Histoires de la Colline Miteïnaïa. Voir un miracle.

Madame Rojniova

Madame Olga Rojniova a écrit une série de textes relatifs à la communauté de moniales du Monastère, ou ‘Désert’, de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan-Saint Tryphon, situé sur une colline de la région de Perm, qu’elle a intitulés «Histoires de la Colline Miteïnaia». La traduction d’une série de plusieurs de ces textes est proposée sur ce blog. Celle-ci est la troisième. Nous y retrouvons entre autres, le Père Savva (Roudakov), père spirituel de la communauté (et de Madame Rojniova elle-même). Madame Rojniova ajoute dans le présent texte le récit d’événements qui se déroulèrent dans un autre monastère, sur le même thème. L’original de ce texte a été publié initialement le 30 octobre 2014 et fut mis en ligne sur le site du Monastère le 1er mars 2020.

Pour eux s’accomplit la prophétie d’Isaïe : «Vous entendrez de vos oreilles et vous ne comprendrez point ; vous verrez de vos yeux, et vous ne verrez point» (Math.13;14)
«On parle de Dieu, de la foi, de l’Église… Mais pourquoi, aujourd’hui, on ne voit plus de miracles comme dans l’Évangile?! Quand les muets parlent et quand les sourds entendent! Où ils sont, aujourd’hui, les paralytiques qui se relèvent prennent leur grabat et rentrent chez eux sur leurs jambes?! Si je voyais un miracle pareil, je deviendrait tout de suite croyant! Je serais le premier à aller à l’Église!» (Extrait d’une conversation entendue dans un train).
Récit de l’Higoumène Savva (Roudakov)

L’Higoumène Savva (Roudakov)

Et, comme ils ne pouvaient l’aborder à cause de la foule, ils découvrirent le toit à l’endroit où il était, et par l’ouverture ils descendirent le grabat où gisait le paralytique. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : «Mon fils, tes péchés te sont remis»(Mc.2;4-5). Voici quelque temps, j’ai baptisé Youri Alexandrovitch Volkov, un habitant de la petite ville de Vierkhnetchoussovski, l’ancien président du conseil de la bourgade, aujourd’hui pensionné. Ayant reçu le baptême à un âge déjà avancé, Youri a vécu la majeure partie de sa vie hors de l’Église. Étant novice en la matière, il était habité de nombreux doutes, de perplexité. Je priais pour que sa foi s’affermît. Il y a un vapeur qui fait le trajet entre la bourgade de Vierkhnetchoussovski et notre Désert de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan-Saint Tryphon. Et voici peu de temps, Youri Alexandrovitch rencontra un groupe de gens sur le vapeur ; ils accompagnaient un invalide en chaise-roulante. Ils firent connaissance et conversèrent en attente de l’appareillage. L’homme sur la chaise-roulante était un ancien militaire qui avait fait la campagne d’Afghanistan. Pendant la campagne, il servait dans un hélicoptère. Sous le feu de l’ennemi, l’hélicoptère brûla. Il fut le seul survivant de tout l’équipage. Il était plus mort que vif, le corps couvert de blessures, la colonne vertébrale brisée. C’est à peine s’il lui restait un ou deux os indemnes. Il subit donc plusieurs opérations, mais rien n’y fit et depuis plusieurs années, la partie inférieure de son corps était paralysée. Les amis qui accompagnaient l’invalide demandèrent le chemin qui mène à la source de l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan. Youri Alexandrovitch pensa en lui-même: «Pourquoi perdre du temps à ce genre d’efforts? Pendant tant d’années, cet homme a été cloué à la chaise-roulante… cCest très naïf de rêver que le baigner dans une source pourrait l’aider… Juste de l’eau… et de l’eau très froide… et quoi?! En quoi cette eau va l’aider?! Ses amis ont l’air de gars sérieux, et les voilà partis dans une telle absurdité… Eh bien, qu’ils y aillent, ce sera au moins une promenade; les lieux sont pittoresques et le temps est merveilleux, c’est l’été…» Mais il n’en souffla pas un mot, expliquant par le détail comment atteindre la sainte source. A ce moment-là, le vapeur s’approchait déjà de la berge, et ils se séparèrent. Un mois et demi plus tard, Youri Alexandrovitch rencontra de nouveau sur le bateau-vapeur ces gens accompagnant l’ancien soldat d’Afghanistan à la chaise-roulante. Il les regarda avec attention. L’«Afghan» se souleva de sa chaise et se tint sur ses jambes. Et ils avaient tous l’air si heureux… Ils l’accompagnaient une fois encore à la sainte source.
Plus d’un mois s’écoula et Youri Alexandrovitch les rencontra pour la troisième fois. Il s’étonna de constater que l’«Afghan» n’était pas avec eux. Il tombait un crachin d’automne, les vagues froides de la Tchoussova battaient les flancs du vapeur. Manifestement, ils n’avaient pas emmené l’invalide avec eux pour qu’il ne prenne pas un refroidissement dans le mauvais temps…
– Bonjour les gars ! Alors, votre ami est resté à la maison, n’est-ce-pas?
– Comment-ça à la maison! Mais le voici!
A cette réponse Youri Alexandrovitch n’en crut pas ses yeux. Au milieu du groupe se tenait un homme pas du tout invalide, un bâton à la main. Il se mouvait et se déplaçait seul. En trois mois cet homme qui avait été paralysé pendant des années, se tenait sur ses jambes.
Ce miracle fut donc double. Non seulement le paralysé marcha, mais ce que Youri Alexandrovitch avait vu affermit considérablement sa foi.

