Saint Tsar Nicolas II. «En Mémoire du Dernier Tsar» (6)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le long texte «En mémoire du Dernier Tsar» fut publié en 1943 à Kharbine, dans le magazine «Pain céleste» ("Хлебе Небесном"). Il constitua par la suite un chapitre, aux pages 264-302, du livre Чудо русской истории. (Le Miracle de l'Histoire russe), écrit par l'Archimandrite Konstantin (Zaïtsev) (1887-1975) qui en 1949 rejoignit la communauté de Jordanville où il enseigna au Séminaire. Il dirigea les revues ««Православная Русь» (La Rus' Orthodoxe), «Православная жизнь» (La Vie Orthodoxe), «The Orthodox Life» , et Православный путь» (La Voie Orthodoxe). Il exerça une activité pastorale d'envergure et participa amplement à la contribution majeure de l’Église Russe hors Frontières en matière de théologie, d'histoire de la Russie et d'histoire de la culture russe. A notre connaissance, ce long texte de grande valeur, parfois ardu, n'a pas été traduit et publié en français à ce jour. Il sera proposé ici en entier, mais fractionné. Voici la sixième partie. Les précédentes se trouvent ici.
Le Saint Tsar Nicolas II assis à côté du Président Loubet

Nous nous limiterons à un dernier extrait, tiré de quelqu’un à première vue éloigné de la Russie et de son Tsar, mais qui fut en mesure, du fait de sa position d’observer attentivement le caractère du Tsar. Il s’agit du Président de la République Française Loubet. Voici l’opinion qu’il émit au sujet du chef de l’État allié à la France: «D’habitude, on voit dans l’Empereur Nicolas II, un homme bon, magnanime, mais un peu faible, incapable de résister aux influences et aux pressions. Voilà une profonde erreur. Il était dévoué à ses idées et les défendait avec patience et obstination; ses plans étaient préparés longtemps à l’avance et il travaillait patiemment à leur mise en œuvre… Sous des apparences timides, un peu féminines, le Tsar avait l’âme forte, le courage au cœur et une foi inébranlable. Il savait où il allait et ce qu’il voulait». Nous ne continuerons pas à énoncer les opinions et témoignages des qualité confirmant les qualités morales exceptionnelles du Tsar et la force de sa volonté. Nous n’ajouterons plus d’extraits soulignant la puissance mentale exceptionnelle du Tsar. Il nous suffit de renvoyer le lecteur au livre de S.S.Oldenburg. Après s’être familiarisé avec les matériaux rassemblés par l’auteur, le lecteur pourra se convaincre des qualités éminentes du Souverain en tant qu’homme et en tant que dirigeant. La persistance de la légende d’un Souverain très différent n’en est que plus surprenante, de même que la profondeur du gouffre qui séparait la société du Tsar et qui favorisa la production d’un terreau fertile à l’émergence de ladite légende. C’est à peine si l’explication de ce phénomène permet de limiter la vague de calomnies malicieuses dirigée contre le Tsar, de tempérer l’activité de cette puissance ténébreuse. La simple mention générale du désaccord et de la dissonance en matière de sentiments entre la société et le Tsar sur lesquelles nous avons déjà attiré l’attention est insuffisante. Il importe ici de relever deux circonstances qui mettent en lumière la nature de cette divergence de pensée et de sentiment, dont les racines ne plongent pas seulement dans la mentalité de la société mais dans certaines propriétés, ou plus précisément certaines dispositions de la conscience du Tsar lui-même, qui empêchaient de trouver langue commune entre lui et ses contemporains dont l’orientation psychologique divergeait. Lire la Suite

Ukraine. Sur le blog du Moinillon . Prière pour une Église ‘une’

Le blog de Maxime ‘Journal d’un chrétien orthodoxe ordinaire’ reproduit aujourd’hui un texte mis en ligne le samedi 8 septembre sur le ‘blog du Moinillon’. Compte tenu de l’ampleur catastrophique insoupçonnée que peuvent prendre les conséquences des événements déclenchés par la décision du Patriarcat de Constantinople de faire naître en Ukraine une « Église autocéphale » il a paru opportun de reproduire ci-dessous ce texte, sans changement aucun, tous les mérites en revenant à ‘P’tit Moine’. Une seconde prière y est ajoutée à la suite, celle récitée devant l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan.
En outre, pendant quasi trois ans les introductions aux traductions mises ici en ligne ont été rédigées en s’efforçant d’éviter l’usage de la première personne du singulier. Il sera fait aujourd’hui une exception:
En tant que fidèle d’une paroisse orthodoxe grecque d’une Métropole d’Europe occidentale dépendant du Patriarcat de Constantinople, je me sens moralement co-responsable de la décision exprimée et mise en œuvre par le Patriarche Bartholomée. Dans cette situation, je demande pardon à tous nos frères et sœurs orthodoxes russes du Patriarcat de Moscou (liés à l’actuelle Église Orthodoxe d’Ukraine, seule canonique) et à toutes les Ukrainiennes et tous les Ukrainiens qui ont et qui auront à souffrir des effets de la décision en cause, alors que leur pays, et particulièrement le Donbass, est déjà un lieu d’intenses souffrances. Pardonnez-moi.

