Romanité ou Barbarie ? Prologue

IEROTHEOS_MHT_NAYPAKTOY
Le Métropolite Hiérotheos de Naupacte a rédigé le prologue du livre «Romanité ou barbarie? L’Origine historique du conflit séculaire entre Hellénisme et Occident», écrit par Anastasios Philippidis et publié en 1994 sous le titre «Ρωμηοσύνη ή βαρβαρότητα». Il semble que le livre précité n’ait pas été traduit en français à ce jour. Voici la traduction du prologue, à partir de la version anglaise du texte. Celle d’extraits du livre suivra.

Prologue
Bien souvent au cours de conversations variées, il m’est arrivé de remarquer que le terme «byzantinisme» était utilisé avec une connotation négative. On utilise le terme byzantologie quand quelqu’un parle pour ne rien dire. On recourt à ces termes sans y penser, alors que la raison de leur utilisation et de leur prévalence dans ces contextes est tout à fait tombée dans l’oubli. Lire la Suite

Père Jean Romanides. Le ‘noûs’ .

Le livre «Patristic Theology : The University Lectures of Fr. John Romanides», publié par les éditions Uncut Mountain Press, est composé de la transcription de cours et conférences données par le Père Jean Romanidès à l’École de Théologie de l’Université de Thessalonique durant le premier semestre de 1983. L’extrait ci-dessous est le début du  premier chapitre de la première partie du livre, intitulée «Éléments d’anthropologie et de théologie orthodoxes».

La guérison de l’âme de l’homme est l’objet principal de l’Église Orthodoxe. L’Église s’est toujours concentrée sur la guérison du règne du cœur. Sur base de la tradition juive, et du Christ Lui-même, ainsi que de Ses apôtres, elle est parvenue à déterminer que dans l’espace du cœur biologique opère quelque chose que les Pères avaient nommé ‘noûs’. En d’autres termes, elle prit le ‘noûs’ traditionnel, qui généralement signifiait ‘intellect’ et ‘raison’, et y a introduit une forme de différentiation. Elle appela ‘noûs’ l’énergie mentale qui opère à l’intérieur du cœur de l’homme spirituellement sain. Nous ne savons pas exactement quand cette différentiation fut introduite dans la mesure où certains Pères recourent au terme ‘noûs’ pour désigner la logique, mais aussi lorsqu’ils font référence à l’énergie mentale qui descend et fonctionne à l’intérieur de l’espace du cœur. Lire la Suite

Romanité ou barbarie? Introduction

Romiosini i Varvarotita«Romanité ou barbarie? L’Origine historique du conflit séculaire entre Hellénisme et Occident», est un ouvrage écrit par Anastasios Philippidès et publié en 1994 sous le titre «Ρωμηοσύνη ή βαρβαρότητα». Outre l’originalité et la pertinence de son analyse historique, dans la lignée des enseignements du P. Jean Romanides et du Métropolite Hiérotheos de Naupacte, il constitue un éclairage extrêmement intéressant de la situation de crise qui s’est déployée en Grèce depuis quelques années. Il semble que le livre précité n’ait pas été traduit en français à ce jour.  Voici la traduction de l’introduction de l’ouvrage. Pour la cohérence avec le propos de l’auteur nous avons traduit le grec Ελλάδα et Έλληνες non par Grèce et Grecs, mais par Hellade et Hellènes (la version anglaise du livre ayant retenu Hellas et Hellènes).

(…) En dépit des importants transferts de fonds de la Union Européenne, l’Hellade semble s’éloigner de ses collègues européens, plutôt que s’en rapprocher. A ce jour, la réaction politique hellénique se limite à des tentatives d’obtenir des Fonds européens les montants d’aide les plus élevés possible. En d’autres mots, le point de vue qui prévaut est celui selon lequel le problème est purement un problème ‘d’inégalité de développement’, qui peut être résolu uniquement au moyen de fonds et de know-how technique à transférer de l’Union Européenne vers l’Hellade. Lire la Suite

Père J. Romanidès. Maladie de la Religion, Civilisation hellénique et Mensonge de Charlemagne. 8/8

maxresdefaultLe site Romanity.org propose une série de textes du Père Jean Romanidès. Certains en Anglais, d’autres en grec. La traduction ci-dessous est celle du début d’un très long texte en anglais dont le titre complet est : «Thérapie de la maladie neurobiologique de la Religion.La Civilisation hellénique de l’Empire Romain, Le Mensonge de Charlemagne en 794 et son Mensonge aujourd’hui.» Ce texte est présenté sur le site précité comme celui d’une conférence donnée à deux reprises aux États-Unis en 1997, et dont la base fut un long article écrit en grec et publié dans un ouvrage édité par le Saint Monastère de Koutloumousiou en 1996. La longueur de ce texte obligé d’en proposer la traduction en extraits successifs. En voici le huitième et dernier.