Récit d’Anna, guide d’excursion du Monastère de l’icône du Sauveur non-faite de main d’homme, à Klykovo
«Alors il dit à cet homme : «Étends ta main» Il l’étendit, et elle redevint saine comme l’autre»
Toutes sortes de gens viennent au monastère pour travailler en tant que volontaire. Même des incroyants, parfois. Des vagabonds, d’anciens détenus juste sortis de captivité. Ils venaient tout simplement parce qu’ils n’avaient nulle part où aller, et au monastère, on les nourrissait et on les logeait. Il suffisait de travailler et on mangeait à sa faim. Un de ces hommes était arrivé depuis peu de temps. C’était l’été et il faisait chaud. Il portait une vareuse de football aux manches courtes. Ses bras étaient couverts de tatouages. Il sortait juste de prison. Non-baptisé, il vivait sans Dieu. Voilà en deux mots sa biographie…
C’est sur le territoire de notre monastère que se trouve la kelia et la petite tombe de la bienheureuse et célèbre staritsa, la moniale du grand schème Sepfora. Elle passa ici la dernière année de sa vie sur terre. Matouchka était clairvoyante. Des guérisons miraculeuses se produisirent alors qu’elle était encore vivante, et elles continuèrent à se produire après sa mort. Elle accorda son aide spirituelle à tous les malades et aux affligés.
Et un jour, ce volontaire se retrouva dans la cellule de Matouchka. On l’oignit de l’huile de la lampade qui brûle dans la cellule devant des icônes. Il présenta son front, à contre-coeur. A quoi cela pouvait-il servir? On lui traça une croix sur le front. Il resta immobile une minute et dit :
– Mais qu’avez-vous fait?! Ma main est en feu!
– Comment-ça, ta main?! C’est sur le front qu’on a tracé la croix!
– Et moi je vous dis qu’un feu brûle ma main!
Il faut préciser que lors d’une bagarre, un tendon de sa main avait été sectionné et son auriculaire ne pouvait plus se tendre; il demeurait courbé. Et il sécha. Progressivement il se dessécha complètement. Seulement l’auriculaire. Mais le reste de la main n’avait plus de force. Il ne pouvait plus rien soulever de lourd, ni même utiliser correctement un pinceau… Et voilà que c’était précisément cette main qui «brûlait». Il regarda : l’auriculaire recroquevillé s’était redressé et redevenait normal! Imaginez cela : un homme coriace qui court comme un bambin, montrant à tous son auriculaire. C’est à peine s’il ne pleurait pas de joie et de tendresse. Il courait rempli de bonheur à travers tout le monastère. Peu de temps après, il se faisait baptiser.
Voilà ce que signifie un appel instantané à Dieu! Pourquoi le Seigneur lui a–t-Il accordé une telle miséricorde? Qui le sait? Peut–être quelqu’un de sa famille, sa maman, sa babouchka, avait-il beaucoup prié pour lui… Matouchka Sepfora eut pitié et par ses prières, non seulement l’homme guérit, mais il devint un baptisé, tous ses péchés appartinrent au passé… Peut-être Matouchka Sepfora avait-elle vu qu’il y avait quelque chose de bon dans son âme… Mais le miracle fut instantané!
Par les prières de nos Saints Pères, Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu, aie pitié de nous!
Traduit du russe
Source

