Saint Jean de Kronstadt guérit les possédés

Dieu accomplit de nombreux miracles à travers Son serviteur, le Saint et Juste Jean de Kronstadt. La prière de celui-ci était entendue, notamment, lorsqu’il s’agissait de libérer les possédés et d’expulser et de chasser les démons. Le Saint Batiouchka Jean constituait évidemment une cible primordiale pour ces derniers; il souffrait donc lui-aussi de leurs attaques. Les quatre textes ci-dessous relatent de tels événements. Ils sont extraits du tome 25 du ‘Journal’ tenu par Saint Jean de Kronstadt. (Святой праведный Иоанн Кронштадтский. Дневник. Том 25 1883-1890, Moscou 2018). Il est étonnant de constater que le Saint Père Jean a consigné ces quatre miracles de type similaire en l’espace d’une dizaine de jours consécutifs seulement.

Pp. 48-49. Le 29 décembre 1883, jeudi.
Après les matines, le seigneur accomplit un grand signe par la puissance de son nom. Barbara, une jeune paysanne de quinze ans, souffrait depuis sept ans d’un malicieux démon. Elle guérit après qu’on eut prié pour elle dans la cathédrale saint André, en présence d’une grande foule d’hommes et de femmes. Ses parents l’avaient emmenée en de nombreux endroits, à la recherche de la guérison, de la libération de cette torture infligée par l’ennemi. C’est ici seulement qu’elle fut libérée, après d’ardentes prières. Son père est le paysan Rodion Alekseev, du village de Drozdovo, Volosk de Soubbotine-sokolnine, dans l’ouïezd de Sytchevsk, Gouvernorat de Smolensk et sa mère s’appelle Anna Nikitina. Voilà qui sont ses parents. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt à propos du Métropolite Isidore et de Saint Théophane le Reclus.

Les deux textes ci-dessous sont extraits du Tome 26, édité en 2019 à Moscou, du ‘Journal du Saint et Juste Jean de Kronstadt’ (Святой праведный Иоанн Кронштадтский. Дневник) . Le premier est la traduction des pages 59-60 de ce livre. Le Saint Batiouchka de toute la Russie dévoile devant le Seigneur son attitude envers son supérieur hiérarchique, le Métropolite Isidore. Le second extrait, traduction des pages 124-125 de ce volume, concerne un songe que fit Saint Jean de Kronstadt et qui renverse l’attitude intérieure qu’il avait adoptée envers le Saint Évêque Théophane, le Reclus de Vychensk.

1er octobre 1891
Le Saint Synode représente le pouvoir spirituel le plus élevé en Russie; il est le représentant de l’Église de Russie, la source de la sainteté orthodoxe russe, l’instance de jugement la plus élevée, le gardien des canons apostoliques, patrologiques et conciliaires, le représentant du sacerdoce orthodoxe russe et l’éducateur de nombreux millions d’ouailles de l’État russe, le dirigeant suprême de tous les hiérarques de l’Église russe, et du concile sacré de Russie. Quelles obligations élevées, vastes, très compliquées et diverses !
Nous avons en nous un ver qui nous ronge, celui de l’amour de soi, et nous ne supportons pas la moindre humiliation, la moindre remontrance, ni l’inattention ou l’offense de la part d’autrui, non seulement de ceux qui nous sont inférieurs ou égaux, mais aussi de nos supérieurs, de nos dirigeants. Ce ver est particulièrement sensible, rancunier, malveillant, et méchant envers autrui. Nous devons tuer, crucifier ce ver, qui est notre vieil homme. Comment pouvons-nous le tuer ? Nous devons faire tout le contraire de ce qu’il veut, et à l’inverse, supporter joyeusement tout ce qui le contrarie : l’humiliation, l’offense, l’inattention et la négligence, à notre égard, de la part de ceux qui nous sont inférieurs, égaux ou supérieurs. Il faut manifester de la bienveillance envers tous ceux qui s’adressent à nous avec sévérité ou mépris, ne pas les offenser, les accuser, prier pour eux sincèrement et régulièrement.
Le Métropolite Isidore est un starets de 93 ans. Pendant trente cinq ans, j’ai souffert d’indisposition à son égard, à cause de son austérité, de sa dureté, de sa fierté, de sa sévérité, de sa maussaderie, de son incommunication et de son formalisme mortel envers moi et envers les prêtres. J’éprouvai de l’aversion et parlai de lui âprement, impétueusement, à de tierces personnes, bien que depuis huit ou dix ans il ait changé, dit-on, en s’améliorant, envers moi et envers autrui. Jusqu’ici, je n’étais pas du tout disposé à le voir ou à lui parler, craignant son austérité, sa fierté et sa mortelle froideur.
Mais il m’a fait beaucoup de bien, fut-ce à la demande ou par l’intermédiaire d’autrui. Il m’a remis les décorations prévues, laissé sans suite l’affaire qui m’opposait à Mouratov, m’a accordé sans délai les congés me permettant de me rendre à Moscou et en ma terre natale. Il ne m’a pas pourchassé, ni poursuivi, il m’a protégé quand cela fut nécessaire, il a fait preuve de bienveillance envers mes bonnes actions et de ma renommée auprès des gens bons. Je remercie le Seigneur, Je remercie l’archipasteur.

