Saint Luc de Crimée : «De la Persévérance dans la prière»

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 21 février 1948. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом)

Nous avons entendu aujourd’hui pendant la lecture de l’Évangile, la parabole du Seigneur qui nous dit que «dans une ville, il y avait un juge qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : ‘Fais-moi justice de ma partie adverse’. Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : ‘Quoique je ne craigne point Dieu et que je n’aie d’égard pour personne, néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête’». Le Seigneur ajouta: «Entendez ce que dit le juge inique. Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice»(Lc.18, 2-8).
Il n’est pas rare que le Seigneur tarde, qu’Il soit lent à nous protéger. Souvent le Seigneur prend du temps avant d’exaucer nos souhaits, d’agréer nos demandes. Mais il s’agit seulement d’un délai, car le Seigneur a dit : «Je vous le dis, il leur fera promptement justice». N’y aurait-il pas une forme de contradiction entre tarder à répondre et faire promptement justice ? Qu’est-ce que cela peut signifier?

Cela signifie tout d’abord que le temps et le passage du temps ne sont pas du tout aux yeux de Dieu ce qu’ils sont aux yeux des hommes. Écoutez ce psaume de David : «Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit» (Ps 89,4). Pour Dieu, mille ans sont comme un jour ; ce qui nous paraît fort long est très court aux yeux de Dieu.
Pourquoi le Seigneur tarde-t-Il souvent avant d’exaucer les souhaits de ceux et celles qui crient vers Lui jour et nuit? Car Il nous apprend ainsi à patienter, Il nous enseigne la patience. La patience est une grande vertu chrétienne. Tous les saints, les ermites, les ascètes durent lutter pendant des dizaines d’années ; ils prièrent Dieu pendant des dizaines d’années. Il y a quelques jours, je vous ai rappelé que Saint Antoine le Grand pria une année entière pour que le Seigneur lui dévoile le destin des âmes humaines lorsqu’elles se séparent du corps. Et il s’agissait là d’un souhait nettement moindre que ceux pour lesquels il priait Dieu incessamment : pour la sanctification de son âme, de son cœur, pour la rémission de ses péchés. Et s’il dut prier une année entière pour connaître le sort des âmes humaines lorsque le corps est mis dans la tombe, combien plus pria-t-il pour les souhaits plus importants.

Tous les saints prièrent sans relâche des dizaines d’années durant. Saint Seraphim de Sarov pria mille jours et mille nuits en se tenant sur une pierre. N’est-ce pas cela, la persistance dans la prière ? N’est-ce pas cela la patience, n’est-ce pas cela l’espérance infinie en Dieu ; l’espérance qui jamais ne se lasse, qui jamais ne refroidit ? Voilà comment il convient que nous adressions nos demandes à Dieu.
Il est évident que nous ne pouvons obtenir la sanctification de notre âme dès notre première demande car c’est à travers la patience que Dieu nous éduque. Il nous habitue à ce que nous n’imaginions pas recevoir très rapidement ce que nous Lui demandons. Les Saintes Écritures nous informent quant au sens et à l’importance de la patience. Le Saint Apôtre Jacques nous dit : «Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien» (Jc. 1, 2-4). Vous voyez que le Saint Apôtre attribue à la patience une fonction essentielle : la patience nous conduit vers la perfection. Sachez-le, et dès lors n’imaginez jamais qu’à la première prière, à la première demande vous recevrez de la part de Dieu ce que vous Lui demandez. Cela, vous devez le mériter, le mériter par la prière permanente, par la constante espérance en Dieu, la foi constante en ce que Dieu ne vous refusera pas ce pourquoi vous Le priez résolument et infatigablement. Vous devez y croire. Vous devez croire, vous devez savoir qu’il est nécessaire de prier Dieu sans relâche, comme la veuve implorait le juge de la défendre. C’est par la ferme constance de sa demande qu’elle obtint ce qu’elle demandait. Il en va de même pour nous ; nous recevrons ce que nous demandons à Dieu avec une grande patience et une espérance infatigable. Souvenez-vous de la sainte patience ; grande est cette vertu.
Ne soyez pas impulsifs, ne soyez pas pressés quand vous priez Dieu afin d’obtenir quelque chose. Cultivez la patience, éduquez votre âme dans la patience. Comme le dit l’Apôtre Paul, «Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l’amour de Dieu et vers la patience du Christ!» (2Thes. 3,5). Et encore «N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis» (Heb.10,35-36). Ne désespérez pas, n’abandonnez pas votre espérance ; avec grande patience priez infatigablement et constamment Dieu d’alléger le joug qui pèse sur votre vie, et de purifier votre cœur des impuretés qui y sont nichées. Amen

Traduit du russe.

