Taras Sidash. L’Antiquité hellénique, Source spirituelle de la Russie.

Taras SidashTaras Sidash, naquit en 1972, il vit à Saint Saint-Pétersbourg. Diplômé de l’Institut de Philosophie et de Théologie de Saint-Pétersbourg, il est traducteur du grec ancien, écrivain, poète et philosophe. Une partie de ses écrits viennent récemment d’être publiés, en deux fascinants volumes de plus de mille pages chacun. Orthodoxe, il fait partie depuis 2009 des Vieux-Croyants Unis (единоверие) au sein de l’Église Orthodoxe Russe. Dans le court texte ci-dessous, mis en ligne en 2016 sur sa page Vkontakte, Taras Sidash affirme l’existence d’un lien historique philosophique entre monde hellénique et monde slave. C’est précisément cette thèse qu’il développe dans les deux ouvrages précités, qui peuvent être commandés sur le site de la maison d’édition qu’il a lui-même créée.

 Jamais l’Antiquité hellénique ne se réduisit pour moi à un intérêt purement académique (c’est-à-dire à un moyen de gagner ma vie et me faire un nom à l’université). A mes yeux, jamais elle ne se limita à un intérêt strictement esthétique (une sorte de narcotique qui vous permettrait d’oublier le présent).
Je me suis toujours occupé de l’Antiquité hellénique en la considérant comme mon propre passé, convaincu de ce que la source spirituelle, de notre mentalité de Slaves, ou du moins de Russes, nous devons la rechercher et en remonter la trace jusqu’à l’État achéen créto-mycénien.
L’Antiquité hellénique est notre maison. Celui qui la voit pour la première fois, en lisant, disons, Eschyle ou Platon, la voit de très loin, comme un temple perché en haut d’une montagne. Les esthètes se satisfont de ce genre de vision. Pour ma part, j’ai toujours souhaité pouvoir me trouver en elle et ne pas seulement la regarder de loin.
Et pour nous le seul chemin qui conduit à elle, c’est le chemin de l’histoire de Russie, dans la portion la plus spirituelle et la plus hellénisée de son histoire : la période de l’État ecclésiastique russe qu’on appelle aujourd’hui, en modernisant monstrueusement le concept, l’Église russe du Moyen-âge. Admettons que lors de descentes dans l’un ou l’autre profond défilé, on n’aperçoive plus ses blanches colonnes, mais le moment vient où elle se fait proche. Il n’existe pas d’autre voie. Les Romains, en leur temps, comprirent cela parfaitement ; ils passèrent par l’Antiquité hellénique pour créer, à travers leur filtre, leur style profondément original.
Les Romains eux-mêmes ne peuvent être la voie. Considérer qu’ils le sont, comme le firent les humanistes italiens ou encore Nietzsche, c’est une profonde erreur, même si les Romains furent sans aucun doute un exemple paradigmatique de la mise en œuvre d’une telle démarche.
Traduit du russe
Source

Starets Élie. L’Affaiblissement de la Famille

Le Starets Elie (Nozdrine), Archimandrite du grand schème, est aujourd’hui âgé de 84 ans. Il fit partie de la communauté monastique de la Laure des Grottes de Pskov, séjourna sur la Sainte Montagne, et contribua au redressement du Monastère d’Optina, et il est le confesseur de Sa Sainteté le Patriarche Kyrill. Une équipe de Pravoslavie.ru est allée le rencontrer en 2016. Le texte de cet entretien a été publié dans les pages russes du site précité. Voici la seconde partie de la traduction; la première se trouve ici.

Batiouchka, aujourd’hui, de nombreuses jeunes familles sont détruites, mais aussi des couples qui ont vécu vingt ou vingt-cinq ans ensemble. Pourquoi tout cela? Que faudrait-il pour sauver la famille?
Toute l’affaire repose évidemment sur notre moralité. Avant tout, nous devons nous souvenir que Dieu existe et que l’homme a une âme. L’Éternité existe. Cette vérité est confirmée par tant d’arguments qu’il est impossible de les énumérer, plus d’un million! Tout parle de cela. Regarde-toi toi-même, homme! Regarde autour de toi! Regarde la vie et la vérité! Nous avons les Saintes Écritures qui depuis Adam jusqu’à ce jour témoignent de Dieu. Et combien de manifestations de l’autre monde! Nous en avons des milliers d’exemples et tous nous parlent de la Vérité du Divin. Rien ne contredit cela, je ne me tromperai pas en disant qu’il n’existe aucune preuve contre l’existence de Dieu. Il y a juste les tentations du diable, et ces malheureuses gens, dans le sens le plus complet de cette expression, qui renoncent à confesser la Vérité du Divin et l’histoire réelle. Lire la Suite

Starets Élie. Sans Dieu, il est impossible de résoudre les problèmes.

