Le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) Huit Lettres d’Occident. (14)

Il ne semble pas que jusqu’à présent, les huit Lettres d’Occident, écrites par le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) aient été traduites en français. Ces huit lettres, éditées pour la première fois en 1915, sont incluses dans les Œuvres en trois volumes du Saint Hiéromartyr, au tome 3, pp 396 à 458. (Священномученик Иларион (Троицкий). Творения в 3 томах. -épuisé-), Moscou, 2004, Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre. Le texte de ces huit lettres fut également publié sur le site Pravoslavie.ru, entre le 16 et le 22 mai 2006. Ces écrits, qui ne relèvent pas d’une démarche académique, plongent le lecteur avec animation et profondeur dans l’atmosphère spirituelle, philosophique, culturelle et sociopolitique du début du XXe siècle; c’est en 1912 que l’Archimandrite Hilarion (Troïtski) effectua un périple dans les grandes villes d’Europe. La troisième lettre présente le contraste, irréductible, semble-t-il, entre l’église en Occident et l’église en Russie Orthodoxe. Voici la suite de la septième lettre. Les précédentes lettres se trouvent ici.
L’ironie parfois féroce du texte ci-dessous pourrait paraître aujourd’hui désobligeante envers les Allemands, mais il convient de se souvenir que cette «lettre» fut rédigée à une époque où les relations entre l’Empire de Russie et l’Empire allemand étaient extrêmement dégradées, la Première Guerre mondiale venant de débuter par l’agression germanique envers le peuple Serbe. C’est à cette époque que Saint-Pétersbourg fut renommée «Petrograd» sur décision du Saint Tsar Nicolas II qui estimait que l’origine allemande du nom «Sankt-Peterburg» rendait cette appellation incompatible avec l’état des relations entre la Russie et l’Empire allemand.

Du reste, il arrivait au  Saint Hieromartyr Hilarion de se montrer tout aussi féroce vis-à-vis des défauts des Russes.

Ils sont beaux, les rivages rhénans, mais la culture européenne combat la beauté ici également, introduisant son esprit mercantile. Bien souvent, les monts qui côtoient le Rhin sont couverts de vignes , du bord de l’eau jusqu’à leur sommet, et ils perdent ainsi leur beauté originelle. Les aspérités sont nivelées, tout est lissé, et on fabrique des bandes vertes toutes identiques. Telles des oasis, épaves de la beauté d’antan au milieu d’une uniformité artificielle se dressent les ruines des châteaux, comme celles du château d’Herrenfels. Mais bien sûr, cela correspond à une image; celle de l’Allemand qui navigue vers l’aval du Rhin en buvant le vin du Rhin!

Constantin Sergueevitch Aksakov

Quand on observe les passagers, on remarque la particularité du public allemand. En Europe, mon Ami, en fait, on ne voit pas de peuples, on rencontre un public. Là-bas n’existe pas notre distinction entre peuple et public, celle dont a si joliment et si précisément écrit C.S. Aksakov. Toi, mon Ami, Tu Te souviens évidemment de la comparaison entre peuple et public. Le célèbre slavophile se tenait résolument du côtés du peuple, parce que chez nous, le public est plus respecté que le peuple, orthodoxe, car le public danse, alors que le peuple, il prie. Il me semble que les voyages (de même que la promenade, au sujet de laquelle, mon Ami, je t’ai écrit la fois dernière), c’est l’affaire du public, et non du peuple. Qu’y faire? Bien qu’avec Aksakov, j’aie plus de sympathie pour le peuple que pour le public, j’aime toutefois beaucoup voyager. Mais le peuple ne voyage pas pour aller voir des terres étrangères et découvrir les beautés de la nature à l’étranger. Souviens-Toi, mon Ami, je t’ai écrit, voici peu de temps, une lettre enthousiaste depuis la Volga et la Kama, déplorant que Tu ne T’y trouves pas avec moi! Mais j’ai pu constater alors l’indifférence du peuple envers leurs belles rives. Il est assis dans le bateau-vapeur, tournant le dos au rivage, et leur visage se tourne vers-celui-ci seulement lorsqu’il s’agit de descendre quelque chose dans l’eau, comme par exemple, pour rincer une théière. L’âme du peuple est sensible à la beauté de la nature, mais sa relation à la beauté de la nature n’est pas esthétique mais religieuse : il est en effet enthousiasmé par la beauté du monde de Dieu, de la création divine. Il n’a pas besoin des beautés stupéfiante ; pour lui, Dieu est grand dans les brins d’herbes qui poussent de terre. J’ai très fréquemment rencontré cet enthousiasme pour les créatures de Dieu chez les gens simples du peuples devenus moines.Chez nous le monastère réunit en effet ce qu’il y a de plus sensible, de plus tendre, de plus enthousiaste et de plus profond dans la masse du peuple russe.

