Saint Spyridon chez les Romanov (2/2)

Ce titre quelque peu léger masque une réalité riche et dense, celle de la vénération de Saint Spyridon, véritable tradition spirituelle, au sein de la lignée impériale des Romanov. Le texte ci-dessous est la traduction d’une conférence donnée au Monastère des Danilov à Moscou, le 13 mars 2007, par Madame Olga Nikolaevna Koulikovskaïa-Romanova, Présidente du fonds de bienfaisance de Son Altesse Impériale la Grande Princesse Olga Alexandrovna, à l’occasion de la venue en Russie de la dextre de Saint Spyridon. Voici la seconde partie du texte, la première se trouvant ici.

En 1817, suite aux démarches de la Souveraine Impératrice Élisabeth Alekseievna, une autre église Saint Spyridon fut installée dans l’Institut Élisabéthain pour dames à Saint-Pétersbourg ; on y conserve une relique provenant de Kerkyra : un morceau d’une pantoufle de velours de Saint Spyridon. A Kerkyra, un usage consiste à changer une fois l’an les pantoufles qui chaussent les pieds des saintes reliques protégeant le saint lors de ses excursions miraculeuses entreprises à travers la terre entière, en réponse aux prières des fidèles. Pareil usage prévaut chez nous avec les chaussures de Saint Serge de Radonège. Les pantoufles de Saint Spyridon, usées au bout d’un an, sont données aux fidèles. Ce genre de présent est évidemment remis aux Orthodoxes les plus illustres. La construction de l’église Saint Spyridon, grâce aux démarches mises en œuvre par l’Impératrice Élisabeth, fut clairement un cadeau spirituel de l’Impératrice à l’occasion du quarantième anniversaire de son époux béni, le Souverain Alexandre Ier. Lire la Suite

Saint Luc de Crimée : Homélie pour la Fête de la Sainte Mégalomartyre Barbara

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 17 décembre 1947. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «La Pâque du Seigneur» (Пасха Господня).

«Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de Le trouver en tâtonnant, bien qu’Il ne soit pas loin de chacun de nous» (Actes 17,26-27). Voilà des paroles très profondes ; il est en effet important de ressentir Dieu, car c’est en cela que réside le grand secret de la connaissance de Dieu. Lire la Suite

Le Saint Starets Théodore de Tomsk. Récit de deux moniales.

Le 20 juillet 2017, le site Pravoslavie.ru a publié la version originale russe du texte ci-dessous, écrit le 23 octobre 1990 par l’Archiprêtre Alexandre Novopachine. Celui-ci y aborde, en présentant un témoignage essentiel, un élément fascinant de l’histoire de la Russie : le 19 novembre 1825, à Taganrog, le Tsar Alexandre Ier le Béni ne serait pas mort mais aurait commencé une vie érémitique et serait devenu par la suite le Saint Starets Théodore Kouzmitch.
Le cinq juillet est un jour solennel à Tomsk. C’est en effet le cinq juillet 1995 que furent inventées les saintes reliques du juste serviteur de Dieu, le Saint Starets Théodore de Tomsk, appelé au cours de sa vie terrestre, et parfois maintenant encore, Saint Théodore Kouzmitch. On célèbre donc ce jour une Liturgie à l’occasion de la fête dans l’église de la Mère de Dieu de Kazan du Monastère de la Mère de Dieu-Saint Alexandre.Et il arrive que ce soit le Métropolite Rostislav de Tomsk et Asinovsk lui-même qui préside la célébration, entouré d’autres évêques. Lire la Suite

Saint Spyridon chez les Romanov (1/2)

Ce titre quelque peu léger masque une réalité riche et dense, celle de la vénération de Saint Spyridon, véritable tradition spirituelle, au sein de la lignée impériale des Romanov. Le texte ci-dessous est la traduction d’une conférence donnée au Monastère des Danilov à Moscou, le 13 mars 2007, par Madame Olga Nikolaevna Koulikovskaïa-Romanova, Présidente du fonds de bienfaisance de Son Altesse Impériale la Grande Princesse Olga Alexandrovna, à l’occasion de la venue en Russie de la dextre de Saint Spyridon.
La vénération de Saint Spyridon le Thaumaturge de Trimythonte existe depuis des temps très anciens au sein du peuple des simples fidèles, particulièrement dans la paysannerie. L’Évêque cypriote était lui-même berger, occupation à laquelle il ne renonça jamais après son ordination épiscopale. Saint Spyridon est le céleste protecteur des gardiens de cheptel et des paysans. En Russie, la vénération du Thaumaturge cypriote se répandit jusqu’à la cime du pouvoir tsariste. En effet, lors de la campagne de Kazan, Saint Spyridon de Trimythonte apparut au Tsar Ivan le Terrible et affermit spirituellement le Souverain dans sa décision de vaincre les adversaires et libérer le Kazan des usurpateurs liés à Nogaï. Après la victoire, le Tsar fit, conformément à sa promesse, ériger un monastère portant le nom de Saint Spyridon. Lire la Suite

Saint Jean de Kronstadt : Nous devons fêter notre anniversaire.

