L’Archimandrite Athénogène. Tous les pères sont saints (6)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition). Voici la sixième partie du texte.

Le 17 février 1979 … Pendant la nuit dernière Batiouchka a parlé au sujet de lui-même : «Le Seigneur a livré mon corps aux tourments. Souviens-toi ici des prophètes, comme ils ont souffert et hérité de la vie éternelle». Le Père Supérieur propose à Batiouchka de prendre le schème, mais il a refusé, disant : «Si vous attendez une petite année et demi, ce serait bien, et si c’est la volonté de Dieu, que ce soit, sinon il y aura des obstacles. Après tout, je ne parviens plus à aller jusqu’à l’église, je ne peux même pas m’asseoir là-bas».
Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. La Très Sainte Mère de Dieu est venue (5)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la cinquième partie du texte.

Le 14 juillet 1977, il enseigna : «Vis plus simplement, comme un petit enfant. Le Seigneur est tellement aimant que nous ne pouvons l’imaginer. Bien que nous soyons pécheurs, va toujours vers le Seigneur et demande pardon. Ne sois pas découragée, sois comme un enfant. Celui-ci, quand il a brisé le vase le plus cher, il va toujours en pleurs vers son père, et le père, voyant son enfant pleurer, oublie ce vase coûteux. Il prend son enfant dans ses bras, l’embrasse, le serre contre lui et persuade son enfant de ne pas pleurer. Ainsi le Seigneur, même s’il arrive que nous commettions des péchés mortels, nous attend quand nous venons à Lui en nous repentant».
Le 29 juillet. La fête onomastique de Batiouchka s’est bien déroulée. Batiouchka lui-même présida la liturgie et le moleben. Mais il était complètement épuisé. Dans la soirée, l’Évêque Théodore (Tekouchev) est venu. Batiouchka était très content; j’ai cuit des tartes au poisson, Batiouchka en a mangé.

L’Archimandrite Ioann (Krestiankine)

Le Père Ioann (Krestiankine) est venu et il a dit: «Tu as entendu ce que le père a dit pendant le repas?» J’ai répondu: «Non». Voilà comment les choses s’étaient passées. Un bref mot a été dit par le Père responsable de discipline, puis Batiouchka a répondu. S’adressant à toute la communauté, il a dit: «Que le Seigneur vous remercie et vous sauve». Et avec les larmes aux yeux, il a prononcé les mots suivants: «je vous aime tous. Je prie pour tout le monde. Et je vous souhaite à tous d’être sauvés. Amen…». Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. Thaumaturge (4)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la quatrième partie du texte.

De façon générale, il a toujours ressenti qu’il percevait d’une manière particulièrement vive (en sa toute grande humilité) l’indissolubilité naturelle de son lien avec Dieu. Je me souviens qu’un jour, Batiouchka, assis à la table, dit soudainement : «le Seigneur m’a dit: Toi et Moi… Je suis avec toi…». J’ai immédiatement pensé: «C’est quoi cela, Batiouchka, ne serais-tu dans l’illusion spirituelle?». Habituellement, les gens ne parlent pas en effet d’eux-mêmes de cette façon. Et les moines pareils à lui s’humilient, parfois même trop. Mais cette pensée n’eut pas même le temps de se déployer en mon esprit, qu’il poursuivit immédiatement (plus tard, j’ai été convaincue à plusieurs reprises qu’il savait souvent à quoi je pensais): «Ils disent: ‘le Père Athénogène est un starets. Mais de quelle sorte? Il est juste dans l’illusion spirituelle…’» …Il était très humble et ne tolérait pas qu’on fasse ses louanges. Un jour, quand je suis venue au monastère lors des vacances d’été, il m’a même empêchée de passer le seuil de sa cellule parce qu’il avait appris que j’avais chanté ses louanges un peu plus tôt à Saint-Pétersbourg; et j’ai dû me contenter de sa bénédiction dans la cour du monastère… Lire la Suite

Métropolite Ioann (Snytchev) : Nous ne pouvons prédire

Intercession

Le texte ci-dessous est la traduction d’un article original russe d’Andreï Dolinski, publié le 02 novembre 2021 sur le site Pravoslavie.ru, à l’occasion du vingt-sixième anniversaire du décès du Métropolite Ioann (Snytchev) de bienheureuse mémoire.

