Byzance. L’empereur, gardien du bien commun.

Louis Bréhier Vie et Mort de ByzanceC’est de l’ouvrage exceptionnel «Vie et Mort de Byzance» de Louis Bréhier, publié par  Albin Michel et plus précisément des pages 140-141 et 181-182 de l’édition de février 1992, que sont extraits les deux passages ci-dessous. A contre-pieds des dirigeants actuels de nos pays, les empereurs apparaissent comme les gardiens de la justice sociale, faisant primer le bien commun sur les intérêts particuliers des puissants.
Aidé par ses conseillers, Romain Lécapène s’efforça d’agir toujours en vue du bien commun. Il est le premier empereur qui ait pris des mesures législatives pour enrayer l’extension inquiétante des grands domaines aux dépens de la petite propriété et pour préserver l’intégrité des biens militaires, fondement du régime des thèmes et du recrutement d’une armée indigène. Lire la Suite

V. Karpets. Le Social-Monarchisme russe. 2

karpec-00Vladimir Igorievitch Karpets, juriste, orthodoxe Vieux-Croyant, a écrit entre autres un ouvrage intitulé Социал-Монархизм (Le Social-Monarchisme), publié en 2014, livre qui n’a pas été traduit en Français à ce jour.  La traduction ci-dessous en est un extrait dans lequel l’auteur aborde la nature de la monarchie, telle qu’envisagée d’un point de vue orthodoxe. Nous avons déjà proposé la traduction d’un extrait de ce livre ici. Aux lecteurs initiés à la langue russe, nous conseillons la lecture du blog de Vladimir Igorievitch.
L’État monarchique n’est pas mécaniquement lié à une quelconque forme concrète de système politique et, encore moins, économique. La Monarchie, comme d’ailleurs la République, n’est pas une forme de gouvernement (nonobstant les théories contemporaines de l’État et du Droit), mais un type d’État. Lire la Suite