Saint Hilarion (Troïtski)

Sur le Rhin, j’ai vu le public allemand en voyage. Tu ne peux t’imaginer, mon Ami, comme le voyage est chose développée chez le Allemands! Quasi chaque Allemand économise quelque dizaines de marks pour, l’été venu, emmener son Allemande voyages sur le Rhin, visiter la Suisse de Saxe, ou se promener à la montagne. On rencontrer des touristes allemands partout. Les Allemands possèdent toute une science du voyage. Et tout, de nouveau, est cadré dans un un schéma modèle. J’ai souvent sourit à la vue des Allemands en voyage. Ils sont cocasses dans leur obtuse autosatisfaction. Quand il voyage, l’Allemand porte inévitablement un costume adapté au voyage. Dans les villes, il existes des magasins spécialisés dans les équipements pour touristes. Quand le touriste part en montagne, la comédie commence dans la plaine. Il chausse d’épaisses chaussures en cuir solide, munies de pointes en fer sur les semelles. En dessous, il porte des bas épais qui lui montent jusqu’au-dessus du genoux. Sur son dos, il porte un sac, et toute la silhouette est couverte d’une cape. En main, il tient un long bâton avec un bout métallique pointu. On a ainsi l’impression que ce touriste part au Pôle Nord ou au sommet du Mont Blanc. Quelle vision pénétrée d’importance! Il exprime de la sorte ceci : «Voyez, je pars en voyage. De grands dangers m’attendent, mais je les surmonterai tous!». Je pense plutôt que l’Allemand voyage par mesure d’hygiène, pour s’endurcir, faire fondre sa graisse, activer sa circulation sanguine, s’ouvrir l’appétit et provoquer un profond sommeil. Les plaisirs procurés par les beautés de la nature sont également importantes pour lui, entre autres, parce qu’elles lui facilitent la digestion. Un membre de ma famille, grand voyageur, se moquait avec férocité de la manière allemande de voyager. «Chez les Allemands, disait-il, au sommet des montagnes, vous trouvez des écriteaux portant la mention : «Il faut s’arrêter ici et admirer la vue à droite», «Ici, vous devez exprimer bien fort votre ravissement», etc…». L’Allemand voyage de manière à ne pas dépenser vainement les marks qu’il a économisés. Il s’évertue à ne manquer aucun point de vue ni aucune curiosité. Le touriste allemand tient toujours un guide en main. Et ce serait pour l’Allemand un malheur que ne pas aller voir un endroit mentionné dans ledit guide. Évidemment! Ne pas aller voir une chose que son argent lui permet de voir! Cet argent serait gaspillé!

Saint Hilarion

Ainsi donc, mon Ami, l’Allemand et le Russe voyagent différemment. C’est la grandeur de la nature du Russe qui le pousse à voyager, à embrasser et étreindre le plus de choses qu’il peut. L’Allemand en voyage est méticuleux, calculateur et ennuyeux.
Pendant mon voyage en bateau sur le Rhin, mon attention fut attirée par un prêtre catholique. Je vis son visage glabre et sa soutane. Je pensai : ne serait-ce pas là un étudiant catholique? J’allai m’asseoir à côté de ce compagnon de voyage et engageai la conversation. Il s’avéra qu’il n’était pas étudiant, mais prêtre d’une paroisse de village en Bavière, c’est-à-dire, un personnage d’autant plus intéressant. Malgré que ce compagnon ne se distinguât pas par sa loquacité, longuement, nous conversâmes à propos de questions variées et nous déjeunâmes même ensemble (pardon Seigneur!). Il avait terminé l’Université à Munich mais, apparemment, il avait rompu avec la science dès la fin de son cursus académique. Il s’avéra que je n’étais pas moins familier qu’un prêtre de village bavarois avec les ouvrages de théologie allemande. Je n’ai pas non plus aperçu une intelligence ni une éducation particulière dans le chef de mon interlocuteur. Ce qui m’intéressa, ce furent ses récits des affaires ecclésiastiques, de la vie et des activités du clergé catholique. (A suivre)
Traduit du russe

Souvenirs de l’Higoumène Barbara au sujet de Saint Seraphim de Vyritsa.