Métropolite Ioann (Snytchev) : Nous ne pouvons prédire

Intercession

Le texte ci-dessous est la traduction d’un article original russe d’Andreï Dolinski, publié le 02 novembre 2021 sur le site Pravoslavie.ru, à l’occasion du vingt-sixième anniversaire du décès du Métropolite Ioann (Snytchev) de bienheureuse mémoire.

Il ne nous est pas donné de prédire
La réponse à nos paroles.
Et la compassion nous est donnée
Comme nous est donnée la grâce…
(Fiodor Tioutchev)

Cette situation m’a toujours intéressé. Nous ouvrons la bouche, prononçons les mots… Et où vont-ils alors? Ils disparaissent, ou quoi? Comme s’ils n’avaient pas été? Je ne pouvais y croire. Mais enfin, quelque chose doit se produire, peut-être pas maintenant, peut-être plus tard, admettons que ce ne soit pas immédiatement. Mais c’est inéluctable! Cette conviction doit venir de quelque part… Mais ce n’est pas clair non plus: d’où?
Allons bon. Une question en entraîne une autre. Plus vous en posez, plus l’incertitude grandit: l’intonation a son importante, la proximité de l’objet, le sexe, l’âge, l’intelligence, la langue (ici, je parle en russe, mais en ukrainien alors, par exemple? Oui, et quel sorte de mot s’est envolé, un bon? Et si c’est un mauvais? Et tout cela se déverse par «tonnes» des gens, et s’en va errer de par le monde… Peut-être vaut-il mieux se taire.
J’étais en voiture, avec un ami. C’était le troisième jour de suite au cours duquel je ne mangeais pas, je ne buvais pas, je ne dormais pas, mais je ne faisais que m’occuper de lui. Je le portais pratiquement dans les bras, le calmais, lui parlais, l’accompagnais au magasin, lui préparais à manger, le mettais au lit, faisais son travail (nous étions associés). Son état était pathétique: une dépression complète, il ressemblait peu à ce Daghestan fort et puissant, qui existait encore quelques jours plus tôt. J’avais peur de le laisser seul pendant une minute, j’avais sorti de sa maison tous les objets qui piquent, coupent ou tirent, j’avais pris les clés de sa voiture et de son appartement.
Que s’était-il passé? Oui, enfin, ce n’était tout de même pas si terrible ce diagnostic de «cancer du rein». Pas une catastrophe! Il ne s’était pas fait mitrailler! Ces choses peuvent arriver tous les jours. Mais ce diagnostic a brisé mon ami une seconde après que le médecin l’ait exprimé. Et maintenant, je conduisais la voiture et, du coin de l’œil, dans l’anxiété, je contrôlais constamment celui qui était assis à ma droite. Cela ne ressemblait pas beaucoup à un homme. Je commençait à trouver ça lourd. J’ai sorti une cassette au hasard de la boîte à gants et l’ai insérée dans le magnétophone. La voix d’Oleg Skoblia résonna. Il chantait «Les cloches de la Laure». Mon ami se redressa sur l’avant du siège; il écoutait attentivement, son regard reprenait du sens. Cette chanson me plaisait aussi, mais pas au point de me faire un tel effet…
Mon ami sursauta sur le siège, en quelque sorte il se reprenait brusquement, comme s’il retrouvait vie sous mes yeux. Il écoutait, toussa et dit d’une voix rauque:
– C’est au sujet de qui cette chanson ?
Je répondis :
– Au sujet du Métropolite Ioann Snytchev. On dit que c’était un grand homme.
Une nouvelle question tomba :
– Qui chante, qui est l’auteur ?
– Un prêtre, un fils spirituel de Vladika.
– Où se trouve la tombe du Métropolite ?
– Juste à côté, à cinq minutes, à la Laure Saint Alexandre Nevski (Nous étions à Okhta)
Il continua :
– On y va.
Sans rien ajouter, je fis faire un demi-tour à la voiture.
Incompréhensible, ce qui est arrivé. Nous sommes allés sur la tombe de Vladika. Mon ami se tint longtemps devant elle, déposa des fleurs. J’ai attendu patiemment. Ensuite, nous sommes allés à l’église de la Trinité et nous avons vénéré les reliques du Grand et Saint Prince. Quelques jours plus tard, mon ami s’est fait baptiser, alla à la liturgie, après quoi l’Archiprêtre Ioann Mironov lui donna une icône de la Très Sainte Mère de Dieu «Pantanassa», bénissant l’opération. On dit que cette icône aide les patients atteints de cancer. Ensuite, mon ami, au moral complètement regonflé, a été opéré. Il oublia sa maladie, il vécu toutes les années 1990′, ce qui en soi était déjà un miracle. Et il est toujours en vie aujourd’hui. Alors je me dis ceci: le Métropolite Ioann s’en est allé auprès du Seigneur. Par amour pour lui, une chanson a été composée, que mon ami a accidentellement entendue dans un moment difficile de sa vie. Et sa vie a radicalement changé du jour au lendemain. Il lui fallait juste entendre les mots, juste les mots venant de cœurs aimants. Ou peut-être pensez-vous que c’est un accident, et les mots ne sont qu’un mugissement inutile?
Traduit du russe
Source

