Geronda Joseph de Vatopedi, Disciple de Geronda Joseph l’Hésychaste. 2/2

Geronda Ephrem, le Cathigoumène du Saint et Grand Monastère de Vatopedi, est l’auteur de six textes publiés entre le 12 et le 22 juillet 2016 dans les pages anglaises du site Pemptousia.com. Dans ces six textes, Geronda Ephrem éclaire pour les lecteurs plusieurs facettes du diamant que fut Geronda Joseph de Vatopedi, père spirituel de la communauté et fils spirituel du saint Geronda Joseph l’Hésychaste. L’adaptation en français de ces six textes est proposée en deux parties, dont voici la seconde. La première est ici.

L’obéissance est pour le moine la plus importante des vertus
Nonobstant le fait qu’il ait été un grand hésychaste, Geronda Joseph le béni considérait l’obéissance comme la vertu principale du moine. C’est pour cela qu’il entraînait ses disciples a conquérir l’esprit et les fruits de l’authentique obéissance ; démarche que d’aucuns jugent très dure. Il disait à ses disciples, en s’exclamant : «Oh, obéissance bénie, toujours, l’obéissance. Sans aucun doute, le sceptre te revient. Geronda Arsenios et moi avons répandu beaucoup de notre sang au cours de notre vie ascétique pour parvenir à goûter les bonnes choses du ciel. Si vous vous en tenez à la seule obéissance, vous parviendrez à jouir de la même Grâce que celle qui nous fut donnée. De toute votre âme, attachez-vous à l’obéissance. Il n’existe aucun chemin plus aisé, ou supérieur» 1 . Geronda Joseph considérait que «le mystère de l’obéissance était vraiment et réellement grand». Dans une de ses lettres, il écrivit : «L’obéissance ou la désobéissance ne se limitent pas à l’ancien. A travers celui-ci, c’est Dieu qui est atteint… [un disciple] doit regarder son geronda comme il regarderait le Christ». Lire la Suite

Geronda Joseph de Vatopedi, Disciple de Geronda Joseph l’Hésychaste. 1/2

Geronda Ephrem, le Cathigoumène du Saint et Grand Monastère de Vatopedi, est l’auteur de six textes publiés entre le 12 et le 22 juillet 2016 dans les pages anglaises du site Pemptousia.com. Dans ces six textes, Geronda Ephrem éclaire pour les lecteurs plusieurs facettes du diamant que fut Geronda Joseph de Vatopedi, père spirituel de la communauté et fils spirituel du saint Geronda Joseph l’Hésychaste. L’adaptation en français de ces six textes est proposée en deux parties, dont voici la première.

Geronda Joseph de Vatopedi renonça au monde à l’été 1937, au Monastère de Stavrovouni, à Chypre, alors qu’il était âgé de seize ans. Il prit sa décision suite à l’événement suivant. Après avoir regardé un film, une comédie, il ressentit un immense vide intérieur dans sa vie, comme une nécrose de l’éphémère. Ce soir-là, il se tenait en haut d’une colline surplombant Paphos. Soudain, dans une lumière joyeuse et douce, venue d’un autre monde, la forme réconfortante du Seigneur lui apparut, saturée d’amour et de paix. Le Christ Se manifestait à lui. Il lui dit : «Est-ce pour cela que j’ai créé l’homme? L’homme est immortel». A la suite de cette vision, il décida d’abandonner le monde et de devenir moine. Lors de sa tonsure, il reçut le nom de Sophronios, et vécut ensuite au monastère pendant une dizaine d’années. Il quitta le monastère, extérieurement à cause de la question du calendrier qui avait divisé la communauté en deux camps, mais en réalité, c’était la Providence divine qui le guidait, et, avec la bénédiction du père spirituel du monastère, Papa Kyprianos, il s’en alla à la Sainte Montagne, à la recherche d’une forme supérieure de vie spirituelle. Lire la Suite

Geronda Ephrem, Cathigoumène de Vatopedi. Internet et Parole de Dieu

Geronda Ephrem, le Cathigoumène du Saint et Grand Monastère de Vatopedi, est intervenu au cours la session initiale de la Conférence «Medias électroniques et Pastorale Orthodoxe», tenue à Athènes en mai 2015. Geronda Ephrem a notamment souligné l’importance de pouvoir maintenant diffuser la Parole de Dieu au moyen de l’internet car il se peut que vienne le moment où ce sera devenu impossible. Voici le texte officiel de son intervention, traduit de la version russe publiée sur le site Pravmir.
Le développement rapide des technologies de l’information au cours des deux décennies écoulées a débouché sur des résultats inattendus, dont on n’aurait pu rêver pendant les années ’70 et ’80 du siècle dernier. L’internet, le courrier électronique, les ressources du web et les réseaux sociaux sont intégrés à  notre existence, à notre travail, à la science, à l’éducation, à l’art et aux loisirs. L’internet a rendu possible la réduction et même l’abolition de la distance. Ainsi, en quelques secondes, une nouveauté peut être transmise d’un bout à l’autre de la terre. Tous, nous avons pu le constater personnellement. Les conversations, parfois même accompagnées du contact visuel, se déroulent sans encombre, indépendamment de la distance. La seule condition est de disposer d’une connexion à l’internet. Et en réalité, l’usage de cet internet est simple au point qu’un petit enfant et une personne âgée peuvent s’en servir avec facilité. Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 5 (La Maison de Dieu et le Signe de Croix)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici).

La Maison de Dieu
L’observance d’une règle de prière personnelle, à la maison, ne dispense pas pour autant de la prière commune, celle qui se dit dans la maison de Dieu, car là, le fidèle reçoit une grâce particulière, là, est célébré le Sacrifice Non-sanglant pour la rémission des péchés du monde, là, s’unissent la prière de celui qui sert à l’autel et la prière de l’assemblée ; ensemble elles montent vers le trône de Dieu, comme l’encens de bonne odeur. S’il est dit que le Christ est présent là où deux ou trois se rassemblent en Son nom, que dire alors quand un grand nombre de croyants se rassemblent et s’unissent dans la prière ? Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 4 (La Prière Permanente)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici.
Prier sans cesse, cela signifie, quelle que soit l’entreprise qui nous occupe ou l’activité de notre esprit, élever notre cœur et notre respiration vers Dieu, implorer Sa miséricorde, Son pardon, Son intervention. Quoique nous fassions, nous devons prononcer sans relâche le nom de Dieu, rendre grâce au Seigneur pour tout, pour les joies et les afflictions, car tout cela nous est envoyé pour notre bien. Alors, notre vie s’illumine et devient prière permanente. Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 3 (Le Meilleur Morceau)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «La Philocalie Athonite à propos du Silence et de la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici.
Quel bien pourrait être supérieur à la conversation avec le Seigneur pendant que l’on demeure en union permanente avec Lui? Après être resté longtemps en prière, sans en voir les fruits, il faut se garder d’affirmer que l’on n’est arrivé à rien et que l’on n’a rien amélioré, car le simple fait d’être demeuré en prière représente déjà une acquisition et une amélioration. Lire la Suite