Ma Vie avec Geronda Joseph (1)

ma-vie-livreLe livre de Geronda Ephrem de Philotheou «Mon Geronda Joseph, l’Ermite et Hésychaste» fut publié en 2008 à Athènes. Cette publication constitua un véritable événement dans la vie spirituelle des Orthodoxes grecs. Il fut lu pendant le repas dans tous les monastères de Grèce. En 2011, avec la bénédiction de Geronda Ephrem, le livre fit l’objet d’une traduction, ou plutôt d’une adaptation en russe, et y furent intégrés de nombreux éléments qui n’avaient pas été inclus dans la version originale. (Le livre russe ne porte d’ailleurs pas le même titre que le livre grec, et son organisation en chapitres est différente). Le texte lui-même du livre est la transcription des enregistrements de récits et souvenirs narrés par Geronda Ephrem à ses enfants spirituels. La Lorgnette de Tsargrad propose la traduction d’extraits de la version russe du livre, qui s’intitule «Ma Vie avec Geronda Joseph» (Моя жизнь со Старцем Иосифом).

Chapitre Premier. Dans le Monde.
geronda-joseph-lhesychastePendant les premières années de la catastrophique occupation allemande, alors que j’avais arrêté d’aller à l’école pour pouvoir travailler, un hiéromoine de la Sainte Montagne vint à Volos desservir une des deux églises paroissiales des zélotes vieux-calendaristes. Son père spirituel était Geronda Joseph l’Hésychaste, comme il l’appelait. Ce hiéromoine athonite devint pour moi un précieux conseiller, une aide dans la vie spirituelle. Je lui demandai d’être mon père spirituel et grâce à ses conseils et à ses récits, je ressentis bientôt combien mon cœur s’éloignait du monde et aspirait à la Sainte Montagne. Quelque chose de particulier brûlait en moi quand il me narrait la vie de Geronda Joseph, et en moi s’enflamma la prière de pouvoir faire rapidement sa connaissance. Je tentai, pour autant que cela fût accessible à un enfant, de mener un combat ascétique et, âgé, de quatorze ans, décidai de devenir moine. Mon père spirituel, Ephrem, me dit «Yannakis, tu ne pas encore devenir moine, tu es encore trop jeune. Grandis encore un peu, alors nous verrons». Lire la Suite

Métropolite Athanasios : A propos de Geronda Joseph l’Hésychaste

COE Métropolite AthanasiosLe Métropolite Athanasios de Limassol partage, dans son livre «Le Cœur Ouvert de l’Église», publié en 2016 par les Éditions du Monastère de la Sainte Rencontre à Moscou, l’immense trésor de l’expérience spirituelle qu’il a accumulée au cours des six décennies de sa vie, dans sa prière, au contact de ses frères et sœurs en Christ, et surtout auprès des saints de notre Église qu’il a eu la grâce de rencontrer. Dans le texte ci-dessous, Monseigneur Athanasios présente Geronda Joseph l’Hésychaste, il s’agit de la traduction des pages 17 à 23 du livre précité.
Geronda Joseph l’Hésychaste est un saint homme qui joue un rôle important en ces temps modernes. Sa présence sur la Sainte Montagne où il vécut constitue pour l’Église un trésor inestimable. Geronda Joseph l’Hésychaste fut le geronda de mon geronda, Joseph de Vatopedi ; il est notre ‘grand-père spirituel’ comme on dit dans le langage monastique.
geronda-joseph-lhesychasteCe grand Saint qui vécut sur l’Athos naquit sur l’île de Paros au début du siècle passé. Quand l’Ancien Joseph était encore bébé, à l’heure de la prière, sa mère, qui était une sainte femme (plus tard elle reçut, elle aussi, la tonsure monastique) eut la grâce d’une vision angélique. L’ange apparut dans la pièce, avança vers l’enfant et se mit à le démailloter, afin de l’emporter. La mère lui demanda «Mais que fais-tu ? Tu veux enlever mon bébé?» L’ange répondit «Oui j’emmène le bébé avec moi. C’est un ordre d’en haut». Il lui remit alors une médaille en or et partit avec l’enfant. Ce fut une prémonition du futur chemin emprunté par l’ancien.