pp. 14 janvier 1894
Au cours du voyage en train express de Moscou à Piter, j’ai fait un songe étonnant à propos du Saint Évêque Théophane, décédé voici peu en réclusion, occupé par la rédaction d’œuvres spirituelles. Récemment, il s’était impitoyablement et jalousement moqué, dans un de ses écrits, de certaines expressions utilisées dans ma brochure sur la Sainte Trinité, ce qu’aucun écrivain spirituel convenablement éduqué n’aurait jamais pensé faire. A cause de cela, je conservais une réelle froideur envers sa mémoire et me réjouissait secrètement de sa mort, considérant celle-ci comme celle d’un homme plutôt dédaigneux, hostile et envieux à mon égard.
Dans mon songe, j’étais occupé à lire la liste de ses œuvres, et elle était la preuve, sous mes yeux, de ce qu’il avait dit, c’est-à-dire qu’il vécut en permanence avec Dieu, et alimenta avec Dieu de très nombreux enfants spirituels répandus partout, qui le vénéraient et l’aimaient, et que personne ne devait dédaigner son rang épiscopal, conféré par Dieu. Je ne me souviens pas de ce qu’il y avait d’autre sur cette liste justifiant Théophane. Je m’éveillai soudain et pris note de cette vision. J’appris à son propos que le Métropolite le considérait comme saint. Que le Seigneur lui pardonne ses chicaneries. Il me fut intéressant d’apprendre des détails de la fin de la vie de ce saint évêque, de la bouche de l’Archimandrite Arkadia [Supérieur du ‘désert’ de Vychensk, où Saint Théophane passa les dernières années de sa vie. Note de l’éditeur]. Un bruit courrait selon lequel Son Éminence Théophane aurait refusé de m’accueillir car il me trouvait indigne de cela. Je ne pense pas que ce soit vrai. Mais bon, j’ai réellement été indigne de le voir. Seigneur! Dans Ton Royaume, donne la paix à l’âme de Ton serviteur, le Saint Évêque Théophane, car il œuvra beaucoup, par ses écrits, en faveur de Ton Église.
Traduit du russe.

Dans le Nord avec le Père Jean de Kronstadt. (2/2)

Le livre «Dans le Nord avec le Père Jean de Kronstadt, fut rédigé en 1903 par Sergueï Jivotoski, journaliste et illustrateur originaire de Kiev. Il vécut à Saint-Pétersbourg jusqu’en 1919. Il émigra alors , via la Finlande, aux États-Unis. Son livre offre un éclairage intéressant sur une activité concrète et récurrente de Saint Jean de Kronstadt. Originaire du village de Soura, dans le Gouvernorat d’Arkhangelsk, pendant de très nombreuses années, il retourna chaque été dans son pays natal, répandant ses prières et la bénédiction de Dieu sur tous les gens et les lieux qu’il rencontrait au cours de ce long pèlerinage. C’est au cours de ce voyage de 1903 que Saint Jean de Kronstadt posa la première pierre de l’église de la Sainte Trinité au Monastère de Leouchino, dont il fut le père spirituel. Le texte ci-dessous propose, en deux parties, l’introduction de l’auteur et les deux premiers chapitres du livre.Voici la seconde partie, la première se trouve ici.

Sviritsa est un hameau agglutiné pour l’essentiel autour du comptoir de navigation. Là, nous embarquâmes dans un navire de haute mer de type «Baïan», et remorquant le «Chestoviets» déserté, nous entrâmes dans l’embouchure de la rivière Svir. Le paysage changea immédiatement. Les ennuyeuses berges basses du canal étaient remplacées par les rives libres et vivantes de la superbe et rapide Svir. Nous nous trouvions déjà sur le territoire du Gouvernorat d’Olonets. Au plus nous remontions la rivière, au plus ses rives se faisaient escarpées. Lire la Suite

Dans le Nord avec le Père Jean de Kronstadt. (1/2)

Le livre «Dans le Nord avec le Père Jean de Kronstadt, fut rédigé en 1903 par Sergueï Jivotoski, journaliste et illustrateur originaire de Kiev. Il vécut à Saint-Pétersbourg jusqu’en 1919. Il émigra alors , via la Finlande, aux États-Unis. Son livre offre un éclairage intéressant sur une activité concrète et récurrente de Saint Jean de Kronstadt. Originaire du village de Soura, dans le Gouvernorat d’Arkhangelsk, pendant de très nombreuses années, il retourna chaque été dans son pays natal, répandant ses prières et la bénédiction de Dieu sur tous les gens et les lieux qu’il rencontrait au cours de ce long pèlerinage. C’est au cours de ce voyage de 1903 que Saint Jean de Kronstadt posa la première pierre de l’église de la Sainte Trinité au Monastère de Leouchino, dont il fut le père spirituel. Le texte ci-dessous propose, en deux parties, l’introduction de l’auteur et les deux premiers chapitres du livre.

