Une planche noircie devient icône miraculeuse de la Très Sainte Mère de Dieu.

Le texte ci-dessous fait suite à celui dernièrement publié au sujet de l’icône miraculeuse de la Très Sainte Mère de Dieu «aux trois mains». Il s’agit de la traduction d’un original russe publié le 24 juillet 2019 sur le site Pravoslavie.ru, préparé par Madame Olga Rojniova, avec l’Higoumène Vitalia (Kotchetova) du Monastère de la Dormition-Sainte Thècle de Kozielsk, près d’Optino, et consacré à la copie miraculeuse de l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu «aux trois mains» qui y est vénérée.

Le plus grand parmi les trésors de la vieille église
Le jour de la fête de l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu «aux trois mains», le 11/25 juillet, je suis allée au Désert de la Dormition-Sainte Thècle, au village de Sénino, à une vingtaine de kilomètres d’Optino. J’y étais déjà allée l’an dernier, et j’ai pu constater que les sœurs du monastère déployaient de multiples efforts pour restaurer l’ancienne église de la Dormition, érigée au XIXe siècle à la place de celle, en bois, qui datait de 1686. L’imposante église en pierre, à trois autels, assise sur des moellons de pierre et au clocher de 60 mètres, construite avec du mortier à l’œuf, était destinée à durer des siècles, mais en 1928, elle fut fermée, puis défigurée et partiellement détruite. Lire la Suite

L’icône de la Très Sainte Mère de Dieu «aux trois mains»

Poursuivant l’entreprise de présentation en français des icônes de la Très Sainte Mère de Dieu, le texte ci-dessous est la traduction d’un original russe préparé par Madame Nadejda Dmitrieva, et mis en ligne sur le site Pravoslavie.ru le 25 juillet 2005. Il est complété par quelques éléments tirés du site Athos.guide.
Depuis les temps anciens, le peuple russe a trouvé dans son âme le seul mot vrai pour s’adresser à la Sainte Vierge Qui enfanta Dieu: dans la vie quotidienne, il L’a appelée, et il L’appelle encore maintenant de la même façon qu’on appelle sa propre mère, d’un mot plein de tendresse et d’amour: «Matouchka!». Les gens ont vu spirituellement que, non pas dans un sens allégorique conditionnel, mais bien dans la réalité ontologique la plus élevée : la Très Sainte Mère de Dieu est la Mère de l’Église, la Mère par le Sang, le Sang du Christ, de chaque croyant.
Archiprêtre Lev Lebedev

Les événements qui ont marqué le début de la glorification de l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu «aux trois mains» remontent au VIIIe siècle, à l’époque de l’iconoclasme. Les guerriers de l’Empereur hérétique Léon l’Isaurien parcouraient les maisons des chrétiens orthodoxes, à la recherche des icônes, qu’ils confisquaient et brûlaient, et ceux qui vénéraient les icônes étaient soumis à la torture et à la mort. Lire la Suite

L’icône «Triomphe de la Très Sainte Mère de Dieu, de Port-Arthur». (2/2)

Le texte ci-dessous est la suite de la traduction en deux parties de l’original russe, rédigé par Stanislav Minakov et publié le 27 août 2021 sur le site Pravoslavie.ru, sous le titre «Неодержанная победа» История Порт-Артурской иконы Божией Матери.
On peut affirmer que l’icône «Triomphe de la Très Sainte Mère de Dieu» (de Port-Arthur) est moins connue que les autres icônes canoniques de la Très Sainte Mère de Dieu. Mais les faits montrent que la vénération de l’icône de Port-Arthur s’étend largement, dépasse le littoral pacifique, la région de l’Amour et s’étend à l’Europe et à une grande partie du monde Orthodoxe.

Dans l’acathiste à la Très Sainte Mère de Dieu représentée dans cette icône, nous lisons : «Par Ta Protection Tu couvres de bien les confins des terres de la Russie d’Extrême-Orient», et aussi «Nous protégeant des invasions des Hans», mais évidemment, le peuple russe croit que l’omophore protecteur de la Très Sainte Mère de Dieu couvre de sa protection toute la Rus’, de l’Extrême-Orient aux limites occidentales. L’histoire récente témoigne de ce que la Serbie se trouve sous cette Protection; on y vénère l’icône de Port-Arthur. Dans le calendrier de notre Église nous recensons plus de deux cent cinquante icônes vénérées de la Très Saine Mère de Dieu. Par la Divine Providence, l’icône de Port-Arthur revint vers le peuple russe un siècle après avoir été écrite. Par la bénédiction de Sa Sainteté le Patriarche de Moscou et de toute la Russie, Alexis II, le 16/29 août fut déclaré jour de la vénération de l’icône de Port-Arthur, depuis 2009. Lire la Suite

L’icône «Triomphe de la Très Sainte Mère de Dieu, de Port-Arthur». (1/2)

Le texte ci-dessous est le début de la traduction en deux parties de l’original russe, rédigé par Stanislav Minakov et publié le 27 août 2021 sur le site Pravoslavie.ru, sous le titre «Неодержанная победа» История Порт-Артурской иконы Божией Матери.
On peut affirmer que l’icône «Triomphe de la Très Sainte Mère de Dieu» (de Port-Arthur) est moins connue que les autres icônes canoniques de la Très Sainte Mère de Dieu. Mais les faits montrent que la vénération de l’icône de Port-Arthur s’étend largement, dépasse le littoral pacifique, la région de l’Amour et s’étend à l’Europe et à une grande partie du monde Orthodoxe.