St Jean de Kronstadt

Les deux courts textes ci-dessous sont la traduction de deux extraits du recueil des écrits de Saint Jean de Kronstadt publié en 2012 par l’Institut de la Civilisation russe (Институт русской цивилизации ) à Moscou et intitulé «Je prévois la restauration d’une Russie puissante» (Я предвижу восстановление мощной России). Saint Jean de Kronstadt y éclaire brièvement, mais avec force, le sens de l’anniversaire de la naissance et de la fête onomastique du Chrétien. Lire la Suite

Saint Luc de Crimée : «De la Persévérance dans la prière»

agios-louka-st-lukaInnombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 21 février 1948. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом)

Nous avons entendu aujourd’hui pendant la lecture de l’Évangile, la parabole du Seigneur qui nous dit que «dans une ville, il y avait un juge qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : ‘Fais-moi justice de ma partie adverse’. Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : ‘Quoique je ne craigne point Dieu et que je n’aie d’égard pour personne, néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête’». Le Seigneur ajouta: «Entendez ce que dit le juge inique. Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice»(Lc.18, 2-8).
Il n’est pas rare que le Seigneur tarde, qu’Il soit lent à nous protéger. Souvent le Seigneur prend du temps avant d’exaucer nos souhaits, d’agréer nos demandes. Mais il s’agit seulement d’un délai, car le Seigneur a dit : «Je vous le dis, il leur fera promptement justice». N’y aurait-il pas une forme de contradiction entre tarder à répondre et faire promptement justice ? Qu’est-ce que cela peut signifier?

Cela signifie tout d’abord que le temps et le passage du temps ne sont pas du tout aux yeux de Dieu ce qu’ils sont aux yeux des hommes. Écoutez ce psaume de David : «Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit» (Ps 89,4). Pour Dieu, mille ans sont comme un jour ; ce qui nous paraît fort long est très court aux yeux de Dieu.
Pourquoi le Seigneur tarde-t-Il souvent avant d’exaucer les souhaits de ceux et celles qui crient vers Lui jour et nuit? Car Il nous apprend ainsi à patienter, Il nous enseigne la patience. La patience est une grande vertu chrétienne. Tous les saints, les ermites, les ascètes durent lutter pendant des dizaines d’années ; ils prièrent Dieu pendant des dizaines d’années. Il y a quelques jours, je vous ai rappelé que Saint Antoine le Grand pria une année entière pour que le Seigneur lui dévoile le destin des âmes humaines lorsqu’elles se séparent du corps. Et il s’agissait là d’un souhait nettement moindre que ceux pour lesquels il priait Dieu incessamment : pour la sanctification de son âme, de son cœur, pour la rémission de ses péchés. Et s’il dut prier une année entière pour connaître le sort des âmes humaines lorsque le corps est mis dans la tombe, combien plus pria-t-il pour les souhaits plus importants.

Tous les saints prièrent sans relâche des dizaines d’années durant. Saint Seraphim de Sarov pria mille jours et mille nuits en se tenant sur une pierre. N’est-ce pas cela, la persistance dans la prière ? N’est-ce pas cela la patience, n’est-ce pas cela l’espérance infinie en Dieu ; l’espérance qui jamais ne se lasse, qui jamais ne refroidit ? Voilà comment il convient que nous adressions nos demandes à Dieu.
Il est évident que nous ne pouvons obtenir la sanctification de notre âme dès notre première demande car c’est à travers la patience que Dieu nous éduque. Il nous habitue à ce que nous n’imaginions pas recevoir très rapidement ce que nous Lui demandons. Les Saintes Écritures nous informent quant au sens et à l’importance de la patience. Le Saint Apôtre Jacques nous dit : «Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien» (Jc. 1, 2-4). Vous voyez que le Saint Apôtre attribue à la patience une fonction essentielle : la patience nous conduit vers la perfection. Sachez-le, et dès lors n’imaginez jamais qu’à la première prière, à la première demande vous recevrez de la part de Dieu ce que vous Lui demandez. Cela, vous devez le mériter, le mériter par la prière permanente, par la constante espérance en Dieu, la foi constante en ce que Dieu ne vous refusera pas ce pourquoi vous Le priez résolument et infatigablement. Vous devez y croire. Vous devez croire, vous devez savoir qu’il est nécessaire de prier Dieu sans relâche, comme la veuve implorait le juge de la défendre. C’est par la ferme constance de sa demande qu’elle obtint ce qu’elle demandait. Il en va de même pour nous ; nous recevrons ce que nous demandons à Dieu avec une grande patience et une espérance infatigable. Souvenez-vous de la sainte patience ; grande est cette vertu.
Ne soyez pas impulsifs, ne soyez pas pressés quand vous priez Dieu afin d’obtenir quelque chose. Cultivez la patience, éduquez votre âme dans la patience. Comme le dit l’Apôtre Paul, «Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l’amour de Dieu et vers la patience du Christ!» (2Thes. 3,5). Et encore «N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis» (Heb.10,35-36). Ne désespérez pas, n’abandonnez pas votre espérance ; avec grande patience priez infatigablement et constamment Dieu d’alléger le joug qui pèse sur votre vie, et de purifier votre cœur des impuretés qui y sont nichées. Amen

Traduit du russe.