L’original du texte ci-dessous fut publié le 3 avril 2017 sur la page du réseau social «Live Journal» de l’Archiprêtre Guennadi Belovolov, Recteur de la Paroisse des Saints Pierre et Paul de Somino, et fondateur-conservateur de l’appartement-mémorial de Saint Jean de Kronstadt, à Kronstadt. Dans ce texte, le Père Guennadi rapporte des souvenirs de l’Higoumène Barbara du Monastère de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu, à Pioukhtitsa, au sujet de Saint Seraphim de Vyritsa. C’est aujourd’hui, le 21 mars / 03 avril qu’est célébrée la mémoire de Saint Seraphim, l’intercesseur et thaumaturge de Vyritsa.

… Arriva l’an 1947. Notre famille revenait tout juste d’évacuation. Je vivais avec mes parents à Louga. Maintes fois nous avons parlé du grand Starets et puissant intercesseur, le Père Seraphim de Vyritsa, quand nous étions à Louga. J’avais tellement envie d’aller le voir!
A la première occasion, je me mis en chemin. C’était dans les premiers jours de juin. Sur les arbres, les petites feuilles commençaient seulement à se déployer. Je n’avais pas encore dix-sept ans. Je rejoignis Saint-Pétersbourg, et de là, la gare de Vyritsa. Dans quelle direction devais-je aller? Je n’en avais pas la moindre idée. Je demandai «Où vit donc Batiouchka Seraphim, chez vous?». «Marchez tout droit. Vous verrez l’église de la Mère de Dieu de Kazan. Sa petite maison n’en est pas très éloignée», me répondit-on. Je marchai. J’arrivai devant l’église en rondins; un petit cimetière la jouxtait. Je trouvai la petite maison, bordée d’une vaste véranda. Je frappai à la porte et entrai. Beaucoup de monde était déjà là. «C’est ici que vit Batiouchka Seraphim?», m’enquis-je. «C’est ici, mais il ne reçoit personne. Lisez!» Sur la porte était affichée une annonce : «Batiouchka est souffrant. Il est demandé de ne pas le déranger et de ne pas frapper à la porte». C’était deux ans avant le décès de Batiouchka. Lire la Suite

Le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) Huit Lettres d’Occident. (13)

Il ne semble pas que jusqu’à présent, les huit Lettres d’Occident, écrites par le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) aient été traduites en français. Ces huit lettres, éditées pour la première fois en 1915, sont incluses dans les Œuvres en trois volumes du Saint Hiéromartyr, au tome 3, pp 396 à 458. (Священномученик Иларион (Троицкий). Творения в 3 томах. -épuisé-), Moscou, 2004, Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre. Le texte de ces huit lettres fut également publié sur le site Pravoslavie.ru, entre le 16 et le 22 mai 2006. Ces écrits, qui ne relèvent pas d’une démarche académique, plongent le lecteur avec animation et profondeur dans l’atmosphère spirituelle, philosophique, culturelle et sociopolitique du début du XXe siècle; c’est en 1912 que l’Archimandrite Hilarion (Troïtski) effectua un périple dans les grandes villes d’Europe. La troisième lettre présente le contraste, irréductible, semble-t-il, entre l’église en Occident et l’église en Russie Orthodoxe. Voici le début de la septième lettre. Les précédentes lettres se trouvent ici.

Septième lettre. Sur le Rhin

Le Rhin, mon Ami, c’est la Volga allemande. Au Rhin convient ce qualificatif: allemand, tout comme la Volga est «le fleuve russe». Ce n’est pas un hasard si les Allemands veulent tellement que le Rhin leur appartienne jusqu’à son embouchure. Les Allemands aiment chanter «Die Wacht am Rhein» [La garde au Rhin. N.d.T.]. Les Russes chantent partout «En bas, près de Matouchka-Volga». Lire la Suite

La tomate du Père Hermogène. Croquis de Pioukhtitsa (2/2)

L’Archiprêtre Oleg Vrona

Le site Pravoslavie.ru a publié fin 2019 une série de quelques textes portant le sous-titre de ‘Croquis de Pioukhtitsa’, écrits par l’Archiprêtre Oleg Vrona, né en Sibérie orientale et aujourd’hui recteur de l’église Saint Nicolas à Tallinn. Ces textes, à première vue peu spectaculaires, sans doute, proposent quelques pages de la vie spirituelle dans ce célèbre monastère, situé à la frontière de l’Estonie, mais aussi des portraits de certains «justes» qui y séjournèrent. Le présent texte, dont la première partie se trouve ici,  a été publié en russe le 24 décembre 2019.