Le Starets Adrien, un homme étonnamment heureux (1/2)

Le texte ci-dessous est la traduction en deux parties d’un original russe publié le 30 avril 2018 sur le site Pravoslavie.ru, sous le tire «Le Starets Adrien, un homme extraordinairement heureux. En mémoire de l’Archimandrite Adrien (Kirsanov)» («Поразительно счастливый человек» Памяти архимандрита Адриана (Кирсанова)) et introduit par ces phrases : Des paroles simples, une prière efficace, des révélations extrêmement importantes et des rencontres inoubliables. Ceux qui ont eu la chance de communiquer avec cet «homme étonnamment heureux» se souviennent de l’Archimandrite Adrien (Kirsanov) de Pskov-Petchory.

Le Métropolite Tikhon (Chevkhounov) de Pskov et Porkhov :
La dernière fois que j’ai vu le Père d’Adrian, c’était il y a environ un mois. Il était très faible, mais il m’a reçu. Nous avons pu parler un peu avec lui, nous nous sommes souvenus du passé. Je le connais depuis plus de 35 ans, et c’est un grand bonheur pour moi.
Le jour de notre rencontre, je me souviens qu’il était étonnamment lumineux et joyeux. Comme toujours, d’ailleurs. Je ne me souviens pas de lui maussade. Certains trouvaient qu’il paraissait extérieurement en colère, mais le Père Adrien n’était pas comme ça. Il était tout simplement concentré en Dieu, recueilli dans sa prière. Le Père Adrien était étonnamment heureux, si on peut dire cela à propos d’un héros de l’ascèse! Cette fois, lors de cette rencontre, ce concentré de bonheur en lui m’a tout simplement ébahi. Lire la Suite

Matouchka Eupraxie. Le miracle des cafards et des chenilles.

