Paroles de Batiouchka (40)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» pourront également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valerian. 

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», page 203.

Le livre dont l’extrait est tiré

Nous ne devons pas oublier, même lors des jours les plus difficiles de notre vie, de rendre grâce au Seigneur. Il attend cela de notre part, et ensuite, Il nous enverra de plus grands biens. L’homme dont le cœur a l’habitude de rendre grâce ne manquera de rien. Gloire à Dieu pour tout !

Traduit du russe

Paroles de Batiouchka (39)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» pourront également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valerian.

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 200 et 201.

Le livre dont l’extrait est tiré

Dieu donne la prière à ceux qui prient. Quand on essaie tant bien que mal de pénétrer dans les paroles de la prière, elle ne peut être tout à fait formelle. Tu es fatigué, mais malgré tout tu pries. Que signifie «formelle» ? Tu dis la prière mais en même temps, que se passe-t-il dans ton âme ? Tu rêvais à une chose ou l’autre. La rêverie est l’une des caractéristiques de l’homme contemporain. Mais malgré tout, mieux vaut prier comme cela que de ne pas prier. Le hiéromoine Serge Orlov disait : «Bien sûr, il arrive souvent qu’à l’église, les gens ne comprennent pas tout, mais au moins, ils ne jasent pas sur les bancs devant chez eux. Il vaut tout de même mieux se trouver à l’église que dans l’agitation du monde».
Parmi ceux qui firent de la prison, ou allèrent à la guerre, certains disent : «Je n’ai jamais prié comme là-bas». C’est vrai car «au plus noire est la nuit, au plus brillantes sont les étoiles, au plus l’affliction est lourde, au plus Dieu est proche». Le Père Ioann (Krestiankine) dit un jour à l’un de ses enfants spirituels, au sujet du camp où il avait été envoyé «Là, Dieu était tout proche!» Mais en même temps, il pleurait car cela avait été tellement dur.
Après la mort du Père Serge, on a trouvé chez lui un petit papier sur lequel il était écrit : «Toutes les choses que l’on fait pour Dieu sont accompagnées d’afflictions. Si on fait une bonne chose et qu’il n’y a aucune affliction, cela veut dire que le Seigneur ne l’a pas acceptée. Et à celui que le Seigneur a choisi pour l’éternité bienheureuse, il envoie d’incessantes tribulations».
Il y a aussi cet autre exemple : on demanda à un moine : «Qui t’a appris à prier?» Et il répondit : «Les démons. Ils attaquent sans arrêt et il faut se défendre avec la prière : Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur».
Traduit du russe

Paroles de Batiouchka (38)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» pourront également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valerian.

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 200 et 201.

Le livre dont l’extrait est tiré

L’Archimandrite Innocent (Prosvirine) me dit un jour que lorsque le Ciel se tait, il ne faut rien entreprendre. J’ai ensuite eu l’occasion de lire que le Saint Hiéromartyr Seraphim (Zvezdinski) recourait à la même règle. Quand dans les moments difficiles on lui demandait comment agir, alors que personne ne parvenait à indiquer la voie, il recommandait de prier trois jours et de demander à Dieu quelle était Sa volonté. Alors Dieu montrait comment agir. Et s’Il ne le montrait pas, cela signifiait qu’il fallait continuer à prier et patienter. C’est ainsi que l’on fait sur l’Athos. Souvent, je conseil de procéder de la sorte et cette règle produit de bons fruits.
Traduit du russe

Paroles de Batiouchka (37)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» pourront également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valerian.

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 199 et 200.