Père Hermogène (Mourtazov)

Il était facile de célébrer sous la direction du Père Hermogène. Ce n’était pas un homme influencé par les humeurs, et je ne me souviens pas même l’avoir entendu une seule fois faire une remarque à quelqu’un. Mais un jour, je réalisai que je l’avais fortement chagriné par une action irréfléchie. L’époque de mon ordination en qualité de prêtre approchait, et soudain, je décidai qu’il était grand temps d’apprendre à proclamer correctement les homélies. Sans réfléchir, je m’adressai à la matouchka higoumène, qui me donna sa bénédiction pour me charger de l’homélie du dimanche suivant. C’était la semaine de Zachée. Cette fois-là, le Père Hermogène célébrait quelque part dans une paroisse qui lui avait été confiée, et il ne me vint pas à l’esprit, je ne sais pourquoi, qu’il était inconvenant de prononcer une homélie sans en avoir averti le Père Hermogène. Je ne me souviens pas du texte entier de cette première homélie, mais je me rappelle que la fin concernait la lutte contre les passions (comme si, moi, je m’y connaissais en ce domaine!). Par souci de clarté, j’ai évoqué ma jeune expérience de passionné de la pêche, et j’ai commencé par expliquer comment le pêcheur ramène un gros poisson à l’aide de sa canne à pêche. Régulièrement, il relâche du fil pour lui permettre de résister à la tension, et ensuite recommence à raccourcir la ligne, et ainsi, jusqu’au moment où le poisson est épuisé ; le tirer hors de l’eau est alors un jeu d’enfant. Il est possible que les sœurs se soient silencieusement moquées du jeune prédicateur, selon les paroles duquel tout cela semblait facile ; il suffisait de tirer sur le fil et puis de relâcher la tension.

Le Père Hermogène (photo : Pravoslavie.ru)

Le lendemain matin, avant la liturgie, je me trouvais devant l’autel de la chapelle de droite, devant l’analoï, le Typikon ouvert. J’en étudiais attentivement un chapitre. Soudain, la porte du sanctuaire s’ouvrit brusquement et le Père Hermogène entra dans le sanctuaire. Attendant qu’il se soit prosterné devant l’autel, je m’avançai vers lui et demandai sa bénédiction. Le Père Hermogène bénit mes paumes placées en croix et, regardant ailleurs, il demanda, sur le ton de l’homme subitement frappé d’une rage de dents : «Qu’est-ce que c’est que ce poisson que tu as attrapé hier?» Et puis, sans attendre la réponse, il fit demi-tour et s’en alla vers l’autel principal. Je parvins tout juste à articuler : «Pardonnez-moi!», et je retournai au Typikon. J’étais dans un état effroyable. Je comprenais parfaitement que le problème ne résidait pas dans la périphrase qu’il avait prononcée, et d’ailleurs, je l’ai rencontrée, plus tard, dans les écrits des Saints Pères, mais bien en ce que j’avais commis une faute grossière d’insubordination : contournant le prêtre, l’ancien, j’avais adressé directement à l’higoumène du monastère une question concernant la célébration de l’office divin. Pour mon plus grand bonheur, le Père Hermogène fit preuve à mon égard de la grandeur d’âme que j’attendais de lui, et dès ce jour là, il continua à s’entretenir avec moi comme auparavant, sur un ton bienveillant, et plus jamais il ne revient sur cet incident. Je décidai fermement de ne plus jouer au prédicateur monastique, et tout repris son cours ancien.

Monastère de Pioukhtitsa

Arriva le temps du Grand Carême. C’était le dernier que je vécu au rang de diacre, et au Monastère de Pioukhtitsa. Un jour de mars, pendant la deuxième ou la troisième semaine du Grand Carême, je descendais de la colline, sur le chemin qui mène à l’église du monastère. C’était un jour gris et froid, et j’avais le ventre creux. La nourriture carémique, comme le savent tous ceux qui jeûnent pendant les carêmes, «descend très vite» et la faim réapparaît alors. Surtout quand on est jeune et que le métabolisme fonctionne parfaitement. Descendant les marches de l’escalier en pierre qui donne sur le parc des tilleuls, je suis littéralement entré en collision avec le Père Hermogène qui s’apprêtait à monter l’escalier. Je fis rapidement une métanie et avançai les paumes de mes mains croisées l’une sur l’autre, attendant sa bénédiction. Le Père Hermogène me bénit d’un large signe de croix, et avant que j’aie pu prononcer un mot, la main gauche du Père Hermogène émergea de la profonde poche de son rasson d’hiver, tenant un petit sachet transparent, en polyéthylène dans lequel resplendissaient des tomates fraîches. Il y en avait trois, de taille moyenne, d’un rouge éclatant. C’était un miracle; l’hiver n’avait pas encore reculé, la neige recouvrait tout, et voilà des tomates fraîches, des messagères de l’été tant attendu. Et à l’époque soviétiques, des tomates fraîches en hiver, il n’y en avait pas. Vous pouviez en voir juste au cinéma. Un petite anecdote témoigne de cela. Une fillette demande à sa maman : «Maman, c’est quoi des riches?». Et la maman de répondre : «Des riches, ce sont des gens qui mangent des tomates fraîches toute l’année».

