Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (2)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» (Государь император Николай II Alexandrovitch) publié par les Éditions précitées (Всеславянское издательство) en 1968. La traduction du premier extrait de ce texte a été proposée ici. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur le texte de N. Obroutchev, qui en a annoncé l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler Son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Éducation et Formation.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père), ses parents, frères et soeurs

Le Tsar-Pacificateur éduqua ses enfants de façon austère, dans une simplicité spartiate. Ils dormirent dans des lits de bois simples, dotés de matelas et oreillers durs. La nourriture, sans excès, était constituée des plats les plus simples : pain noir, kachas diverses, et œufs bouillis formaient le menu de leurs petits-déjeuners. Au déjeuner, pris en commun avec leurs Augustes Parents, les enfants recevaient leur part après que le dernier des hôtes eût été servi. Et dès l’instant où le père se levait de table, les enfants se levaient eux aussi. On exigeait d’eux l’accomplissement strict de leurs obligations et l’observation précise de l’ordre du jour et des occupations prescrites. Chaque matin, ils se levaient à sept heures et prenaient une douche d’eau froide. Lire la Suite

Métropolite Athanasios de Limassol: La Prière 4/4

Dans le texte mis en ligne le 15 janvier 2014 dans sa version russe sur le site Pravoslavie.ru, le Métropolite Athanasios de Limassol transmet, à travers des exemples tirés de sa vie, de son expérience, un long enseignement au sujet de l’importance de la prière, et surtout de la prière pour autrui. Compte tenu de la longueur de la version russe, la traduction française a été proposée en quatre parties, dont voici la dernière. Les trois premières se trouvent ici.

Que génère la mise en pratique de l’amour, au moyen de la prière, de la charité, du soutien et de tout acte d’amour? Les bénéfices spirituels. Nous voyons la futilité de tout ce qui est humain, nous voyons la vanité de cette vie, de l’homme, et nous finissons par nous dire : «Qu’est-ce qui a encore un sens en cette vie que nous vivons? Que nous restera-t-il en fin de compte?». Souvent, nous nous plaignons : «Un tel ou une telle m’a offensé, il ou elle m’a accusé injustement! Lui est riche et moi je suis pauvre! Il a pris ce qui m’appartenait!», et toutes ces choses qui nous préoccupent chaque jour. Et puis, nous pensons, mais tout cela va avoir une fin, absolument tout. Tous nous allons nous retrouver devant le Christ, et là, nous verrons qui est sage et qui ne l’est pas, qui a réussi et qui a échoué, qui est vraiment riche, et qui est réellement pauvre. Que dit l’Apocalypse ? Parce que tu es pauvre et nu, viens, afin que Je te donne la richesse, Ma richesse, Mes vêtements blancs et Mes possessions. Ce que tu possèdes est faux, éphémère, sans valeur, futile. Tu es nu, pauvre, mort, tu portes un nom, tu te crois vivant, mais tu es mort. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (1)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» (Всеславянское издательство) à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» publié par ces Éditions en 1968. Il a par la suite été repris dans plusieurs autres recueils publiés en Russie, comme par exemple «Nicolas II à travers souvenirs et témoignages» (Николай II в воспоминаниях и свидетельствах) des Éditions Vétché, en 2008, et «Tsar et Russie», (Царь и Россия, Размышления о Государе Императоре Николае II) des Éditions Otchyi Dom, en 2017. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur l'essai précité, dont l'auteur annonce l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»
Cet essai est également précédé de l'envoi suivant, paroles du Saint Tsar Nicolas II: «Je possède la foi inébranlable de ce que le destin de la Russie, mon propre destin et le destin de ma Famille, sont entre les mains du Seigneur, Qui m'a placé à l'endroit où je me trouve. Quoiqu'il arrive, je m'incline devant Sa volonté, convaincu de ne jamais avoir d'autre pensée que servir ce pays qu'Il m'a confié».

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Le Souverain Empereur en ses années d’enfance.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père Alexandre Alexandrovitch), ses parents, frères et sœurs

Le 28 octobre 1866, le Tsarévitch Héritier et Grand Duc Alexandre Alexandrovitch épousa la Princesse Sophie Frédérique Dagmar, fille de Christian IX, Roi du Danemark et de la Reine Louise. Avant cela, la Princesse Dagmar s’était convertie à l’Orthodoxie, recevant comme prénom Maria; elle fut dès lors nommée Grande Duchesse Maria Feodorovna. Leur premier fils, (…) le Grand Duc Nicolas Alexandrovitch, le futur Empereur de toutes les Russie, Nicolas II, naquit le 6/18 mai 1868 (…). Lire la Suite

