Paroles de Batiouchka (3)

Qui est ce «batiouchka», qui est le Père Kretchetov? Né en avril 1937, Valerian Kretchetov, prêtre de village, est le prédicateur le plus âgé de l’Éparchie de Moscou. Il naquit dans une famille orthodoxe très pratiquante. Dès son jeune âge, il vécut dans l’Église, et même dans l’église. Il apprit le slavon dès l’âge de cinq ans, en même temps que le russe. Son père, Mikhaïl Valerianovitch, devint prêtre à cinquante ans, après avoir été interné aux Solovki et ensuite enrôlé au front lors de la Grande Guerre Patriotique, et un des frères de Batiouchka Valerian devint également prêtre. Marié, ingénieur forestier de formation, l’Archimandrite Valerian est père de sept enfants, dont un prêtre, et grand-père de trente quatre petits enfants. Il fut ordonné diacre en novembre 1968, et prêtre en janvier 1969. En 1974, il succéda au hiéromoine Seraphim (Sergueï Orlov), dont il fut fils spirituel, comme recteur de l’église du Pokrov, au village d’Akoulovo, dans la région de Moscou
Il fréquenta les plus grands starets pendant des dizaines d’années et accomplit dix-huit séjours sur l’Athos. Une quinzaine de livres ont été édités en Russie, reprenant ses prédications, les entretiens multiples qu’il a accordés, ses homélies et ses interventions devant des groupes très divers. Dans la série «Paroles de Batiouchka» seront proposés des passages, parfois très courts, parfois plus longs, traduits des livres précités. L’une ou l’autre traduction d’articles plus conséquents, parus sur des sites russes viendra sans doute compléter le tableau.

Extrait des «Entretiens au Pokrov d’Akoulovo», pages 33 et 34 .

Le livre dont l’extrait est tiré

[Le Père Kyrill Pavlov] adoptait une attitude importante, vis-à-vis des problèmes autour desquels on s’affronte aujourd’hui. Il y avait, par exemple, la question des nouveaux passeports. On lui demandait : «Batiouchka, devons-nous accepter les nouveaux passeports?». Il ne répondait pas de façon abrupte en disant, par exemple «ne les prenez pas!» En aucun cas il ne parlait négativement. Il disait calmement : «Bien sûr, les anciens sont mieux». Il continuait d’un ton paisible :«Ils sont de loin meilleurs que les nouveaux». Ce qui est nouveau, on ne sait pas comment ça peut tourner. Lire la Suite

L’Archimandrite Georges. Mes rêves devinrent réalité.

L’Archimandrite Georges (Evdatchev) raconte sa vie, marquée par la Providence divine. Il est le Supérieur du Monastère Saint Georges à Mechovsk, dans l’Oblast de Kalouga. Le texte original, préparé par Madame Olga Rojniova a été mis en ligne sur le site Pravoslavie.ru le 18 juillet 2019, sous le titre «К нам нельзя – доктор Ген молится»,или Как сбываются мечты. Toutes les photos proviennent du site Pravoslavie.ru.

Madame Rojniova

Invitée au Monastère Saint Georges de Mechovsk, je ne puis m’empêcher d’admirer ce merveilleux endroit. L’église est un bijou et elle recèle tant d’objets sacrés. Comment imaginer que l’Archimandrite Georges (Evdatchev), le supérieur du monastère a commencé à le restaurer en partant quasiment de rien. Quand il arriva, voici vingt ans, ici s’étendaient des pâtures et s’élevaient des morceaux épars de carcasse d’églises dévastées. Et à cette époque, la communauté des frères manquait souvent d’argent même pour acheter de quoi se nourrir.Aujourd’hui, une multitude de pèlerins vient au monastère y chercher la nourriture spirituelle, et les enfants des pèlerins peuvent se réjouir à la vue des nombreux animaux du monastère : paons, autruches, cerfs, yaks, écureuils et oiseaux.
Ce n’est pas en vain que le supérieur du monastère termina le cycle d’études de l’Académie vétérinaire Skriabine à Moscou. Ici, on est plutôt habitué aux vaches et aux poules, et tant les moines que les hôtes peuvent manger des œufs et des produits laitiers les jours non-jeûnés. On m’accueille avec joie. L’Archimandrite Georges s’occupe lui-même de rissoler des pommes de terre. Ici, on ne lésine pas sur les pommes de terre. D’après un des frères, batia1 (c’est ainsi qu’ils appellent le supérieur) prépare également un excellent borchtch. Après le repas, les frères se dispersent; chacun se consacrant à son obédience, et nous écoutons les récits du supérieur.

La Divine Providence

Quand je tourne mon regard vers les années que j’ai vécues, je distingue clairement la Providence Divine qui me guida dans la vie, et grâce à laquelle je me trouve ici, maintenant, au Monastère Saint Georges de Mechovsk. Lire la Suite