Constantinople et l’Hymne Acathiste

panagia_h_blaxerna_01Texte de Sotirios Sarvanis, étudiant en théologie, publié le 18 mars 2016 en grec et le 25 mars en anglais sur le site Pemptousia (Site géré par l’association des «Amis du Monastère de Vatopedi»).
Le Saint et Grand Carême a commencé voici quelques jours et l’atmosphère est déjà empreinte de solennelle tristesse, comme il convient. Voici la période la plus douce et belle de l’année; elle nous offre une grande occasion de prier, et de nous repentir. Une profonde contrition renforcera ce désir.
Des offices magnifiques et solennels rythment la vie liturgique de l’Église, telles les Vêpres, les Grandes Complies et les Salutations à la Très Sainte Mère de Dieu, qui nous remplissent de force. Et nous savons que la Panagia est notre intercesseure auprès de Dieu. Pourquoi l’Église a-t-elle placé les Salutations à la Très Sainte Mère de Dieu pendant le Grand Carême? Quels liens peuvent-elles avoir avec la Passion et la Résurrection de notre Seigneur, que nous allons vivre prochainement?
Énorme est le rôle de la Panagia dans la vie de chacun d’entre nous. Elle intercède auprès du Père pour le salut de notre âme. Voilà précisément la raison pour laquelle l’Église a décidé de placer l’Office des Salutations dans le Grand Carême. A travers cet office, nous demandons à notre Mère de nous soutenir dans le combat que nous venons d’entamer voici quelques jours. Nous lui demandons de prier Dieu le Père pour le salut de notre âme, pour une fin heureuse de cette lutte, et pour que l’âme pure, en paix et sans péché, nous vivions la sainte et terrible Passion de notre Seigneur et ensuite son éclatante Résurrection. La présence en ce monde de la Panagia est grande et salvatrice pour notre vie de chaque jour mais aussi tout particulièrement lors de graves conflits.
Il convient de se remémorer un événement historique, en guise d’exemple et de preuve de l’intervention opportune de la Panagia au cours de l’histoire du monde.
En l’an 626, alors que l’Empereur Heraklios était en campagne à la tête de l’armée impériale contre 01-blachernitissa-icon-of-the-most-holy-mother-of-god1les Perses, Constantinople fut soudain assiégée par les Arabes. Ceux-ci ayant repoussé toutes les propositions de cesser-le-feu, ils prirent, le 6 août, Notre Dame des Blachernes. (NdT. :  Située dans la partie Nord de la ville). Ils se préparèrent à l’attaque finale, en collaboration avec les Perses. Le Patriarche Sergios emmena alors l’icône de la Blachernitissa en procession sur les remparts et encouragea le peuple à résister. La nuit suivante, une tempête terrible, attribuée à l’intervention divine, causa la perte de la flotte de l’ennemi et les défenseurs infligèrent des pertes dévastatrices aux Arabes et aux Perses qui n’eurent d’autre choix que de lever le siège et s’en retourner les mains vides. Le 8 août, la cité était sauvée de ce qui alors était le péril le plus grand qu’elle ait connu de son histoire.
Le peuple voulut célébrer sa libération, qu’il attribua à l’intervention de la Panagia, et il se rassembla en l’église des Blachernes. C’est alors que, selon la Tradition, la foule se dressa et chanta ce qui fut dès lors appelé l’Hymne Acathiste (c’est-à-dire, l’hymne chantée sans s’asseoir), une ode en remerciement à la protectrice et conductrice de l’État byzantin, hymne de victoire et d’action de grâce: «Invincible conductrice de nos armée…».
Il s’agit bien d’un exemple saisissant de l’intervention de la Panagia dans l’histoire du monde. Son intercession peut racheter une nation entière. Combien plus facile n’est-il pas alors pour elle d’obtenir par ses prières à Dieu la rédemption de nos âmes, et de nous débarrasser des nos passions? Par Elle sont «dressés les trophées de victoire,… et nos ennemis sont renversés» (4e stance), Elle est la «clé des portes du paradis» (2e stance) et le «pont reliant la terre au ciel» (1ère stance). (…)
L’hymne est également connu sous l’appellation de Salutations à la Mère de Dieu, chanté, par stance les quatre premiers vendredis soir du Grand Carême et en son entièreté le cinquième vendredi. On croit que l’hymne fut composé par Saint Romain le Mélode, alors que le Canon des Salutations est upermaxoattribué à Saint Joseph l’Hymnographe.
De tout ceci, il ressort que les Salutations à la Très Sainte Mère de Dieu n’ont pas été placée accidentellement dans le Grand Carême. Ce que nous allons vivre bientôt est une expérience extraordinaire et notre âme doit être pure pour traverser la Sainte Passion et la Splendide Résurrection de notre Seigneur. Et dès lors nous demandons à la Panagia de nous soutenir de son affection maternelle au cours de cette période, de prier notre Père pour nous, afin de nous permettre de mener à bien ce combat entrepris au cours du Grand Carême, de façon paisible, et sans péché, de même que toutes nos luttes pour le salut de notre âme, afin qu’il nous soit donné de jouir du Royaume de Dieu. C’est précisément ce qu’exprime les versets «Réjouis-toi, porte du Royaume du Christ» et «O Mère de toute louange,… reçois maintenant notre offrande, délivre-nous de tout mal, et préserve du châtiment futur ceux qui te crient : Alléluia », qui termine la quatrième stance.

Traduit de grec et de l’anglais.
Sources 1, 2.