Tous les Saints de Russie, priez Dieu pour l’Église et les patriarches

Saint Michel, métropolite de Kiev, prie Dieu pour nous !
Saint Vladimir qui baptisa la Rus’, prie Dieu pour nous !
Saints Boris et Gleb, priez Dieu pour nous !
Saints Antoine et Théodose, et tous les saints des grottes de Kiev, priez Dieu pour nous !
Saint Avramy de Rostov, prie Dieu pour nous !
Saint Nikita de Novgorod, prie Dieu pour nous !
Saint Alexandre de la Néva, prie Dieu pour nous !
Saint Igor prince de Tchernigov, prie Dieu pour nous !
Saint Daniel de Moscou, prie Dieu pour nous !
Saint Vsevolod de Pskov, prie Dieu pour nous !
Saint Michel prince de Tver, prie Dieu pour nous !
Saint Serge de Radonège et tous les saints de la laure de la Trinité-Saint-Serge, priez Dieu pour nous !
Saint Alexis, métropolite de Moscou, prie Dieu pour nous !
Saint Maxime le Grec, prie Dieu pour nous !
Saint Job de Potchaev et tous les saints de la Laure de Potchaev, priez Dieu pour nous !
Saint Thaddée et tous les saints de la Laure de Sviatohorsk, priez Dieu pour nous !
Saints Serge et Herman et tous les saints de Valaam, priez Dieu pour nous !
Saints Savaty et Herman et tous les saints de Solovki, priez Dieu pour nous !
Saint Séraphim de Sarov, prie Dieu pour nous !
Saint Basile le bienheureux de Moscou, prie Dieu pour nous !
Saint Dimitri de Rostov, prie Dieu pour nous !
Saint Théophile de Kiev, prie Dieu pour nous !
Saint Amvrosy et tous les saints d’Optino, priez Dieu pour nous !
Sainte Xénia de Saint-Pétersbourg, prie Dieu pour nous !
Saint Jean de Cronstadt, prie Dieu pour nous !
Saint Jean de Shanghaï, prie Dieu pour nous !
Saint Alexis d’Ugine, prie Dieu pour nous !
Saint Koukcha d’Odessa, prie Dieu pour nous !
Tous les Saints néomartyrs et confesseurs de Russie, priez Dieu pour nous !

Saint apôtre Bartholomée, prie Dieu pour nous !
Saint Cyrille, prie Dieu pour nous !
Tous les saints, priez Dieu pour eux !
Très Sainte Mère de Dieu, prie Dieu pour eux !

1) Allocution du patriarche Bartholomée lors de la synaxe des hiérarques à Constantinople(1er septembre 2018)
2) Nomination de deux exarques du Patriarcat œcuménique à Kiev (7 septembre 2018)
3) Déclaration du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe du 8 septembre 2018

Sources: Blog de Maxime , Blog du Moinillon

A la prière ci-dessus peut s’ajouter celle que l’on récite devant l’icône de la Mère de Dieu de Kazan, et qui demande l’aide de Celle-ci entre autres contre schismes et hérésies. Il est vrai que ces derniers sont à l’œuvre en Ukraine depuis un certain temps, mais ce qui pourrait arriver serait bien pis encore.  La version française traduite traduite du slavon, et reproduite ci-dessous m’a été remise par un membre de notre paroisse.

Ô toute sainte Reine, Notre Dame la Mère de Dieu,
nous prosternant avec foi et amour devant ta précieuse icône, nous te prions :
ne détourne pas ta face de ceux qui accourent vers toi.
Prie ton Fils et notre Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, ô Mère pleine de compassion,
afin qu’Il nous garde dans la paix,
et qu’Il préserve Sa sainte Église contre l’incroyance, l’hérésie ou le schisme.
Car nous n’avons pas d’autre aide ni d’espoir que toi, ô très pure Vierge.
Tu es le tout puissant secours et la protectrice des Chrétiens.
Délivre tous ceux qui te prient avec amour contre les assauts du péché,
contre les attaques des hommes méchants,
contre toutes les tentations, afflictions et détresses, et contre la mort soudaine.
Accorde-nous d’avoir un esprit contrit, un cœur humble, des pensées pures,
afin que nous amendions nos vies pécheresses
et que nous obtenions la rémission de nos péchés.
De sorte que nous puissions chanter avec reconnaissance tes hauts faits,
et que nous soyons assurés du Royaume éternel.
Amen.