Il ne nous est pas donné de prédire
La réponse à nos paroles.
Et la compassion nous est donnée
Comme nous est donnée la grâce…
(Fiodor Tioutchev)

Cette situation m’a toujours intéressé. Nous ouvrons la bouche, prononçons les mots… Et où vont-ils alors? Ils disparaissent, ou quoi? Comme s’ils n’avaient pas été? Je ne pouvais y croire. Mais enfin, quelque chose doit se produire, peut-être pas maintenant, peut-être plus tard, admettons que ce ne soit pas immédiatement. Mais c’est inéluctable! Cette conviction doit venir de quelque part… Mais ce n’est pas clair non plus: d’où?
Allons bon. Une question en entraîne une autre. Plus vous en posez, plus l’incertitude grandit: l’intonation a son importante, la proximité de l’objet, le sexe, l’âge, l’intelligence, la langue (ici, je parle en russe, mais en ukrainien alors, par exemple? Oui, et quel sorte de mot s’est envolé, un bon? Et si c’est un mauvais? Et tout cela se déverse par «tonnes» des gens, et s’en va errer de par le monde… Peut-être vaut-il mieux se taire.
J’étais en voiture, avec un ami. C’était le troisième jour de suite au cours duquel je ne mangeais pas, je ne buvais pas, je ne dormais pas, mais je ne faisais que m’occuper de lui. Je le portais pratiquement dans les bras, le calmais, lui parlais, l’accompagnais au magasin, lui préparais à manger, le mettais au lit, faisais son travail (nous étions associés). Son état était pathétique: une dépression complète, il ressemblait peu à ce Daghestan fort et puissant, qui existait encore quelques jours plus tôt. J’avais peur de le laisser seul pendant une minute, j’avais sorti de sa maison tous les objets qui piquent, coupent ou tirent, j’avais pris les clés de sa voiture et de son appartement.
Que s’était-il passé? Oui, enfin, ce n’était tout de même pas si terrible ce diagnostic de «cancer du rein». Pas une catastrophe! Il ne s’était pas fait mitrailler! Ces choses peuvent arriver tous les jours. Mais ce diagnostic a brisé mon ami une seconde après que le médecin l’ait exprimé. Et maintenant, je conduisais la voiture et, du coin de l’œil, dans l’anxiété, je contrôlais constamment celui qui était assis à ma droite. Cela ne ressemblait pas beaucoup à un homme. Je commençait à trouver ça lourd. J’ai sorti une cassette au hasard de la boîte à gants et l’ai insérée dans le magnétophone. La voix d’Oleg Skoblia résonna. Il chantait «Les cloches de la Laure». Mon ami se redressa sur l’avant du siège; il écoutait attentivement, son regard reprenait du sens. Cette chanson me plaisait aussi, mais pas au point de me faire un tel effet…
Mon ami sursauta sur le siège, en quelque sorte il se reprenait brusquement, comme s’il retrouvait vie sous mes yeux. Il écoutait, toussa et dit d’une voix rauque:
– C’est au sujet de qui cette chanson ?
Je répondis :
– Au sujet du Métropolite Ioann Snytchev. On dit que c’était un grand homme.
Une nouvelle question tomba :
– Qui chante, qui est l’auteur ?
– Un prêtre, un fils spirituel de Vladika.
– Où se trouve la tombe du Métropolite ?
– Juste à côté, à cinq minutes, à la Laure Saint Alexandre Nevski (Nous étions à Okhta)
Il continua :
– On y va.
Sans rien ajouter, je fis faire un demi-tour à la voiture.
Incompréhensible, ce qui est arrivé. Nous sommes allés sur la tombe de Vladika. Mon ami se tint longtemps devant elle, déposa des fleurs. J’ai attendu patiemment. Ensuite, nous sommes allés à l’église de la Trinité et nous avons vénéré les reliques du Grand et Saint Prince. Quelques jours plus tard, mon ami s’est fait baptiser, alla à la liturgie, après quoi l’Archiprêtre Ioann Mironov lui donna une icône de la Très Sainte Mère de Dieu «Pantanassa», bénissant l’opération. On dit que cette icône aide les patients atteints de cancer. Ensuite, mon ami, au moral complètement regonflé, a été opéré. Il oublia sa maladie, il vécu toutes les années 1990′, ce qui en soi était déjà un miracle. Et il est toujours en vie aujourd’hui. Alors je me dis ceci: le Métropolite Ioann s’en est allé auprès du Seigneur. Par amour pour lui, une chanson a été composée, que mon ami a accidentellement entendue dans un moment difficile de sa vie. Et sa vie a radicalement changé du jour au lendemain. Il lui fallait juste entendre les mots, juste les mots venant de cœurs aimants. Ou peut-être pensez-vous que c’est un accident, et les mots ne sont qu’un mugissement inutile?
Traduit du russe
Source

Mon frère Gabriel serait-il saint?

Texte publié en russe le 14 juin 2021 sur le site Pravoslavie.ru, sous le titre «Saint Gabriel (Ourguebadzé) tel que s’en souvient sa sœur Juliette», et rédigé par Constantin Tertsevadzé, qui précise «J’ai rencontré Juliette Mikhaïlovna Varyan, la demi-soeur du Starets Gabriel, en 2014, alors que je travaillais à mon premier documentaire sur Saint Gabriel. Ses souvenirs ont été publiés dans divers articles, et inclus dans les films «Le Diadème du Starets» et «Je vous attends à Samtavro».

