Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (2)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» (Государь император Николай II Alexandrovitch) publié par les Éditions précitées (Всеславянское издательство) en 1968. La traduction du premier extrait de ce texte a été proposée ici. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur le texte de N. Obroutchev, qui en a annoncé l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler Son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Éducation et Formation.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père), ses parents, frères et soeurs

Le Tsar-Pacificateur éduqua ses enfants de façon austère, dans une simplicité spartiate. Ils dormirent dans des lits de bois simples, dotés de matelas et oreillers durs. La nourriture, sans excès, était constituée des plats les plus simples : pain noir, kachas diverses, et œufs bouillis formaient le menu de leurs petits-déjeuners. Au déjeuner, pris en commun avec leurs Augustes Parents, les enfants recevaient leur part après que le dernier des hôtes eût été servi. Et dès l’instant où le père se levait de table, les enfants se levaient eux aussi. On exigeait d’eux l’accomplissement strict de leurs obligations et l’observation précise de l’ordre du jour et des occupations prescrites. Chaque matin, ils se levaient à sept heures et prenaient une douche d’eau froide. Lire la Suite

Le Saint Tsar Nicolas II. Portrait (1)

Le Saint Tsar Nicolas II
Le texte ci-dessous est extrait d'un très long essai rédigé par Nicolas Obroutchev, écrivain russe de l'émigration, publiciste et collaborateur des «Éditions Panslaves» (Всеславянское издательство) à New-York. L'essai fut intégré dans le recueil intitulé «Le Souverain Empereur Nicolas II Alexandrovitch» publié par ces Éditions en 1968. Il a par la suite été repris dans plusieurs autres recueils publiés en Russie, comme par exemple «Nicolas II à travers souvenirs et témoignages» (Николай II в воспоминаниях и свидетельствах) des Éditions Vétché, en 2008, et «Tsar et Russie», (Царь и Россия, Размышления о Государе Императоре Николае II) des Éditions Otchyi Dom, en 2017. Plusieurs extraits de ce texte seront présentés afin de proposer un portrait aussi complet que possible du Saint Tsar Nicolas II, basé sur l'essai précité, dont l'auteur annonce l'objectif: «Le but du présent essai, consacré à la lumineuse mémoire du Tsar-Martyr Nicolas Alexandrovitch, est de révéler son Portrait authentique, en tant qu'homme, en tant que Chrétien et en tant que dirigeant, sur base des faits historiques et événements véridiques et de l'opinion des hommes justes et intègres qui le connurent de près.»
Cet essai est également précédé de l'envoi suivant, paroles du Saint Tsar Nicolas II: «Je possède la foi inébranlable de ce que le destin de la Russie, mon propre destin et le destin de ma Famille, sont entre les mains du Seigneur, Qui m'a placé à l'endroit où je me trouve. Quoiqu'il arrive, je m'incline devant Sa volonté, convaincu de ne jamais avoir d'autre pensée que servir ce pays qu'Il m'a confié».

Le Tsar-Martyr Nicolas II en tant qu’homme.
Le Souverain Empereur en ses années d’enfance.

Le Grand Duc Nicolas (debout derrière son père Alexandre Alexandrovitch), ses parents, frères et sœurs

Le 28 octobre 1866, le Tsarévitch Héritier et Grand Duc Alexandre Alexandrovitch épousa la Princesse Sophie Frédérique Dagmar, fille de Christian IX, Roi du Danemark et de la Reine Louise. Avant cela, la Princesse Dagmar s’était convertie à l’Orthodoxie, recevant comme prénom Maria; elle fut dès lors nommée Grande Duchesse Maria Feodorovna. Leur premier fils, (…) le Grand Duc Nicolas Alexandrovitch, le futur Empereur de toutes les Russie, Nicolas II, naquit le 6/18 mai 1868 (…). Lire la Suite

Saint Spyridon chez les Romanov (2/2)

Ce titre quelque peu léger masque une réalité riche et dense, celle de la vénération de Saint Spyridon, véritable tradition spirituelle, au sein de la lignée impériale des Romanov. Le texte ci-dessous est la traduction d’une conférence donnée au Monastère des Danilov à Moscou, le 13 mars 2007, par Madame Olga Nikolaevna Koulikovskaïa-Romanova, Présidente du fonds de bienfaisance de Son Altesse Impériale la Grande Princesse Olga Alexandrovna, à l’occasion de la venue en Russie de la dextre de Saint Spyridon. Voici la seconde partie du texte, la première se trouvant ici.

En 1817, suite aux démarches de la Souveraine Impératrice Élisabeth Alekseievna, une autre église Saint Spyridon fut installée dans l’Institut Élisabéthain pour dames à Saint-Pétersbourg ; on y conserve une relique provenant de Kerkyra : un morceau d’une pantoufle de velours de Saint Spyridon. A Kerkyra, un usage consiste à changer une fois l’an les pantoufles qui chaussent les pieds des saintes reliques protégeant le saint lors de ses excursions miraculeuses entreprises à travers la terre entière, en réponse aux prières des fidèles. Pareil usage prévaut chez nous avec les chaussures de Saint Serge de Radonège. Les pantoufles de Saint Spyridon, usées au bout d’un an, sont données aux fidèles. Ce genre de présent est évidemment remis aux Orthodoxes les plus illustres. La construction de l’église Saint Spyridon, grâce aux démarches mises en œuvre par l’Impératrice Élisabeth, fut clairement un cadeau spirituel de l’Impératrice à l’occasion du quarantième anniversaire de son époux béni, le Souverain Alexandre Ier. Lire la Suite

Ivan Tourgueniev : Alexandre III

Turgenev_by_RepinEn 1881, Ivan Tourgueniev a écrit le texte ci-dessous, avec la collaboration de Guy de Maupassant, à l’occasion de l’avènement de l’Empereur Alexandre III. Celui-ci fut appelé en Russie le Царь-Миротворец, le ‘Tsar Pacificateur‘; son règne étant caractérisé par l’absence de guerre. Ce texte fut publié dans la Revue Politique et Littéraire le 26 mars 1881 et réimprimé dans le n°20 / 1997 des Cahiers Ivan Tourgueniev.                                                              Non seulement en Russie, mais dans l’Europe entière on attend anxieusement les premiers actes du nouveau souverain, pour tâcher de préjuger quelles seront par la suite son attitude, ses tendances, toute sa manière de gouverner.
On espère beaucoup. On craint beaucoup. On commente tout ce qu’on sait de sa vie et on en tire des conclusions; puis on se dit: «L’horrible mort de son père ne changera-t-elle pas absolument ses opinions acquises et connues dès maintenant?»
Nous allons essayer de tracer aussi judicieusement que possible le caractère vrai de ce prince, de pénétrer en lui, de voir son cœur, qui n’est point double ou rusé; et, de cette connaissance de l’homme, nous tâcherons de déduire la conduite qu’il tiendra sur le trône, à moins que des événements imprévus ne le forcent à suivre une route contraire à sa nature. Lire la Suite