Saint Tsar Nicolas II. «En Mémoire du Dernier Tsar» (5)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le long texte «En mémoire du Dernier Tsar» fut publié en 1943 à Kharbine, dans le magazine «Pain céleste» ("Хлебе Небесном"). Il constitua par la suite un chapitre, aux pages 264-302, du livre Чудо русской истории. (Le Miracle de l'Histoire russe), écrit par l'Archimandrite Konstantin (Zaïtsev) (1887-1975) qui en 1949 rejoignit la communauté de Jordanville où il enseigna au Séminaire. Il dirigea les revues ««Православная Русь» (La Rus' Orthodoxe), «Православная жизнь» (La Vie Orthodoxe), «The Orthodox Life» , et Православный путь» (La Voie Orthodoxe). Il exerça une activité pastorale d'envergure et participa amplement à la contribution majeure de l’Église Russe hors Frontières en matière de théologie, d'histoire de la Russie et d'histoire de la culture russe. A notre connaissance, ce long texte de grande valeur, parfois ardu, n'a pas été traduit et publié en français à ce jour. Il est proposé ici en entier, mais fractionné. Voici la cinquième partie. Les précédentes se trouvent ici.

De ce point de vue, le petit livre honnête et intelligent «Le Tsar et la Tsaritsa» de V.I. Gourko est révélateur. L’auteur, un des meilleurs fils de cette Russie qui s’en est allée, un des piliers de son enseignement d’État, était une des dignitaires de la bureaucratie russe. Son nom demeurera inoubliable dans la mesure où il fut vraisemblablement au sein de l’Administration le précurseur principal des célèbres réformes de Stolypine. Il tomba, victime d’intrigues, et lorsque les réformes furent mises en œuvre, il était condamné à une relative inactivité, mais il n’en tint pas grief et s’employa dans le cadre d’une opposition prometteuse. Demeurant, grâce à ses relations, au courant de ce qui se faisait ‘en haut’, mieux que quiconque, il pouvait observer et évaluer, d’autant qu’il n’appartenait à aucun parti et restait étranger aux passions, tant de droite de que de gauche. Mais il était un conservateur et un monarchiste convaincu. Il est difficile d’imaginer un homme plus adéquat pour réhabiliter le Tsar aux yeux de la société! Lire la Suite

Les startsy s’en vont les uns après les autres. A la mémoire de l’Archimandrite Lazare. (1/2)

Le 4 mai 2018, nous rappelions les décès successifs depuis un an de plusieurs grands starets russes. Entre-temps est venu se rajouter celui du starets Adrian. Et cette triste série se poursuit. Le 17 août 2018, l’Archimandrite Lazare (Abachidzé) est décédé. Il était l’un des auteurs favoris de très, très nombreux fidèles; même dans leur version russe, la plupart de ses livres sont épuisés, malgré les rééditions successives. Le texte ci-dessous est composé à partir de deux originaux russes  publiés les 20 et 27 août 2018 sur le site Pravoslavie.ru sous les titres «Un Prédicateur du Christianisme de la tempérance. A la mémoire de l’Archimandrite Lazare»  et «L’écrivain spirituel Lazare (Abachidzé) est décédé. Le premier texte est dû au Hiéromoine du grand schème Valentin (Gourievitch) et à Madame Olga Orlova.

L’écrivain spirituel, l’Archimandrite Lazare (Abachidzé), est décédé.
Bétanie (Géorgie), le 20 août 2018.

Depuis le 17 août, l’Archimandrite Lazare (Abachidzé) repose en Dieu. Clerc de l’Église Orthodoxe de Géorgie, il fut un zélé serviteur de l’Église du Christ, champion de la pureté de la foi orthodoxe, écrivain ecclésiastique subtil, publiciste et critique de la modernité et de l’œcuménisme dans l’Église.
L’Archimandrite Lazare, originaire d’Abkhazie, naquit le 23 juillet 1959. A la fin de ses études séculières, il reçut la tonsure monastique. Il fut transféré au monastère de Bétanie, en Géorgie, où, grâce à l’Archimandrite Ioann (Maïssouradzé) et à l’Archimandrite du grand schème Ioann (Mkheidzé), qui «travaillaient dans leur propre monastère comme guides pour les excursionnistes», il dissimula son podvig de jeûne et de prière et demeura concentré sur sa vie monastique de prière. Lire la Suite