Le livre dont l’extrait est tiré

La guidance spirituelle est nécessaire et importante, mais les exigences auxquelles doit faire face le père spirituel sont élevées. Un jour, une femme accourut vers moi :
Batiouchka, que dois-je faire ? Mon père spirituel m’a dit : «Je ne veux pas finir en enfer à cause de toi!»
A ce moment, je m’apprêtais à partir sur le Mont Athos. Lorsque j’y arrivai, je rencontrai un starets. Il recevait justement un père spirituel qui avait été disciple de Saint Païssios l’Athonite pendant vingt ans. Il s’entretinrent, et voilà que le starets me dit ces paroles importantes : «Seul peut être père spirituel celui qui est prêt à aller en enfer pour ses enfants spirituels ». Ce qui était extraordinaire, c’est que je ne lui avait rien dit de la question que m’avait posée cette femme, et lui, il répétait le propos de celle-ci dans un sens opposé. Si le prêtre dit qu’il n’est pas prêt à aller en enfer pour vous, c’est qu’il ne peut être père spirituel. Tellement cette mission est élevée. Elle est fondée avant tout sur l’amour qui se sacrifie, l’amour divin. Mais si le Seigneur donne ce saint sentiment, alors, tout se met en place.
Il existe un livre de l’Évêque Arsène Jadanovski au sujet de la prêtrise. Il y est écrit : «Quand le Seigneur installa Pierre dans sa dignité apostolique, Il n’exigea rien de lui, sinon l’amour : «Aime Moi et pais Mes brebis» Et donc, s’il y a l’amour, il peut y avoir le prêtre et le père spirituel. Sans amour, il n’y a pas n’est pas d’authentique prêtrise».

Traduit du russe

Paroles de Batiouchka (36)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» peuvent également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valérian.

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 184 et 185.

Le livre dont l’extrait est tiré

Jadis, l’existence était liée au rythme de l’Église. On raconte que lorsqu’on sonnait les cloches les jours ouvrés, les gens commençaient à travailler. Mais quand on sonnait pour le «Symbole de Foi», avant que le pain et le vin ne deviennent les Saints Dons, les gens interrompaient leur travail, ôtaient leur chapeau et priaient. Et quand on sonnait pour «Il est digne», ils reprenaient le travail. (…) De façon générale, les traditions orthodoxes embellissent la vie, la diversifient. (…) Il est nécessaire d’organiser notre vie en fonction du calendrier de l’Église.
Traduit du russe

Paroles de Batiouchka (35)

Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Fils d’un prêtre, frère d’un prêtre, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au Père Sergueï Orlov, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou. Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités, reprenant prédications, entretiens multiples et interventions devant des groupes très divers. Celles et ceux qui apprécient les «Paroles de Batiouchka» peuvent également se tourner vers le livre paru aux éditions Sofia en 2015 : «Le plus important. Toutes les façons de croire se valent-elles ?». Madame Laurence Guillon y a traduit en français une série d’entretiens et d’enseignements, toujours remarquables, du Père Valérian.

«Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 180 et 181.

Le livre dont l’extrait est tiré

… Le principal, chez l’homme, c’est l’âme. Mais l’homme a été conçu de façon telle qu’il est fait non seulement de l’âme, mais aussi du corps. Le corps n’est pas prééminent; le principal, c’est l’âme, mais elle est intimement liée au corps. Ce lien entre l’âme et le corps fut conçu de manière telle par Dieu, qu’ils demeurent en permanente interaction. C’est-à-dire, qu’il ne peut y avoir d’âme pure dans un corps malpropre. bien sûr, on ne parle pas ici de la saleté extérieure, la poussière ou la boue. Ce n’est pas de cette sorte de saleté qu’il s’agit. Ce que l’on signifie, c’est que l’homme ne peut vivre une vie intérieure pure tout en menant une vie du corps souillée. Les Saints Pères disent que quand le corps commence à dominer, alors l’âme acquiert les facultés du corps, et les passions du corps commencent à s’unir à elle. Mais l’âme est supérieure, et illimitée en sa perfection, car elle doit ressembler à Dieu, Qui est illimité. C’est d’ailleurs ainsi que le corps tend à acquérir la propriété d’avidité, d’insatiabilité.
Traduit du russe