Le texte ci-dessous est la traduction d’un extrait du livre «Nous allons te donner du souffle» (Дарим Тебе дыхание), écrit par Mère Eupraxie (Inber), Higoumène du Monastère de l’Ascension, à Orcha dans Éparchie de Tver et Kachine. Le livre est paru en 2019, aux éditions Sibirskaia Blagozvonnitsa.
Ekaterina (son prénom civil) Inber fut une fille spirituelle du Starets Naum (Baiborodine ; 1927-2017) de bienheureuse mémoire. C’est celui-ci qui éduqua spirituellement celle qui était alors une jeune intellectuelle d’une vingtaine d’années, convertie à l’Orthodoxie vers la fin des années ’70 «parce que cela se faisait». Elle reçut la tonsure monastique en 1992. Le Starets Naum envoyait la jeune femme apprendre les fondements de l’Orthodoxie, et du monachisme, dans des endroits divers et parfois éloignés, chez des clercs et des moines de ses connaissances. Ce sont ces expériences que conte le livre de Mère Eupraxie. Dans le récit ci-dessous, extrait des pages 108 à 112 du livre, l’Higoumène Eupraxie narre un événement qu’elle vécut dans l’isba occupée par le Hiéromoine Alexis, prêtre du village de Serbilovo, et par le novice Moïse, auxquels il arrivait d’accueillir chez eux l’un ou l’autre pèlerin. On atteignait Serbilovo en parcourant, depuis la gare de Gavrilovo Posad une drève de bouleaux longue de sept kilomètres, battue par les vents.

Un jour j’arrivai chez eux, fin août. Mon couchage, sur le poêle de la cuisine, était occupé. En fait, toute la cuisine était occupée. Un nombre incalculable de rustiques mouches d’automne y vivaient. J’enroulai un journal et m’apprêtai à les passer impitoyablement à tabac. Mais Batiouchka entra à ce moment et il me retira la gazette de la main en me disant :
Ce soir, Katia, nous allons célébrer le moleben d’envoûtement, tiré du Grand Trebnik, au Martyr Tryphon, pour se débarrasser des cafards et des chenilles. Prenez patience jusque là. Bienheureux, qui fait miséricorde à toute créature.
Lire la Suite

Temps d’épidémie. «Regarde l’Humilité»

La traduction ci-dessous est celle de la première partie d’un article paru le 11 décembre 2006 sur le site du magazine Pravmir. Il fut écrit par Madame Irina Dmitrieva . Il existe des centaines de types d’icônes de la Très Sainte Mère de Dieu. Et les miracles qui se sont produits en lien avec elles sont innombrables. Le texte qui suit fait découvrir l’icône appelée «Regarde l’Humilité» (Призри на смирение, ‘prizri na smirénié’). Elle date du XVe siècle et est conservée dans l’église du Monastère de l’Entrée au Temple à Kiev. Par ailleurs, le petit livre «Celle Qui avec zèle intercède. 43 prières à la Mère de Dieu devant Ses saintes Icônes» (non traduit en français), publié par les éditions Kovtcheg en 2018, indique, à la page 65, qu’on a prié et qu’on prie tout particulièrement cette icône de la Très Sainte Mère de Dieu lorsque sévissent les épidémies de maladies mortelles.

Les habitants de plusieurs villes de Yakoutie ont pu vénérer et prier devant une sainte icône. Ont-il tous compris à Qui ils s’adressaient ? Savent-ils Qui la Très Pure Vierge priera suite à leurs demandes ? Non, sans doute. Mais la joie était pareille à celle de Pâques, joie pour les croyants, les non-croyants, les convaincus, les dubitatifs, les riches, les pauvres, ceux qui sont expérimentés dans la prière, et ceux qui vinrent prier pour la première fois. Nous avons interrogé au sujet de cette Hôte exceptionnelle le Hiérodiacre Abner du Monastère de la Sainte Entrée au Temple, de Kiev. Il a accompagné l’icône dans le voyage de celle-ci. Lire la Suite

Archimandrite Naum. Nous allons te donner du souffle.

