Une fois n’est pas coutume, mais les circonstances rares générées par le projet d’élaboration, en Petite Russie et aux alentours, d’un pseudo-exarchat rassemblant des schismatiques de tous bords sous l’égide du Patriarcat Œcuménique, ont tendance à faire sortir les Orthodoxes de leurs gonds, même ceux qui, comme moi sont des Chrétiens Orthodoxes membres d’une Métropole « grecque » d’Europe occidentale, dépendante du Patriarcat Œcuménique. Sortons donc de nos gonds et cette fois, l’habituelle traduction sera remplacée par une petite revue des publications récentes sur le web, légèrement commentée.

Tout d’abord, notons que la provocation d’une nouvelle « Église autocéphale » s’est transformée subrepticement mais rapidement en un nouvel « exarchat » sous l’omophore de Constantinople, au grand dam, sans doute, de l’ex-clerc Philarète. Cela ressemble à un plan soigneusement mûri. Notons ensuite que tout cela coïncide avec l’assassinat récent du Président de l’ex-République Populaire de Donetsk, (devenue Malorossia en 2017) Alexandre Zakhartchenko, qui aurait vraisemblablement pu jouer un rôle dans certains développements de la situation.

Restons en Petite Russie avec Le Journal d’un Orthodoxe Ordinaire, puisque Gogol était malorussien, avec « Bon ! Eh bien, on relira un peu Gogol… » : « Certaines gens ont la rage de faire des vilenies à leur prochain, souvent sans aucune raison. Un monsieur haut gradé, des plus décoratifs, plaque à la poitrine, vous serre la main, vous tient des propos élevés, pour aussitôt vous faire en public une crasse, une crasse plus digne d’un gratte-papier que d’un monsieur portant plaque à la poitrine et tenant des propos élevés ; vous demeurez stupide, et ne pouvez que hausser les épaules. » Lire la suite sur le site.

Nous avions proposé il y a peu une analyse de la situation par Vladika Théodose, Vicaire de Sa Béatitude Mgr Onufre :  « Ukraine: le repentir plutôt que l’autocéphalie comme méthode de guérison du schisme »  « Vladika, une première question, très importante dans le contexte du jubilé qui vient de se dérouler et des événements intervenus ces derniers temps concernant l’Église Orthodoxe d’Ukraine : Le lien entre l’Église d’Ukraine et le Patriarcat de Moscou sont-ils réellement profonds, historiquement et du point de vue actuel? Concrètement, les Églises d’Ukraine et de Russie sont-elles des Églises différentes, presque antagonistes, comme disent les schismatiques?» Lire la suite sur le site.

Sur le site Russie Politics, de Carine Bechet Golovko, particulièrement recommandable pour ses analyses de la situation politique en Russie :  L’Ukraine au bord d’une guerre de religion qui semble servir certains intérêts   : «Le rythme des agressions contre l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou s’est accéléré depuis le Maïdan en 2014. En 4 ans, 50 églises ont été transférées par la violence et en toute illégalité du Patriarcat de Moscou à L’Église renégate de Filaret. En ce sens, les démarches du Patriarche de Constantinople ne peuvent qu’aggraver la situation, ce que vient de démontrer cette dernière prise par la violence, hier, de l’église orthodoxe de la région de Ivano-Frankovsk, faisant plusieurs blessés au passage. Dans tous les cas de ce genre, l’on note une collusion entre le groupe extrémiste Secteur droit, les forces de l’ordre et les renégats. Et aucune réaction sérieuse de la communauté internationale, qui laisse ces crimes se dérouler dans la plus grande indifférence. A moins que cela ne corresponde à certains intérêts». Lire la suite sur le site.

Orthodoxologie propose la traduction d’une analyse de Dimitry Marchenko,  journaliste, rédacteur du portail « Vie Orthodoxe » («Православная жизнь»), qui vit à Kiev :  Dimitry Martchenko : L’Ukraine au seuil de la catastrophe: ce que veulent vraiment les combattants de l’autocéphalie  :     «Les initiatives douteuses du Phanar en Ukraine deviennent de plus en plus déroutantes ; mais le Patriarche Bartholomée est-il vraiment libre dans ses actions ?
Dans de nombreuses publications consacrées à l’autocéphalie ukrainienne et aux Tomos correspondants, l’idée est exprimée que le Phanar, dans le but d’affirmer sa domination et son exclusivité dans le monde orthodoxe, a décidé de profiter d’une situation opportune en Ukraine, en l’utilisant comme une occasion de se déclarer « chef canonique » de toute l’orthodoxie ukrainienne, comme un leader « qui viendra et remettra de l’ordre »[1]. C’est précisément cet « ordre » que, selon lui, l’Église orthodoxe russe n’a pas été en mesure d’apporter sur son territoire canonique depuis plus de 25 ans.» Lire la suite sur le site.