Saint Tsar Nicolas II. «En Mémoire du Dernier Tsar» (4)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le long texte «En mémoire du Dernier Tsar» fut publié en 1943 à Kharbine, dans le magazine «Pain céleste» ("Хлебе Небесном"). Il constitua par la suite un chapitre, aux pages 264-302, du livre Чудо русской истории. (Le Miracle de l'Histoire russe), écrit par l'Archimandrite Konstantin (Zaïtsev) (1887-1975) qui en 1949 rejoignit la communauté de Jordanville où il enseigna au Séminaire. Il dirigea les revues ««Православная Русь» (La Rus' Orthodoxe), «Православная жизнь» (La Vie Orthodoxe), «The Orthodox Life» , et Православный путь» (La Voie Orthodoxe). Il exerça une activité pastorale d'envergure et participa amplement à la contribution majeure de l’Église Russe hors Frontières en matière de théologie, d'histoire de la Russie et d'histoire de la culture russe. A notre connaissance, ce long texte de grande valeur, parfois ardu, n'a pas été traduit et publié en français à ce jour. Il sera proposé ici en entier, mais fractionné. Voici la quatrième partie. Les précédentes se trouvent ici. 
La lecture des dix dernières lignes de la troisième partie facilitera la lecture du début du présent texte.

Le deuxième système est, peut-être, plus délétère encore. Il consiste à enseigner aux enfants, dès leur plus jeune âge, la réalisation des rites religieux, prières, fréquentation de l’église, etc. Les parents concernés invoquent d’habitude le fait que l’aspect extérieur de la religion est l’expression, et en même temps le moyen d’éveil, de besoins intérieurs, de la même façon que naissent le cri de joie et le frisson d’effroi. Quel sens peut avoir la prière d’action de grâce à Dieu dans la bouche d’un enfant, alors qu’il n’en a pas le ressenti? Nous trouverions parfaitement absurde le système d’éducation qui obligerait par exemple les enfants, chaque jour à une certaine heure, d’exprimer haut et fort la joie, non seulement en paroles mais avec l’expression corporelle qui accompagne celle-ci. Et pourtant, n’est-ce pas ce que l’on fait avec les enfants en les obligeant à lire et réciter, sans en comprendre le sens, des prières toutes faites, etc.? Lire la Suite

Starets Élie. L’éternité, on n’y échappera pas.

Crédit Photo

Le Starets Élie (Nozdrine), Archimandrite du grand schème, est né en 1932. Il commença à prier à l’âge de trois ans. Après avoir terminé l’Académie de Théologie, il entra, en 1966 dans la communauté monastique de la Laure des Grottes de Pskov, à partir de 1976, il séjourna sur la Sainte Montagne, et à la fin des années ’80, il contribua à la renaissance du Monastère d’Optina, et il en encore le père spirituel et est le confesseur de Sa Sainteté le Patriarche Kyrill.
En mai 1966, le Hiérodiacre Élie (Nozdrine) fut ordonné hiéromoine. Le 21 mai 2016 s’est déroulée la chirotonie des cinquante années de prêtrise du confesseur de Sa Sainteté le Patriarche Kyrill, l’Archimandrite du Grand Schème Élie. A l’occasion de son jubilé, le Père Élie a répondu aux questions des lecteurs du portail informatique Rublev.com. Le texte de cet entretien a été reproduit le 23 mai 2016 sur le site Pravoslavie.ru.

Père Élie, comment l’homme contemporain doit-il mener sa vie afin de sauver son âme et d’éviter les querelles avec autrui?
Avant tout, chacun doit se souvenir de l’essence de notre vie, comprendre notre foi orthodoxe. Et il faut admettre la proposition axiomatique : le Seigneur est, et notre Église Orthodoxe est. La loi de notre vie, la loi écrite, c’est la Sainte Écriture, et particulièrement le Nouveau Testament (les Évangiles, les Épîtres des Apôtres). C’est le Nouveau Testament qui fournit à notre sainte Église le fondement de notre foi et ses enseignements. Il y a également la Tradition, mais c’est une partie moins importante ; la partie fondamentale, c’est le Nouveau Testament. Et c’est vraiment au moyen de ce Nouveau Testament que nous devons diriger notre vie. Nous devons avoir la foi et participer à la vie de notre Église et observer ses règles. Qu’est-ce que cela signifie? Cela veut dire que nous devons aspirer à comprendre l’Église Orthodoxe, sa vie, son histoire, son essence. Malheureusement, bien souvent, elle nous manque, cette compréhension du sens de la vie. Son sens fondamental, c’est que nous vivions avec Dieu, selon les règles de l’Église. Et comment l’Église vit-elle? l’Église incarne notre idéal dogmatique chrétien. Comme dit le Seigneur : «Cherchez avant toute chose le Royaume des Cieux et Sa vérité». Lire la Suite