MNMoLe Métropolite de Morphou, Néophytos (Masouras), nous parle des prophéties de Saint Païssios l’Athonite, de la défaite de la Turquie, de la chute de l’Union européenne et de l’essor de l’Orthodoxie. Ce texte constitue la traduction française de deux articles parus très récemment sur le site russe «agionoros.ru».

Tant à la rédaction de la Maison d’Édition «Sviataia Gora» (Святая Гора – Sainte Montagne) que sur le site «agionoros.ru», nous avons reçu de nombreuses questions concernant les prophéties de Saint Païssios l’Athonite à propos de la libération de Constantinople et l’approche d’une guerre entre la Russie et la Turquie. En outre, des propos mettant en doute la véracité de ces prophéties ont été publiés sur l’internet. En réponse, «Sviataia Gora» publie des extraits d’un entretien avec le Métropolite de Morphou, Neophytos (Église Orthodoxe de Chypre). Monseigneur Neophytos a personnellement connu plusieurs ascètes de l’Église Orthodoxe, dont Geronda Iakovos re.jsx(Tsalikis), le Starets Sophrony (Sakharov), Saint Païssios l’Athonite, et Saint Porphyrios le Kavsokalivite.

Les prophéties de Geronda Païssios et l’existence de prophètes à notre époque.
C’est en 1982 que je fis la connaissance de Saint Païssios, alors que j’étais étudiant à la Faculté de Droit. C’était un homme chez qui la nouvelle d’une souffrance humaine générait la prière du cœur. Il était toujours en éveil, afin d’écouter avec attention la souffrance de l’humanité contemporaine.
Saint Païssios fut un ascète dans le monde. Quand vous lui ouvriez votre cœur, il éclairait votre esprit. Je ne pense pas qu’il y eut, parmi nos contemporains un autre geronda qui rencontra et discuta avec une telle multitude de gens. Le Père Païssios, né pour mener une vie ascétique solitaire,  devint une véritable manne consolatrice pour les gens en souffrance. «Tous furent illuminés par la Lumière du Christ», à travers Geronda Païssios.
Le Père Païssios insista pour que je ne devienne pas moine au Mont Athos. «Va à Chypre», me dit Geronda, «et crée là la base spirituelle pour expulser les bases». Quand j’avouai que je n’avais pas compris de quoi parlait Geronda, celui-ci répliqua sur un ton enjoué : «Tu es Américain pour ne pas comprendre ? Je parle pourtant en Grec! Le problème de Chypre est un problème spirituel. Quand vous aurez créé des monastères (Le Saint homme a dit à d’autres visiteurs qu’il était également nécessaire de renforcer les paroisses et les familles), alors, les bases du péché et celles de l’occupation disparaitront!» (1). Il m’emmena dans la cour de sa cellule et dessina dans la poussière un grand rectangle. Geronda le divisa en deux carrés et dit «Le moment viendra où tu construiras des monastères. Divise chacun en deux parties : l’une accessible aux laïcs et l’autre seulement aux moines ou aux moniales». Cette prédiction de Saint Païssios s’est entretemps réalisée ; j’ai fait construire des monastères. Pour moi, Saint Païssios, le réfugié de paisios (1)Cappadoce, devint athonite et ensuite enseignant universel, guide de l’Orthodoxie tant pour les moines que pour ceux qui vivent dans le monde. De plus, il s’agit d’un grand prophète dont les paroles prophétiques et édifiantes inspirèrent la foi à de nombreux incroyants.
Malheureusement, je constate que souvent, à notre époque, les gens mettent en doute le don prophétique des saints, oubliant ces paroles du Seigneur : «Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète» (Mat. 10,41). A ceux qui mettent en question l’existence de prophètes à notre époque, Saint Grégoire Palamas répond avec justesse : «Les saints qui voient Dieu et brûlent intérieurement sont des prophètes, ils contemplent le Royaume de Dieu et le Second Avènement du Christ dans la Gloire, et ils conduisent le peuple dans cette direction». En d’autres termes, les saints  nous rappellent que nous sommes les enfants de l’Église du christ, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, qui ne demeure pas dans un aveuglement volontaire et dans l’indifférence à l’égard de son troupeau, ni ne l’abandonne sans défense, sans information, planant dans les nuages! Au contraire, l’Église accomplit le commandement divin selon lequel les hommes doivent devenir des saints «Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car je suis l’Éternel, votre Dieu» (Lev. 20,7) et elle sauve les hommes à travers leur participation aux mystères de la vie sanctifiée par la Grâce de l’Esprit Saint, par la communion au Corps et au Sang vivifiants du Christ, par les prières de la Toute Sainte Mère de Dieu et de tous les Saints. L’Église nous conduit à la vie éternelle, au royaume du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, elle nous enseigne et nous incite à attendre la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Tel doit être le souhait essentiel de tout Chrétien; la vie éternelle auprès du Seigneur. A condition bien sûr de ne pas rejeter l’éternité, nous ne serons pas assoiffés d’une existence mondaine, sécularisée et matérielle, selon la devise «Mangeons et buvons, car demain nous mourrons!» (Isaïe, 22,13), qui nous mène à la mort spirituelle éternelle, c’est-à-dire à l’éternel éloignement de Dieu.

