Archimandrite Raphaël (Kareline). Héros des temps derniers

L’Archimandrite Raphaël est un défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. Le texte ci-dessous est la traduction d’un original de l’Archimandrite Raphaël Kareline, paru le 27 juillet 2015 sur le site Pravoslavie.ru, et tiré du site internet de l’Archimandrite. L’auteur y évoque brièvement quelques-uns héros de l’ascèse qu’il côtoya au cours de sa vie. Outre les portraits esquissés de ces hommes d’exception, le texte offre de nombreux traits propres à la vision de l’Église ferme et chaleureuse, fidèle à la Tradition, de l’Archimandrite Raphaël, dont la biographie est disponible ici.

Le 27 juillet 1980, voici quarante et un ans, le célèbre confesseur, héros de l’ascèse et higoumène du grand schème, Savva (Ostapenko) s’en est allé vers le Seigneur. Le Père Savva fut un des confesseurs successifs de l’Archimandrite Raphaël (Kareline), âgé aujourd’hui de 90 ans, et le Père de Raphaël  considérait cet homme comme «le plus grand événement de sa vie». Lire la Suite

Archimandrite Raphaël (Kareline). Traditionalisme et modernisme. (2/2)

L’Archimandrite Raphaël est un défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. L’original russe du texte ci-dessous fut publié le 22 décembre 2008 sur le site Pravoslavie.ru, mais il est également accessible sur le site internet de l’auteur. L’argumentation simple, claire et solide de l’Archimandrite Raphaël a le mérite de tracer un tableau clair de ce qui oppose traditionalisme et modernisme dans l’Église. La biographie de ce clerc de l’Église de Géorgie est accessible ici. Voici la deuxième partie de la traduction de l’original, la première se trouve ici.

Que signifie «rester ce qu’on est»?
C’est penser que le simple fait d’être humain nous rend digne du paradis. C’est considérer que sans lutter contre les passions qui vivent dans notre corps, sans aspirer à la grâce, on peut être sauvé. C’est pourquoi le modernisme contient, comme une graine, une apologie secrète du péché; en outre, dans de nombreuses confessions, en particulier protestantes, elle devient plus évidente.
Que signifie la «parole vraie» que le Seigneur a révélée à l’Église?
Avant tout, ce sont les dogmes chrétiens. Lire la Suite

Archimandrite Kareline. Traditionalisme et modernisme. (1/2)

L’Archimandrite Raphaël est un défenseur ardent de la Tradition de l’Église. Il a consacré une grande partie de sa vie longue de 90 ans ainsi que la majeure part de sa production littéraire foisonnante à la défense des dogmes et à la façon de les mettre en œuvre dans la vie de l’Église et du chrétien. L’original russe du texte ci-dessous fut publié le 22 décembre 2008 sur le site Pravoslavie.ru, mais il est également accessible sur le site internet de l’auteur. L’argumentation simple, claire et solide de l’Archimandrite Raphaël a le mérite de tracer un tableau clair de ce qui oppose traditionalisme et modernisme dans l’Église. La biographie de ce clerc de l’Église de Géorgie est accessible ici. Voici la première partie de la traduction de l’original.

Quelles sont les tendances du christianisme contemporain qui ont trouvé leur expression dans la théologie?
Dans le monde orthodoxe contemporain, deux tendances se détachent de plus en plus clairement, deux approches de la théologie, et particulièrement de la sotériologie et de la liturgie, deux dispositifs mentaux qui déterminent largement le type spirituel de l’homme: le traditionalisme et le modernisme. Il ne s’agit pas seulement de deux visions du monde, ou pour le dire plus délicatement, deux angles depuis lesquels on voit le christianisme, deux perceptions du monde, deux philosophie de vie trouvant leur expression dans la religion. Lire la Suite

Archimandrite Raphaël (Kareline) : Des temps apocalyptiques et des apocalypticiens.

Le texte ci-après est traduit d’un original russe publié le 21 mars 2005 sur le site de son auteur, l’Archimandrite Raphaël Kareline, dont la biographie est disponible ci-dessous. Les apparents bouleversements caractérisant les différentes sphères de l’époque contemporaine sont sources de questionnement. L’Église propose évidemment une quantité importante d’outils et d’armes spirituelles pour vivres ces temps impressionnants. L’auteur du texte indique qu’il convient en outre de faire preuve d’un grand discernement face à certaines simplifications.

Notre époque est apocalyptique. Mais quelle époque ne le fut pas? Au temps des Apôtres déjà, les Chrétiens voyaient dans le monde qui les entourait l’incarnation du démon et la manifestation du mal. A l’époque des persécutions sanglantes, il leur semblait contempler de leurs yeux l’ombre de l’apocalypse et les contours sombres de la «bête de l’abîme», qui voulait déchirer L’Église-Épouse du Christ, comme les lions déchiquetaient de leurs dents les corps des Chrétiens dans l’enceinte du Colisée. Dans les événements de l’histoire du monde, ils anticipèrent et ressentirent les catastrophes qui s’avançaient, et les contours des peintures apocalyptiques se dessinaient de plus en plus clairement devant leurs yeux . L’apocalypse a commencé à l’époque de la venue du Christ sur terre. À Patmos, Saint Jean le Théologien a contemplé ce qui est et qui sera. Lire la Suite