L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (6)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la sixième et dernière partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

Le Père Jean jouissait du don des larmes. On pouvait souvent le constater lorsqu’il célébrait la Divine Liturgie, pendant sa prière intérieure de repentir et lors de ses contemplations spirituelles. Ces larmes, disait-il n’endommageaient pas sa vue. «Toi, Seigneur, Tu as voulu que je ne craigne pas de verser devant Toi des larmes de repentir et de tendresse, car elles n’affaiblissent pas, mais purifient et renforcent ma vue. Les larmes de ce monde, larmes de tristesse terrestre affaiblissent et finissent par aveugler complètement l’homme qui pleure abondamment, mais les larmes de grâce produisent l’effet contraire. Pour cela et pour tout ce qui est bon, gloire à Dieu». Lire la Suite

Geronda Grigorios de Dochiariou. «Ne soyez pas des poules mouillées» 1/2

Traduction d’un texte préparé par Madame Olga Orlova et publié le 30 octobre 2018 sur le site Pravoslavie.ru. Il propose un portrait vivant de l’ancien higoumène du saint Monastère de Dochiariou, sur le Mont Athos. Geronda Grigorios est parti rejoindre la foule des saints moines qui chantent éternellement les louanges du Seigneur au pieds de Son trône, la nuit du 22 au 23 octobre 2019. Voici la première partie du texte, la seconde suivra.

Aujourd’hui, neuf jours se sont écoulés depuis que Geronda Grigorios (Zoumis), le supérieur du Monastère de Dochiariou sur la Sainte Montagne repose dans le Seigneur. Le père spirituel du Monastère Dimitri Donskoï de Moscou et d’autres hommes qui le connurent de près se souviennent de Geronda.

Leçons à nos contemporains. (Alexandre Artamonov, sacristain, Moscou)
-Je me souviens être allé un jour à Dochiariou. Geronda Grigorios était assis, comme toujours entouré de chiens. Un cercle plus large mais guère plus éloigné réunissait des pèlerins assis, des Russes, des Ukrainiens. Geronda menait la conversation. Soudain, il lève son bâton, et donne un coup sur l’épaule de l’un des hommes assis… «Un fameux gaillard!» Ce dernier, ébahi : «Qu’est-ce que j’ai fait de travers ?» Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (5)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la cinquième partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

La Cathédrale Saint André à Kronstadt

Quand il était jeune, le Père Jean ne pouvait étudier qu’au prix de grandes difficultés, mais ses prières d’enfant en larmes adressées au Seigneur lui ouvrirent l’esprit, et lui permirent de terminer en tête le cycle des études du Séminaire et d’entrer à l’Académie de Théologie de Saint-Pétersbourg en qualité de boursier. A la même époque, Batiouchka vit en songe une église dans laquelle quelqu’un le guidait. Lorsqu’il fut affecté à Kronstadt en qualité de prêtre, et qu’il entra pour la première fois dans la Cathédrale Saint André, il fut extrêmement surpris de ce que c’était précisément ce lieu qu’il avait vu dans son rêve. Le début de la vie à Kronstadt ne fut guère favorable aux labeurs pastoraux du Père Jean. Il s’installa entouré d’une famille nombreuse, dans un appartement exigu. Ces conditions devaient manifestement gêner la concentration spirituelle, mais Batiouchka parvint à développer en lui la pensée de Dieu dans pareilles conditions : lorsque prier y devenait difficile, il sortait et marchait jusqu’aux confins de la ville afin de contempler le Seigneur, isolé en pleine nature. Parmi les premières mesures pastorales qu’il adopta, le Père Jean se fixa la tâche de célébrer la Liturgie quotidiennement. Mais dans la mesure où le clergé local comptait plusieurs prêtres, la mise en œuvre de ce souhait s’avéra malaisée. Il dût demander la permission de célébrer, et certains de ses confrères la lui refusèrent. Batiouchka se sentit plus libre en devenant remplaçant. L’humeur de Batiouchka l’inclinait toujours vers la contemplation spirituelle. Lorsqu’il était encore jeune, quand il entrait dans l’église et qu’il en sortait, il tournait le regard vers les cieux et élevait les mains comme pour prier. Surprise par ce comportement, la foule était prête à considérer ce prêtre comme anormal. Mais cela ne se confirma pas, même parmi les autres prêtres qui concélébraient en la cathédrale. Au début de son activité pastorale, son dynamisme parut si inhabituel que sa hiérarchie le fit appeler à plusieurs reprises afin de recevoir des explications, et était prête à limiter cette activité, mais le Seigneur Dieu Lui-même protégeait Son élu des injustices et de la répression inutile, amenant progressivement tous les opposants à prendre conscience de la justesse du luminaire de Kronstadt. Lire la Suite

Le Starets Nicolas voulait la glorification du Tsar Nicolas II.

Le texte ci-dessous est la traduction d’un chapitre intitulé ‘Le Starets Nicolas vénérait les Strastoterptsy impériaux’ aux pages 72 à 76 du livre de Madame Liudmila Iliounina, «Le Starets Archiprêtre Nicolas Gourianov. Vie, Souvenirs. Correspondance» (Старец протоиерей Николай Гурьянов: Жизнеописание. Воспоминания. Письма), paru aux Editions Synopsis, en 2018 . Cet ouvrage récent consacré au Starets Nicolas nous permet de faire amplement connaissance avec celui-ci et sa longue vie de pasteur de l’Eglise du Christ au cours du XXe siècle tourmenté en Russie (Il naquit en 1909) . Sa biographie et sa spiritualité y sont richement décrites. Le chapitre traduit rappelle le rôle que remplit le Starets Nicolas dans le processus de glorification du Saint Tsar et de sa Famille, il souligne également que ceux-ci sont de grands saints aimés de Dieu, et il pointe le rôle que l’Oint de Dieu remplissait dans l’histoire de la Russie et du monde.