La Guerre approche, il faut intensifier la prière

Despota, la troisième guerre mondiale a-t-elle commencé ?
Voici trois ans, j’ai accordé un entretien à un de vos collègues, Nikos Kiriakis, au cours duquel, j’ai parlé des événements qui approchent. A cette époque, avancer des prévisions aussi audacieuses constituait un risque certain, toutefois je ne me fondais pas seulement sur les évaluations de la situation géopolitique dans le monde, mais sur les opinions des hommes de Dieu que j’ai connus dès ma jeunesse, et parmi eux, ceux avec lesquels j’ai continué à entretenir des relations jusqu’à ce jour (car en effet, il existe encore aujourd’hui des saints, qui pourraient se révéler dans le futur). Nous savions que la «grande guerre» (c’est ainsi que la qualifiaient les gerondas clairvoyants) pourrait commencer en Syrie. A une période au cours de laquelle la vie dans cet État était encore tranquille, les ascètes désignèrent avec précision l’endroit où éclaterait le conflit.
Maintenant, la Russie a pris part aux événements…
Nous savions que la Russie y prendrait part. Je me souviens en avoir parlé au journaliste de Sigma-Live Thanasis Athanasiou, et il me répondit : «Comment une personne aussi éduquée que vous peut-elle croire aux prophéties de Païssios l’Athonite ?» Il dit alors, littéralement, que les paroles du Père Païssios ne signifiaient rien. Mais Païssios l’Athonite est tout de même un saint contemporain! Si nous, les hiérarques de l’Église n’accordons pas foi aux paroles des saints contemporains et à leur don de clairvoyance, qui alors pourrait y croire ? Leurs paroles se sont déjà réalisées, en partie, l’autre partie attend son plein accomplissement.
Qu’adviendra-t-il de Chypre ?
La libération de Chypre sera une des conséquences du conflit entre la Russie et la Turquie, car dans cette guerre la Turquie subira la défaite… Le rêve d’Erdogan est de devenir calife de l’Islam sunnite. La Russie, où vivent de nombreux musulmans sunnites, n’est pas la seule à s’opposer à la réalisation free-cyprusde ce plan ambitieux, les États-Unis et Israël s’y opposent également. La création d’un puissant califat en Orient leur serait préjudiciable.
Chypre pourrait-elle être libérée de l’occupation grâce à des négociations pacifiques ?
Non. Nous y arriverons suite aux événements de Syrie et à la guerre russo-turque qui progressivement commence à se déployer sous nos yeux. Les événements évoluent rapidement. L’an dernier, le jour où la Russie a entamé ses opérations en Syrie, nous célébrions justement des vigiles. Depuis ce jour, quatre mois et demi se sont écoulés et que ne s’est-il pas déjà passé !
Comment les gens normaux doivent-ils se comporter à la lumière de tels événements, peuvent-ils faire quelque chose ?
Le repentir est nécessaire. Nous nous émerveillons de constater à quel point le repentir vis-à-vis de nos péchés et de nos fautes profite à l’ensemble de la société. Le repentir donne des ailes à l’homme et libère son âme des chaînes du péché. Et cela, ça touche toute la société
Que pouvez-vous dire des prophéties de Saint Païssios l’Athonite. ?
Saint Païssios était guidé par l’Esprit Saint. La Toute Sainte Mère de Dieu lui est apparue ! Nombreux sont ceux qui peuvent confirmer son don de prophétie. J’ai personnellement entendu de la part de Geronda les prédictions d’événements qui se sont réalisés et qui sont en train de se réaliser sous nos yeux. Notre Église l’a glorifié en l’accueillant dans le chœur des saints. Ses prophéties, notamment celles concernant la dislocation de la Turquie, étaient connues, entre autre par le Patriarcat de Constantinople, avant sa canonisation. Cela fait partie de l’héritage qu’il nous laisse, de même que ses livres et ses instructions.
Les doutes à propos des prophéties de Geronda tiennent au fait que beaucoup de Chrétiens Orthodoxes sont guidés par le rationalisme et les conceptions positivistes. Ils pensent que leur foi est suffisante. Mais elle n’est que fragmentaire.