Geronda Joseph en 1930
Geronda Joseph en 1930

Quand le futur geronda grandit, il déménagea à Athènes. Il y travailla et pratiqua la boxe, car physiquement, il était très costaud. A environ vingt  ans, suite à la lecture de la vie des saints, il décida de se consacrer à Dieu. Ayant entendu parler de la Sainte Montagne, il se proposa d’y aller. Toutefois, avant de réunir les conditions lui permettant de mettre son projet à exécution, et de trouver un moyen de s’y rendre, il avait commencé à mener une vie ascétique, jeûnant sévèrement et participant aux vigiles, offices et liturgies nocturnes qui étaient habituels à cette époque à Athènes. Il alla jusqu’à s’établir au sommet d’un arbre, à l’image des stylites ; il avait lu leurs vies et dans son zèle d’adolescent, il était convaincu qu’il devait les imiter. Il finit par faire la connaissance d’un moine de la Sainte Montagne, et partit avec lui pour l’Athos.
Dès son arrivée, il se lança au plus profond de la Sainte Montagne, dans le désert, où il devint novice auprès d’un ancien très simple et brûlant de zèle. A cette époque, le futur geronda Joseph se lia avec le Père Arsenios, un homme bon, natif du Pont.

Geronda Joseph et Geronda Arsenios
Geronda Joseph et Geronda Arsenios

Jeunes moines, ils n’avaient pas de lieu de vie fixe et voyageaient sur l’Athos, s’installant là où ils arrivaient, d’habitude dans des monastères proches du sommet de l’Athos, à proximité de la Grande Laure. Ils allaient de grotte en grotte, d’église en église, pratiquant l’ascèse de la prière ininterrompue. Ils se nourrissaient d’environ 80 grammes de pain sec par jour, et buvaient de l’eau. Rien de plus. En chemin, le Père Joseph interdisait au Père Arsène de discuter afin de pratiquer la prière sans s’interrompre. L’ancien menait un combat dépassant les forces humaines. Pendant huit ans, il fit l’expérience d’attaques féroces des démons, souffrant le martyr jour et nuit. Il endurait la lutte spirituelle dans la douleur et les larmes, le jeûne le plus strict et les veilles nocturnes en prière. Pendant les huit années de cette effroyable lutte, il ne dormi pas une seule fois dans un lit ; il restait assis sur un petit banc et sommeillait en priant. Au bout de ces huit années, la lutte prit fin et la paix s’installa en son cœur.
Dans les moments où Geronda endurait ces attaques démoniaques, le Seigneur le consolait en le visitant de sa grâce. Une nuit, alors que Geronda était plongé dans ce terrible combat, il en vint à n’être plus capable de se tenir debout. Le désespoir le saisit et il se mit à pleurer, criant : «Seigneur une guerre pareille ne va-t-elle pas briser toute volonté humaine?» Il pleurait car il n’avait plus de force en lui. Il entendit alors une voix lui disant : «N’est-ce pourtant pas pour Mon Amour que tu endures tout cela?» Et instantanément, il reçut force et patience. Une autre fois, la veille d’une grande fête, Geronda (qui à cette époque ne participait pas aux offices des fêtes afin de ne pas interrompre sa prière), seul dans sa kaliva, priait en pleurant de ne pouvoir ni participer à la liturgie ni communier. Il priait en son cœur et soudain, comme il le décrit lui-même, l’endroit où il se trouvait fut illuminé et un ange apparut avec la Saint Coupe, lui dit : «Avec crainte de Dieu, foi et amour, approchez!», puisa dans le Saint Calice une parcelle du Corps du Christ et lui offrit la communion. Ceci signifie donc que Geronda a reçu la Saint Communion des mains d’un ange !
Une autre fois, lors de la Théophanie, il veillait et priait quand la Sainte Trinité lui apparut. Geronda reçut la visite de trois jeunes adolescents, âgés de pas plus de dix ans, de même taille, au même visage, aux mêmes vêtements. Geronda était stupéfait et ne pouvait détacher son regard de cette vision. Tous trois le bénirent en même temps et chantèrent «Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, Alléluia!».