Métropolite Athanasios : Saint Païssios et Saint Serge de Radonège. (1/2)

Entretien réalisé par le correspondant du site Agionoros.ru, au Monastère de la Présentation au Temple, à Moscou, à l’occasion de la publication du livre en russe du Métropolite Athanasios de Limassol «Le Cœur ouvert de l’Église», dont la traduction de plusieurs longs extraits est proposée ici. L’article original en russe est sous-titré: L’Église donne réponse aux questions les plus importantes de la vie de l’homme. Voici la première partie de l’entretien.
Despotis, parlez-nous de vos rencontres avec les gerondas de l’Athos.
Au XXe siècle, la miséricorde divine a envoyé en Grèce et à Chypre une pléiade de grands et saints gerondas. La plupart d’entre eux vécurent sur l’Athos, mais il y en eut toutefois beaucoup qui menèrent leur combat hors de la Sainte Montagne. Le Seigneur m’a rendu digne de faire la connaissance de nombreux de ces héros de l’ascèse, et même d’établir des liens spirituels avec eux. Ils jouèrent un rôle décisif dans ma vie. Lire la Suite

Sainte Xénia et Napoléon; le rôle de la Personne dans l’Histoire.

Le texte ci-dessous est la traduction d’une homélie prononcée à Moscou le 06 février 2006 par l’Archimandrite Syméon (Tomachinski), hiéromoine du Monastère de la Sainte Rencontre, enseignant à l’Académie Spirituelle de Moscou (où il enseigne la littérature russe et étrangère) ainsi qu’au Séminaire de la Sainte Rencontre. Rédacteur pour le site Pravoslavie.ru, il dirigea les éditions de la Sainte Rencontre entre 2003 et 2014. Il fut en outre nommé Recteur du Séminaire de Koursk en 2015.
Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit !
Il n’existe probablement aucun livre d’histoire qui parle de Sainte Xénia de Petersbourg dont nous venons de célébrer la mémoire. Par contre, tous les livres d’histoire mentionnent Napoléon et ses entreprises. Tous deux ont pourtant vécu approximativement à la même époque : le passage du XVIIIe au XIXe siècle. Leurs contributions respectives à l’histoire sont-elles tellement incomparables ?
Les accomplissements de Napoléon sont renommés : des centaines de milliers de victimes, dont certaines sont enterrées ici, au Monastère de la Sainte Rencontre, des églises dévastées et pillées, et pas seulement en Russie, mais aussi, par exemple, à Venise et à travers toute l’Europe, et une multitude de vies ruinées. A son époque, Napoléon exerça aussi une influence spirituelle tout à fait considérable, comme le prouvent les œuvres de Tolstoï et Dostoïevski. Raskolnikov, tourmenté par le doute, «Suis-je une créature tremblante, ou ai-je le droit?», frappa de sa hache la vieille usurière avec, pourrait-on dire, aux lèvres le nom de Napoléon.
La vie de Sainte Xénia nous est bien connue, elle aussi. A l’âge de vingt-six ans, toute jeune femme encore, elle devint veuve. Abandonnant sa demeure, elle assuma dès lors l’ascèse de la folie-en-Christ, et erra, invariablement vêtue d’une veste verte et d’une jupe rouge ou d’une veste rouge et d’une jupe verte. Elle priait sans discontinuer, faisant l’objet des moqueries et des insultes. En contrepartie de son exploit ascétique incompréhensible pour le monde, et qui se prolongea pendant des décennies, Sainte Xénia reçut de Dieu la grâce de secourir les gens avec promptitude et efficacité. Son rôle fut manifesté de façon claire et triomphante dans des milliers de destins.
Son don particulier consistait à aménager la vie familiale des gens. Ainsi, un jour qu’elle rendait visite à la famille Golubev, Sainte Xénia déclara à la jeune fille de la maison, âgée de dix-sept ans : «Tu prépares du café ici pendant que ton mari enterre son épouse à Okhta. Cours-y vite!». Toute troublée, la jeune fille ne savait comment réagir à de tels propos étranges. Mais Sainte Xénia la poussa littéralement, avec un bâton, à se mettre en chemin vers le cimetière d’Okhta à Saint Petersbourg. A cet endroit, un médecin qui venait d’enterrer sa jeune épouse morte en couches pleurait de manière inconsolable et finit par perdre conscience. La famille Golubev s’efforça de le consoler tant bien que mal. C’est ainsi qu’ils firent connaissance. Et ils entretinrent cette relation, si bien qu’un an plus tard, le médecin proposa à la jeune fille de devenir son épouse. Et leur union fut des plus heureuses. Sainte Xénia aménagea de la sorte la vie d’innombrables familles. Elle fut en vérité créatrice des destins humains.
Napoléon fut inhumé à Paris, à la Cathédrale des Invalides, où les touristes se précipitent pour voir son sarcophage de porphyre rouge monté sur un piédestal de granite vert. Personne ne vient le prier ou lui demander quoi que ce soit. Pour l’homme contemporain, Napoléon se résume à une pièce de musée, un passé momifié. Aujourd’hui, son influence est réduite à la portion congrue, au mieux, un matériel banal pour le cinéma, ou encore pour les exercices pseudo-historiques de graphologues débutants.
Quant à la tombe de Sainte Xénia, depuis deux siècles, elle s’est révélée source de guérison et d’aide efficace dans les circonstances difficiles de la vie, source de résolution des problèmes insolubles. Ainsi, Sainte Xénia apparut à un homme souffrant d’alcoolisme et le morigéna de la sorte : «Cesse de boire! Les larmes de ta mère et de ton épouse inondent ma tombe». Est-il nécessaire d’ajouter que l’homme ne toucha plus à la bouteille ? Chaque jour des milliers de pèlerins défilent devant la tombe de Sainte Xénia, lui demandant son aide au moyen de petites notes portant leur appel au secours. Et ces notes ornent la chapelle, telles des guirlandes. Des centaines, des milliers, des millions de petits bouts de papier, l’appelant par son nom… Déposa-t-on jamais un seul pareil petit papier sur la tombe rouge de Napoléon, montée sur son piédestal vert ?
L’expression «histoire sociale» se fait de plus en plus commune dans le cadre des sciences historiques contemporaines. Il s’agit d’une orientation prometteuse, signifiant l’importance du destin des hommes simples, le sens des «petites choses» de la vie de la société, ainsi que le rôle déterminant des gens ordinaires dans le processus historique.
Ce serait erroné d’imaginer que l’histoire culmine dans les grands de ce monde, dans une Olympe politique ; l’histoire n’est pas du tout ce qu’on nous montre à la télévision. La véritable histoire se déroule dans le cœur de l’homme, et si celui-ci se purifie par la prière, le repentir, l’humilité, la patience dans les afflictions, alors le rôle qu’il joue dans sa propre destinée, et donc dans celle de ceux qui l’entourent, et donc dans l’histoire de l’humanité, augmente considérablement.
Sainte Xénia ne dirigeait pas un État, elle ne constitua pas une armée de nombreux milliers de soldats, et elle ne mena donc aucune armée en campagne. Tout simplement, elle pria, jeûna, humilia son âme et endura toutes les offenses. Mais son influence dans l’histoire de l’humanité est bien plus importante que celle de n’importe quel Napoléon. Mais cela, aucun manuel d’histoire ne le mentionne…
Toutefois, le Christ nous en parle dans l’Évangile : «Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme?» (Marc 8,36). Les exemples de Sainte Xénia et Napoléon confèrent grande conviction à ces paroles.
L’histoire n’est pas façonnée au Kremlin, à la Maison Blanche, à Bruxelles ou à Strasbourg, mais ici et maintenant, dans notre cœur, pour autant qu’il s’ouvre à Dieu et aux hommes». Amen.
Traduit du russe.
Source