Photo : Pravoslavie.ru

Le Starets Elie (Nozdrine), Archimandrite du grand schème, est aujourd’hui âgé de 84 ans. Il fit partie de la communauté monastique de la Laure des Grottes de Pskov, séjourna sur la Sainte Montagne, et contribua au redressement du Monastère d’Optina, et il est le confesseur de Sa Sainteté le Patriarche Kyrill. Une équipe de Pravoslavie.ru est allée le rencontrer en 2016. Le texte de cet entretien a été publié dans les pages russes du site web précité. Voici la traduction, de la première partie du texte original.

Oblast de Moscou, gare de Peredelniko. Il y a toujours foule. Dès le petit matin, les gens affluent de tous les coins de Russie, pour recevoir une bénédiction, prendre conseil, parler, ou juste pour se trouver auprès du Starets Élie. Les histoires relatant l’aide que procurent ses prières circulent parmi les voyageurs. L’un se retrouvait dans une situation inextricable, l’autre avait pris place dans la file et attendait son tour d’être reçu, juste par curiosité. La file était longue déjà. Viatcheslav, l’opérateur, et moi étions restés dans la voiture. Nous vîmes arriver Georges Bogomolov, l’assistant du Starets Élie. Nous le saluâmes et commençâmes à décharger le quadricoptère et notre matériel (…) sans savoir si l’entretien pourrait avoir lieu. Nous voulions entre temps pouvoir donner un aperçu de l’atmosphère qui règne dans ce petit coin de notre pays.
«Vendredi, Batiouchka a refusé la Première Chaîne. Nous verrons comment cela va se passer aujourd’hui », dit Georges. Pendant que nous démarrons le quadricoptère, Georges est assailli par une foule de gens. Il explique quelque chose à une dame visiblement perturbée car elle avait fait une promesse à Dieu, et elle n’allait manifestement pas pouvoir la tenir. Georges lui répondit «Nous ne pouvons faire grand chose, mais pour Dieu, tout est possible. C’est juste que nous avons grandi dans la société communiste des plans quinquennaux, et nous sommes habitués à entendre que si on l’a dit, il faut le faire, un point c’est tout…» (…)
Le bâtiment est situé dans la cour de la magnifique église de la Transfiguration du Seigneur. Elle fit partie de celles, rares, qui à Moscou demeurèrent en activité à l’époque soviétique.(…) Les pèlerins sont rassemblés au–delà d’une grande table. Tous attendent avec ferveur le moment de parler seul-à-seul avec le starets. (…) Les heures passèrent. Le Père Élie peut recevoir les gens jusque très, très tard le soir. (…)

Lire la Suite

Saint Luc de Crimée : «Ceux qui demandent signes et miracles»

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 7 juin 1947. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом)
«Les pharisiens survinrent, se mirent à discuter avec Jésus, et, pour l’éprouver, lui demandèrent un signe venant du ciel. Jésus, soupirant profondément en son esprit, dit: Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe? Je vous le dis en vérité, il ne sera point donné de signe à cette génération» (Mc8;11-12).
Pourquoi donc notre Seigneur Jésus Christ soupira-t-il profondément ? Quand soupirons-nous profondément en votre présence ? Nous soupirons profondément quand nous voyons ou entendons quelque chose qui soit difficilement supportable, quand nous entendons des paroles blasphématoires, des mensonges, des propos inadmissibles. Alors, nous soupirons profondément et disons «Seigneur, Seigneur!» Lire la Suite

