurs de l’Église Orthodoxe Russe». Les cahiers de notes couvrant les périodes de 1894 à 1896 et de 1898 à la fin du premier semestre de 1908 n’ont toutefois pas encore été tous retrouvés. Saint Jean de Kronstadt naquit en 1829 et décéda le 21 décembre (ancien calendrier) 1908. Il était donc âgé de quasiment quatre-vingts ans lorsqu’il écrivit les notes ci-dessous.

Le 28 octobre. Mardi.
L’entêtement pervers de la malice de mon vieil homme ? J’en suis moi-même ébahi. Pendant la première liturgie, on a chanté l’hymne des chérubins, sur une mélodie superbe, robuste, fidèle et sensible. Et quoi ? Cela ne plut pas à ma vieille canaille ; pourquoi la même mélodie plusieurs fois de suite ! Il eut fallu varier. Et voilà de l’animosité envers le chef de chœur, et envers les chantres et envers la mélodie ! C’est avec difficultés que je suis parvenu à me persuader, à m’apaiser et à me faire comprendre que l’hymne était bien équilibré, sensible, et de plus, qu’il ne fut pas répété à de trop nombreuses reprises ! Cela ne demande tout de même pas un gros effort, que de se régaler le cœur et l’oreille avec une mélodie unique pour un irmos, un thétokion, un tropaire, un kondakion, plutôt qu’en être agacé!
Maudit vieil homme idiot! Gredin! Méchant imposteur! Lire la Suite

Métropolite Benjamin (Fedtchenkov): Les derniers jours de Saint Jean de Kronstadt

Le texte ci-dessous est la traduction du dernier chapitre tiré d’un long texte rédigé par le Métropolite Benjamin Fedtchenkov. Ce long texte fut pendant une grande partie du XXe siècle un des très rares témoignages directs contribuant à la diffusion d’éléments biographiques fiables au sujet du Saint Père Jean de Kronstadt. En plus de leur valeur spirituelle, l’intérêt historique de ces textes est indéniable. Voici la traduction d’un dernier extrait, intitulé «Последние дни», les trois premiers sont disponibles ici.
Ivan Fedtchenkov naquit le 2/14 septembre 1880. Il reçut la tonsure monastique en 1907, année au cours de laquelle il termina l’Académie de Théologie de Saint-Pétersbourg. En 1910-1911, il fut le secrétaire particulier de l’Archevêque Serge de Finlande, le futur patriarche. Entre 1904 et 1908, il rencontre le Père Jean de Kronstadt à trois reprises, et à l’une de ces occasion, il concélébra la Divine Liturgie avec lui. Ces rencontres produisirent sur lui une impression intense, et il nourrit toute sa vie une vénération profonde envers Saint Jean de Kronstadt, lui consacrant plusieurs écrits. Il fit partie des fondateurs et fut recteur de l’Église des Trois Saints Docteurs à Paris, et fondateur de la représentation du Patriarcat de Moscou en France. Il fut exarque du Patriarcat de Moscou en Amérique et y devint métropolite. Il termina sa vie à la Laure des Grottes de Pskov, en 1961, et son corps y fut inhumé. Vladika Benjamin a laissé un riche héritage littéraire et spirituel.

Il était notoire que Batiouchka fut malade à plusieurs reprises, mais relativement brièvement et rarement. Lorsque c’était nécessaire, il faisait appel au médecin. L’Apôtre Paul donna un conseil à son disciple Timothée au sujet des maladies: pour ton estomac et tes différentes indispositions, bois un peu de vin coupé d’eau… Mais le Père Jean ne suivait pas toujours les prescriptions des médecins. Un jour, par exemple, les docteurs lui prescrivirent de manger de la viande, pendant le carême, sans quoi il serait menacé par de sérieuses complications. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt. Prier la Très Sainte Mère de Dieu

Le texte ci-dessous est tiré du livre édité en 1988 par le Comité de la Jeunesse Orthodoxe Russe hors Frontière, à l’occasion du millénaire du Baptême de la Sainte Russie. Ce livre est composé essentiellement d’extraits du journal de Saint Jean de Kronstadt consacrés à la prière, et particulièrement à la Très Sainte Mère de Dieu et aux prières qui Lui sont adressées.Il est disponible en ligne sur le site ‘Foi Orthodoxe’ (Вера Православная).

Soyez fermement convaincu, lorsque vous commencez à prier la Reine Mère de Dieu que vous ne La quitterez pas sans avoir reçu Sa miséricorde. Il est digne et juste de penser ainsi et d’éprouver cette ferme conviction à Son propos. Elle est la Mère toute-miséricordieuse du très miséricordieux Dieu le Verbe. Tous les siècles et toutes les églises chrétiennes proclament Ses innombrables et incommensurables miséricordes ; Elle est vraiment un abîme de bonté et de générosité, comme le dit d’Elle le Canon de l’Odigitria (Canon, Ode 5, St.1). Dès lors commencer à lui adresser votre prière sans vous être pénétré de cette ferme conviction ne serait pas raisonnable, et serait même audacieux, et le doute affligerait Sa bonté, comme il afflige la bonté de Dieu, quand on commence à Le prier sans l’espoir de recevoir de Sa part ce que nous Lui demandons. Comment se précipite-t-on vers la miséricorde d’un homme haut-placé et riche, et dont tout le monde connaît la miséricorde, celle-ci ayant été prouvée par d’innombrables expérience? On le fait d’habitude avec la plus parfaite conviction et l’espoir de recevoir ce que l’on souhaite. De la même façon, on ne doit pas douter dans la prière, on ne doit pas être timoré. Lire la Suite