Dans la présente biographie du Starets Nicolas, nous tenons à lui adresser notre reconnaissance instante de ce que, par ses prières, auxquelles se joignirent celles de milliers de gens, en 2000, les Strastoterptsy impériaux furent glorifiés par le Synode des archevêques. Notre reconnaissance au Starets peut et doit ce manifester en ce que, suivant son exemple, nous cultivions en nous-mêmes l’esprit de vénération envers la Famille du Tsar et la compréhension profonde de l’importante signification du service rendu par les Oints de Dieu. Lire la Suite

L’Évêque Arsène (Jadanovski) de Serpoukhov: Le Père Jean de Kronstadt. (4)

Alexandre Ivanovitch Jadanovski, dont le père était prêtre, naquit dans l’Éparchie de Kharkov, le 6 mars 1874. Hésitant devant l’orientation qu’il allait donner à sa vie, il écrivit, sans trop d’espoir de recevoir une réponse à Saint Jean de Kronstadt, lui demandant sa bénédiction pour devenir moine. Il reçut une réponse enthousiaste du Saint Pasteur de toute la Russie, et fut tonsuré en 1899. Vicaire de l’Éparchie de Moscou, il fut le dernier supérieur du Monastère du Miracle, au Kremlin, à Moscou. A cette époque il lui fut donné de rencontrer régulièrement le Saint Père Jean de Kronstadt, de concélébrer avec lui, de converser avec lui. Vladika Arsène fut condamné à mort, et fusillé le 27 septembre 1937, au polygone de Boutovo, pour avoir «fondé et organisé une organisation [sic] illégale et contre-révolutionnaire de clercs monarchistes». Il a laissé de nombreux écrits, dont, son autobiographie, son journal, plusieurs écrits biographiques, et ses souvenirs du Père Jean de Kronstadt. Voici la quatrième partie de la traduction de ce texte. Les parties précédentes se trouvent ici.

La ferveur pastorale du Père Jean1

St Jean de Kronstadt

Maintenant, nous devons aborder la ferveur pastorale du Père Jean. Qui ignore encore comment il descendait dans les sous-sols et les repaires afin d’y dénicher des gens pauvres et malheureux? Qui n’a rien lu au sujet de ses innombrables, lointains et malaisés voyages à travers la Russie, auprès des malades et de ceux qui aspiraient à recevoir une consolation spirituelle? Qui n’a pas été ébahi par sa création de monastères et de nombreuses institutions de bienfaisance? Il est malaisé de décrire les multiples formes à travers lesquelles se manifestait l’activité du Père Jean. Vivre et œuvrer pour le prochain, conduire ceux-ci à Dieu, à leur salut ; c’était cela le but de toute sa vie. Pour l’atteindre, il ne tenait compte ni de son repos, ni de sa famille, ni de quelque circonstance que ce soit. Batiouchka considérait que son œuvre de pasteur lui avait été confiée par le Seigneur Dieu Lui-même; il n’avait donc pas le droit d’y renoncer ou de s’en détourner. Lire la Suite

Père, il n’y a plus ni bois pour le feu, ni argent!

Le 10 mai/28 avril, l’Église a célébré la Mémoire du Saint Archevêque Néomartyr Hilarion (Troïtski). Le texte ci-dessous est la traduction d’une lettre de la novice Maria Egorovna au sujet de l’aide miraculeuse du Saint Hieromartyr Hilarion . Cette lettre dépourvue de fioriture fut adressée en 2014 à la rédaction de Pravoslavie.ru, qui la publia sans quasi aucune modification le 26 décembre 2014. Saint Hilarion, qui joua un rôle décisif dans l’histoire de l’Église de Russie au XXe siècle, décéda en 1929 à Saint-Pétersbourg, empoisonné par les bolcheviques, alors qu’il était hospitalisé.

Bénissez!
Moi, Elena Egorovna, nommée Maria lors de mon Baptême, je veux prévenir le monde, ainsi que vous, vénérés pères, des miracles et de l’aide de notre père Hilarion (Troïtski), le Thaumaturge. En 2005, je quittai l’église et je commençai à travailler, non pour de l’argent, mais pour la gloire de Dieu. J’accomplis mon service dans un hospice à Piter1 et je logeais dans une skite pour femmes hors de la ville. Le poêle de la skite fonctionnait au bois, mais du bois, les sœurs n’en avaient plus. Les pères me bénirent pour trouver «au Nom du Christ» une charge de bois. Je me rendis sur la tombe du Père Hilarion et je dis:«Père, il n’y a plus de bois et pas d’argent; aide-nous!». Je sortis du monastère [de Novodevitchi N.d.T.] et je fis de l’auto-stop; je n’avais plus un kopeck pour payer l’autobus. Une voiture, conduite par une femme, s’arrêta. La conductrice me demanda pourquoi je faisais de l’auto-stop et si j’avais besoin d’aide. Je lui dis que je n’avais pas d’argent et que je devais acheter du bois de chauffage, mais ne savais où je trouverais l’argent nécessaire. Elle me donna quatre mille roubles et elle me reconduisit même à la skite. Lire la Suite