La majorité des illustrations viennent d’un site russe consacré à Sainte Xénia.

Métropolite Athanasios de Limassol: La Prière 3/4

Dans le texte mis en ligne le 15 janvier 2014 dans sa version russe sur le site Pravoslavie.ru, le Métropolite Athanasios de Limassol transmet, à travers des exemples tirés de sa vie, de son expérience, un long enseignement au sujet de l’importance de la prière, et surtout de la prière pour autrui. Compte tenu de la longueur de la version russe, la traduction française est proposée en quatre parties, dont voici la troisième.

Ainsi, dans nos difficultés, dans les difficultés de nos frères, nous ne devons pas faiblir mentalement, nous devons prier. C’est très important. Voici un exemple tiré de ma propre vie.
Sans doute vous souvenez-vous de toutes les accusations portées à mon encontre en l’an 2000, quand on voulu me déchoir de mon rang, me ramener à l’état de simple moine et m’envoyer à la Sainte Montagne. Ah, s’ils avaient réussi, c’eût été une chose vraiment bonne… Mais malheureusement, ils ne réussirent pas, et je demeurai ici, afin de vous supplicier! Ce fut pour moi une grande épreuve, très grande. Et je vous avoue qu’alors, je n’y comprenais rien. Absolument rien. Lire la Suite