Le texte ci-dessous est la traduction d’un extrait du livre «Nous allons te donner du souffle» (Дарим Тебе дыхание), écrit par Mère Eupraxie (Inber), Higoumène du Monastère de l’Ascension, à Orcha dans Éparchie de Tver et Kachine. Le livre est paru en 2019, aux éditions Sibirskaia Blagozvonnitsa.
Ekaterina (son prénom civil) Inber fut une fille spirituelle du Starets Naum (Baiborodine ; 1927-2017) de bienheureuse mémoire. C’est celui-ci qui éduqua spirituellement celle qui était alors une jeune intellectuelle d’une vingtaine d’années, convertie à l’Orthodoxie vers la fin des années ’70 «parce que cela se faisait». Elle reçut la tonsure monastique en 1992. Le texte ci-dessous est la traduction du chapitre portant le même titre que le livre lui-même.

Elle fit sont apparition chez nous en 1997, je ne me souviens plus précisément de l’époque de l’année.
Vera arriva chez nous avec trois enfants, nous demandant de les caser. Elle raconta qu’elle avait travaillé sur les chantiers de construction, sans masque de protection ; ses poumons en avaient été cimentés. Les médecins lui donnaient encore trois mois à vivre, toute opération était impossible car les bistouris ne couperaient pas les poumons, ils les émietteraient.

L’Archimandrite Naum (Baiborodine)

Le fils fut envoyé à Zvenigorod, nous prîmes les fillettes à Orcha. Vera, je l’emmenai au bout de quelques jours à la Laure, auprès de notre Batiouchka, l’Archimandrite Naum. En ce temps-là, il nous prenait immédiatement, par petits groupes et on pouvait entendre beaucoup de choses utiles. Batiouchka avait la faculté de mener la conversation de manière telle que chacun de ceux qui étaient auprès de lui puisse en tirer profit. Mais des gens finirent par se plaindre d’avoir à se confesser devant les autres, alors tout cela fut terminé et on entrait un par un, rarement à deux ou trois si on était venus ensemble, ou si un lien d’obédience commune unissait les gens. Mais je me souviens parfaitement que jamais il n’arriva que quelqu’un entende les secret d’un autre. Soit qu’au moment voulu, un bruit inattendu retentissait, quelqu’un froissait l’emballage d’un paquet, soit que l’attention se relâchait, et quand elle se ravivait, tout le secret avait été dit. Parfois, si c’était vraiment nécessaire, le Père Naum demandait à tout le monde de sortir, et restait seul avec celui qui se confessait.
Et donc cette fois, il y avait du monde autour du Starets quand nous entrâmes, Vera et moi. Immédiatement, il m’interpella :
– Eh quoi ! Que veux-tu ?
Je lui expliquai la maladie mortelle de Vera. Il demanda alors à quelqu’un d’ouvrir un petit livre noir, un abécédaire d’une vieille édition, à la lettre D.
Voyez le texte au sujet de «dykhanié» [N.d.T. Дыхание : respiration, souffle], et lisez à voix haute…
La lecture de ce texte commença. Il était long, très long, vaguement médical. Nous écoutâmes comment s’ouvraient et se refermaient les alvéoles. Les gens était embarrassés. Chacun d’entre eux avait ses propres questions. Le temps s’écoulait, consacré on ne comprenait trop à quoi, et on aurait dit que le Starets rêvassait. Mais il tressaillit quand la lecture prit fin :
Nous allons te donner du souffle ! Un traitement gratuit. Allez-y, faites toute deux ceci. Il éleva ses bras tendus, respira profondément et expira en laissant retomber brusquement les bras.
– Respirez deux fois comme ça!
Nous exécutâmes à deux reprises cet exercice inattendu.
– Bien, j’ai perdu du temps avec vous, il y a tellement de gens qui attendent dehors. Allez, sortez d’ici !
Et il ajouta, alors que nous sortions :
– Il y a un professeur chez toi à Tver? Vas la présenter à sa consultation.
Alors que nous sortions de la cellule de Batiouchka, elle me dit :
– Quelque chose de chaud est occupé à se répandre dans mon dos.
Nous retournâmes à Tver. Nous envoyâmes Vera à l’hôpital de l’oblast. Ils firent des radios des poumons et constatèrent avec stupéfaction que ces derniers étaient comme neufs, pareils à ceux d’un nourrisson.

