Dans les trois textes ci-dessous, Saint Jean de Kronstadt précise différentes facettes de la nature et la fonction de l’Église. Le premier texte, repris aux pages 360-361 du recueil «Je prévois la Restauration d’une Russie Puissante»1 , est extrait de l’homélie prononcée en 1899 à l’occasion de la fête du Saint Apôtre André, le Premier Appelé, le second, repris de la page 439 du même recueil, est extrait du journal de Saint Jean de Kronstadt, consacré aux années 1905-1906. Le troisième texte est repris de la page 10 du «Journal de l’année 1864» du Saint Batiouchka Jean2 . Quelques lignes du Batiouchka de toute la Russie, pour prendre du recul par rapport à l’écrasante actualité…

L’Église est la véritable porteuse de la Vie de Dieu, de la rédemption, de la réconciliation avec Dieu. Elle est porteuse de la sainteté, de l’incorruptibilité, de la force de Dieu qui se manifeste sans cesse et agit à travers les hommes qui lui sont fidèles. Elle concourt à la réalisation de miracles salutaires qui incessamment s’accomplissent parmi les croyants.
Dites, vous les fidèles enfants de l’Église, et vous, les renégats, où trouverez-vous la consolation, où trouverez-vous la réconciliation de vos âmes pécheresses et troublées avec Dieu, sinon en l’Église? Où nos âmes se régénèrent-elles? Dans l’Église. Où les péchés sont-ils pardonnés? Dans l’Église. Sans l’Église, il n’y a pas de pardon. Où, sinon dans l’Église, trouverez-vous le Corps et le Sang du Christ Dieu, cet Aliment vivificateur qui nourrit et donne force à vos âmes et à vos corps? D’où nous viennent cette aide permanente et la consolation que nous recevons au milieu de nos afflictions, de nos maladies, de tous nos problèmes et en toutes circonstances ? De l’Église. Qui est notre guide infaillible et fiable sur le chemin de notre salut? L’Église. Qui vainquit et vainc aujourd’hui, confondit et confond encore les hérésies, les schismes et les sectes, et les vaincra jusqu’à la fin des siècles? L’Église que Dieu nous donna en tant que véritable porteuse de Sa vérité et contre laquelle ne prévaudront pas les portes de l’enfer (Mat.16,18). A qui Dieu a-t-Il dit: «Je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront résister ou contredire» (Lc. 21,15)? A Ses vrais fidèles, ceux qui appartiennent à l’Église. Où reposent les merveilleuses reliques incorruptibles, les os des saints, qui témoignent de la vie immortelle et divine des hommes qui accomplirent leur exploit ascétique dans ces corps sans corruption? Dans l’Église. Où trouvons-nous chaque jour la lumière, la nourriture, la consolation et le contentement spirituels qui nous permettent de vivre pleinement en notre esprit et notre corps? Dans l’Église. Qui nous donne et nous donnera la force de vaincre tous les ennemis du salut? L’Église. Qui donna à notre patrie les glorieuses victoires contre tous ses ennemis au cours du siècle dernier et au début de celui-ci? Nos parents et ancêtres n’avaient-ils pas la foi? N’était-ce pas sous la bannière de l’Église qu’ils partirent au combat? Souvenez-vous de Saint Serge de Radonège qui bénit Saint Dimitri Donskoï avant la bataille contre les Tatares, et lui prédit sa victoire sur ces derniers.

* * * * * * * *

 O, Église de Dieu, sainte, catholique, apostolique! Comme tu es grandiose, sage, juste et salvatrice! Quel corps grand, miraculeux, merveilleux, quel ensemble grandiose: sa tête, c’est le Christ Lui-même, «Il est la tête du corps de l’Église» (Col.1,18), son timonier, c’est l’Esprit Saint, la Toute Sainte Mère de Dieu dirige l’édifice mental de l’Église, et vient ensuite l’assemblée sans nombre des Anges et de tous les justes. Quelle merveilleuse multitude! Quelle assemblée digne de vénération!

* * * * * * * * *

O, quelle noblesse que la nôtre! Nous formons l’Église de Dieu, le troupeau de Dieu, la maisonnée de Dieu; nous sommes les enfants de Dieu. Et qui donc est la Tête de cette Église? Le Christ Lui-même. Le Principe de la restauration en nous de l’image divine, c’est la Très Sainte Mère de Dieu; Elle est de notre lignée et non de celle des Anges. Notre fondement ce sont, après le Seigneur, les apôtres, les prophètes, les saints hiérarques, les martyrs, les saints moines, les justes et tous les saints. Voilà ce en quoi nous constituons une communauté céleste. Et sur terre, nous formons communauté avec les patriarches, les métropolites, les archevêques, les évêques, les archimandrites, les higoumènes, les hiéromoines, les archiprêtres, les prêtres, les diacres et toute l’assemblée des laïcs.
Chérissons la noblesse de notre Église, noblesse spirituelle et divine, et vivons cette noblesse dans la pureté et la sainteté.
Traduit du russe

  1. Святой праведный отец Иоанн Кронштадтский. « Я предвижу восстановление мощной России », Москва Институт русской цивилизации 2012
  2. Праведный Иоанн Кронштадтский, Дневник. Том VI. 1864 г. издательство Булат, Тверь 2009