Geronda Seraphim (Dimopoulos). 5

Agionoros.rua mis en ligne une série de textes concernant des ascètes contemporains. Plusieurs de ces textes concernent Geronda Seraphim (Dimopoulos), dont une biographie fut publiée en 2011 : «Père Seraphim Dimopoulos (1937-2008). Un ascète dans le monde contemporain» («Πατήρ Σεραφείμ Δημόπουλος (1937-2008) Ένας ασκητής στον συγχρονό κόσμο»). Les textes publiés par Agionoros.ru ne sont pas extraits de ce livre, mais ont plutôt pour objet d’apporter un éclairage complémentaire. Voici la cinquième partie de la série. Les premières parties se trouvent ici.

Le Général Evsthatios Diamantopoulos se souvient : «Habité par le repentir, je m’étais employé à rechercher un bon père spirituel à la foi profonde. En 2005, je me suis rendu à la Skite Nouvelle, sur la Sainte Montagne. C’est là qu’un geronda me parla du Père Seraphim, un geronda qui vivait à proximité de ma ville natale, doué de nombreuses vertus et de dons spirituels exceptionnels. Un beau matin, je partis donc à la recherche de Geronda Seraphim. Lorsque j’aperçus sa petite maison, je vis que huit personnes faisaient déjà la file pour rencontrer Geronda.
Au bout d’un long moment, Geronda sortit et se dirigea vers nous. Il dispersa immédiatement tous les autres et me fit signe de rester. Il m’indiqua une chaise qui avait l’air de sortir de terre, au milieu des herbes folles. Geronda portait un rason et un épitrachilion usagés, il s’était assis à côté de moi et je commençai à confesser mes péchés ; des ruisseaux de larmes s’écoulèrent de mes yeux. Geronda Seraphim s’était couvert le visage avec les mains et ne me regardait pas dans les yeux. Lorsque j’eus terminé, Geronda Seraphim me donna des conseils importants et des instructions spirituelles. Se faisant, il m’appela plusieurs fois par mon nom, alors que nous ne nous étions jamais rencontrés. Après cette rencontre avec Geronda, je me sentis littéralement pousser des ailes. C’était comme si je grandissais dans une nouvelle vie, le cœur plein d’espoir, de courage et de la décision de lutter». Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 7 (Don de Dieu et Feu Divin)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici).

La prédisposition à la prière est un don de Dieu. Mais en fonction du degré de pureté et d’ouverture de leur cœur, certains ressentiront rapidement la présence d’un tel don, et leur prière devient alors consolation et douceur indicibles. D’autres devront œuvrer longtemps avant de parvenir à éveiller en eux ce sentiment bienfaisant. La variété qu’adopte en cette matière la mise en œuvre de la Grâce nous fait venir à l’esprit la sagesse de l’économie divine. Si un don nous vient sans labeur aucun, nous ne lui accorderons que peu de valeur, et nous le perdrons facilement, alors que ce que nous conquérons par nos efforts, nous le préservons tel un précieux trésor. Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 6 (Persister dans la Prière)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici).

Tournons maintenant notre attention sur la nécessité de prier non seulement quand nous sommes habités par la disposition à la prière, mais aussi quand nous n’avons pas envie de prier, lorsque la paresse, le sommeil, les soucis, les préoccupations, etc. nous éloignent de la prière. Car, si nonobstant cette sombre horde d’obstacles, nous prions, nous luttons, nous nous efforçons, alors notre prière monte jusqu’aux Cieux, jusqu’au trône du Seigneur. Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 5 (La Maison de Dieu et le Signe de Croix)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici).

La Maison de Dieu
L’observance d’une règle de prière personnelle, à la maison, ne dispense pas pour autant de la prière commune, celle qui se dit dans la maison de Dieu, car là, le fidèle reçoit une grâce particulière, là, est célébré le Sacrifice Non-sanglant pour la rémission des péchés du monde, là, s’unissent la prière de celui qui sert à l’autel et la prière de l’assemblée ; ensemble elles montent vers le trône de Dieu, comme l’encens de bonne odeur. S’il est dit que le Christ est présent là où deux ou trois se rassemblent en Son nom, que dire alors quand un grand nombre de croyants se rassemblent et s’unissent dans la prière ? Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 4 (La Prière Permanente)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «Philocalie Athonite sur le Silence et la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici.
Prier sans cesse, cela signifie, quelle que soit l’entreprise qui nous occupe ou l’activité de notre esprit, élever notre cœur et notre respiration vers Dieu, implorer Sa miséricorde, Son pardon, Son intervention. Quoique nous fassions, nous devons prononcer sans relâche le nom de Dieu, rendre grâce au Seigneur pour tout, pour les joies et les afflictions, car tout cela nous est envoyé pour notre bien. Alors, notre vie s’illumine et devient prière permanente. Lire la Suite

Hiéromoine Arsène l’Athonite. La Prière 3 (Le Meilleur Morceau)

ieromonah-arseniiLe hiéromoine russe Arsène (Minine) l’Athonite est l’auteur du texte ci-dessous et de ceux qui seront mis en ligne ultérieurement dans cette série. Les textes originaux en langue russe sont accessibles sur le site «Русский Афон». Il s’agit d’extraits d’un livre intitulé «La Philocalie Athonite à propos du Silence et de la Prière» (Афонское Добротолюбие о безмолвии и молитве), publié en 2015 par les éditions du Saint Monastère Athonite Saint Panteleïmon, et que l’on peut lire en ligne ici. Les premiers extraits se trouvent ici.
Quel bien pourrait être supérieur à la conversation avec le Seigneur pendant que l’on demeure en union permanente avec Lui? Après être resté longtemps en prière, sans en voir les fruits, il faut se garder d’affirmer que l’on n’est arrivé à rien et que l’on n’a rien amélioré, car le simple fait d’être demeuré en prière représente déjà une acquisition et une amélioration. Lire la Suite