Une nuit, ce fut la Très Sainte Mère de Dieu elle-même qui vint rendre visite à Geronda dans sa chapelle dans la grotte, alors qu’assailli par les afflictions et les tentations, il pleurait et suppliait la Très Sainte Mère de Dieu de lui venir en aide. La Mère de Dieu se tint alors devant lui, avec l’Enfant Jésus dans ses bras, et elle lui parla : «Ne t’ai-Je pas dit de mettre ton espoir en Moi ? Pour désespères-tu?» Geronda tomba à genoux et se remit à pleurer.  Alors, la Mère de Dieu lui dit : «Mets ton espoir en moi et ne perds pas courage. Et maintenant, viens, et prends le Christ». Et Elle lui donna l’Enfant. Geronda tremblait tellement et était si troublé qu’il n’osait prendre l’Enfant. Et c’est alors le Christ Lui-même qui quitta les bras de Sa Mère et vint sur les bras de Geronda, le regardant à trois reprises. Depuis ce jour, l’endroit où la Mère de Dieu se tint et parla à Geronda Joseph est saturé d’un parfum merveilleux, et ce, bien que Geronda soit mort depuis longtemps et que ces lieux soient inhabités. Je souhaite souligner que toute la grâce que portait Geronda, de même que son don de la prière du cœur ininterrompue, il les reçut de la Très Sainte Mère de Dieu.
Geronda Joseph décéda à l’âge de soixante et un an. Quelques semaines avant sa mort, il fut averti de ce que sa vie sur terre touchait à sa fin. Ce fut à nouveau la Mère de Dieu qui vint à lui et dit «Je vais te prendre avec Moi le jour de Ma fête». Geronda s’attendait donc à mourir le jour de la Dormition de la Mère de Dieu. Et effectivement, sa santé se mit à décliner progressivement. Il se rendit pour la dernière fois aux offices de la fête de la Dormition et chanta avec les moines. Au moment de communier, il dit : «Comme viatique pour la Vie éternelle» (N.d.T. Première prière de Saint Basile le Grand dans le Canon de la Sainte Communion). Ses derniers mots furent : «Tout est terminé, je m’en vais. Je pars. Bénissez». Et il remit son âme entre les mains de Celui auquel il aspirait depuis sa jeunesse. Les hommes de Dieu possèdent un certain pouvoir, pendant leur vie et après leur mort, dans la mesure où leur vie surpasse les possibilités humaines. Ils atteignent la vie de l’autre monde, le monde de la grâce. Après la mort de Geronda, il se produisit de nombreux événements, des miracles et des apparitions, témoignant de la sainteté de cet homme.

Il est notre grand-père spirituel ; demandez sa prière, il fait preuve d’une grande audace devant Dieu. Il est extraordinaire que Geronda ait annoncé qu’à travers quatre de ses disciples, la sainte Montagne toute entière allait se remplir de moines. Aujourd’hui, à partir des graines semées par Geronda Joseph l’Hésychaste, ont germé plus de sept cents moines et moniales. Vingt monastères aux États-Unis, six sur l’Athos et de nombreux autres en Grèce et à Chypre considèrent Geronda Joseph comme leur ancêtre-fondateur spirituel.
geronda-joseph-fraterniteIl est possible de décrire en quelques mots l’enseignement de Geronda. En premier lieu, en ces temps d’errements théologiques et de déchéance spirituelle, Geronda a restauré les fondements de l’enseignement de la prière du cœur. La notoriété dont jouit aujourd’hui dans le monde la prière du Cœur, la prière de Jésus «Seigneur Jésus Christ, aie pitié de moi», nous en sommes redevables à Geronda Joseph et à ses disciples, Geronda Ephrem de Philotheou (N.d.T. On l’appelle plus couramment de nos jours Geronda Ephrem d’Arizona), Geronda Joseph de Vatopedi, Geronda Charalampos et Geronda Ephrem de Katounakia. Tous ont enseigné la prière de Jésus tant aux moines qu’aux laïcs. Par ailleurs, Geronda Joseph l’Hésychaste parlait de la nécessité de revenir à la communion fréquente aux Saint Mystères du Christ. Certains théologiens considèrent que la communion fréquente est une hérésie. Un des succès de Geronda fut le retour des moines et des laïcs à la communion fréquente.
Le trait le plus caractéristique de Geronda et de son ascèse consista en ce qu’il conserva toujours le zèle de ses débuts. Du premier jour où il posa le pied sur le sol de la Sainte Montagne jusqu’à son dernier souffle, il préserva un zèle inextinguible. Jamais il ne se laissa aller au moindre compromis avec le péché, avec la transgression de la volonté divine. Geronda Sophrony (Sakharov) d’Essex connut Geronda Joseph, et il racontait que la première fois qu’il le vit, Geronda Joseph lui donna l’impression d’être en guerre. Il était un homme tellement courageux qu’il ne reculait devant rien. Une âme aussi puissante, on la distingue immédiatement, même en regardant seulement une photo de lui.
Les Saints de notre Église ne sont pas morts. Ils vivent. Ils sont autour de nous, tout près, et ils nous soutiennent. Je souhaite que leurs prières nous accompagnent et nous protègent tous.
Traduit du russe.