 

Saint Luc de Crimée : «De la Distraction dans la prière»

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 10 avril 1948, Samedi de la quatrième semaine du Grand Carême. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом).

On m’a souvent demandé, et on continue à me demander, comment apprendre à prier et comment se débarrasser de la distraction pendant la prière. On dit que pendant la prière, tout attire et dissipe l’esprit, même le rayon de lumière qui tombe sur une icône et le faste de la liturgie épiscopale. On me dit : «Je ne parviens pas à me concentrer, je ne parviens pas à prier comme il faut». Et on me demande d’enseigner. Est-ce si simple? Non, ce n’est pas simple, pas simple du tout. Vers qui faut-il se tourner pour apprendre? Il s’agit pour l’homme de l’affaire la plus grande, la plus importante, la plus difficile de toutes. Car en fait, qu’est-ce que la prière, la vraie prière? C’est une relation directe de l’esprit de l’homme avec Dieu. Lire la Suite

Saint Luc de Crimée : «Priez pour tout ce dont vous avez besoin.»

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 8 avril 1948, jeudi de la quatrième semaine du Grand Carême. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом).

Certains d’entre vous sont troublés en pensant : «Comment puis-je oser me tourner vers Dieu, Lui qui est grand et terrible, et Lui adresser ma prière, ma demande d’aide dans mes épreuves quotidiennes, dans mes afflictions ? Comment puis-je oser déranger Dieu si Grand, avec mes petits besoins, mes petites souffrances? Comment puis-je oser?».
Celui ou celle qui pense ainsi se trompe. Pourquoi se trompent-ils? Parce que Dieu prend soin de chaque homme et de chaque femme. Le monde a été créé par un épanchement de l’Amour de Dieu. L’Amour de Dieu est une énergie spirituelle, une puissance grande et précieuse de laquelle toute force tire son principe et trouve son origine, toute forme d’énergie physique, lumière, chaleur, électricité, tout cela est issu de cette énergie spirituelle, l’Amour de Dieu. Et si l’Amour de Dieu créa le monde tout entier, et puisque Dieu, à la fin de chacun des six jours de la création, regarda ce qu’Il avait créé et dit que «tout cela était bon», alors, pensez-vous qu’Il ne prendra pas soin de toutes ces choses bonnes qu’Il créa? C’est une caractéristique de l’amour, que de prendre soin de tout ce vers quoi il est dirigé. Nous prenons soin de tous ceux que nous aimons, nous nous occupons d’eux. Et Dieu aime le monde entier, qu’Il créa. Comment concevoir que Dieu aime le monde, lui confère un destin particulier, et n’en prenne pas soin? Il prend évidemment soin du monde tout entier, et la Providence divine recouvre le monde entier. Dieu prend soin des saints Anges, et même des esprits mauvais, dont Il endigue les mauvais penchants. Dieu prend soin de la nature, et des mondes innombrables qu’éclaire la lumière, vive ou déclinante, des étoiles, dans le ciel nocturne. Dieu prend soin de toute la nature terrestre, de tout ce qu’Il a placé sur terre, jusqu’aux herbes, jusqu’à tous les oiseaux, toutes les bêtes sauvages, toutes les bêtes des champs : tous reçoivent Son amour. Lire la Suite

Souvenirs de Gerondissa Makrina 2/2

C’est le 4 juin qu’est célébrée chaque année la mémoire de la bienheureuse Gerondissa Makrina (Vassopoulou), higoumène du Monastère de la Panagia Odigitria près de Volos, fille spirituelle du saint Geronda Joseph l’Hésychaste et de Geronda Ephrem de Philotheou et d’Arizona. A cette occasion, le site Pravoslavie.ru a mis en ligne le 1er juin 2017 le texte suivant dans sa version originale russe, préparé par Mesdames Olga Rojniova et Olga Zatouchevskaia. La traduction est proposée en deux parties, dont voici la seconde. La première est ici.