Monastère de Tvorojkovo, église de Très Sainte Mère de Dieu Joie de Tous les Affligés

Les années s’écoulèrent, les enfants grandirent, chacun de leur côté, et ils eurent eux-même des enfants. Vera devint la moniale Anna, Supérieure du Monastère de Tvorojkovo, dans l’Oblast de Pskov. Matouchka fut toujours empressée de réussir en toutes choses. Elle faisait tout vite et bien. Restauré, le monastère est superbe. Il resplendit de la pureté et de la beauté des ornement de l’église-reliquaire. Il est rare de rencontrer une telle quantité de trésors sacrés. On dit des gens pareils à elle qu’ils ont la main à tout. Mais parmi tout ce qu’elle était capable de faire, ce qu’elle faisait le mieux, c’était prier.

Matouchka Anna (Tkatch)

Juste à côté du monastère, à quelques minutes de bateau à travers le lac se trouve une petite île. Une église en bois et deux maisonnettes derrière une haute palissade en planches. Matouchka l’a appelée «l’Île de la prière». Elle attendait avec impatience que les maisons soient terminées, afin de s’y reclure.
Elle décéda le 17 octobre 2017, vingt ans après sa seconde naissance en ce monde, à la Laure de la Trinité-Saint Serge, dans la cellule de l’Archimandrite Naum, c’est-à-dire, tout juste quatre jours après que celui-ci soit parti pour le Royaume des Cieux. Depuis quelques mois, Batiouchka ne parvenait plus à respirer de façon autonome. Il était branché à un respirateur artificiel ventilant ses poumons.
Mais il es très vraisemblable qu’à l’époque, vingt ans plus tôt, Batiouchka Naum avait en quelque sorte «branché» Matouchka Anna à ses propres poumons, et dans les derniers jours de sa vie,alors qu’il ne pouvait presque plus respirer, Matouchka Anna se prépara à mourir. Les sœurs dirent qu’elle commençait à suffoquer, les crises d’asthme réapparurent, ainsi qu’une toux sévère. Et pendant la semaine précédant sa mort, peut-être le jour du départ pour l’éternité de Batiouchka Naum, elle vit dans le ciel le visage du Sauveur, comme s’Il l’appelait, et elle comprit tout. Deux jours avant sa mort, elle appela son fils: «Viens me dire au revoir, je vais mourir».
Matouchka mit de l’ordre dans les affaires et les documents du monastère, et prit toutes les dispositions nécessaires.
Et la veille de son dernier déplacement, chez le Métropolite pour le jour de sa fête onomastique, elle reçut la visite de l’économe du monastère, qui aperçut Matouchka allongée sur son lit, les mains jointes. «Je vais mourir», lui dit celle-ci.
Mais elle n’était pas destinée à mourir dans son lit.
Le Seigneur l’emporta comme Il jugea bon, et l’âme brûlante d’amour pour Dieu, passa par le feu, fut purifiée par le feu, afin que ses dernières infirmités et ses péchés oubliés soient brûlés dans cette flamme mortelle.
Le monde orthodoxe fut immédiatement informé de ce terrible accident – ainsi, non seulement par sa vie, mais aussi par sa mort Matouchka obtint de nombreux intercesseurs ici sur terre. Et elle atteignit son Île de prière tant attendue, dans le Royaume des cieux.
[N.D.T. Matouchka Anna (Tkatch) décéda le 17 octobre 2017 dans un violent accident de circulation sur l’autoroute R 23 dans l’Oblast de Pskov. Le véhicule dans lequel elle se trouvait brûla dans l’accident.]
Traduit du russe