Parlons d’Orthodoxie, blog de discussion du diocèse de Chersonèse du Patriarcat de Moscou titre « Le Grand Jeu anti-orthodoxe » son analyse qui résume les points-clés de la situation : «La manœuvre de Constantinople apparaît très astucieuse : soumis à une très forte pression nord-américaine pour, selon eux, « libérer l’Église ukrainienne de la main mise russe », il n’accorde pas l’autocéphalie aux juridictions schismatique (pseudo-patriarcat de Kiev/PK et Église orthodoxe autocéphale ukrainienne/EOAU aussi appelée ‘Église ukrainienne autocéphale’ (1)), mais va susciter la formation d’une nouvelle entité sous son obédience directe». Lire la suite sur le site.

Saint Materne avait proposé, moins récemment, mais très opportunément un rappel de la Grande Duchesse Maria Vladimirovna de Russie  : Le pouvoir dans l’Église et le schisme actuel «Les Canons qui confèrent à l’Église de Constantinople certains pouvoirs d’arbitrage des différends et de coordination des diverses fonctions dans l’Église découlent entièrement de conditions qui n’existent plus depuis plus de 500 ans.» Lire la suite sur le site.

Sous le titre Des prières pour monseigneur Onuphre , Chroniques de Pereslavl mettent en avant la noble personne de Vladika Onuphre, mais proposent également une réaction venant de la Sainte Montagne, celle du Père Higoumène du Monastère de Saint Paul qui soutient sans équivoque la pleine canonicité de l’Église Orthodoxe d’Ukraine dirigée par Vladika Onuphre. La rareté des réactions venant de l’Athos nous laisse un certain sentiment d’amertume. Pardon, Seigneur… «La situation générale dans notre monde se dégrade à vitesse vertigineuse. Outre la situation écologique absolument, fantastiquement désastreuse, il n’est pas de jours sans viols, coups de couteaux ou lynchages en Europe, de la part d’envahisseurs que tout encourage à se conduire comme des cochons, ou plus simplement, comme des pirates, comme les Huns, les Turcs, les Mongols, les Sarrazins. Seulement autrefois, les seigneurs mouraient pour nous, aujourd’hui, ce sont eux qui nous livrent. Quoique en l’occurrence, le mot de «seigneur» est beaucoup trop noble pour la bande d’usuriers, de mafieux et de pervers à l’œuvre de façon transnationale.» Lire la suite sur le site.

L’information fournie par les articles ci-dessus quand à l’inexorable montée de la violence engendrée par la mise en œuvre de la décision en cause et l’effroyable sentiment de division qui en découle rend absolument stupéfiant et surréaliste le titre de l’article proposé par Orthodoxie.com : Le patriarche œcuménique : « Nombreux sont ceux qui me prennent pour cible, mais j’ai la conscience tranquille ». «Recevant le jeudi 27 septembre, au Phanar, le métropolite de Patras, Chrysostome, et un groupe de fidèles de son diocèse, le patriarche œcuménique Bartholomée a évoqué le droit et le devoir du patriarcat œcuménique de proclamer l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine». Lire la suite sur le site.

Comment peut-on avoir la conscience tranquille en pareilles circonstances, quand les combats ont commencé, quand s’annonce le pillage, quand l’ennemi s’active avec rage… avoir la conscience tranquille… Et le sang, s’il coule, sur qui retombera-t-il?

Avons-nous prié suffisamment depuis des années? Prions-nous suffisamment? Notre cœur saigne-t-il pour nos frères et sœurs de Petite Russie, de Syrie, d’Irak, d’Égypte, de Chine et de tous les endroits où ils sont persécutés? Puissent les prières de la Très Sainte Mère de Dieu, l’intercession et les torrents de larmes de tous les Saints et nos faibles prières être entendues par notre Seigneur Jésus Christ et la paix ramenée dans les foyers de discorde et particulièrement dans l’Église une, sainte catholique et apostolique… Amen