Introduction de l’auteur.
L’auteur de ces lignes a eu l’occasion de passer, l’été dernier (1903), trente-quatre jours en l’inséparable compagnie du Père Jean. Pendant trente-quatre jours, j’ai eu devant mes yeux l’homme dont le nom est cher non seulement aux Orthodoxes russes, mais à tous les étrangers et gens d’autres confessions auxquels il est arrivé de rencontrer le Batiouchka de Kronstadt, ou de lui adresse une quelconque demande. Ces trente-quatre jours passèrent à la vitesse d’un songe merveilleux, imprimant sans conteste leur marque indélébile dans mon cœur, pour le reste de ma vie. En ce siècle matérialiste, dans lequel l’égoïsme personnel pousse l’individu à la méfiance extrême, et à s’occuper surtout de ses avantages personnels et de sa prospérité, alors que les enfants entendent souvent de la bouche de leurs parents des instructions telles que «la vérité t’empêchera de survivre», des phénomènes tels que la personne du Père Jean représentent en soi une oasis dans un désert aride dans lequel le voyageur fatigué peut se rafraîchir à l’eau fraîche et vive, et reconstituer des force pour la suite de l’éprouvant voyage. Lire la Suite

«Les Propos foudroyants» du Père Jean de Kronstadt

Le texte ci-après est un extrait de la deuxième section du livre «’Surmonter les troubles’, Adresse au peuple russe» (“Одоление смуты”. Слово к русскому народу), du Saint Métropolite Ioann (Snytchev) de Saint-Pétersbourg et Ladoga, publié en 1995 par les Éditions Tsarskoe Delo. Le livre regroupe des articles, homélies et interventions de Vladika Ioann datant de la dernière période de sa vie, entre 1992 et 1994. Tant les propos foudroyants du Saint Pasteur de Kronstadt que les commentaires du saint Métropolite Ioann résonnent d’une tonalité qui semble sortie de ce début de XXIe siècle.

Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit!

Peinture de P. Moskvitine (fragment)

Très vénérés pères, frères et sœurs! Mes enfants bien-aimés!
Aujourd’hui, la Sainte Église Orthodoxe célèbre une date remarquable qui propose pour notre édification la sainte vie et les miracles du grand pasteur de Kronstadt. En vérité, il est grand devant Dieu, l’inoubliable Père Jean, pendant sa vie priant et s’affligeant pour toute la Russie, et maintenant, notre céleste intercesseur, intervenant avec audace devant Dieu, et aussi, protecteur de Saint-Pétersbourg. Glorifiés dans le monde entier par ses miracles, ayant atteint gloire et vénération même dans les peuple non-orthodoxes et même non-chrétiens, par sa vie merveilleuse et ses écrits inspirants, le Saint et Juste Père Jean nous guide maintenant, nous les pécheurs qui avons besoins de nous débarrasser de la paresse et d’œuvrer activement au salut de notre âme. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt. A la Mémoire de Saint Alexandre Nevski.

Homélie prononcée par Saint Jean de Kronstadt en août 1907, vraisemblablement le 30 (ancien style), jour où l’on célébra la translation en 1724 des saintes reliques du Grand Prince Alexandre Nevski, par ordre de l’Empereur Pierre Premier, de Vladimir à Saint-Pétersbourg. (Saint Alexandre Nevski, qui prit reçut tonsure et schème avant de mourir, est fêté le 23 novembre/6 décembre)Le texte de cette homélie est repris aux pages 449 à 453 du recueil d’homélies et autres écrits de Saint Jean de Kronstadt intitulé «A propos de l’Église et du Jugement Dernier», et dont l’édition utilisée ici est celle publiée en 2018 à Moscou et Sébastopol. Cette homélie expose brièvement ce que Saint Jean de Kronstadt voyait comme étant les traits essentiels de la vie du grand Saint russe Alexandre Nevski. Les hauts-faits du Saint sont utilisés par le Saint Batiouchka pour commenter l’actualité militaire de l’époque.

Réjouis-toi en ce jour, peuple de Russie, jubilez d’allégresse, dirigeants et puissants :
Car la chair de votre chair, le pouvoir de votre pouvoir,
le pieux Prince Alexandre Nevski jubile avec les Anges dans les Cieux,
Et tous ses proches au pouvoir ou assujettis au pouvoir, sont appelés au spirituel triomphe, et à prier le Seigneur pour tous. (Gloire, après les stichères de la Litie)

Dans quelles circonstances, chers frères et sœurs, les reliques du saint et pieux Grand Prince Alexandre Nevski furent-elles transférées de Vladimir à Peterbourg?
Lorsque le Souverain Pierre le Grand conclut en en 1721 une paix à laquelle on aspirait depuis des années, et établit sa nouvelle capitale à Peterbourg, pour embellir celle-ci de manière sainte et grandiose, et pour glorifier les podvigs du saint prince, il voulut que soient transférées de Vladimir les reliques miraculeuses et incorrompues de celui-ci. Ce fut accompli avec la vénération qui convenait à cette occasion. Lire la Suite