A quel âge remontent vos souvenirs du bien-aimé Starets Gabriel ?
Mes souvenirs remontent à mon plus jeune âge, je devais avoir deux ans, mais je me souviens clairement de Gabriel depuis que le vis voler dans la cour. C’est depuis cet événement que je me souviens de lui.
Voler dans la cour?
Oui, il est arrivé en volant, bras et jambes en extension, comme des ailes. J’avais environs cinq ans à ce moment-là, et lui, douze ans. Devant cette scène, mon père se mit à pleurer amèrement, pensant que Vassiko (Gabriel) avait un problème. Personne ne le comprenait. Je me rappelle ma réaction : j’étais stupéfaite devant ce que je voyais. Deux dame très pieuses, Nina et Maro, habitaient à côté de chez nous. Elles disaient, émerveillées, et pleines de la crainte de Dieu : «Vassiko est une serviteur de Dieu, un serviteur de Dieu…».
Juliette, le Starets Gabriel avait-il des copains d’enfance? Dans la cour, parmi les voisins?
Tout le monde se rassemblait dans la cour, mais lui, il ne jouait avec personne. Il construisait des églises avec des cailloux. Il prenait un bâton, y fixait une loque et se promenait comme en procession avec un croix. Les autres enfants racontaient que lorsque Vassiko prenait un bâton et courrait, les oiseaux volaient à sa suite, alors qu’eux, s’ils faisaient de même, les oiseaux ne venaient pas. Les farces et jeux d’enfants ne l’intéressaient pas. Dire qu’il avait des copains d’enfance ne serait pas correct, mais il était parmi eux, et aimable avec eux. Il avait seulement le Seigneur en tête, et il essayait de donner de l’amour à chacun. Il aimait tout le monde. Lire la Suite

L’Archimandrite Athénogène. Avec un archange déchu. (3)

Les startsy du Monastère de la Dormition de Pskov occupent une place de choix dans l’histoire de la paternité spirituelle en Russie. Les Pères Siméon (Jelnine), Adrian (Kirsanov) et Ioann (Krestiankine), sont sans doute les plus connus en Occident. Mais celui que le Père Siméon désigna comme son ‘héritier’ et successeur, fut le Père Athénogène (Agapov 1881-1979) ce père pétri d’humilité, maigre, de petite taille, à la longévité exceptionnelle, et qui disait de lui-même: «je ne suis qu’une demi-portion d’homme». Le texte ci-dessous est la traduction du texte qui présente l’Archimandrite Athénogène (qui devint quinze jours avant sa natalice l’Archimandrite du Grand Schème Agapi) dans le Paterikon du Monastère, accessible sur l’internet. Ce texte, présenté ici en plusieurs parties, est en réalité repris du livre «Dans les Grottes offertes [établies] par Dieu» («У пещер Богом зданных») du diacre G. Malkov et de son fils Pierre. (Éditions Volnyi Strannik, Monastère de Pskov. 2019, 3e édition).Voici la troisième partie du texte.

Saint Siméon de Pskov, icône

Depuis 1960, la lourde obédience de confesseur de la communauté reposa sur les épaules du Père Athénogène. En outre, il dut commencer à exorciser les possédés. Avant lui, ce podvig était porté par un autre grand Starets, l’Archimandrite du Grand Schème Siméon (Jelnine). Peu de temps avant la mort du Père Siméon, le Père Alipi, supérieur du monastère, lui demanda qui pourrait prendre en charge les exorcismes, et sans hésiter, il répondit : le Père Athénogène. Celui-ci alla rendre visite au Starets malade, qui lui remit soudainement plusieurs livres à l’aide desquels il lisait les prières pour les possédés, et il le bénit pour qu’il en exorcise plusieurs. Après avoir accompli la bénédiction du Starets, le Père Athénogène voulut rendre les livres, disant: «Eh bien, je les ai tous exorcisés, maintenant je sais comment cela se pratique». Mais le Père Siméon répondit: «Non, je te les ai donnés pour toujours». Batiouchka, par humilité, ne dérangeait presque jamais le Starets, se rendant très rarement dans la cellule de celui-ci et ne communiquant pas particulièrement avec lui; il fut donc extrêmement surpris par cette obédience lourde de responsabilité, mais il commença à exorciser les possédés trois fois par semaine, et par la force de sa prière, beaucoup recevaient la guérison et le réconfort spirituel. À partir de ce moment-là, de nombreux malades des coins les plus reculés de la Russie commencèrent à venir à lui et, par ses prières, beaucoup furent guéris. Lire la Suite