La Version finale de l’Histoire romaine.
Nous invitons le lecteur à examiner le volume VII de la «Cambridge Ancient History», intitulé «Les Monarchies Hellénistiques et l’Ascension de Rome», 1954 (pp.312-864), et à constater que le terme ‘aborigènes’, l’une des deux épines dorsales de l’histoire romaine y est introuvable. Il en va de même du rôle des Grecs pélasgiens dans l’histoire romaine. Lire la Suite

Père J. Romanidès. Maladie de la Religion, Civilisation hellénique et Mensonge de Charlemagne. 7/8

maxresdefaultLe site Romanity.org propose une série de textes du Père Jean Romanidès. Certains en Anglais, d’autres en grec. La traduction ci-dessous est celle du début d’un très long texte en anglais dont le titre complet est : «Thérapie de la maladie neurobiologique de la Religion.La Civilisation hellénique de l’Empire Romain, Le Mensonge de Charlemagne en 794 et son Mensonge aujourd’hui.» Ce texte est présenté sur le site précité comme celui d’une conférence donnée à deux reprises aux États-Unis en 1997, et dont la base fut un long article écrit en grec et publié dans un ouvrage édité par le Saint Monastère de Koutloumousiou en 1996. La longueur de ce texte obligé d’en proposer la traduction en extraits successifs. En voici le septième.

Dans l’Église Orthodoxe, il n’y a pas de Pères grecs et de Pères latins mais seulement des Pères qui parlaient grec ou latin. Nous commençons donc par affirmer que dans l’Église, il n’existe pas de ‘Pères grecs’ ou de ‘Pères latins’. Tous les Pères de l’Église au sein de l’empire Romain sont des Pères de l’Église, hellénophones ou latinophones selon leurs caractéristiques locales. La distinction entre ‘Pères grecs ou latins’ fut littéralement inventée par les Francs Carolingiens. A quelle fin? Pour dissimuler le fait qu’il n’exista aucun Père de ‘leur Eglise’ avant Raban Maur (776-856). Dès lors, ils divisèrent simplement en deux les Pères Romains, les qualifiant de Pères grecs ou de latins. De cette façon, ils rattachèrent simplement Raban Maur et ses successeurs aux soi-disant ‘Pères latins’ de l’Eglise. Mais les Pères de l’Eglise qui écrivaient soit en grec, soit en latin, ou dans les deux langues, n’étaient ni des Latins ni des Grecs, mais simplement les Pères Romains de l’Église. Lire la Suite

Père J. Romanidès. Maladie de la Religion, Civilisation hellénique et Mensonge de Charlemagne. 6/8

maxresdefaultLe site Romanity.org propose une série de textes du Père Jean Romanidès. Certains en Anglais, d’autres en grec. La traduction ci-dessous est celle du début d’un très long texte en anglais dont le titre complet est : «Thérapie de la maladie neurobiologique de la Religion.La Civilisation hellénique de l’Empire Romain, Le Mensonge de Charlemagne en 794 et son Mensonge aujourd’hui.» Ce texte est présenté sur le site précité comme celui d’une conférence donnée à deux reprises aux États-Unis en 1997, et dont la base fut un long article écrit en grec et publié dans un ouvrage édité par le Saint Monastère de Koutloumousiou en 1996. La longueur de ce texte obligé d’en proposer la traduction en extraits successifs. En voici le sixième.
Dans la mesure où tous les fantasmes produits par le court-circuit précité sont à l’origine de tous les phénomènes sociologiques et historiques, y compris tout ce qui relève de la religion et de la criminalité, il est inopportun  de tracer une ligne séparant société et religion, comportement anormal ou soi-disant normal dans la société humaine. Tous les être humains et toutes les sociétés souffrent de ce même court-circuit. De nombreux chrétiens orthodoxes et juifs ne se sont pas activement engagés dans leur thérapie traditionnelle traitant la maladie de la religion, alors que c’est censé être le fondement de leurs croyances et de leurs pratiques. C’est pourquoi ils sont dans certains cas capables de dépasser autrui en matière de cruauté et de barbarie. En tous cas, l’idée selon laquelle la religion serait bonne ‘en soi’ et nécessaire à la société est un pur non-sens. Il existe dans l’histoire des cas où existent des gens croyant qu’ils jouiront de privilèges spéciaux dans les Cieux, et qu’ils auront de nombreuses femmes ‘à leur disposition’, pour les récompenser d’avoir tué ou réduit en esclavage d’autres êtres humains. Lire la Suite