Le prophète ne veut pas la guerre, il ne veut pas la destruction. Au contraire, il demande à Dieu (Qui respecte la liberté de l’homme), d’amoindrir, si c’est possible, (si les gens en sont dignes) les conséquences du mal.
Voilà en quoi consiste notre mission. Prier afin que les éléments qui doivent s’accomplir ne durent pas trop longtemps et causent aux gens le moins possible de souffrance.
Le Prophète voit les événements qui doivent s’accomplir. Mais il est en notre pouvoir de les ajourner ou même de les supprimer, pour autant que notre prière à Dieu soit audacieuse et brûlante.
Il faut intensifier la prière, car selon les prophéties de nos gerondas, la guerre prendra une dimension mondiale, elle ne se limitera pas à un conflit bilatéral entre la Russie et la Turquie, et compte tenu la nature des armements contemporains, imaginez le danger que cela recèle.
Je connais une personne, déjà âgée, à qui, quelques années avant l’occupation de Chypre, est apparue la Toute Sainte Mère de Dieu. Elle lui révéla que Chypre allait endurer un grand malheur et lui ordonna de prier deux heures chaque soir. «Si ces malheurs vont se produire, à quoi bon prier ? J’ai une famille, des enfants, des obligations», se mit à douter mon ami. «Pour que les malheurs ne prennent pas unPanagia Grèce caractère aussi effroyable», répondit la Toute Sainte Mère de Dieu. Voyez-vous alors comment Dieu agit, et combien la prière est importante ? La Toute Sainte Mère de Dieu est apparue à des gens tout simples (il s’avéra en effet ultérieurement qu’il y en eut plusieurs) et les invita à prier.

La guerre éclatera brusquement et sa fin signifiera pour les gens une grande bénédiction et une grande grâce. A travers leur souffrance et les privations, de très nombreuses personnes de bonne composition se repentiront de s’être éloignées de Dieu ; après avoir examiné leur vie, elles se tourneront vers la vraie foi, vers l’Orthodoxie. Ceci concerne des peuples qui n’auront auparavant eu aucun rapport avec l’Orthodoxie.
La Turquie sera démembrée ?
Elle sera disloquée et une partie des Turcs croiront au Christ. Ceux-ci seront nombreux ; jusqu’à un tiers de la population.
Cette prophétie, je ne l’ai pas entendue seulement de la part de Geronda Païssios. Quand j’étais petit garçon, dans notre village de Pano Zodia vivait un Chrétien pieux, le chantre Dimitri Protopapas, qui disait, bien avant l’occupation turque de la partie Nord de Chypre : «Ah, mon enfant, nous allons devenir des réfugiés, les Turcs s’installeront dans notre village». «Nous quitterons pour toujours notre maison natale?» «Non. Nombreux sont ceux qui mourront loin de leur maison. Mais certains vivront jusqu’à la libération et rentreront en terre natale sans combattre. Cela se passera quand sera fondé en Turquie un nouvel Etat appelé Kurdie».

Après un conflit en Mer Egée (Chypre participera à un de ses épisodes) commencera une guerre entre la Russie et la Turquie. La pression de la Russie sur la Turquie sera telle que celle-ci sera obligée de rappeler ses forces armées occupant le Nord de Chypre. Comme vous pouvez le comprendre, ceci ouvrira la voie à la résolution de la question cypriote.

Dans ses prophéties, Saint Païssios annonce-t-il expressément que la Turquie perdra Constantinople ? Est-ceAgia S vraiment le cas ?
Oui, c’est bien le cas. Des événements grandioses se produiront. Non seulement la Turquie sera démembrée, mais l’Union européenne le sera aussi.

En Turquie, on fait grand cas des prédictions de Saint Païssios l’Athonite, Saint Cosmes d’Etolie, et d’autres saints de l’Orthodoxie. Ils ont une tradition eschatologique particulière, liée à la perte de Constantinople. Dans ce pays se déroulent non seulement des transformations sociales, mais aussi des changements d’ordre spirituel. C’est ainsi que récemment, une députée du Parlement Turc s’est non seulement convertie à l’Orthodoxie, mais a également confessé publiquement sa foi. Il s’agit d’un événement sans précédent !
En guise de conclusion, je veux inviter tout un chacun à faire confiance à la Providence Divine. Dieu, notre Père, n’abandonnera pas ses enfants et prendra soin de nous.

Aujourd’hui, nous devons nous repentir. Seule la confession de nos péchés nous permettra de prendre les décisions opportunes dans le cadre des épreuves qui approchent, et nous pourrons alors échapper à la panique et au désespoir. De plus il faut prier, et participer régulièrement à la Communion aux Saints Dons.

(1) «Chypre sera libérée quand les chypriotes se repentiront. Construisez à Chypre des bases de combat spirituel pour éliminer les bases militaires des Turcs, des anglais  et des Américains». C’est-à-dire que Geronda envisage le problème de Chypre comme un problème spirituel et non comme un problème national et politique. Il croyait que la solution de ce problème se trouve dans le repentir du peuple et dans la prière». Hiéromoine Isaac, Vie de l’Ancien Païssios l’Athonite. Moscou, Maison d’édition : «Sviataia Gora», 2006.C. 713.

Traduit du russe. Sources 1, 2.
NdT : Une confirmation supplémentaire des propos rapportés ci-dessus est proposée par la vidéo (longue de plus d’une heure, en Grec, sous-titrée en Anglais) d’une superbe «conférence» donnée très récemment à Chypre par le Métropolite Neophytos, et accessible ici.