Photo : Pravoslavie.ru

Entre-temps, le père Hermogène avait soigneusement sorti une tomate du sac et, en silence, avec le sourire du faiseur de miracles, à qui il est agréable de donner de la joie aux gens, il me la tendit. Je l’ai involontairement portée à mon visage, essayant de capter l’odeur de l’été. Et le miracle redoubla: cette tomate était non seulement élastique au toucher, mais elle dégageait également un arôme inimitable! Finalement, reprenant mes esprit, je commençai à balbutier que ces tomates lui étaient destinées, qu’elles étaient rares en cette saison, et qu’il en avait plus besoin que moi, et d’autres choses du même genre. Mais le Père Hermogène demeura inflexible, et je finis par cesser de protester et me retrouvai avec une tomate en main. Je n’avais pas d’emballage et je craignais de l’écraser dans ma poche. Je me hâtai de retourner à ma cellule. A cette heure du jour, le monastère était désert, et je ne rencontrai personne en chemin. Mais si j’avais vu quelqu’un, serais-je parvenu à me séparer de mon fruit miraculeux sans être désolé? Je ne sais pas. Et le Père Hermogène ramena-t-il les deux autres tomates dans sa cellule? Je n’en sais rien non plus. Peut-être ne les y a-t-il pas rapportées et les a-t-il offertes à quelqu’un? Il en était capable. En marchant j’eus l’idée que des enfants spirituels du Père Hermogène lui avaient apporté ces tomates, spécialement pour lui, venant de très loin, sans doute de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, sachant que le Père Hermogène avait le ventre large et qu’il avait besoin de légumes frais. Approchant de la maison, je me souvins du récit populaire dans le milieu monastique, au sujet du moine qui, au monastère, avait accueilli un autre moine en lui offrant une pomme. À son tour, le deuxième moine offrit cette pomme à un autre moine, et la pomme passa de main en main, d’un moine à l’autre, jusqu’à ce qu’elle revienne à au premier moine qui avait offert la pomme. «L’amour règne dans notre fraternité», pensa ce moine et il en fut attendri. Cette tomate du père Hermogène m’a appris quelque chose, dommage que j’aie mis du temps avant de comprendre.
Traduit du russe
Source

Le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) Huit Lettres d’Occident. (12)

Il ne semble pas que jusqu’à présent, les huit Lettres d’Occident, écrites par le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) aient été traduites en français. Ces huit lettres, éditées pour la première fois en 1915, sont incluses dans les Œuvres en trois volumes du Saint Hiéromartyr, au tome 3, pp 396 à 458. (Священномученик Иларион (Троицкий). Творения в 3 томах. -épuisé-), Moscou, 2004, Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre. Le texte de ces huit lettres fut également publié sur le site Pravoslavie.ru, entre le 16 et le 22 mai 2006. Ces écrits, qui ne relèvent pas d’une démarche académique, plongent le lecteur avec animation et profondeur dans l’atmosphère spirituelle, philosophique, culturelle et sociopolitique du début du XXe siècle; c’est en 1912 que l’Archimandrite Hilarion (Troïtski) effectua un périple dans les grandes villes d’Europe. La troisième lettre présente le contraste, irréductible, semble-t-il, entre l’église en Occident et l’église en Russie Orthodoxe. Voici la fin de la sixième lettre. Les précédentes lettres se trouvent ici.

La cathédrale de Belgrade

Sur ces entrefaites, des représentants du Gouvernement de Serbie et des militaires étaient arrivés dans la cathédrale. Les ministres se tenaient au premier rang, du côté droit. Je me souviens de la silhouette impressionnante et du visage intelligent de Pachitcha. Le corps diplomatique était rassemblé derrière le chœur de gauche, tout un mélange de tribus, de costumes variés! La haute taille de l’ambassadeur austro-hongrois Forgatch le singularisait au milieu de tout le corps diplomatique. Il portait un uniforme médiéval hongrois ourlé de fourrure. Alors qu’il faisait chaud dehors. Qui donc oblige les gens à se martyriser en portant en été des vêtements chauds, et plutôt saugrenus! Lire la Suite