Les icônes en guise de bois de chauffage…

Métropolite AmbroiseLe Métropolite Ambroise de Kalavryta et Aighialeo a adressé, le 24 mars 2016, un appel insistant concernant la situation en Grèce. Le texte de cette déclaration a été diffusé sur le site grec Romphaia et relayé en russe, dans une version un peu réduite par les sites «agionoros.ru» et «pravoslavie.ru». En voici la traduction française.
«Il devient chaque jour plus évident que les «immigrants», les «réfugiés», les «illégaux» se comportent en conquérants de la Grèce.
Le système politique, pour sa part, les accepte, les protège et crée pour eux des conditions favorables. Personne ne s’émeut de rien… Avant-hier, un des ministres du Gouvernement, membre du parti Siriza à proféré une franche idiotie:«Les immigrants permettront de résoudre le problème démographique de la Grèce». Comme on le voit, le Gouvernement protège ceux qui conquièrent notre pays.
Ces envahisseurs et colonisateurs ont entamé leur action destructrice. Ils enlèvent les icônes des murs de nos églises et chapelles et ils s’en servent comme bois de chauffage dans leurs feux. Ils ont exigé de la part du Métropolite Seraphim du Pirée qu’il enlève sa croix orthodoxe. Dans la ville de Kavala, des immigrants illégaux musulmans ont enlevé du mur d’une école l’icône de la Très Sainte Mère de Dieu et ont exigé que l’on cesse de sonner les cloches des églises… Hier dans une des métropoles de la région de Thessalonique, des musulmans ont distribué des brochures en grec portant le contenu suivant: «Grecs, croyez aux paroles du prophète Mohammed si vous voulez être sauvés. La guerre est arrivée dans votre pays. Des rivière de sang des infidèles couleront. Signature: les guerriers d’Allah».
La télévision de l’État grec a déjà diffusé une émission d’informations en arabe !

Éveillez-vous! Sortez de votre léthargie!
Regardez ce qui se produit autour de vous! La Grèce se meurt!
On nous conduit, vous et moi, vers une mort à petit feu. Notre identité orthodoxe, notre identité nationale, elles vont mourir! Allez-vous vous rendre sans résister? Réfléchissez!»

Traduit du Grec et du Russe.

Sources 1, 2.

Berdiaev : S’opposer à la descente vers la nuit du chaos…

L’ouvrage de Nicolas Berdiaev, De l’Inégalité, a été publié en 2008 par les Éditions l’Age d’homme. Le Berdiaev Petittexte ci-dessous en est extrait des pages 98 et 99.                                                                                                                         Le principe conservateur s’oppose dans la vie sociale à l’effondrement du cosmos social formé par le travail créateur et organisateur de l’histoire. Il contient la poussée des ténèbres chaotiques qui montent d’en bas. Le sens du conservatisme consiste non pas à faire obstacle au progrès et à l’élévation, mais à s’opposer à la régression et à la descente vers la nuit du chaos ; il empêche le retour vers l’état antérieur à la formation des États et des cultures. Lire la Suite

Le Métropolite de Morphou et les Prophéties de Saint Païssios

MNMoLe Métropolite de Morphou, Néophytos (Masouras), nous parle des prophéties de Saint Païssios l’Athonite, de la défaite de la Turquie, de la chute de l’Union européenne et de l’essor de l’Orthodoxie. Ce texte constitue la traduction française de deux articles parus très récemment sur le site russe «agionoros.ru».

Tant à la rédaction de la Maison d’Édition «Sviataia Gora» (Святая Гора – Sainte Montagne) que sur le site «agionoros.ru», nous avons reçu de nombreuses questions concernant les prophéties de Saint Païssios l’Athonite à propos de la libération de Constantinople et l’approche d’une guerre entre la Russie et la Turquie. En outre, des propos mettant en doute la véracité de ces prophéties ont été publiés sur l’internet. En réponse, «Sviataia Gora» publie des extraits d’un entretien avec le Métropolite de Morphou, Neophytos (Église Orthodoxe de Chypre). Monseigneur Neophytos a personnellement connu plusieurs ascètes de l’Église Orthodoxe, dont Geronda Iakovos re.jsx(Tsalikis), le Starets Sophrony (Sakharov), Saint Païssios l’Athonite, et Saint Porphyrios le Kavsokalivite.

Les prophéties de Geronda Païssios et l’existence de prophètes à notre époque.
C’est en 1982 que je fis la connaissance de Saint Païssios, alors que j’étais étudiant à la Faculté de Droit. C’était un homme chez qui la nouvelle d’une souffrance humaine générait la prière du cœur. Il était toujours en éveil, afin d’écouter avec attention la souffrance de l’humanité contemporaine. Lire la Suite