Karpets. Ontologie de la Monarchie en Russie 3/3

karpec-00Vladimir Igorievitch Karpets, juriste, historien, publiciste, réalisateur, traducteur, poète, Orthodoxe du Vieux Rite (edinoverets) à la foi très robuste,  père d’une famille de quatre enfants, a écrit entre autres un ouvrage intitulé Социал-Монархизм (Le Social-Monarchisme), publié en 2014 et dont certains extraits ont été traduits et proposés sur ce site. Vladimir Igorevitch, homme juste et bon, emporté par une subite aggravation de la maladie qui l’accablait, s’en est allé auprès du Père,  le 27 janvier 2017. Le site Katehon.ru a publié le 13 janvier 2016 un chapitre de ce qui fut alors annoncé comme un nouveau livre  de V. Karpets, «La Monarchie Sociale», en russe, dont nous ne savons s’il sera finalement publié par les Éditions ‘Projet Académique’ (Академический проект). Voici la traduction française de la  troisième et dernière partie de ce chapitre.
Le Problème posé par la Restauration de la Monarchie
Je pars du point de vue selon lequel il ne peut être aujourd’hui question d’une restauration mécanique de tout ce qui exista jusqu’en 1917. Sur base de l’organisation d’État, nous devons extraire un modèle, une matrice contenant l’autocratie et la représentation du Zemski Sobor. Par représentation du Zemski Sobor, nous voulons signifier une représentation territoriale et professionnelle. La Rus’ Moscovite adopta une forme qui semble être idéale pour notre pays : le pouvoir illimité du Souverain, le pouvoir législatif confié à la Douma, qui serait l’Assemblée de tous les ‘Zemski Sobor’, plus une autonomie locale. Lire la Suite

Karpets. Ontologie de la Monarchie en Russie 2/3

karpec-00Vladimir Igorievitch Karpets, juriste, historien, publiciste, réalisateur, traducteur, poète, Orthodoxe du Vieux Rite (edinoverets) à la foi très robuste,  père d’une famille de quatre enfants, a écrit entre autres un ouvrage intitulé Социал-Монархизм (Le Social-Monarchisme), publié en 2014 et dont certains extraits ont été traduits et proposés sur ce site. Vladimir Igorevitch, homme juste et bon, emporté par une subite aggravation de la maladie qui l’accablait, s’en est allé auprès du Père,  le 27 janvier 2017.  Le site Katehon.ru a publié le 13 janvier 2016 un chapitre de ce qui fut alors annoncé comme un nouveau livre  de V. Karpets, «La Monarchie Sociale», en russe, dont nous ne savons s’il sera finalement publié par les Éditions ‘Projet Académique’ (Академический проект). Voici la traduction française de la deuxième des trois parties de ce chapitre. La première partie se trouve ici.

Le Schisme et le sacrifice propitiatoire impérial

M. V. Skopine-Chouïski
M. V. Skopine-Chouïski

Peu de temps avant la tenue du Zemski Sobor, dans d’étranges circonstances, Mikhaïl Vassilievitch Skopine-Chouïski fut empoisonné. Il n’était pas seulement de la lignée de Riourik, il était aussi un héros national, libérateur du pays. Il s’agit là d’une page étrange et sombre de notre histoire. Il est très possible que si la dynastie des Skopine-Chouïski avait accédé au trône, le schisme n’eût pas existé. Ce n’est sans doute pas un hasard si le Souverain Nicolas Alexandrovitch écrivit cette note énigmatique dans son journal : «Une victime propitiatoire est sans doute nécessaire. Pourquoi pas moi?» Propitiatoire à l’égard de quoi, peut-on se demander… Je pense que la culpabilité remonte précisément au XVIIe siècle. Dans les années qui suivirent le schisme, le raskol, on élimina quasi deux fois plus de gens qu’au temps de la répression communiste. C’était l’époque de Sophie. Le camp des Solovki était prédestiné à se trouver à l’endroit du monastère où les moines moururent courageusement pendant les années du raskol. Les deux sont certainement liés. Ainsi, le Tsar Nicolas Alexandrovitch prit sur lui non seulement la culpabilité du peuple russe, coupable uniquement de ce qu’il ne l’a pas soutenu, mais aussi celle de la dynastie même, et de la hiérarchie ecclésiastique qui contribua à l’élimination de la meilleure partie du peuple russe. Ceci atteste d’autant plus en faveur de sa sainteté, et même d’une sainteté tout à fait particulière. Lire la Suite