Voici, brièvement, l’histoire de l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu de Port-Arthur. En 1903, un homme eut une vision de la Très Sainte Mère de Dieu. à un certain homme. «La Force du Très-Haut et la grâce de la Toue Sainte Souveraine affermirent un homme qui en eut la vision et l’incitèrent à collecter des fonds pour que soit écrite Son icône Toute Sainte», lit-on dans l’acathiste à la Très Sainte Mère de Dieu en l’honneur de Son icône de Port-Arthur. Certaines sources mentionnent le nom d’un marin à la retraite, Fiodor, d’autres indiquent celui d’un homme nommé Lev Efimovich Katanski, vétéran de la guerre de Crimée, qui vivait dans la localité de Brichany en Bessarabie, un assesseur de collège, écrivain, publiciste, rédacteur en chef de l’«Étendard russe», auteur de l’hymne de l’Union du peuple russe (décédé en 1917). Dans un rêve, la Très Sainte Mère de Dieu commanda à l’ancien militaire de faire peindre une icône et de l’envoyer à la forteresse de Port Arthur, promettant Sa protection et la victoire à l’armée russe lors de l’arrivée de l’icône à destination. L’homme choisi par la Toute Sainte se rendit le 11 décembre 1903 auprès des startsy de la Laure des Grottes de Kiev pour obtenir des éclaircissement quant aux démarches à effectuer. Lire la Suite

Hiéromoine Kyrill. Homélie pour l’Annonciation

Les frères Cyrille et Méthode Zinkovski

Le texte ci-dessous est la traduction d’un original russe accessible sur le site du Monastère (en construction) de la Dormition – Saint Seraphim de Vyritsa . Cet original est sous-titré: «Extrait du sermon du 7 avril 2020 du Hiéromoine Kyrill». Les frères jumeaux hiéromoines Cyrille et Méthode Zinkovski, membres du clergé de l’église de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan, à Vyritsa, portent matériellement et spirituellement la construction de ce monastère pour femmes, guidés par leur père spirituel l’Archimandrite Ioann Mironov et l’Évêque Mitrophane de Gatchina et Louga.

Toute l’histoire de l’Église nous enseigne l’importance de la vénération de la Très Sainte Mère de Dieu

Au nom du Père, du Fils et du Saint-esprit!

Chers frères et sœurs, bonne fête de l’Annonciation à la Très Pure Souveraine et Mère de notre Dieu!

Cette grande fête est liée, comme le disent les hymnes, au début de notre salut. Nous connaissons tous ces événements évangéliques liés à l’Annonciation à la Toute Sainte Vierge par l’Archange Gabriel. Bien sûr, d’une part, c’est une fête grandiose, incroyable, dont on peut parler longuement. D’autre part, sa grandeur est tellement indicible qu’il est difficile de la décrire en langage humain. Comment est-il possible que le Créateur, Tout-puissant, Indescriptible, Omniscient, Omniprésent, soit devenu un petit bébé dans le ventre de la Vierge Marie? Pourquoi le Grand Dieu eut-Il besoin de venir dans ce monde? Comme l’a dit le Métropolite Antoine de Souroge, jamais un homme ne pourrait penser par lui-même une telle religion. Dans toutes les religions, la divinité suprême est quelque part en-haut et ne peut que donner ou commander certaines lois. Mais venir dans ce monde rempli de péchés, et même ainsi s’unir à la matière, nous ne rencontrons cela dans aucune autre religion. Un homme n’aurait jamais inventé ça. Et, en effet, l’Évangile est une grande nouveauté, une grande révélation pour nous. Et même parmi ceux qui étaient alors à Nazareth, à Jérusalem, personne ne pouvait y croire, bien que les Juifs aient lu les Écritures, les prophètes, le prophète Isaïe qui avait prédit que «la Vierge concevrait en son sein» (Isaïe 7:14). Mais ils avaient lu sans comprendre. C’est pourquoi, par l’Œuvre de Dieu, la Vierge Marie fut fiancée à Joseph. Parce que si elle avait conçu et donné naissance à un bébé par le Saint-Esprit, sans être fiancée, alors elle aurait dû, selon la loi de Moïse, être mise à mort. Personne parmi ces Juifs «orthodoxes» n’aurait jamais cru qu’un miracle tel que la conception sans semences eût été possible. Elle aurait été accusée d’adultère secret, dissimulé. Le Seigneur, sachant cela, recouvrit ce mystère. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt. Prier la Très Sainte Mère de Dieu.

St Jean de Kronstadt

Le texte ci-dessous est la traduction du chapitre huit (paragraphes 86 à 94) du livre «Le Saint et Juste Jean de Kronstadt. Dans le monde de la prière. Extraits de ses écrits». (святой праведный Иоанн Кронштадтский. В мире молитвы. Выборки из его писаний), publié en 1988 par le Comité de la Jeunesse Orthodoxe Russe hors Frontières, en tant que contribution au millénaire du Saint-Baptême du Peuple Russe. Ce livre est constitué de 221 paragraphes relatifs à la prière, extraits des œuvres écrites de Saint Jean de Kronstadt, d’une notice biographique et d’une homélie inédite au moment de la publication du livre. Le Saint et Juste Jean de Kronstadt, propose en ces paragraphes de merveilleux enseignements, authentiques guides dans notre cheminement vers le salut.

§86. Quand vous voulez commencez à prier la Très Sainte Reine et Mère de Dieu, avant la prière, vous devez être fermement convaincu que vous ne prendrez pas congé d’Elle Sans avoir reçu Sa grâce. Lire la Suite