Histoire illustrant la nécessité de la Grâce de Dieu pour tout
La bienheureuse Gerondissa enseignait toujours aux sœurs et à tous ceux qui venaient à elle recueillir se conseils, de rendre grâce à Dieu pour tout : pour ce que l’on nomme ‘bien’ et pour ce que l’on nomme ‘mal’. Voici l’histoire qu’elle contait à ce propos. Lire la Suite

Geronda Seraphim (Dimopoulos) 7

Agionoros.rua mis en ligne une série de textes concernant des ascètes contemporains. Plusieurs de ces textes concernent Geronda Seraphim (Dimopoulos), dont une biographie fut publiée en 2011 : «Père Seraphim Dimopoulos (1937-2008). Un ascète dans le monde contemporain» («Πατήρ Σεραφείμ Δημόπουλος (1937-2008) Ένας ασκητής στον συγχρονό κόσμο»). Les textes publiés par Agionoros.ru ne sont pas extraits de ce livre, mais ont plutôt pour objet d’apporter un éclairage complémentaire. Voici la septième partie de la série. Les premières parties se trouvent ici.
Un jeune homme devint passionnément amoureux d’une jeune fille non pratiquante et menant une vie dissolue. Le père spirituel de ce jeune lui conseilla de rompre au plus vite cette relation. Mais il se sentait très fortement attaché à la jeune fille. Et plutôt que suivre cette instruction, il chercha conseil auprès d’autres pères spirituels. Mais il fut déçu d’entendre que chacun d’eux lui conseillait de rompre avec la jeune fille. Ayant appris l’existence de Geronda Seraphim, il résolut d’aller prendre conseil auprès de lui, faisant abstraction de ses précédentes démarches auprès d’autres pères spirituels. Il pensait bien, toutefois, que Geronda Seraphim allait lui donner le même conseil que les autres. Néanmoins, Geronda Seraphim lui dit : «Non, reste avec elle, et cherche à savoir si vous vous convenez l’un à l’autre». Et alors que la relation durait déjà depuis plusieurs années, après l’entretien avec Geronda, la passion qui le liait à la jeune fille quitta le jeune homme, et il rompit avec celle-ci. Il était même surpris de n’être pas parvenu à comprendre, pendant cette longue période au cours de laquelle il ne se résolut pas à rompre, combien peu ils convenaient l’un à l’autre. La prière de Geronda Seraphim au Seigneur avait permis d’éclairer le jeune homme et de lui faire prendre la juste décision. Lire la Suite

Geronda Seraphim (Dimopoulos). 5

Agionoros.rua mis en ligne une série de textes concernant des ascètes contemporains. Plusieurs de ces textes concernent Geronda Seraphim (Dimopoulos), dont une biographie fut publiée en 2011 : «Père Seraphim Dimopoulos (1937-2008). Un ascète dans le monde contemporain» («Πατήρ Σεραφείμ Δημόπουλος (1937-2008) Ένας ασκητής στον συγχρονό κόσμο»). Les textes publiés par Agionoros.ru ne sont pas extraits de ce livre, mais ont plutôt pour objet d’apporter un éclairage complémentaire. Voici la cinquième partie de la série. Les premières parties se trouvent ici.

Le Général Evsthatios Diamantopoulos se souvient : «Habité par le repentir, je m’étais employé à rechercher un bon père spirituel à la foi profonde. En 2005, je me suis rendu à la Skite Nouvelle, sur la Sainte Montagne. C’est là qu’un geronda me parla du Père Seraphim, un geronda qui vivait à proximité de ma ville natale, doué de nombreuses vertus et de dons spirituels exceptionnels. Un beau matin, je partis donc à la recherche de Geronda Seraphim. Lorsque j’aperçus sa petite maison, je vis que huit personnes faisaient déjà la file pour rencontrer Geronda.
Au bout d’un long moment, Geronda sortit et se dirigea vers nous. Il dispersa immédiatement tous les autres et me fit signe de rester. Il m’indiqua une chaise qui avait l’air de sortir de terre, au milieu des herbes folles. Geronda portait un rason et un épitrachilion usagés, il s’était assis à côté de moi et je commençai à confesser mes péchés ; des ruisseaux de larmes s’écoulèrent de mes yeux. Geronda Seraphim s’était couvert le visage avec les mains et ne me regardait pas dans les yeux. Lorsque j’eus terminé, Geronda Seraphim me donna des conseils importants et des instructions spirituelles. Se faisant, il m’appela plusieurs fois par mon nom, alors que nous ne nous étions jamais rencontrés. Après cette rencontre avec Geronda, je me sentis littéralement pousser des ailes. C’était comme si je grandissais dans une nouvelle vie, le cœur plein d’espoir, de courage et de la décision de lutter». Lire la Suite