Le Saint Hiéromartyr Élie (Izmaïlov)

Le texte ci-dessous est la traduction d’un original russe publié sur le site du Monastère de la Sainte Trinité, à Tcheboksar, dans l’Éparchie de Tcheboksar et Tchouvachie, et dont le Supérieur est l’Archimandrite Basile (Pasquier) (d’origine française). Une des rubriques de ce site est consacrée aux néomartyrs qui ont illuminé la Terre de Tchouvachie. Une vingtaine de cas y sont présentés. Les textes sont parfois courts, parfois très longs, toujours très factuels; il ne s’agit pas de littérature, mais de témoignage. Témoignage de foi et témoignage historique. Le texte ci-dessous concerne le saint prêtre néo-martyr Élie (Izmaïlov). On le commémore le 4/17 septembre, ainsi que le 27 janvier/9 février, avec tous les néo-martyrs et confesseurs de l’Église Orthodoxe russe.

Le Saint Hiéromartyr Élie (Izmaïlov) naquit en 1882 dans le village de Khormaly, Ouïezd de Tsivilsk, Gouvernorat de Kazan (aujourd’hui Raïon d’Ibresi, en République de Tchouvachie), dans la famille du paysan Izmaïl. Lire la Suite

Le Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski) et l’affaire P-34970

Le texte ci-dessous a été publié le 10 mai 2018 sur le site Pravoslavie.ru. Il est dû au Père Viktor Lenok, et présente un épisode jusqu’ici inconnu de la vie du Saint Hiéromartyr, l’Archevêque Hilarion (Troïtski). Cet épisode illustre le poids douloureux de la vie quotidienne de tous ceux qui, en Russie à partir de 1917, luttèrent pour la survie de l’Orthodoxie au fil de circonstances épouvantables, et il dépeint aussi un saint portant cette pesante croix.
Lorsqu’au printemps 1917 s’abattit sur la Russie une vague sans précédent de critiques de ses structures sociales et religieuses, les homélies des clercs étaient très souvent interprétées à travers un prisme exagérément politisé. Il en advint ainsi d’un prêche du Saint Hiéromartyr Hilarion (Troïtski), qui était à l’époque archimandrite et professeur à l’Académie de Théologie de Moscou.

Saint Hilarion Troïtski

Au début de l’année 1919, l’Archimandrite Hilarion prêchait assez régulièrement dans les paroisses et les monastères moscovites. Dans l’une des églises du Monastère de l’Ascension, celle de l’atelier du monastère, dans son homélie, qui ne contenait aucun appel de type politique, l’Archimandrite Hilarion évoqua les anciens partis des sadducéens et des pharisiens, et rappela que «pour être bienheureux, l’homme devait vivre selon les lois divines et combattre le péché». Le rappel de ce contexte biblique, et l’appel à vivre selon les lois établies par Dieu incitèrent des ouvriers acquis à l’esprit révolutionnaire à écrire… une lettre dénonçant l’Archimandrite Hilarion. La dénonciation des ouvriers de cette usine entraîna une procédure pénale. Le 10 mars 1919, l’Archimandrite Hilarion (Troïtski) fut arrêté. Lire la Suite